Juif irakien et chercheur sur le théâtre arabe en Israël


Dessin de Ramses, Cuba.

Chassé d’Irak, Sami Moreh a passé sa vie en Israël à faire des recherches sur la littérature arabe. Il s’est éteint cette année, sans jamais pouvoir revoir Bagdad.

Il est mort, l’écrivain juif d’origine irakienne Shmuel Moreh, ou “Sami Al-Muallem”, comme on l’appelait jadis à Bagdad. Ce chercheur, spécialiste du théâtre arabe, a écrit de nombreux ouvrages, aussi bien en arabe qu’en anglais et en hébreu, sans parler de ses traductions, ses préfaces pour d’autres livres, ses centaines d’articles pour des revues et ses collaborations à des ouvrages importants.

Avant d’entreprendre des études universitaires, le jeune homme, à l’instar des autres Juifs irakiens qui venaient d’arriver en Israël, a dû se confronter à la dureté de la vie. C’est de là que date l’expérience du contraste entre la vie facile [en Irak] et la vie dure [en Israël], du choc entre l’aspect sentimental (irakien) et la réalité (israélienne).

Son livre “Bagdad mon amour, les Juifs d’Irak, souvenirs et afflictions” fit grand bruit en Israël. Il s’ouvre sur un poème dédié à “toutes mes sœurs et tous mes frères irakiens partout”, et qui est intitulé “Ma mère m’a dit, les yeux tristes” :

Ma mère m’a dit : ils nous ont opprimés en Irak.
Il n’y a plus de place mon fils pour nous.
À quoi nous sert-il de prendre sur nous??
Allons, il faut partir.
Au seuil de la porte,
Ma mère m’a dit : ne sois pas triste.
Ne regrette pas celui qui te rejette.

Mais avant son dernier voyage,
ma mère, le cœur brisé, m’a dit :
“Je me languis de l’Irak, mon fils.
Je me languis de la brise de l’Euphrate,
Qui murmure dans les feuilles du palmier.

Si tu retournes au pays
Après tant d’années,
Salue les bien-aimés,
et tous les gens du quartier
Et oublie ce qu’ils nous ont fait et ce qu’on leur a fait.”

Dans ce livre, Moreh relate son enfance à Bagdad, puis ce que les Juifs fils d’Irak ont subi sous la monarchie et les autres régimes qui se sont succédé, du farhoud [pogrom antijuif de 1941 à Bagdad] jusqu’au départ contraint. Il y exprime également sa douloureuse nostalgie pour l’Irak et pour Bagdad.

Réfutant les thèses dominantes des orientalistes

Mais son œuvre principale est Le théâtre vivant et la littérature dramatique dans le monde arabe du Moyen Âge” [non traduit en français]. Il se penche sur le monde musulman à l’époque médiévale, prouvant que, bien avant le XIXe siècle, un théâtre vivant dans le monde arabe a bel et bien existé, réfutant ainsi les thèses jusqu’alors dominantes des orientalistes, qui affirmaient le contraire.

L’auteur explique que sa recherche “a commencé par l’envie de savoir si le théâtre de Yacoub Sanu [auteur égyptien juif, du XIXe au début du XXe siècle] a été une imitation du théâtre européen ou la continuation du théâtre populaire égyptien. [Selon les descriptions de] l’orientaliste britannique Edward William Lane, [ce théâtre populaire] était proche du théâtre européen en ce qui concerne le jeu des acteurs. J’ai pu démontrer que le terme utilisé [pour désigner cette forme de jeu] était connu dès le Moyen Âge. C’était une forme de représentation théâtrale avec des acteurs en costumes évoquant l’histoire ancienne pour faire revivre le passé devant le public, à des fins de plaisir, de critique sociale et d’exhortation.”

Toujours selon Moreh, […] les Arabes ont été les continuateurs du théâtre populaire du Proche-Orient, […] avec les khayal Al-Zill [figures de l’ombre], les marionnettes et les passions [taâziya, qui mettent en scène des moments de l’histoire religieuse, notamment dans la culture chiite].

Comme le dit Moreh, “la conclusion à laquelle [il est] arrivé dans ce livre, c’est que les Arabes à l’aube de l’histoire avaient déjà des comiques tels qu’Al-Noeyman, qui faisait rire le prophète Mahomet. Aïcha [la première épouse de celui-ci] avait elle aussi une femme pour la faire rire, qu’on appelait Soweida et qui mimait les autres femmes”.

Moreh fait partie de ces Irakiens de Bagdad qui ont été contraints d’émigrer vers Israël. D’où son identité complexe : de nationalité israélienne, passionnément attaché à la culture arabe et à ses racines à Bagdad. C’est dans cette ville qu’il est né le 22 janvier 1932. Il y a vécu jusqu’à ses 18 ans, en 1951, quand toute la famille a été déchue de la nationalité irakienne et a dû quitter le pays.

Al Modon

Source Les Villes (Liban) 03/11/2017

Voir aussi : Rubrique Moyen OrientIrak, Israël, rubrique Histoire, rubrique Livre, Littérature Arabe,

Kurdistan. Ankara choisira le réalisme

kurdistan jpegLa menace d’affamer les Kurdes d’Irak après le référendum sur l’indépendance [du 25 septembre], proférée par le président turc Recep Tayyip Erdogan, reflète l’embarras et l’ambiguïté de la Turquie à propos de cette question. Car le Kurdistan irakien, depuis une dizaine d’années, a été une sorte de paradis pour les Turcs, du moins sur le plan économique.

De toute évidence, il est paradoxal qu’Erdogan, qui avait accusé Israël d’“affamer” la bande de Gaza, est celui qui aujourd’hui menace d’user des mêmes procédés envers les Kurdes. Et ce après avoir tiré un maximum de bénéfices de ses relations avec eux depuis l’invasion américaine de l’Irak en 2003. À croire que l’affaire palestinienne n’a été qu’une opération de marketing politique ayant quelque peu échappé au scénario initialement prévu, mais dont le but était uniquement d’affirmer le “leadership” d’Erdogan dans le monde musulman et de le présenter comme “seul défenseur” de ses causes.

Il faut rappeler que la Turquie soutient le gouvernement de la région autonome kurde dans le nord de l’Irak depuis quinze ans. Elle coopère avec lui dans la lutte contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ce groupe [émanant des Kurdes de Turquie] qui se bat contre le pouvoir central d’Ankara sur le sol turc.

Elle échange avec les autorités d’Erbil des informations qui ont permis de restreindre les capacités du PKK à mener des opérations de guérilla. Il est même arrivé à la Turquie de [traiter avec la région autonome du Kurdistan comme si elle était d’ores et déjà indépendante], quand elle a envoyé en 2013 son ministre des Affaires étrangères à Erbil sans passer par Bagdad.

Fameux “réalisme”.

Ankara a également tissé des liens économiques avec le Kurdista irakien. C’est en passant par la Turquie que l’essentiel de la production pétrolière kurde est exporté. [À la mi- septembre], cette production s’élevait à quelque 600 000 barils par jour, et est susceptible de monter à 1 million. C’est encore la Turquie qui lui fournit l’essentiel des produits alimentaires et de consommation, devenant ainsi un partenaire non seulement proche, mais incontournable.

Autrement dit, Ankara était le premier à bénéficier de la coupure entre Erbil et Bagdad, à faire en sorte que Bagdad n’assume pas ses responsabilités envers les Kurdes et à encourager les tensions entre le Kurdistan et l’Iran, allant jusqu’à utiliser les Kurdes pour briser le monopole de l’influence politique et militaire de l’Iran en Irak.

Or depuis que les Kurdes essaient de prendre leur destin en main, la Turquie a totalement changé d’attitude à leur égard.Kurdistan. Ankara choisira le pragmatisme. Après le résultat du référendum des Kurdes d’Irak, en faveur de l’indépendance, les gesticulations du président turc Erdogan ne tiendront pas la route devant la realpolitik et les gros bénéfices économiques que tire Ankara du Kurdistan.

Comme si la relation entre les deux ne pouvait être qu’à sens unique. C’est probablement le calendrier choisi par les Kurdes qui a agacé Ankara. Car le référendum coïncide avec la tentative des Kurdes de Syrie d’affirmer une sorte d’autonomie élargie. Et la situation dans le nord de la Syrie [le Kurdistan syrien] inquiète sérieusement la Turquie, parce que le PKK y est beaucoup plus présent qu’il ne l’est au Kurdistan irakien. Néanmoins, de bonnes relations avec les Kurdes d’Irak pourraient permettre aux Turcs d’avoir un soutien indirect pour “maîtriser” les Kurdes de Syrie.

La Turquie est peut-être également déçue par les Kurdes parce qu’ils essaient depuis un certain temps d’être moins exclusivement dépendants à son égard et de diversifier leurs relations économiques, notamment au profit de Moscou, depuis que le géant pétrolier russe Rosneft [a annoncé de gros investissements] dans le secteur des hydrocarbures au profit d’Erbil.

La région autonome a également emprunté près de 2 milliards de dollars auprès de différentes instances financières internationales. Toutefois, cela ne changera pas fondamentalement la grande dépendance kurde à l’égard de la Turquie. D’où cette question que l’on peut se poser : l’attitude turque ne s’explique-t-elle pas par de simples considérations tactiques, dans le but de préserver ses intérêts dans un futur État kurde indépendant, ou pour avoir un maximum de cartes en main lors des négociations à venir avec les Américains sur une redéfinition des zones d’influence régionales ?

C’est dans un avenir proche qu’on verra jusqu’où les Turcs sont prêts à aller pour briser le droit des Kurdes à disposer d’eux-mêmes. Ils peuvent très bien reculer, au nom du fameux “réalisme”, qui est la marque de fabrique de la diplomatie turque.

Hassan Haidar

Source Al-Hayat (Londres) 28 septembre 2017

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Moyen Orient, Kurdistan, Irak, Turquie, Syrie, Iran,

 

 

La solitude des ex-captives de Daech

3cefeb4e-7451-4309-93bd-eb8e686b29fcLibérées dans l’indifférence générale de l’esclavage sexuel, les Yézidies rêvent de partir loin du Moyen-Orient, dans un monde moins cruel à l’égard des femmes et des minorités, souligne Al-Hayat.

Au mont Sinjar [chaîne de montagnes au nord de l’Irak peuplée de Yézidis, on sent que l’irréparable a été commis quand on croise les femmes yézidies qui ont survécu, et surtout le visage de celles qui ont été libérées de la captivité à laquelle elles avaient été réduites.< La plupart d’entre elles avaient vu leurs époux assassinés par Daech lors de l’invasion de cette contrée martyrisée [août 2014]. “Ils se sont mis à tuer nos hommes et à nous faire prisonnières”, résume une des Yézidies libérées.

C’étaient des hommes appartenant à des tribus arabes qui vivaient pourtant dans les alentours. Par ailleurs, lors de cette invasion, les peshmergas [kurdes] se sont retirés et nous ont abandonnés, donnant la priorité à la protection de leurs propres villages. Quant au gouvernement irakien, qui est dominé par les chiites, lui non plus n’a pas senti le besoin d’envoyer des troupes pour nous aider

Ces propos résument bien l’état d’esprit en Irak : la minorité est abandonnée par tous, aussi bien par les communautés majoritaires que par les minorités principales. Beaucoup d’autres groupes humains qui sont considérés comme faibles ont subi le même destin. Les Yézidis ont été abandonnés à leur sort par les tribus arabes sunnites, dont ils sont géographiquement proches, mais aussi par les Kurdes, dont ils sont culturellement proches.

Sous les latitudes du Moyen-Orient, personne ne veut plus protéger les sans-défense. Pas d’autres cultures à l’horizon que celle des razzias, pas d’autres traditions que celle de la capture. Au fond, c’est un peu la même chose qui s’est produite dans le cas des Syriens réfugiés au Liban et morts sous la torture entre les mains de l’armée libanaise. Les Libanais se sont solidarisés avec l’armée plutôt qu’avec les victimes.

Mais la destruction du pays yézidi dépasse tout. Les hommes ont été assassinés devant leurs enfants ; les femmes faites prisonnières avec leurs filles, dans un but bien précis [celui de les réduire au statut d’esclaves sexuelles].

Sept mille femmes yézidies réduites à l’esclavage, des milliers d’hommes yézidis tués. Alors que Daech a été défait au mont Sinjar et est aujourd’hui repoussé à des centaines de kilo mètres de là, les survivantes ne peuvent toujours pas rentrer chez elles.

En Irak, les gens ont en général perdu confiance dans leur avenir. Ils n’ont plus l’impression d’être en sécurité dans leur propre maison, dans leur village, entourés par leurs compatriotes.

Pour les enfants, le pays a désormais le visage de la potence où l’on a pendu leurs pères. Et les femmes ne se sentent plus à l’abri des seigneurs du rapt et du viol.

Un pays lointain

Environ 3 000 prisonnières ont été libérées. Elles reviennent de captivité chargées de récits trop lourds pour que l’Irak puisse en supporter l’écoute. Leurs traditions ne permettent pas que les drames obscurs soient sortis au grand jour.

Ces femmes vont enfouir leurs histoires dans leurs cœurs en attendant le jour où elles pourront partir pour un pays lointain, selon la promesse d’exil faite par les “grandes puissances”.

Ainsi, quoi qu’il en soit de la défaite de Daech, les Yézidis vont tous quitter le mont Sinjar. Tout comme les chrétiens vont tous partir de la plaine de Ninive.

Désormais, on n’aura plus à s’occuper des minorités ; les prochaines guerres opposeront des groupes majoritaires. Sauf que ceux-ci trouveront d’autres minoritaires pour leur tomber dessus. À la place des Yézidis et des chrétiens, on s’en prendra aux minorités à l’intérieur de chaque majorité : les faibles, ceux qui sont de trop, à qui on peut s’attaquer sans risque. Tous ceux-là seront à leur tour victimes de nouveaux Daech qui viendront.

L’histoire des Yézidis éclaire le rapport du Moyen-Orient actuel à ses minorités et à ses communautés sans défense. Cette relation se résume à l’insensibilité à la situation de l’autre nourrie d’un égocentrisme sans nuances.

Ce quant-à-soi, cette focalisation sur ses propres souffrances, cette hypertrophie du moi, tout cela est bien la marque d’une énorme régression sociale et culturelle.

Comme les Yézidis, les chrétiens vont tous partir de la plaine de Ninive. Les femmes Yézidies reviennent de captivité chargées de récits trop lourds. Les 500 000 Yézidis ont été le bouc émissaire de nos guerres civiles. Peu importe le nombre de leurs victimes, tant que leur mort n’est pas un obstacle à nos obsessions communautaristes.

Que les Yézidies se fassent violer, peu importe, tant que cela ne concerne pas nos femmes. Les Yézidis du Sinjar nous disent beaucoup d’autres choses encore sur nous-mêmes. Mais, à la fin, le plus grave est qu’ils ne retourneront plus dans leurs villages.

Ce qu’ils peuvent espérer de mieux est que se réalisent les promesses d’organisations et d’associations internationales de les transférer dans des pays d’immigration. Ceux qui ont une mère ou une sœur à Raqqa [encore capitale de Daech] attendent encore de les prendre avec eux pour partir, emportant au loin ces histoires que notre culture et nos traditions sont incapables d’entendre.

Les Yézidies libérées partiront vers des pays qui supporteront l’écoute de leurs récits. Elles y trouveront des personnes qui sécheront leurs larmes et écriront leurs histoires.

Quant à nous, nous resterons ici, privés de leur présence. Entre nous, encore et toujours plus semblables les uns aux autres. Viendra le temps où nous n’aurons d’autre altérité que nous-mêmes.

Source : Al-Hayat (extraits) Londres,—Hazem Al-Amin 10 juillet 2017

Voir aussi : Actualité Internationales, rubrique Moyen Orient, Irak, Syrie, rubrique Rencontre, Hala Mohammad, Fadwa, poétesse révoltée, Chamoiseau : Nous sommes confrontés à la nécessité de bâtir un nouveau cadre afin de pouvoir donner hospitalité, rubrique Politique, Politique de l’immigration,  Human Right Watch dénonce l’utilisation de gaz poivre contre les migrants à Calais Politique Internationale, L’idée des hotspots en Libye, rubrique Société, Droit des femmes, Justice, Santé,

Mossoul. Ce n’est pas ainsi que doit se gagner une guerre

Un membre des forces irakiennes antiterroriste• Crédits : AHMAD AL-RUBAYE - AFP

Un membre des forces irakiennes antiterroriste• Crédits : AHMAD AL-RUBAYE – AFP

 

Les forces irakiennes sont reparties à l’assaut contre Daech à Mossoul, où des frappes de la coalition ayant tué de nombreux civils font l’objet d’une enquête, jetant une ombre sur l’offensive.

Jusqu’à présent, le contraste semblait assez saisissant entre d’un côté la campagne militaire menée par la coalition (soutenue par Washington) visant à récupérer Mossoul aux mains de Daech en Irak et de l’autre la stratégie adoptée par Moscou et Damas contre les rebelles dans la Syrie voisine. En clair, précise ce matin The Washington Post , l’usage limité à la fois de l’artillerie et de l’aviation pour éviter au maximum les pertes de civils en Irak tranchait avec les bombardements délibérés d’hôpitaux, de magasins d’alimentation et parfois même de convois humanitaires en Syrie, au prix de milliers de vies innocentes. Or voilà qu’un raid américain pourrait venir ternir, pour le moins, cette vision binaire de la réalité de la guerre. Des frappes menées la semaine dernière par la coalition semblent, en effet, avoir causé la mort d’au moins 150 personnes, dans un quartier de Mossoul, provoquant aussitôt une vive émotion internationale comme en témoigne, d’ailleurs, la Une de l’hebdomadaire britannique The Observer avec cette photo d’une petite fille, accrochée (on l’imagine) au bras de sa mère, sous ce titre : S’accrocher à la vie. Ce bombardement pourrait être non seulement le plus meurtrier pour les civils depuis le lancement de cette guerre contre Daech (lancée en août 2014), mais aussi l’une des plus meurtrières depuis l’invasion de l’Irak en 2003.

Si l’armée irakienne a reçu l’ordre d’interdire aux journalistes et aux humanitaires étrangers l’accès au quartier dévasté, les témoignages de rescapés n’en demeurent pas moins nombreux. Certains sont soulagés d’être enfin sortis de ce champ de bataille, d’autres sont encore hagards ou le visage tordu de douleur. Tous évoquent des dizaines de maisons détruites et des centaines de morts, pour un front où ils estiment qu’il restait environ une quinzaine, seulement, de combattants de l’EI. Les journalistes du New YotkTimes, eux, ont réussit à accéder au site. Plus d’une semaine après le bombardement, ils y ont vu des hommes fatigués, portant des masques pour éviter la puanteur, fouiller inlassablement les débris pour essayer de trouver encore des survivants. Le plus souvent, leurs espoirs se heurtent à des corps inanimés, placés ensuite dans de grands sacs en plastique bleu fermés par un zip et placés à l’intérieur d’un garage, à côté des autres. Et puis parfois, un miracle se produit. Ali a, lui, survécu plusieurs jours sous les gravats. De ces longues heures, il se rappelle notamment avoir parlé à un autre voisin, sous les décombres. «C’était, dit-il, une conversation entre deux mourants».

A présent, responsables politiques et militaires irakiens proposent des versions très contradictoires de la tragédie. Les officiers de Bagdad, qui ont d’abord reconnu avoir commandé un raid aérien pour tuer un sniper posté sur un toit, évoquent désormais un carnage orchestré par les djihadistes, qui auraient fait exploser le bâtiment après y avoir regroupé des civils. Et d’ailleurs, beaucoup de survivants racontent, eux aussi, ce qu’ils pensent être une stratégie de l’EI pour provoquer un carnage. « Leurs snipers se postent sur les toits des maisons, où ils forcent les gens à se regrouper » afin d’attirer sciemment des raids aériens, accuse notamment un docteur interrogé par l’envoyé spécial du Temps. « Leurs snipers se postent sur les toits, mais jamais ils ne se postent au sommet d’une maison vide : il faut toujours qu’il y ait des civils à l’intérieur. » Certains disent que les snipers disparaissent ensuite, abandonnant les civils à la perspective d’un raid aérien, tandis que d’autres affirment qu’un sniper reste parfois en position, à attendre une mort certaine en compagnie des habitants piégés. Un humanitaire kurde raconte, lui, avoir recueilli des témoignages sur des djihadistes plaçant « des talkies-walkies dans les maisons et les caves où les civils se terrent, afin que le signal attire un raid aérien ».

Mais quelle que soit la stratégie de l’organisation Etat islamique pour entraîner dans sa chute la population de Mossoul, il n’en reste pas moins que la bataille pour la conquête de Mossoul-Ouest s’avère désormais bien différente de celle de Mossoul-Est. Ou dit autrement, au-delà du résultat d’une hypothétique enquête et du comptage des morts, il semble surtout que ce quartier de la vieille ville a été la cible, durant au moins deux semaines durant, de raids aériens et de tirs d’artillerie intensifs. Et en ce sens, cet incident dramatique écrit The Observer, illustrerait une évolution du comportement des forces américaines depuis la prise de pouvoir du président Trump, en janvier. Si les porte-parole américains nient que les règles d’intervention aient changé, la frappe de Mossoul semble suggérer que Trump a bien mis en œuvre sa promesse de lâcher la bride aux commandants. En clair, précise à son tour The New Yotk Times, les conseillers militaires américains auraient reçu l’autorisation de faire appel à des frappes aériennes, sans que celles-ci n’aient été, pour autant, approuvées par le quartier général. Déjà, le 29 janvier, un raid controversé au Yémen, approuvé par le président Trump, avait tué une dizaine de civils, rappelle pour sa part The Washington Post. Par ailleurs, un raid aérien des Etats-Unis dans la province d’Alep en Syrie, le 16 mars dernier (raid qui a fait des dizaines de morts parmi des civils rassemblés dans une mosquée, un rassemblement d’Al Qaïda selon la version du Pentagone), fait lui aussi l’objet d’une enquête.

Bien sûr, vaincre les terroristes de l’organisation État islamique plus rapidement grâce à une plus grande utilisation de la force américaine est un objectif digne, écrit The Washington Post. Mais le faire au prix d’un nombre plus élevé de victimes civiles serait, dit-il, une grave erreur. Ce n’est pas ainsi que doit se gagner une guerre. En réalité, il est même tout aussi important de lutter contre Daech que de réduire au minimum les pertes de civils dans les zones encore détenues par l’organisation État islamique. Car une fois le combat terminé, notamment à Mossoul, le gouvernement irakien dirigé par les chiites devra encore faire face au dur défi politique de stabiliser une ville multiethnique. Et cela sera d’autant plus difficile à concrétiser si les forces pro-gouvernementales, soutenues par la coalition, infligent de lourdes pertes à la population majoritairement sunnite.

 Thomas CLUZEL

Source France Culture,

Voir aussi : Actualité Internationales, rubrique Politique, Politique Internationale, rubrique Défense, rubrique Société, Justice, rubrique Moyen-Orient, Irak, Liban, Syrie, Lybie, Yemen, On line, Qui seront les vrais bénéficiaires de la défaite de Daesh ?,

 

Irak. Des forces gouvernementales accusées de crimes de guerre

Suite à cela, explique Ali Arkady dans le Spiegel, j’ai amené ma famille dans un endroit sûr et j’ai quitté l’Irak, mon pays, parce qu’il était clair que ma vie serait en danger dès que je publierais ces preuves de crimes de guerre.”

Suite à cela, explique Ali Arkady dans le Spiegel, j’ai amené ma famille dans un endroit sûr et j’ai quitté l’Irak, mon pays, parce qu’il était clair que ma vie serait en danger dès que je publierais ces preuves de crimes de guerre.”

Un photojournaliste vient de diffuser des images qui prouvent que la Division d’intervention d’urgence a eu recours à la torture sur des détenus accusés d’être affiliés à l’État islamique. Le gouvernement irakien a lancé une enquête.

L’homme est pendu par les mains, bras derrière le dos et yeux bandés. Son corps vrille à l’extrémité des câbles qui le maintiennent suspendu. Derrière lui, un soldat en uniforme pose sur le haut de son dos un pack de bouteilles d’eau pour redoubler la souffrance. Les images diffusées par la chaîne ABC le 25 mai sont terrifiantes. Filmées par Ali Arkady, photojournaliste irakien, elles témoignent de la torture perpétrée par une force gouvernementale sur des détenus accusés d’être affiliés à l’État islamique.

La diffusion de ces images fait suite à la parution du témoignage du photojournaliste dans Der Spiegel la semaine dernière. “Pas des héros, mais des monstres”, titrait alors le magazine allemand. Ces monstres sont des soldats de la Division d’intervention d’urgence (Emergency response division, ERD) qui dépendent du ministère irakien de l’Intérieur. En octobre dernier, le photojournaliste de 34 ans avait décidé de suivre cette force soutenue par les États-Unis afin de documenter le combat contre l’État islamique pour reprendre Mossoul. Torture, viols, meurtres : rapidement, son reportage a tourné au cauchemar. Il écrit :

Les choses maintenant empiraient, de façon bien pire que ce à quoi je m’attendais ou que j’avais pu imaginer.”

Enquête

Le 25 mai, le gouvernement irakien a ordonné le lancement d’une enquête. “Les allégations d’Arkady soulèvent des inquiétudes quant à savoir si les États-Unis en font assez pour vérifier avec quelles forces ils s’associent pour combattre l’État islamique en Irak, alerte le Washington Post.

Arkady a dit qu’il avait été témoin d’abus en fin d’année dernière, quand la coalition dirigée par les États-Unis a élargi sa mission de conseil et d’assistance afin de travailler en étroite collaboration avec les forces du ministère de l’Intérieur irakien  y compris la Division d’intervention d’urgence – sur les opérations de planification et en fournissant un soutien aérien

Suite à cela, explique Ali Arkady dans le Spiegel, j’ai amené ma famille dans un endroit sûr et j’ai quitté l’Irak, mon pays, parce qu’il était clair que ma vie serait en danger dès que je publierais ces preuves de crimes de guerre.”

Source Spiegel, 26/05/2017

 

Voir aussi : Actualité Internationales, rubrique Politique, Politique Internationale, Comment la France élimine ses ressortissants membres de l’État islamique, rubrique Défense, rubrique Société, Justice, rubrique Moyen-Orient, Irak, Liban, Syrie, Lybie, Yemen,