Les dix annonces du discours de Juncker sur l’état de l’Union

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lors de son discours sur l'état de l'Union, au Parlement européen à Strasbourg, le 13 septembre 2017. / Patrick Hertzog/AFP

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lors de son discours sur l’état de l’Union, au Parlement européen à Strasbourg, le 13 septembre 2017. / Patrick Hertzog/AFP

Le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker a prononcé mercredi 13 septembre son discours sur l’état de l’Union européenne devant les eurodéputés, à Strasbourg. Un texte foisonnant qui trace les grandes lignes de la politique européenne pour l’année à venir.

) Institutions et citoyenneté

Ce que Jean-Claude Juncker a annoncé : « Au cours des prochains mois, nous devrions associer les parlements nationaux et la société civile au niveau national, régional et local aux travaux sur l’avenir de l’Europe », a plaidé le président de la Commission, soutenant l’initiative du président Emmanuel Macron d’organiser en 2018 des « conventions démocratiques dans toute l’Europe en 2018 ».

Il plaide par ailleurs en faveur de la création de listes transnationales, ce qui rendrait « les élections au Parlement européen plus européennes et plus démocratiques ».

Concernant l’exécutif européen, Jean-Claude Juncker a également estimé que « le paysage européen serait plus lisible et plus compréhensible si le navire européen était piloté par un seul capitaine ». En clair, il propose de fusionner sa propre fonction avec celle du président du conseil européen, Donald Tusk.

Analyse. Réticent à lâcher de ses prérogatives concernant la gouvernance de la zone euro, Jean-Claude Juncker donne d’autres gages à Emmanuel Macron en soutenant son initiative de consultation citoyenne. Il rejoint également le président français sur la composition de listes transnationales, mais la mesure déjà maintes fois évoquée ces dernières années n’emporte pas le consensus.

En plein déficit démocratique, l’UE cherche à se légitimer auprès des citoyens qui se sentent dépossédés du projet européen, et qui parfois se retranchent sur un vote nationaliste et populiste. Les changements institutionnels proposés par Jean-Claude Juncker sur le pouvoir exécutif de l’Union, rappelant l’échec du projet de Constitution porté par Valéry Giscard d’Estaing, demanderait une modification des traités. Cette fois avec l’adhésion populaire.

Devant l’Acropole, la démocratie européenne, selon Emmanuel Macron

2) Zone euro

Ce que Jean-Claude Juncker a annoncé :« Je veux une union économique et monétaire plus forte », a lancé Jean-Claude Juncker mercredi 13 septembre. Pour cela, le président de la Commission européenne propose la mise en place d’un « ministre européen de l’économie et des finances qui encourage et accompagne les réformes structurelles dans nos États membres. » Il plaide aussi pour une « ligne budgétaire conséquente dédiée à la zone euro ».

Analyse : La crise de la dette en Europe a mis au jour plusieurs fragilités dans les fondations de la monnaie unique et dans son pilotage. L’euro n’a pas permis de coordonner les orientations économiques de chaque État membre tandis que, facteur aggravant, l’absence de budget spécifiquement dédié à la zone euro n’a pas permis d’atténuer les divergences économiques croissantes entre les pays partageant cette monnaie.

Face à ce constat, Jean-Claude Juncker esquisse des pistes de réformes, comme d’autres avant lui mais avec de fortes nuances. En effet, le dirigeant propose que ce soit un commissaire européen qui joue le rôle de ministre européen de l’économie et des finances, et non pas un des ministres des finances de la zone euro. De même, Jean-Claude Juncker se prononce contre un budget et un parlement spécifiques à la zone euro (deux propositions d’Emmanuel Macron, notamment). Ces deux éléments doivent selon lui être considérés selon lui comme deux sous-ensembles de l’Union européenne et de ses institutions.

Ses propositions feront partie du débat, aux côtés notamment de celles du couple franco-allemand, attendues après les élections outre-Rhin le 24 septembre.

À lire : L’avenir de l’UE passe par le renforcement de l’euro

3) Défense et sécurité

Ce que Jean-Claude Juncker a annoncé : « Les cyberattaques sont parfois plus dangereuses pour la stabilité des démocraties et des économies que les fusils et les chars (…) La Commission propose (…) une Agence européenne de cybersécurité, pour mieux nous défendre contre les attaques ».

« Je plaide pour la création d’une cellule européenne de renseignement chargée de veiller à ce que les données relatives aux terroristes et aux combattants étrangers soient automatiquement échangées entre les services de renseignement et la police », a ajouté Jean-Claude Juncker, plaidant pour que le « nouveau parquet européen de poursuivre les auteurs d’infractions terroristes transfrontalières ».

Analyse : Il est vrai que 4 000 cyberattaques ont été enregistrées l’an dernier, et que les actes terroristes se moquent des frontières européennes, comme l’ont encore montré les récentes tueries en Catalogne. Concernant les cyberattaques, il existe déjà, depuis 2004, une agence basée à Heraklion, en Crète, mais il s’agit plutôt d’un fonds documentaire aux ressources limitées. L’essentiel de la coopération sur les attaques se fait en réalité à Tallinn en Estonie sous l’égide de l’Otan. Plus largement, les États sont peu enclins à lâcher leurs prérogatives en matière de sécurité intérieure. La plupart des échanges d’information ont lieu en bilatéral entre pays aux services de renseignement déjà bien étoffés.

À lire : Après le Brexit, cinq scénarios pour cimenter l’Europe

4) Migrations

Ce que Jean-Claude Juncker a annoncé : « Nous allons travailler à l’ouverture de voies de migration légales. La migration irrégulière ne s’arrêtera que lorsque les migrants auront une autre option que d’entreprendre un voyage périlleux ». Jean-Claude Juncker soutient le HCR pour réinstaller 40 000 autres réfugiés originaires de Libye et des pays voisins et faciliter l’accès des migrants à la carte bleue européenne sur les travailleurs qualifiés.

Analyse. À mesure que les frontières européennes se referment, avec la volonté afficher d’expulser plus facilement les étrangers en situation irrégulière, le président de la commission européenne souhaite prendre la main sur le flux migratoire, tant sur le volet asile que sur celui de l’immigration de travail. Cette politique passe nécessairement par un meilleur contact avec les pays de départ. Expulser davantage, en effet, implique d’obtenir les laissez-passer consulaires indispensables au retour. Et endiguer les flux à la source nécessite de solides accords de développement. Or, Jean-Claude Juncker, qui admet les limites des budgets européens, s’en remet à des États membres peu enclins à faire des efforts pour alimenter notamment le fonds fiduciaire pour l’Afrique. Les contributions nationales, sur une enveloppe de 2,7 milliards d’euros, n’atteignent que 150 millions d’euros.

À lire : Réfugiés, les quotas d’accueil conformes au droit européen

5) Accords commerciaux

Ce que Jean-Claude Juncker a annoncé : « Je voudrais que nous renforcions encore notre programme commercial européen (…). Nous venons de conclure avec le Canada un accord commercial (…), nous avons trouvé un accord politique avec le Japon sur un nouveau partenariat économique. Nous avons de bonnes chances de faire de même avec le Mexique et les pays d’Amérique du Sud. Et aujourd’hui, nous proposons d’ouvrir des négociations commerciales avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Je voudrais que tous ces accords soient finalisés d’ici à la fin de ce mandat. Et je tiens à ce qu’ils soient
négociés dans la plus parfaite transparence. »

L’analyse : Là encore, Jean-Claude Juncker prend à bras-le-corps un thème sensible dans l’opinion publique européenne. L’opposition montante au Tafta, le projet de traité de libre-échange transatlantique (finalement en suspens depuis l’élection de Donald Trump), puis l’adoption chaotique du traité avec le Canada, le Ceta, a révélé une méfiance des citoyens envers une Europe jugée ultralibérale. Ses propos sur la transparence accrue des processus de négociation visent à répondre à ses préoccupations. Dans le même temps, ses annonces de projets en cours de négociation indiquent qu’il ne change pas de cap et que le commerce reste une priorité de la Commission. Parce que, justifie-t-il, « le commerce, ce sont des emplois et de nouvelles opportunités pour les entreprises européennes ».

Lire aussi : La commission sur le Ceta rend son rapport au gouvernement

6) Compétences de l’Union

Ce que Jean-Claude Juncker a annoncé :« Je voudrais que notre Union se concentre davantage sur ce qui compte réellement (…) Nous allons créer d’ici à la fin du mois une task force (« force d’intervention ») « Subsidiarité et proportionnalité » pour regarder de plus près toutes nos politiques, afin que l’Europe n’agisse que là où elle a une vraie valeur ajoutée », a déclaré Jean-Claude Juncker. Le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, sera personnellement chargé de piloter ce groupe qui réunira des parlementaires nationaux et européens. Il présentera un rapport dans un an.

Analyse : Régulièrement raillée pour s’intéresser davantage au calibrage des concombres qu’aux grands défis collectifs, l’Union européenne doit en effet mieux cerner son champ d’intervention pour gagner en crédibilité. Un travail a déjà été mené dans ce sens, puisque la commission européenne se félicite d’avoir proposé 25 initiatives par an, contre plus de 100 lors des mandatures précédentes.

Lire aussi : Dix idées pour l’Europe de demain

7) Intérêts stratégiques européens

Ce que Jean-Claude Juncker a annoncé :« L’Europe doit toujours défendre ses intérêts stratégiques (…). Nous proposons aujourd’hui un nouveau cadre de l’UE sur l’examen des investissements. Si une entreprise publique étrangère veut faire l’acquisition d’un port européen stratégique, d’une partie de notre infrastructure énergétique ou d’une de nos sociétés dans le domaine des technologies de défense, cela ne peut se faire que dans la transparence, à travers un examen approfondi et un débat. Il est de notre responsabilité politique de savoir ce qui se passe chez nous afin d’être en mesure, si besoin, de protéger notre sécurité collective ».

Analyse : Jean-Claude Juncker met ainsi ses pas dans ceux de la France, de l’Allemagne et de l’Italie, qui ont proposé en début d’année que les États membres aient la possibilité d’intervenir sur des cas particuliers d’investissements directs étrangers sur des actifs stratégiques, en particulier lorsque ces investissements émanent d’entreprises contrôlées ou financées par des États.

Il reste maintenant à concrétiser cette volonté qui ne fait pas l’unanimité entre les États membres, partagés entre les partisans d’un libre-échange total et ceux qui veulent préserver un droit de regard.

À lire : Les six grands discours sur l’état de l’Union

8) Élargissement

Ce que Jean-Claude Juncker a annoncé :« Si nous voulons plus de stabilité dans notre voisinage, nous devons offrir des perspectives d’élargissement crédibles aux Balkans occidentaux (…). Si nous voulons renforcer la protection de nos frontières extérieures, nous devons laisser la Bulgarie et la Roumanie rejoindre immédiatement l’espace Schengen », estime Jean-Claude Juncker, qui souhaite aussi de faire avancer la candidature croate.

Analyse : Ces déclarations sont surprenantes à l’heure où l’opinion publique européenne s’accorde à dire que l’intégration dans l’UE des pays de l’Est notamment a été sans doute trop rapide. Pour faire passer l’idée, il évoque la protection des « frontières extérieures », les premiers pays d’entrée dans l’Union européenne étant encore aujourd’hui responsable de l’examen de la demande d’asile. C’est aussi une manière de marquer la différence entre les pays éligibles à l’adhésion et la Turquie, qui selon lui « s’éloigne à pas de géants de l’Union européenne ».

À lire : « Emmanuel Macron pose la juste question de l’identité européenne »

9) Travailleurs détachés

Ce que Jean-Claude Juncker a annoncé : Pour Jean-Claude Juncker, « il ne peut y avoir de travailleurs de deuxième classe » dans une « Union entre égaux ». « Ceux qui effectuent le même travail au même endroit doivent pouvoir obtenir le même salaire (…).Nous devons veiller à ce que les dispositions de l’Union concernant la mobilité des travailleurs soient justes, efficaces et imposées partout, avec le soutien d’une nouvelle autorité européenne de contrôle et d’exécution de ces mesures ». Une autorité que « nous créerons », a-t-il assuré.

Analyse : Le thème des travailleurs détachés a cristallisé dans la campagne électorale française 2017 le désamour envers une Europe accusée de mettre les salariés européens en concurrence d’un pays à l’autre. Aussitôt élu, le président Macron est intervenu dans le processus de révision de la directive européenne encadrant le travail détaché, qui était en cours, en proposant notamment de muscler les dispositifs de contrôle et de sanctions en cas de fraude. L’initiative française a provoqué la colère des pays d’Europe centrale, grands pourvoyeurs de travailleurs détachés à l’ouest du continent. Le sommet européen de la fin octobre visera à trouver un consensus entre les différents États, mais aussi la Commission et le parlement européens. Ce sera l’occasion pour Jean-Claude Juncker de préciser sa position, qui va dans le sens d’un contrôle accru mais qui reste floue dans ce discours sur les modalités d’action de cette agence.

À lire : Le travail détaché divise toujours les Européens

10) Climat

Ce que Jean-Claude Juncker a annoncé :« Je veux que l’Europe soit à l’avant-garde de la lutte contre le changement climatique ». En appui de son propos, Jean-Claude Juncker annonce que la Commission « présentera sous peu une proposition de réduction des émissions de carbone dans le secteur des transports ».

Analyse : Les objectifs ne manquent pas pour réduire la pollution. L’UE vise déjà une réduction de 80 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050, par rapport aux niveaux de 1990. Ce qu’il manque à présent, ce sont les moyens pour y parvenir. Car selon Eurostat, deux États membres sur trois continuent de voir leurs émissions augmenter.

Marie Dancer et Jean-Baptiste François

Source La Croix  13/09/2017

Voir aussi : Actualité internationale, Rubrique UE, Grèce, L’Europe contre les peuples, Commission Juncker la finance aux manettes, rubrique Politique, Politique économiqueSociété civile, rubrique Société, Citoyenneté, Opinion,

Brexit : les députés britanniques adoptent le « Repeal Bill »

Des drapeaux européen et britannique flottent sur Parliament Square, lors d’une manifestation pour l’Europe,  le 9 septembre 2017. STRINGER / REUTERS

Des drapeaux européen et britannique flottent sur Parliament Square, lors d’une manifestation pour l’Europe, le 9 septembre 2017. STRINGER / REUTERS

La chambre des Communes a approuvé la loi d’abrogation du droit européen à 326 voix contre 290, après avoir rejeté un amendement travailliste de blocage du texte.

La mise en oeuvre du Brexit a franchi une première étape législative au Parlement britannique dans la nuit du lundi 11 au mardi 12 septembre, avec l’adoption du projet de loi gouvernemental destiné à mettre fin à la suprématie du droit européen au Royaume-Uni.

A l’issue de plus de huit heures de débats lundi, les députés de la chambre des Communes ont adopté ce texte crucial à 326 voix contre 290 en seconde lecture, après avoir rejeté un amendement travailliste de blocage du texte.

Le « Repeal Bill » continuera d’être examiné au Parlement dans les prochains jours. Les députés ont validé en outre le calendrier présenté par le gouvernement pour ce dernier examen, d’une durée fixée à huit jours. Certains élus jugeaient ce délai trop court au vu de la complexité du texte.

May salue « une décision historique »

« Le Parlement a pris la décision historique de soutenir la volonté du peuple britannique et de voter pour une loi qui apporte certitude et clarté avant notre retrait de l’Union européenne », s’est réjoui la Première ministre Theresa May dans un communiqué.

Baptisé « Loi de (retrait de) l’Union européenne », le texte vise à abroger l’« European Communities Act » de 1972 qui avait marqué l’adhésion du Royaume-Uni à l’UE et introduit la primauté du droit communautaire sur le droit britannique.

Il doit transposer telles quelles ou amendées une grande partie des lois européennes dans le droit britannique, un travail titanesque au regard des quelque 12.000 règlements européens qui s’appliquent actuellement dans le pays.

Concrètement, cette loi doit permettre au Royaume-Uni de continuer à fonctionner normalement lorsqu’il aura effectivement coupé le cordon avec l’UE, fin mars 2019 théoriquement, à l’issue du processus de négociation avec Bruxelles.

Pouvoirs exceptionnels

Le ministre du Brexit, David Davis, avait mis en garde dimanche contre un vote de rejet qui équivaudrait à « une sortie chaotique de l’Union européenne ».

Malgré l’opposition du Labour, principal parti d’opposition, du Parti national écossais (SNP, pro-UE et indépendantiste) et du Parti libéral-démocrate, un porte-parole de la Première ministre Theresa May s’était dit confiant lundi dans le résultat du vote, le gouvernement conservateur disposant d’une courte majorité grâce à son alliance avec le petit parti ultra-conservateur nord-irlandais DUP.

Mais la partie n’est pas pour autant gagnée pour l’exécutif, fragilisé depuis les élections générales de juin. Son projet de loi mécontente de nombreux députés, jusque dans les rangs conservateurs, non pas tellement en raison de leur opposition au Brexit, mais plutôt à cause de la méthode préconisée.

Le gouvernement sollicite en effet des pouvoirs exceptionnels afin de procéder lui-même aux lourdes modifications nécessaires pour transposer le droit européen, en s’exonérant du plein contrôle du Parlement (dits « pouvoirs d’Henry VIII », qui s’apparentent aux ordonnances françaises).

Un « coup de force » pour l’opposition

Impensable pour la majorité des députés travaillistes qui y voient un « coup de force », quelques uns d’entre eux s’étant cependant écartés des consignes de vote de leur parti pour se rallier au gouvernement.

« Si je vote contre (…) ce soir, ce n’est pas parce que je vote contre le Brexit. (…) Je vote plutôt contre un Brexit mal géré, qui menace d’affaiblir davantage nos traditions démocratiques établies de longue date et durement acquises », a expliqué la députée travailliste Angela Smith. Contrairement au gouvernement, son parti veut maintenir le Royaume-Uni dans le marché unique européen pendant une période de transition post-Brexit.

Les prérogatives dont pourrait disposer l’exécutif inquiètent également les syndicats. « Il est ulcérant de voir un gouvernement qui a promis de protéger les droits des travailleurs présenter un projet de loi sur le retrait de l’UE truffé de failles sur les droits des travailleurs », avait dénoncé dimanche la secrétaire générale de la confédération syndicale TUC, Frances O’Grady.

Le Brexit continue de diviser au Royaume-Uni, où plusieurs milliers de personnes avait manifesté samedi dans le centre de Londres pour demander au gouvernement d’y « renoncer ».

Source Le Monde.fr et AFP | 12.09.2017

Voir aussi : Actualité Internationale Rubrique UE, rubrique Grande Bretagne, Législativesi. Theresa May en échec, Enclencher la procédure de divorce avec l’UETheresa May prête à repousser le Brexit à 2019, rubrique Economie, rubrique Politique, Politique économique,

1917, année russe. Après la révolution bolchevique, “les femmes ont pu se réaliser dans tous les domaines”

 Les plus lus Disparition. La dernière interview, hilarante, de Jerry Lewis Partager Corée du Nord. Comment Washington a évité la catastrophe Partager Vu du Royaume-Uni. Marche et crève : la légende de la Légion étrangère Partager Espagne. L’auteur présumé de l’attentat de Barcelone abattu Partager Analyse. “Non, tout n’est pas idyllique en Norvège” Partager 1917, année russe. Après la révolution bolchevique, “les femmes ont pu se réaliser dans tous les domaines”     Histoire     Russie     Lenta.ru - Moscou Publié le 02/08/2017 - 11:11 La muse et son amant poète : Lili Brik et Vladimir Maïakovski à Yalta, en 1926. Photo APIC/GETTY IMAGES

La muse et son amant poète : Lili Brik et Vladimir Maïakovski à Yalta, en 1926. Photo APIC/GETTY IMAGES

Les bolcheviques voulaient en finir avec le modèle familial bourgeois. Leur prise de pouvoir a donné le coup d’envoi à une révolution aussi bien féministe que sexuelle. Entretien avec l’historien Alexandre Rojkov, spécialiste de la vie quotidienne, de la jeunesse et de l’histoire sociale.

LENTA.RU : Dans leur modèle de société, quelle place réservaient à l’amour les idéologues du marxisme ?

ALEXANDRE ROJKOV : L’amour s’intégrait dans le “grand récit” marxiste ou révolutionnaire, en lien avec les questions économiques ou politiques essentielles. Marx estimait que le rapport de l’homme à la femme était l’étalon de mesure du niveau de culture de l’individu. Il était partisan de l’émancipation en général (y compris des femmes), et prônait assez fermement la libéralisation du divorce. Engels a écrit que la destruction des fondements économiques de la famille bourgeoise allait modifier le caractère même des relations familiales : le soin des enfants deviendrait l’affaire de la collectivité, qu’ils soient nés d’un mariage ou d’une union civile. Dans le même temps, il reconnaissait ne pas savoir exactement ce qui remplacerait les piliers détruits du mariage.

Qu’en pensaient les bolcheviques ?

Ils ont été constants dans leur volonté d’accorder aux femmes l’égalité des droits. Et les femmes ont eu, en effet, la possibilité de se réaliser dans tous les domaines. Mais il a fallu de nombreuses années pour détruire le fameux “foyer familial” et libérer les femmes de “l’esclavage de la cuisine”, en développant ces réseaux de maternités, de restauration collective, de crèches, de maternelles et d’écoles dont rêvaient les bolcheviques. Comme l’a écrit Trotski en 1936 dans La Révolution trahie, en parlant de “Thermidor au foyer” [la bureaucratisation de l’État ouvrier ayant fait selon lui reculer les acquis de la révolution], le renversement de l’ancien modèle familial avait échoué.

Parmi les ouvrages des penseurs de la sexualité, Douze commandements sexuels du prolétariat, d’Aron Zalkind, publié en 1924, est celui qui a eu le plus de succès. Ce freudo-marxiste enjoignait le prolétariat à préserver son énergie sexuelle afin de garder ses forces pour la lutte des classes. Il convenait selon lui de faire passer le collectif des travailleurs avant l’amour : “Il faut que le collectif soit plus attractif qu’un partenaire sexuel.” Dans le même temps, Zalkind ne concevait la relation sexuelle que dans le sentiment amoureux, et l’acte sexuel comme le stade ultime de l’émotion amoureuse. Il faut également noter les exigences énoncées en matière de fréquence des accouplements, de fidélité envers son partenaire et de responsabilité face à une éventuelle grossesse. Les perversions sexuelles étaient taboues, tout comme le flirt et la jalousie.

En 1923, Alexandra Kollontaï publie un célèbre article, “Place à l’Éros ailé”. Quelle est sa thèse ?

Il n’y est pas tant question d’amour et d’érotisme que de la lutte idéologique acharnée entre deux cultures, celle de la bourgeoisie et celle du prolétariat. Kollontaï explique qu’avec la paix est venu le temps d’ouvrir la voie à l’Éros ailé (l’amour sentimental), car pendant la guerre civile [1917-1923] régnait “l’instinct primitif de reproduction” ou “l’Éros sans ailes”. Il fallait alors préserver les forces morales du prolétariat des “émotions secondaires”. Pour Kollontaï, l’idéologie prolétarienne doit cultiver le sentiment amoureux entre les sexes, dans l’esprit d’une camaraderie solidaire. Et l’amour des uns envers les autres au sein du collectif ouvrier doit se subordonner à un sentiment supérieur – l’amour-devoir envers le collectif.

Dans les années 1920, les jeunes ont créé beaucoup de communautés. Était-ce un environnement favorable pour l’amour du collectif ?

Les années 1923-1924 ont correspondu à l’apogée des communautés. Elles pouvaient se composer de quelques personnes, comme de dizaines, voire de centaines d’individus. “Nous ne voulons plus vivre à l’ancienne?!”, voilà le slogan de la jeunesse étudiante de l’époque. Mais la vie en communauté entrait rapidement en contradiction avec les aspirations personnelles. Généralement ne survivaient que les communautés où la volonté sociale des étudiants répondait à des objectifs plus pragmatiques qu’idéologiques, à savoir la mise en commun de maigres revenus pour ne pas mourir de faim.

Restait-il de la place pour l’amour ?

Nos contemporains imaginent sûrement les communautés comme des foyers de vie sexuelle débridée. Bien sûr, ce n’étaient pas des monastères. Mais deux facteurs au moins faisaient obstacle à la fondation de familles. Le premier était moral : les communards ne se définissaient pas comme maris et femmes, mais comme frères et sœurs. Le deuxième était matériel : les communards, comme tous les Soviétiques, souffraient du manque de logements.

Du reste, chaque communauté avait ses règles. Dans la communauté no 2 de l’université de Moscou, par exemple, il était même interdit de penser à l’amour. Un communard a ainsi voulu inviter au théâtre une komsomol qui lui avait tapé dans l’œil. Le comptable de la communauté a refusé de lui donner l’argent des billets, arguant que ces fonds devaient servir à réparer les semelles “et non à financer l’individualisme”.

Le collectif empêchait donc les couples de se former ?

Pour reprendre l’heureuse métaphore du démographe Anatoli Vichnevski, qui compare la situation du paysan dans la société à une poupée russe (paysan, famille, communauté, État), les communards ne voulaient pas qu’à l’intérieur de la “grande matriochka” de la communauté apparaissent de petites “matriochkas familiales”. La famille et l’amour risquaient de détruire l’unité de la communauté, et les communards s’opposaient instinctivement à toute aspiration séparatiste.

Quels ont été les changements dans la manière d’entamer une relation sexuelle ?

L’entremêlement chaotique de différentes pratiques sexuelles, le retour de la question de l’amour libre et la destruction rapide des anciens principes de morale sexuelle permettent de parler de changements explosifs et dionysiaques. Le rapport aux relations sexuelles a surtout évolué dans la psychologie féminine. Une étudiante des années 1920 reconnaissait avec fierté :

Nos filles savent parfaitement ce qu’elles attendent des gars. Beaucoup d’entre elles s’accouplent avec eux sans ‘remords’ particulier, suivant leur inclination naturelle.”

Deux décrets bolcheviques, adoptés les 19 et 20 décembre 1917, ont été les pierres angulaires de cette révolution sexuelle : le décret “Sur le divorce” et celui “Sur l’union civile, les enfants, et l’inscription à l’état civil”, que Lénine voyait comme une révolution du mariage. On considérait désormais comme mari et femme tout couple qui vivait d’un commun accord en concubinage. L’homme perdait son pouvoir sans limites au sein de la famille, la femme devenait un partenaire égal en droits au sein du couple.

On ne peut pas analyser ce phénomène sans prendre en compte ce que l’on appelle la seconde phase de transition démographique, avec le passage de la famille nombreuse à une famille plus réduite, lié à la nécessité de planifier et de réguler la natalité – qui a conduit, dès le début, le régime soviétique à autoriser l’avortement. Cela est essentiel pour comprendre les raisons, les conditions et la teneur de la révolution sexuelle, bien plus que les jeunes femmes nues dans les rues de Petrograd exhibant des banderoles “À bas la pudeur !”

Les jeunes hommes percevaient-ils les femmes comme enfin plus accessibles ?

Dans certains cercles de jeunes prolétaires, le viol des “bourgeoises”, des nobles, était perçu comme le triomphe de la justice de classe. Et, au début, le droit révolutionnaire ne punissait pas plus sévèrement ces viols que le vol d’un hareng. De même, les “camarades” du Komsomol semblaient accessibles (ou du moins étaient perçues comme telles par les hommes). Il était considéré plus normal d’avoir une relation sexuelle sans amour avec un membre du Komsomol que de payer une prostituée.

Dans les années 1920, le nombre de viols a explosé, au point de devenir une menace réelle pour l’ordre public. Beaucoup de komsomols, en particulier à la campagne, se distinguaient par leur débauche sexuelle. Les filles qui refusaient d’avoir des rapports avec les fonctionnaires du Komsomol étaient souvent exclues de l’organisation sous un faux motif. Les persécutions prenaient diverses formes, allant jusqu’au meurtre pour avoir refusé “l’amour libre komsomol”.

Comment a évolué le rapport à l’homosexualité ?

Avant la révolution, l’homosexualité masculine était interdite en Russie, mais les pratiques homosexuelles des personnalités riches et célèbres n’étaient pas réprimées par la police [le lesbianisme, lui, n’était pas puni par la loi]. Avant comme après la révolution, la société, à l’exception des milieux bohèmes de la capitale, percevait l’homosexualité comme une anomalie, une dépravation, mais sans agressivité particulière. On fermait les yeux.

En arrivant au pouvoir, les bolcheviques n’ont pas inscrit les rapports homosexuels consentis entre majeurs au Code pénal de 1922. Il faut noter que cette attitude progressiste découle d’un rapport négatif à l’Église orthodoxe russe. D’ailleurs, dans le Caucase et en Asie centrale, la pénalisation de l’homosexualité a été maintenue. Puis, en 1934, elle a été réintroduite discrètement dans le Code pénal soviétique [et est restée en vigueur jusqu’en 1993].

Dans les années 1930, nombre des acquis de la révolution sexuelle ont été emportés par une vague conservatrice. Qu’est-ce qui a déclenché ce processus ?

Au milieu des années 1920, le discours des idéologues du pouvoir sur l’amour, la famille et le mariage devient plus nuancé. Dans les discours et les écrits de Nikolaï Boukharine, Anatoli Lounatcharski, Léon Trotski, on décèle la volonté de calmer les ardeurs des prolétaires. Le concept d’amour libre est désormais présenté comme une sorte d’ivresse révolutionnaire dont il est temps de se débarrasser. Au milieu des années 1930, on assiste véritablement au gel du discours officiel sur la question sexuelle. Les autorités introduisent dans la conscience collective l’idée d’ascétisme et de désérotisation. Jusqu’aux années 1990, le moralisme va régner dans la sphère de l’intime, atteignant son apogée avec la fameuse thèse : “Il n’y a pas de sexe en Union soviétique.”

Maria Soboleva
Source Le courrier International, 02/08/2017, Lenta.ru Moscou

TROIS ÉGÉRIES RÉVOLUTIONNAIRES

AlexandraKollontaiAlexandra Kollontaï (1872-1952) – Commissaire du peuple à l’Assistance publique dans le gouvernement bolchevique, de novembre 1917 à mars 1918, elle a été la première femme ministre de l’histoire. Surnommée la “Walkyrie de la révolution”, elle préconisait “la légalisation de la bigamie et de la polyandrie”. On lui doit la formule : “Pour un communiste, l’acte sexuel doit être aussi simple que boire un verre d’eau.”

 

AVT_BRIK-LILI_8770Lili Brik (1891-1978) – Muse et grand amour du poète révolutionnaire Vladimir Maïakovski, la sœur d’Elsa Triolet a aussi été l’inspiratrice de nombre de grands artistes de l’avant-garde russe. Son époux Ossip Brik a dû accepter toutes ses liaisons, quitte à vivre en ménage à trois. “Si Kollontaï a fait l’époque, Brik en a été le plus pur produit”, écrit le magazine féminin russe Aprel.

1753-21Inès Armand (1874-1920) – Après avoir épousé la cause socialiste, cette Française d’origine a été la maîtresse de Lénine, cohabitant un temps avec ce dernier et son épouse, Nadejda Kroupskaïa. “Si Kollontaï et Brik étaient des praticiennes de la révolution sexuelle, Armand en était la théoricienne”, écrit Arpel. “Elle a été à l’origine de la création de la section féminine du Comité central, qui travaillait à élaborer une politique d’émancipation et de libération sexuelle. Mais après sa mort, il ne s’est trouvé personne pour prendre sa relève.”

 

Brian Aldiss, fin de l’escale

L'écrivain Brian Aldiss est mort le 19 août, à l'âge de 92 ans. Photo DR

L’écrivain Brian Aldiss est mort le 19 août, à l’âge de 92 ans. Photo DR

L’écrivain et essayiste britannique, légende de la science-fiction, est mort le 19 août à 92 ans.

Une de ses nouvelles avait tellement fasciné Stanley Kubrick que le réalisateur avait rêvé pendant vingt ans de l’adapter. Ce fut fait par Steven Spielberg sous le titre d’Intelligence artificielle (IA, 2001). Brian Aldiss avait écrit cette histoire d’enfant androïde qui désespère de toucher le cœur de sa mère adoptive en 1969 pour la revue Harper’s Bazaar. L’écrivain britannique, grand maître de la science-fiction, récusait cette seule étiquette. «Je ne suis pas qu’un auteur de SF, disait-il à Libération lors d’une rencontre à Paris en 2001, devant un whisky dans un café du quartier de Saint-Germain qu’il affectionnait tous deux. Je suis un écrivain avant tout.» Ce grand homme tenait alors avec classe ses 75 ans et publiait en français chez Métailié un crépusculaire roman de genre, Mars la blanche, en même temps qu’une fiction crétoise facétieuse, la Mamelle de Némésis.

(…)

Ses sujets rejoignent alors les préoccupations sociales et expérimentales du courant de la SF anglaise, la New wave, apparu dans les années 60, dont il sera une des figures avec J.G. Ballard et John Brunner. Comme eux, il collabore à la revue qui l’incarne, New Worlds, dirigée à partir de 1964 par Michael Moorcock. Son roman Croisière sans escale (1958) raconte la rencontre de Roy Complain avec un vaisseau naviguant depuis tant de générations de Terriens que ses passagers en ont oublié pourquoi ils sont là. «L’histoire que voici est celle d’une idée sublime», souligne le prologue. Ce roman mal reçu à l’époque est désormais un classique. Son expérience à Sumatra et en Birmanie lui inspire un recueil de nouvelles post-apocalyptiques (le Monde vert, 1962, prix Hugo). En 1968, il imagine une tour implantée en Inde au début du XXIe siècle qui permet l’observation d’une population enfermée subissant sa surcroissance. La Tour des damnés, réédité en 2013 aux éditions du Passager clandestin, fait alors écho à des préoccupations de l’époque explorées aussi dans des dystopies de Harry Harrison (Soleil Vert, 1966) ou de John Brunner (Tous à Zanzibar, 1968).

Frédérique Roussel

article complet

Source : Libération 21/08/2017

Voir aussi : Rubrique Littérature, Littérature Anglo-saxone,

Des connivences entre Trump et l’extrême droite ?

DHcaObxXcAA6q86Il ne faut jamais sous-estimer la tendance putschiste-sécessionniste des petits blancs racistes américains conduits par le capital sudiste

Le président américain Donald Trump a de nouveau relativisé les violences racistes commises à Charlottesville. En conséquence, de nombreux grands patrons ont quitté son comité de conseil, tandis que les critiques fusent chez les démocrates et les républicains. Il n’a été félicité que par les figures de l’extrême droite. Les journalistes estiment qu’il a commis un impair honteux et dépassé les bornes.

L’attitude de Trump est d’une bêtise historique, estime Libération :

«En moins de 140 signes, selon la rhétorique trumpiste, voici ce qu’on peut dire de la dernière déclaration de Donald Trump : c’est une stupidité honteuse digne d’un crétin raciste. Plus gravement, c’est aussi une insulte à l’identité américaine telle qu’elle s’est construite à travers tant de combats. … Par sa complaisance envers des mouvements ouvertement racistes, cette sortie prend une importance historique. Jamais un président américain n’avait à ce point contredit les principes sur lesquels se fonde la démocratie dans son pays. Par son approbation implicite du ‘suprémacisme blanc’, c’est une insulte aux rédacteurs du 14e amendement de la Constitution des Etats-Unis, sur laquelle Trump a prêté serment et qui fait de chacun aux Etats-Unis un citoyen, quelle que soit son origine ethnique.»

Trump n’est qu’un raciste

Les paroles et les actes de Trump sont univoques, commente le quotidien Phileleftheros :

«Le fait qu’il ait besoin des partisans d’extrême droite n’est pas la seule raison pour laquelle il les soutient. Au plus profond de lui-même, il est des leurs. C’est ce que tendent à prouver ses mots et ses gestes. C’est le président qui a nommé le moins de femmes dans son gouvernement et usé des paroles les plus indignes à leur encontre. C’est le président qui fait voter des décrets contre l’entrée de certains groupes religieux sur son territoire. C’est également le président qui nous parle de lutte contre la criminalité à chaque fois qu’un Afro-américain est tué par un policier blanc. En d’autres termes, il ne peut être qualifié que de raciste.»

Le Ku-Klux-Klan exprime sa gratitude

Il n’était pas difficile de trouver des reproches à faire à Trump, mais avec ses récentes déclarations, plus personne ne peut le défendre, prévient Ilkka :

Le président a approuvé tacitement les actes violents des néonazis qui ont sévi à Charlottesville, après qu’une personne a foncé dans la foule avec sa voiture, tuant une manifestante. … Il ne souhaite pas s’en prendre aux racistes, car les membres du Ku-Klux-Klan font partie de ses soutiens dans les Etats du Sud. Le leader du KKK s’est d’ailleurs félicité de la réaction du président, qu’il a remercié publiquement. … Lorsque des néonazis commencent à adresser leurs remerciements, c’est qu’on est allé trop loin.»

Même les républicains prennent leur distance

Trump se considère comme le président des républicains les plus conservateurs et des forces antidémocratiques les plus extrêmes, constate Die Welt :
«Après plus de six mois à la tête des Etats-Unis, il ne s’adresse pas à son pays, mais à un ‘mouvement’ qui lui a permis d’accéder aux fonctions présidentielles. Il semble s’accommoder de la radicalisation de certains groupes. Pourtant, il n’a rien à y gagner : plus il se solidarise avec cette frange peu reluisante de la société américaine, plus il repousse les républicains les plus conservateurs. Les Etats-Unis sont très attachés à la liberté de parole. Une grande majorité de la population, y compris les blancs racistes ou les extrémistes du KKK, reconnaissent son importance. … Mais un président qui minimise indirectement les actes de ces fanatiques ne peut être défendu que par ceux qui approuvent ce type d’agissements.»

La fuite des conseillers est une douche froide

Suite à la relativisation des débordements racistes à Charlottesville, plusieurs grands patrons ont quitté leurs fonctions de conseillers auprès du président américain. Des départs qui le toucheront de plein fouet, se réjouit l’écrivain et chroniqueur Hugo Camps dans De Morgen :
«Leur décision a d’autant plus d’impact qu’ils sont l’incarnation de ces sociétés modernes et innovantes qui étaient le point d’orgue de la rhétorique électorale de Trump. Les démissions en série de ces géants du monde de l’entreprise sont un coup fatal porté aux discours sur l’importance de l’économie martelés par le président américain. … En réalité, ces PDG redoutent le débat public et évitent de prendre position vis-à-vis des problèmes sociétaux actuels. … Mais lorsqu’il s’agit de s’opposer à la haine et l’intolérance, l’inaction n’est pas une option.»