Vers un populisme néolibéral ?

a-lencontre-debat-populaire-ou-populisme-a-propos-de-louvrage-deric-fassin-populisme-le-grand-ressentiment

De Jair Bolsonaro au Brésil à l’AfD allemande, passant par la victoire du Brexit au Royaume-Uni, les «populismes» à l’œuvre dissimulent le succès d’un néolibéralisme de droite dure, écrit l’historien Jean-Baptiste Fressoz dans un texte confié à Mediapart.

À en croire le président Macron et bon nombre de commentateurs politiques, les démocraties libérales et l’ordre économique international seraient dorénavant placés sous la menace du « populisme ». Ce mot à la fois valise et obus, si changeant qu’il a pu désigner tour à tour Hugo Chavez et Donald Trump, possède un invariant : à savoir l’idée d’une révolte du peuple contre les élites politiques, économiques et culturelles, une révolte des perdants de la globalisation contre les tenants du multilatéralisme et du libéralisme.

Car au fond, si depuis les années 2000, le mot de « populisme » est redevenu populaire c’est bien parce qu’il permet de mettre en scène le caractère presque héroïque d’une idéologie libérale privée d’ennemi depuis la disparition du spectre communiste.

Le problème des discours sur le populisme est qu’il renomme et maquille les succès actuels d’un néolibéralisme de droite dure. Prenons quelques exemples : Jair Bolsonaro en passe d’accéder à la présidence du Brésil est misogyne, raciste, homophobe et nostalgique de la dictature, et ce pédigrée impressionnant fait presque oublier qu’en termes économiques, c’est un néolibéral : il prévoit de privatiser en masse et de réduire les aides sociales. Les investisseurs saluent sa victoire prévisible : l’indice de la bourse de Sao Paolo a augmenté 5,7% ; l’action de Pétrobras qui risque d’être privatisé de près de 10%.

De même pour l’AfD allemand ou le FPÖ autrichien, trop vite rangés sous l’étiquette « populiste », le rejet de l’Europe et des réfugiés ne signifie absolument pas celui de la globalisation économique et du libéralisme. Bien au contraire : ces partis, issus de pays prospères et pleinement bénéficiaires de la globalisation, promeuvent une libéralisation des échanges internationaux sous l’égide de l’OMC et un programme néolibéral de réduction de l’Etat.

L’AfD fondée en 2013 proteste contre la politique européenne de la chancelière Angela Merkel, non pas pour le calvaire infligé au peuple Grec, mais au contraire pour l’excessive douceur de la Commission Européenne à son égard. Alors que l’Union Européenne apparaît souvent comme une machine néolibérale, surtout depuis la crise de 2008, les néolibéraux populistes n’ont cessé de voire dans l’Europe une institution quasi-socialiste.

Prenons enfin le cas du Brexit. Les statistiques électorales paraissent confirmer la thèse du spectre populiste : les trois quarts des britanniques sans diplôme ont voté pour le Brexit, de même que 59% de ceux qui gagnent moins de 20 000 livres par an. Deux objections néanmoins. Premièrement, la question économique est en fait moins explicative que celle des « valeurs » autoritaires et conservatrices qui sont étroitement corrélées au vote Brexit.

Comme l’a montré Eric Kaufman, politiste à Birbeck College, le soutien à la peine de mort est un déterminant du vote Brexit statistiquement beaucoup plus fort que le revenu ou le niveau d’étude. Que l’on soit riche ou pauvre, habitant le nord désindustrialisé ou le sud prospère, le soutien à la peine de mort surdétermine le vote Brexit.

Deuxièmement, ce n’est évidemment pas le « peuple » ni le « protectionnisme » qui ont enclenché le Brexit, mais les députés conservateurs eurosceptiques. Deux historiens Quinn Slobodian et Dieter Plehwe dans un remarquable article à paraître « Neoliberals against Europe » retracent l’étrange chevauchée des torys eurosceptiques.

Le Brexit naît dans les think tanks néolibéraux anglais des années 1980 défendant un libre échange radical, la dérégulation et la baisse des dépenses publiques. Leur histoire commence en 1988 quand Margaret Thatcher prononce à Bruges un important discours explicitant sa vision de l’Europe comme une famille de nations unies par la compétition économique et la chrétienté et vilipendant les tendances bureaucratiques de l’UE.

Le Groupe de Bruges naît à ce moment là. Il est initialement dirigé par Ralph Harris, longtemps secrétaire de la Société du Mont Pèlerin, un think tank avant la lettre, célèbre pour avoir défini les bases du néolibéralisme contemporain dans l’immédiat après guerre. Antonio Martino, le président du Mont Pèlerin est aussi membre du groupe de Bruges.

Il sera un des fondateurs de Forza Italia en 1994 et deux fois ministre sous Berlusconi. A ses origines, le groupe de Bruges bataille pour « réformer » l’Europe, pour imposer son programme néolibéral contre Delors et contre la PAC, symboles honnis d’une « Europe sociale » et protectionniste. Il plaide pour une Europe des nations et explique « promouvoir un patriotisme sain et naturel ».

Mais à la fin des années 1990, ses membres anglais plaident pour une sortie de l’UE qui tout comme l’URSS doit s’effondrer sous le poids de ses contradictions. Le Groupe de Bruges rejoint alors la position de nombreux autres think tanks plus radicaux tels le European Research Group ou encore le Center for the New Europe, ce dernier étant à la fois eurosceptique et climatosceptique, tissant des liens avec l’extrême droite américaine anarchiste et ultra-libérale.

Et c’est bien dans cette grenouillère néolibérale de droite dure que se développent les arguments du Brexit. Le European Research Group fondé en 1994 fut ainsi un forum pour les ténors du UKIP avant de devenir actuellement le point de ralliement des partisans d’un Brexit dur menés par le député Jacob Rees-Mogg.

En cultivant l’idée d’un populisme issu des victimes de la globalisation, on passe à côté du populisme de droite, un mouvement transnational puissant à la fois néolibéral, nationaliste et pro-globalisation.

Jean-Baptiste Fressoz

Source Blog Médiapart 11/10/2018

Jean-Baptiste Fressoz est historien des sciences, des techniques et de l’environnement au CNRS, auteur de L’Apocalypse joyeuse, une histoire du risque technologique (Seuil, 2012) et co-auteur de L’événement anthropocène (Seuil, 2013).

En Allemagne, des migrants logés à Dachau

2114723lpw-2114755-article-newzulu-jpg_3067312_660x281

Transformer un camp de concentration en centre d’accueil pour migrants, une idée de mauvais goût ? C’est pourtant la décision de la ville de Dachau.

La ville de Dachau, dans le sud-est de l’Allemagne, a décidé de loger les migrants dans un lieu tristement célèbre, l’ancien camp de concentration. Les réfugiés sont logés sur le « herb garden », situé en face du mémorial, une sorte de potager que cultivaient les juifs déportés pour nourrir la population allemande. À l’entrée du site, l’inscription « Pensez à comment nous sommes morts ici », gravée sur une pierre, rappelle que plus de 40 000 personnes sont mortes dans ce camp entre 1939 et 1945.

Selon Gabriele Hammermann, la directrice du mémorial du camp de concentration de Dachau, « héberger les réfugiés dans un endroit qui symbolise la torture et la mort » n’est pas un geste très « accueillant ». Le maire de la ville, Florian Hartmann, met en avant « un but social utile », car, selon lui, les réfugiés ne peuvent pas « avoir des appartements aux tarifs du marché », explique-t-il sur le site du Guardian.

Un lieu chargé d’histoire

« Bien sûr, c’est bizarre, mais j’aime mieux ça que voir les gens dans la rue », admet le maire de Dachau sur le site allemand Deutschlandradio Kultur. L’idée n’est d’ailleurs pas nouvelle, elle a été mise en place avant l’arrivée massive de réfugiés ces dernières semaines. Peter Himmelsbach, un jeune commerçant allemand de 28 ans qui visite Dachau pour la toute première fois, estime pour sa part que « la crise des réfugiés, c’est une chance de racheter » la Shoah.

Si en Allemagne cela pose un vrai cas de conscience, ce n’est pas le cas pour les réfugiés. Ashkan, un Afghan de 22 ans, cité dans le Guardian, ne connaît pas grand-chose à l’histoire allemande et n’a pas eu le temps de visiter le camp.  »Je voulais juste un toit au-dessus de ma tête », résume-t-il.

Source Le Point 21/09/2015
Voir aussi : Les articles du  Times of Israel Staff et du Monde,

 

Espagne: ouverture du premier procès des bébés volés du franquisme

Inés Madrigal accuse Eduardo Vela de l'avoir séparée de sa mère biologique et d'avoir falsifié son acte de naissance, en juin 1969. Photo Reuters

Inés Madrigal accuse Eduardo Vela de l’avoir séparée de sa mère biologique et d’avoir falsifié son acte de naissance, en juin 1969. Photo Reuters

En Espagne, le premier procès des bébés volés s’est ouvert ce mardi 26 juin. Et ce, des années après ce scandale de nouveaux-nés soustraits à leurs familles, déclarés morts sans qu’on leur en fournisse la preuve et vendus ou confiés à des foyers d’adoption, notamment sous le régime de Franco, mais aussi après le retour à la démocratie. Un ex-obstétricien, Eduardo Vela, 85 ans, dénoncé depuis des années par des associations, est jugé à Madrid.

 

Des bébés volés pour des raisons idéologiques ou financières

Pour la première fois en Espagne est mis en procès un ancien medecin pour avoir subtilisé un bébé à la naissance, avant de le passer à une famille adoptive. Eduardo Vela, ancien gynécologue, est passible de 11 années, voire 13 années de prison de 350 000 euros d’indemnités. Ce procès s’inscrit dans l’un de plus grands scandales de ces dernières années en Espagne : l’affaire des bébés volés, des nourrissons arrachés à leurs mères pour les vendre ou les remettre à d’autres familles. Pour des raisons idéologiques ou financières.

Il n’a pas été possible d’arracher le moindre aveu à Eduardo Vela. « Je ne sais », « je ne m’en souviens pas », « je ne peux pas vous le dire »..Ce sont les formules qui sont revenues en permanence dans sa bouche, rapporte le correspondant de RFI à Madrid, François Musseau.

Et pourtant les évidences sont assez fortes. Inés Madrigal, née en 1969, a vu le jour dans le même hôpital de Madrid où il travaillait. Au moment de sa naissance, Eduardo Vela a dit à ses parents biologiques qu’elle n’avait pu survivre à l’accouchement. Faux, puisque peu après le médecin sans scrupules l’avait remise à une femme stérile. Motif : Inés Madrigal provenait d’une famille de gauche, détestée par le dictateur Franco. La famille d’accueil elle approuvait le Caudillo.

Aujourd’hui, Inés Madrigal sait qu’elle a été volée à sa naissance. Et comme elle, des milliers d’enfants, ceux que l’on a appelé les bébés volés du franquisme. L’ancien gynécologue Eduardo Vela voulait à tout prix éviter ce procès, prétextant une maladie terminale. Mais son médecin a estimé que son état de santé était bon.

 

Entre 1936 et 1987, des milliers de bébés ont été volés

Entre 1936 et 1987, des milliers de nouveaux-nés ont été victimes de ce trafic. Et pour la première fois, l’un des protagonistes va devoir s’expliquer devant les juges.

Eduardo Vela a 85 ans et était obstétricien à la clinique San Ramón. Dénoncé depuis longtemps par les associations, il est accusé par Inés Madrigal, âgée de 49 ans, de l’avoir séparée de sa mère biologique et d’avoir falsifié son acte de naissance.

Le combat d’Inés Madrigal est aussi celui de nombreux enfants de la période franquiste, aujourd’hui adultes, pour connaître la vérité de leurs parcours.

Si Inés Madrigal a la chance de voir son cas traité par la justice, c’est parce qu’elle a pu bénéficier de l’aide et du témoignage de sa mère adoptive aujourd’hui décédée. Celle-ci a raconté de quelle manière le gynécologue-obstétricien lui avait proposé un bébé, conseillé de simuler une grossesse, puis avait établi des papiers officiels la reconnaissant comme la mère biologique du bébé.

En 2013, Eduardo Vela avait reconnu devant le juge d’instruction avoir signé « sans regarder » le dossier médical qui indique qu’il a assisté à l’accouchement. C’était en juin 1969. Onze ans de prison ont été requis pour Eduardo Vela qui a demandé, sans succès, à ne pas assister aux audiences en raison de son grand âge.

 » Il suffisait que tu te trouves au mauvais endroit au mauvais moment, et voilà. Mon mari et moi, avons eu un bébé prématuré de 7 mois…On l’a vu pendant 5 jours, le 6ème jour on nous a empêché de le voir, on nous a dit qu’il était mort. Mais ils nous ont dit, que ce qui serait bien c’est que je continue à apporter du lait. Mais s’il était mort, pourquoi est ce que je devais apporter du lait ? « 
Témoignage en espagnol de Maria Cruz Rodrigo, victime du vol de bébés en 1980 à Madrid et présidente de l’association SOS bébés volés Madrid
Témoignage recueilli par nos confrères de la rédaction Amérique latine 26/06/2018

Écouter

 

Punir les «rouges»

Les bébés volés du franquisme sont nombreux. Selon les associations, ils seraient des dizaines, voire des centaines de milliers. Après la guerre civile (1936-1939), retirer les bébés à leurs mères était une manière de punir les opposantes, puis dans les années 1950, ce sont les bébés nés hors mariage ou dans des familles pauvres qui ont plus particulièrement été victimes de ce trafic.

Jusqu’en 1987, des enfants ont été volés à leurs familles biologiques en toute impunité, avec la complicité de l’église catholique. Le procès qui s’ouvre est donc historique.

Source RFI 26-06-2018

à écouter: Espagne: un passé franquiste douloureux

Géographies en mouvement. Le vieux monde contre les ZAD

ea11641fba532343fae27b9f8085a3bd

Après l’enterrement du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, on pouvait s’attendre à ce que l’État cède la ZAD à ses occupant·e·s. Pour comprendre l’obstination du gouvernement à évacuer la zone, il faut examiner les fondements géographiques de l’État moderne.

Le 17 janvier 2018, après des décennies de bras de fer, l’exécutif renonce officiellement à construire un aéroport à quelques kilomètres au nord-ouest de Nantes. Depuis 2008, des groupes opposés au projet occupaient la Zone d’aménagement différé, rebaptisée «Zone à défendre». Pour justifier leur évacuation malgré l’arrêt du projet, le Premier ministre se fend d’un message ferme: pas question de laisser « des zones s’enkyster sur des parties du territoire national ».

Si Édouard Philippe parle au pluriel, c’est qu’il pense à Notre-Dame-des-Landes, mais aussi à d’autres lieux de contestation: des zadistes s’opposent, à Bure, à l’enfouissement de 70 000 mètres cube de déchets nucléaires avec la bénédiction de Nicolas Hulot et le soutien logistique de la gendarmerie, d’autres tentent, à Kolbsheim, de bloquer le projet de contournement autoroutier de Strasbourg, d’autres encore ne veulent pas des 400 boutiques d’Europa City à Gonesse(1).

Le point commun de ces ZAD? Elles mobilisent l’espace, courroie de transmission entre nous et le monde, pour proposer d’autres rapports humains, et donc précisément d’autres formes d’interaction collective avec les lieux. De quoi donner de l’urticaire au gouvernement, émanation d’un territoire conquis, contrôle, maîtrisé.

Trois siècles et demi d’État westphalien

Alors gare aux kystes, s’emporte le Premier ministre, et le sens de sa fine métaphore médico-géographique se trouve en partie dans un événement vieux de près de 370 ans. En octobre 1648, la paix de Westphalie met fin à la guerre de Trente Ans, une suite de conflits entre puissances européennes – notamment la France et le Saint-Empire germanique. Cette paix inaugure la domination de la France de Louis XIV sur l’Europe, mais pas seulement: les traités cèlent un nouvel ordre politique européen, et avec lui un nouvel ordre géographique.

Désormais, en lieu et place de royaumes aux frontières floues, d’empires exerçant une autorité variable sur des territoires pas toujours contigus, de principautés et autres cités-États, un État aux frontières nettes et reconnues internationalement servira de modèle.

Pour le dire à la manière de Bernard Debarbieux (1), l’État westphalien surgit, à la fin du 17e siècle, au cœur de notre «imaginaire de l’espace» – d’autres parleraient d’idéologie. Traduction: le territoire devient la référence sur laquelle se fonde l’État pour se penser lui-même, celui-ci se définit par l’existence de celui-là.

Quelques siècles plus tard, il nous est difficile de penser le monde autrement qu’à travers cette «croyance partagée» en un territoire étatique aux contours bien délimités. Et sait-on jamais, si la croyance venait à faiblir, des limites matérielles viennent la renforcer ici et là: bornes, panneaux, barbelés, murs et autres incarnent notre imaginaire collectif de la frontière.

L’État, ce nouvel objet politique et géographique, ne fait pas irruption sans raison dans les esprits européens. Il va servir, explique Paul Claval (2), de support à l’utopie moderne. L’unification juridique et politique d’un territoire – et donc d’abord sa délimitation – permet au pouvoir central et ses relais locaux de faire respecter les mêmes règles et de mettre en œuvre les transformations techniques et sociales inspirées par les penseurs de la Renaissance et des Lumières. L’État souverain exerce son autorité sur un espace en théorie homogène – d’où par exemple la chasse aux langues régionales – et sa police doit notamment empêcher la formation de zones de non-droit.

Voilà la première faute, impardonnable, des ZAD : elles commettent, par leur existence même, un crime de lèse-majesté. Le pouvoir politique tel que nous le concevons depuis bientôt quatre siècles ne peut tolérer des «trous» dans son territoire.

Frontières externes et internes

Derrière l’utopie moderniste, ou du moins à ses côtés, se tient le projet capitaliste. Durant les 16e et 17e siècles, le capitalisme marchand prend son essor au rythme de la désintégration du système féodal et l’État trouve là une deuxième raison d’être. Colbert, bourgeois propulsé au sommet de l’État par Louis XIV, a besoin du cadre territorial pour mettre sur pied sa politique de développement productif du pays, inspirée par les théories économiques mercantilistes (3).

Et ce n’est pas pour rien si, en même temps que s’affirme en Europe l’État moderne, s’enclenche un processus de marchandisation de la terre. La propriété foncière ne va plus être réservée à la noblesse et la société va devenir, selon le mot d’Hannah Arendt (4), une «organisation de propriétaires». Dans un État moderne, ajoute la philosophe, «les hommes n’ont en commun que leurs intérêts privés», et ils exigent de l’État qu’il préserve ces intérêts. En première ligne: la garantie de la propriété foncière, sur un territoire désormais délimité par des frontières externes mais aussi internes.

La Zad, une hétérotopie

Face à cette puissante idéologie spatiale associant frontières étatiques et propriété foncière, les ZAD proposent une vision du monde concurrente quoique minoritaire. Elles ouvrent des horizons, au propre comme au figuré: des espaces partagés, sur lesquels s’appliquent d’autres logiques que la rentabilité de la terre et la compétition entre individus.

Elles ont tout des hétérotopies, terme forgé par Michel Foucault il y a un demi-siècle (5). Elles sont des «contre-emplacements, des sortes d’utopies effectivement réalisées», des espaces «autres». Elles offrent des poches de résistance où la proposition d’une autre société accompagne la contestation de la société comme elle est.

Si notre rapport au monde et aux autres individus est médiatisé par l’espace, alors détruire les ZAD, c’est détruire la possibilité d’autres interactions, d’autres modes d’existence. C’est interdire toute innovation sociale et géographique. C’est, de la part d’un exécutif clamant sa modernité, une manière de s’accrocher à un vieux monde et à un système de pensée vieux de plus de trois siècles et demi.

Source Blog Libé Géographie en mouvement 07/05/2018


* Manouk Borzakian est géographe et enseigne à Lausanne. Ses recherches portent sur les pratiques culturelles et les représentations de l’espace au cinéma. Il est le rédacteur du blog ciné-géographique Le Monde dans l’objectif.

(1) Pour un tour de France des Zad avec Libé, c’est ici.

(2) Debarbieux, Bernard, L’espace de l’imaginaire, CNRS éditions, 2015.

(3) Claval, Paul, L’aventure occidentale, Éditions Sciences humaines, 2016.

(4) Beaud, Michel, Histoire du capitalisme, Seuil, 2010.

(5) Arendt, Hannah, Condition de l’homme moderne, Pocket, 2002 (1958).

(6) Foucault, Michel, « Des espaces autres », in Dits et écrits II. 1976-1988, p. 1571-1583. 1994 (1984).

Frédéric Jacques Temple : « Voyager c’est découvrir et surtout se découvrir autre part »

« Divagabondages » c’est un choix avec des bornes qui marquent le chemin et le temps ed Actes Sud. Photo dr

« Divagabondages » c’est un choix avec des bornes qui marquent le chemin et le temps ed Actes Sud. Photo dr

A l’occasion de la publication de « Divagabondages » une invitation au voyage et aux rencontres artistiques orchestrées par le poète Frédéric Jacques Temple, entre 1945 et 2017, l’homme du Midi nous ouvre sa porte pour partager la mystérieuse clarté de sa mémoire.

Revenons sur votre rencontre avec Edmond Charlot qui a été votre premier éditeur. Vous êtes resté en contact après lui après la guerre ?

Charlot a eu une carrière de délégué culturel en Méditerranée après avoir essayé de devenir éditeur parisien. A Paris, il a été complètement boycotté par les éditeurs qui avaient survécu à l’occupation. En 1980, quand Charlot a pris sa retraite, il est venu s’établir à Pézenas. A cette époque, je l’avais complètement perdu de vue. Un jour que j’étais invité à dire des poèmes à Pézenas, il était là. Cela a été merveilleux pour moi de le retrouver. J’avais énormément de souvenirs avec lui à Alger, et en quelque sorte cela me rajeunissait. On est devenu très ami après, et ce jusqu’à sa mort.

A Pézénas, Les éditions Domens se font passeurs de cet héritage autour de Charlot et de l’école d’Alger. Comment percevez-vous les auteurs de ce mouvement qui éclos dans le contexte tendu du système colonial ?

A Alger, il y avait les écrivains algériens de langue française comme Robert Randau, Jean Pomier qui s’appelaient les Algérianistes. C’étaient des gens ancrés dans l’Algérie comme les Pieds noirs l’avaient été mais avec un fond colonialiste qui était important. Et puis, il y a eu une petite révolution littéraire avec Gabriel Odisio, et des gens comme Robles et d’autres qui ont dit non, nous ne sommes pas Algérianistes, nous sommes écrivains méditerranéens. Déjà cela marquait une grande différence, ensuite est arrivé Charlot qui est devenu non seulement un éditeur algérois mais un éditeur du monde entier. Il a réédité des gens comme Huxley, Lawrence, Moravia, et des écrivains français Vercors, Bernanos, Giono… Ce mouvement se différenciait en disant nous sommes bien sûr Algériens de naissance, mais nous sommes des écrivains du monde et surtout méditerranéens.


Fréderic-Jacques Temple : « Pour moi, le monde continue à être merveilleux et terrible »


Ecrivain méditerranéen, cela fait sens pour vous ?

Oui, oui… comme je le dis toujours, je suis un écrivain occitan de langue française. Pour moi, ça veut dire que c’est une ouverture de parler une langue, ce n’est pas quelque chose qui vous rétrécit dans un pays, tout au contraire cela vous donne la possibilité de s’ouvrir au grand monde.

Qu’est-ce que voyager ?

Cela n’a rien à voir avec le tourisme. Voyager, c’est d’abord découvrir quelque chose, et surtout se découvrir autre part. J’ai écrit un petit poème là-dessus. Il s’appelle je suis un arbre voyageur. « Mes racines sont des amarres… Je m’en vais pour découvrir le monde mais je reviens toujours à mon point d’attache. »

Dans votre roman « Un cimetière indien », le retour du voyageur chez lui ne se passe pas très bien… Votre dernier livre, « Divagabondages » pourrait être considéré comme une invitation au voyage…

Ce sont des articles parus dans différentes revues, journaux, que j’ai eu l’idée de réunir. Ce n’est pas exhaustif, j’ai fait un choix avec ce que je peux appeler des bornes pour marquer le chemin et le temps. Parmi ces bornes il y a des gens célèbres et d’autres qui ne le sont pas et qui devraient l’être. Il y aussi des amis très proches, d’autres plus lointains.

Si l’on ne s’éloigne pas trop des racines on pense à Max Rouquette avec qui vous partagez l’amour du midi. Comment situez-vous votre engagement en faveur de l’occitanisme ?

C’est assez compliqué. Je pense que nous avons été colonisés. Cela, je peux le reprocher aux hommes politiques de l’époque ancienne qui ont vendu le territoire à la Couronne de France. En réalité, j’étais un grand supporter des Plantagenêt. Ils étaient rois d’Angleterre et ils parlaient occitan. Et si Richard Cœur de Lion qui était troubadour, avait remporté la victoire sur Philippe Auguste, la moitié de la France parlerait l’occitan et le français. Et les Anglais parleraient le français… Peut-être n’aurions nous pas ces problèmes que nous rencontrons maintenant avec les Bretons, les Occitans, les Catalans… On est minoritaire, comme disait Montesquieu, « je suis homme nécessairement et je ne suis Français que par hasard. »

L’ exil du leader catalan Puigdemont pourrait faire échos à la Retirada…

La Catalogne finalement aurait pu être Française et le Roussillon catalan aurait pu être Espagnol. Ce qu’il y a de drôle c’est que les écrivains catalans français, publient en catalogne espagnole et pas en France, ou très peu. Les choses auraient pu se passer plus simplement. Au Pays basque ça a été très dur. Il semble qu’une solution ait été apportée. Je ne sais pas si les Catalans sont énervés davantage mais en tous cas ils ont raison de défendre leur langue. Cela correspond à une culture et à une civilisation. Détruire une langue, c’est détruire une civilisation. Le grand défaut de la France est d’être jacobine.

Comment définissez vous l’amitié ?

Comment définissons-nous l’amour ? Je ne sais pas. L’intérêt que l’on éprouve pour une œuvre, peut se transformer en amitié si l’on connaît l’auteur. L’amitié que j’ai éprouvé pour Cendrars est différente de celle que j’ai éprouvée pour Miller ou pour Durrell. Miller était très fraternel . Je ne dirais pas que c’était un ami très proche. Durrell était très amusant, très intelligent, très séduisant, je ne dirais pas que c’était un ami très proche. Cendrars, Jean Carrière, Jean Joubert ont été des amis très proches.

Cendrars ce fut une rencontre majeure…

J’ai commencé à lire Cendrars tout de suite après la guerre, je ne le connaissais pas alors. En 1948, alors que je participais au lancement d’une petite revue après l’expérience de la Licorne, j’avais écrit à quelques écrivains que j’admirais parmi lesquels Camus, Cendrars, Giono et d’autres. La première réponse est venue de Cendrars dans les 48 heures et il m’a envoyé la version tapée à la machine des « Ravissements de l’amour », un chapitre des « Lotissements du ciel », le livre qui allait sortir.

Je l’ai publié dans la revue avec quelques contes de Giono. Camus m’a répondu qu’il n’avait rien à ce moment-là. A la suite de cet échange, le 3 juillet 1949, je me suis rendu dans les sommets de Villefranche pour voir Cendrars. Il faisait une chaleur épouvantable. Je suis arrivée la chemise trempée, j’ai sonné. Cendrars est apparu à la fenêtre. Il est descendu pour venir à ma rencontre m’a fait entrer et m’a dit : vous ne pouvez pas rester comme ça, vous allez attraper froid, je vais vous donner une de mes chemises. Il est revenu avec une chemise blanche. J’ai enlevé la mienne. J’ai mis la sienne. Et à ce moment, il m’a regardé d’une drôle de façon, et je me suis rendu compte que dans le bras droit de cette chemise il y avait mon bras. Ce bras qui lui manquait, qu’il avait perdu à la Première guerre. Peut-être que la guerre a été un lien entre nous… Peut-être aussi parce qu’il avait perdu son fils Rémi pendant la seconde guerre.

Recueilli par Jean-Marie Dinh

Source La Marseillaise 28/04/2018

Voir aussi : Rubrique  Rencontre, Fréderic-Jacques Temple : «Pour moi, le monde continue à être merveilleux et terrible»,