A propos admin

Author - Journalist

L’Europe doit-elle suivre Trump dans la guerre ?

Le bâtiment détruit d'un centre présumé de fabrication d'armes chimiques, en Syrie. (© picture-alliance/dpa)

Le bâtiment détruit d’un centre présumé de fabrication d’armes chimiques, en Syrie. (© picture-alliance/dpa)

Après que Trump a averti Moscou de frappes imminentes en Syrie, le gouvernement américain, apparemment divisé, ne s’est pas encore mis d’accord sur une intervention militaire. Pendant ce temps, l’Europe se demande sur quel pied danser face aux revirements des Etats-Unis, puissance alliée. Les commentateurs se penchent notamment sur les positions de la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

 

Des revirements déconcertants

Les déclarations contradictoires de Trump en Syrie ne sont pas une sinécure pour les alliés européens des Etats-Unis, analyse De Volkskrant :

«Pour la première fois, les pays européens vont devoir décider de l’attitude à adopter envers Trump dans une situation de guerre. On a du mal à discerner ce qu’il entend faire, contrairement à ses prédécesseurs. … Les enjeux sont de taille, surtout pour la Grande-Bretagne. Au lendemain du Brexit, le pays veut se poser en pionnier de la liberté, de la paix et du progrès dans un monde déstabilisé. Le plus gros défi actuel pour May est le maintien de la ‘relation privilégiée’ avec les Etats-Unis. Elle veut une bonne relation avec Trump, sans toutefois trottiner servilement derrière lui. Personne n’a oublié le sort qu’a connu Tony Blair après son soutien à l’invasion de l’Irak par l’administration de George W. Bush.»

Source : De Volkskrant (Pays-Bas)

La retenue de Merkel est judicieuse

Les dirigeants Européens encore indécis devraient s’inspirer de la position de Merkel suggère Badische Zeitung :

«Tandis que la France et la Grande-Bretagne veulent réfréner Trump en lui assurant leur soutien militaire, le gouvernement Merkel tente de trouver une voie médiane. La chancelière et son ministre des Affaires étrangères se sont rangés du côté des alliés, tout en écartant clairement toute option militaire. D’aucuns y reconnaîtront ce louvoiement que l’on reproche régulièrement à la politique étrangère allemande. Mais cette position prudente fait justice à l’absence de solution militaire en Syrie. Et elle augmente les chances de maintenir le dialogue avec la Russie, malgré tout. C’est un bon compromis.»

 

La France doit rester fidèle à sa vocation de puissance d’équilibre

« >Emmanuel Macron a déjà assuré Trump de son soutien. Dans Causeur, l’expert militaire Hadrien Desuin redoute que ce faisant, il n’engage la politique extérieure de la France dans un virage radical :

«Les États-Unis et la Russie ne veulent pas se mettre d’accord sur une mission d’enquête de l’OIAC, l’agence internationale en charge de la non prolifération des armes chimiques. La France serait dans son rôle si elle faisait en sorte de remettre les deux grandes puissances autour de la table. … Si la France frappait la Syrie sans mandat des Nations Unies, ce serait un véritable tournant néoconservateur dans la politique étrangère d’Emmanuel Macron. La première grande faute diplomatique du quinquennat. Jusqu’à ce jour, le Président voulait faire de notre pays une puissance d’équilibre. Avec cet interventionnisme moral, on romprait avec la tradition gaullienne et on renouerait avec l’occidentalisme de la décennie Sarkollande.»

Source Causeur (Fr)

Macron fait du zèle

Le zèle déployé par le président français à abonder dans le sens des Etats-Unis dessert la cause européenne, estime Franco Venturini, expert en politique internationale. Dans Corriere della Sera, il écrit :

«En l’occurrence, il semblerait qu’il importe en premier lieu de devenir l’interlocuteur privilégié des Etats-Unis – et dans ce rôle, de supplanter Angela Merkel, qui a actuellement des rapports difficiles avec la Maison Blanche, même si elle prévoit bientôt un voyage aux Etats-Unis. Ce n’est pas forcément dans l’intérêt de cette Europe que Macron veut courageusement réformer. Et cela n’amènera guère Trump à se montrer conciliant, le 12 mai, dans le cadre du débat sur l’Accord avec l’Iran. Au contraire. Maintenant que John Bolton conseille Trump, l’Iran pourrait être le prochain à entrer dans sa ligne de mire.»

Source Corriere della Sera (It)

Mark Zuckerberg défend bec et ongles le modèle économique de Facebook

30623644_1026144310866823_3205257062766346240_n

Mark Zuckerberg a de nouveau défendu mercredi devant les parlementaires américains le modèle économique de Facebook, malgré les cas avérés de manipulation et de détournement de données personnelles des utilisateurs, tout en affirmant qu’il n’était pas hostile à une régulation de l’internet, l’estimant «inévitable».

«L’importance de l’internet grandit dans le monde et je pense inévitable une certaine forme de régulation», a-t-il dit, tout en affirmant que celle-ci devait être «étudiée attentivement».

Auparavant, il avait assuré aux membres d’une commission de la Chambre des représentants que les utilisateurs étaient responsables des contenus qu’ils postaient.

«Chaque fois que quelqu’un choisit de partager quelque chose sur Facebook, il le fait en allant sur le service et en choisissant de partager une photo ou écrire un message. A chaque fois, il y a un contrôle», a-t-il assuré.

Le jeune PDG de 33 ans, qui a déjà passé cinq heures la veille à répondre aux questions des sénateurs, a toutefois admis avoir échoué à suffisamment protéger la vie privée des utilisateurs, annonçant des mesures de contrôles supplémentaires.

M. Zuckerberg n’en finit plus de s’excuser depuis la révélation du scandale Cambridge Analytica mi-mars, qui a nui fortement à l’image du groupe et fait baisser son titre en Bourse.

Selon Facebook, les données de quelque 87 millions d’utilisateurs –y compris les siennes, a admis M. Zuckerberg– se sont retrouvées entre les mains de la société d’analyse de données avant que Facebook commence à instaurer des restrictions en 2014. La firme britannique a ensuite travaillé pour la campagne du candidat républicain à la présidentielle américaine de 2016, Donald Trump.

- «Des avertissements partout» -

Après avoir admis que son réseau avait été «lent» à identifier les achats de publicité politique venus de Russie pendant la campagne électorale, il a assuré que Facebook faisait «de mieux en mieux» pour supprimer les faux comptes.

Le procureur spécial Robert Mueller enquête depuis mai 2017 sur une possible collusion entre l’équipe de campagne de M. Trump et des responsables russes pour influencer le scrutin. Il estime qu’internet et en particulier Facebook a servi de plateforme à une vaste opération de propagande pour favoriser la victoire du magnat de l’immobilier.

Dénonçant un «désastre», le représentant Frank Pallone avait affirmé en début d’audition que le Congrès devait «prendre des mesures immédiate pour protéger notre démocratie».

«Les avertissements étaient partout, pourquoi personne ne les a vus?», a-t-il demandé.

Mais Mark Zuckerberg a évité de répondre directement à la question d’une élue qui lui demandait s’il était prêt à changer le modèle économique de Facebook, actuellement un réseau social gratuit financé par la publicité, «dans l’intérêt de la protection de la vie privée».

«Je ne suis pas sûr de ce que cela veut dire», a-t-il commenté.

«Nous pensons que tout le monde mérite une bonne protection de la vie privée», a-t-il également affirmé à un autre élu qui l’interrogeait sur la possibilité pour les utilisateurs américains de bénéficier du nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles, appelé «RGPD», qui doit entrer en vigueur le 25 mai.

«Nous travaillons afin de le faire aussi vite que possible», a affirmé M. Zuckerberg, sans pouvoir dire si cette protection serait mise en place dans les délais impartis.

Il avait déjà fait la veille devant le Sénat des commentaires similaires sur le RGPD qui lui ont valu mercredi les remerciements quelque peu ironiques d’une responsable européenne. «Merci M. Zuckerberg», a lancé Vera Jourova, commissaire à la Justice et à la Protection des consommateurs, au cours d’une conférence de presse à Bruxelles. «Je cherchais comment faire campagne pour notre règlement sur la protection des données. Voilà, c’est fait», a-t-elle souligné.

Source AFP 11/04/2018

Voir aussi : Rubrique Internet

SNCF : les Economistes atterrés torpillent le projet de réforme du gouvernement

16489434

« La modernisation du réseau ferré français, loin de nécessiter une privatisation, réclame au contraire des investissements publics massifs », écrivent-ils dans une note.

Ce n’est pas vraiment une surprise. Dans une note que viennent de rédiger Sabina Issehnane et Léo Charles, et rendue publique ce jeudi 12 avril, le collectif des Economistes atterrés, classé à gauche, égratigne certaines conclusions du rapport Spinetta et surtout les lignes directrices du projet de réforme de la SNCF défendu actuellement par le gouvernement.

Dans ce texte de 20 pages, les deux économistes reviennent d’abord sur la suppression annoncée du statut des cheminots, et déconstruisent l’image de « privilégiés » qui leur colle à la peau. « Il s’agit de supprimer progressivement les emplois ouvriers ou employés avec des salaires et des conditions de travail relativement corrects pour les remplacer par des emplois sous-payés et précaires », déplorent-ils, avant d’ajouter :

« Ce mouvement, rentable à court terme pour les entreprises qui s’y lancent, est nuisible à moyen terme pour elles – perte de la compétence et de la qualité – et pour la société – croissance des inégalités de statuts et de salaires. »

 

« Aujourd’hui, il faut souligner que les droits des cheminots sont dans de nombreux cas moins favorables que dans le droit commun », soulignent les deux auteurs, exemples à l’appui. « S’agissant du travail de nuit, le Code du Travail prévoit qu’un salarié a un statut de travailleur de nuit – qui permet d’obtenir des repos compensateurs notamment – dès lors qu’il dépasse 270 heures. Or à la SNCF, ce seuil est bien plus élevé. »

Vers une augmentation des émissions des gaz à effet de serre

La focalisation des débats sur le statut des cheminots masque, selon le collectif, des enjeux sociaux et environnementaux bien plus importants. « Le rapport Spinetta préconise de fermer les lignes secondaires pour réduire le déséquilibre financier du réseau ferroviaire. Cette logique comptable omet cependant que le rail porte avant tout un enjeu écologique », mettent ainsi en garde Sabina Issehnane et Léo Charles.

« Le secteur des transports représente en effet près du tiers de la consommation énergétique finale française, le transport routier représente 79,8% de cette consommation énergétique contre 12,9% pour le transport aérien et… 1,6% pour le transport ferroviaire. »

Si l’on fermait les lignes secondaires et ainsi une partie du réseau, quelles seraient les conséquences pour la population ? « Ces fermetures conduiraient les usagers à emprunter davantage le réseau routier, soit par un moyen de transport individuel, soit par car, et elles freineraient le développement du fret ferroviaire », répondent-ils.

« Tout cela entraînerait une augmentation des émissions des gaz à effet de serre car les externalités négatives  du transport ferroviaire sont moins importantes que celles des autres modes de transport, et en particulier de celles de la voiture particulière. »

Selon le cabinet Degest, en tenant compte du coût des externalités négatives, le rail constitue le mode de transport le moins coûteux : environ neuf fois moins que la voiture particulière, rappellent encore les deux auteurs.

« Le réseau ferré français a surtout besoin d’investissements publics massifs »

Dans cette note, les Economistes atterrés reviennent également sur les exemples allemand et britannique, deux pays où le système ferroviaire a été privatisé. « Si, globalement, la croissance des trafics a été au rendez-vous, le processus de libéralisation est resté très en deçà des objectifs affichés d’efficacité économique, d’efficience pour les usagers et d’allègement de la contribution des finances publiques », estiment-ils.

Et les deux économistes de citer le rapport du Boston Consulting Group de 2017, qui place la France derrière l’Allemagne en matière de performance du système ferroviaire mais devant la Grande-Bretagne. « Le système le plus performant selon ce critère est celui de la Suisse dont la principale compagnie ferroviaire est détenue à 100% par l’Etat fédéral », ajoutent-ils. En ce qui concerne l’amélioration du service pour les usagers, les prétendus bénéfices de la libéralisation ne sont pas au rendez-vous non plus, écrit le collectif.

« La comparaison avec l’Allemagne et le Royaume-Uni qui ont précocement privatisé le rail montre que les usagers pâtissent d’une détérioration de la qualité et de la sécurité des réseaux ferrés et que celle-ci contraint l’Etat à intervenir en dernier recours. La privatisation coûte en fait très cher au budget de l’Etat. »

« La modernisation du réseau ferré français, loin de nécessiter une privatisation, réclame au contraire des investissements publics massifs », concluent Sabina Issehnane et Léo Charles.

S.B.

Source L’OBS 12/04/2018

Pour lire cette note dans son intégralité, téléchargez le PDF ci-dessous.

Au coeur de l’Italie des laissés-pour-compte

Il-figlio-manuel-2-620x335
Manuel premier long métrage de Dario Albertini Antigone D’or du Cinemed 2017 évoque le destin contrarié d’un jeune homme, ni révolté, ni intégré, qui pourrait s’élever socialement tout autant que sombrer dans la délinquance. A découvrir demain sur les écrans.
Manuel vient d’avoir 18 ans. Il est temps pour lui de quitter le foyer pour jeunes dans lequel il a vécu ces dernières années, depuis l’incarcération de sa mère. Mais la liberté retrouvée a un goût amer. Errant dans les rues de son quartier en banlieue de Rome, Manuel tente de devenir un adulte responsable. Pour que sa mère obtienne l’assignation à résidence, il doit prouver aux autorités qu’il peut veiller sur sa elle. Manuel pourra-t-il aider sa mère à retrouver sa liberté sans perdre la sienne ?
Ce drame social fait suite au documentaire La republica dei ragazzi (2014) dans lequel Dario Albertini suit le quotidien d’un refuge dédié aux orphelins. A l’ instar de l’allégorie de la caverne, Dario Albertini met en scène la condition humaine dans un environnement gris et médiocre peuplé de gens perdus. Au-delà de toute illusion, des jugements, des fausses idées reçues, et des croyances, Manuel qui vient d’avoir dix huit ans doit prouver qu’il est responsable à un monde qu’il ne connaît pas et qu’il comprend pas. Cela, il veut le faire par devoir, pour ce qui lui reste de famille, et par amour pour celle qui l’a mise au monde. Mais en sera-il capable ?
Le jeune acteur Andrea Lattanzi interprète sa propre histoire avec peu de mots mais une grande justesse des émotions. Dario Albertini signe un film puissant, dont les reflets universels évoquent une jeunesse qui doit faire face à une réalité illusoire. La mise en scène épurée s’inscrit dans la droite lignée du néoréalisme italien.
JMDH
Source La Marseillaise 06/03/2018
Voir aussi : Rubrique Cinéma,

Le Club des Mécènes Berlioz en renfort à l’OONM

Le Club des Mécènes Berlioz souhaite apporter sa pierre à l’édifice 

Mécenat
Création de l’association Club Mécènes Berlioz  qui se fixe pour objectif de rassembler des moyens financiers en vue de développer les capacités, notamment artistiques de l’Opéra Orchestre National de Montpellier Occitanie.

« Ce n’est pas parce qu’on est entrepreneur qu’on ne s’intéresse pas à l’aventure humaine, bien au contraire », expose Jérôme Ribeiro, le fondateur du Club des Mécènes Berlioz. Tout a débuté par la sollicitation du président de l’OONM Didier Dechamps, – ancien DRAC du Languedoc-Roussillon – portée au printemps dernier, auprès d’une assemblée de 200 chefs d’entreprises de la Région. Parmi eux, Jérôme Ribeiro, jeune chef d’entreprise du pôle MAJ Architecture et Design, se trouve particulièrement attentif à l’appel du président. Convaincu que le monde économique local a un rôle à jouer pour soutenir un des fleurons de la culture régionale en difficulté, cet amateur de la programmation lyrique se décide à relever le défi. Il ne tarde pas à prendre son bâton de pèlerin pour convaincre un premier cercle de personnalités locales comme le médecin cancérologue Bernard Serrou, ou l’ex président de la CCI Michel Fromont, puis part à la rencontre des tutelles publiques pour renforcer les fondations du projet.

« Didier Dechamps, qui préside cette institution bénévolement, nous a expliqué que l’Opéra Orchestre de Montpellier Occitanie était la seule structure bénéficiant du label de reconnaissance nationale à ne pas disposer d’un club de mécènes. Il m’a donné envie de lui apporter mon aide, explique Jérôme Ribeiro, je suis parti de mon expérience personnelle. Mon père était un entrepreneur en maçonnerie. J’ai découvert l’opéra très tard, c’est un art complet, fantastique qui demeure élitiste alors qu’il a tout pour séduire notre culture contemporaine. »

Il se trouve justement, qu’à Montpellier, la programmation impulsée par Valérie Chevalier est riche et éclectique. Depuis sa nomination, la directrice s’inscrit dans une volonté de démocratisation et de reconquête du public en favorisant l’accès aux concerts et aux opéras sans céder à la qualité des projets.

« Au sein du Club Mécène Berlioz, en tant que chef d’entreprise, il nous apparaît naturel d’apporter notre pierre à l’édifice. Je considère que les entrepreneurs que l’on réduit souvent à un profil stéréotypé, ont un rôle sociétal. Dans le cadre de notre club, nous avons défini une charte éthique. L’idée directrice est de mettre à profit nos créations de richesse et notre savoir-faire, comme l’esprit partenarial mais sans se substituer aux finances publiques qui restent incontournables. »

Création de valeur collective

Cette démarche exigeante et exemplaire ne se veut pas pour autant désintéressée. « Nous nous rassemblons autour d’un projet commun où chacun y trouve sa contre-partie. » Le mécénat présente de très nombreux avantages, tant pour le porteur de projet qui en bénéficie que pour celui qui fait le don. Pour les entreprises l’intérêt de devenir partenaire prend différentes formes. Des avantages fiscaux en terme de réduction d’impôts, des atouts liés à la démarche  de mécénat comme celui de se faire connaître auprès des émetteurs d’appels d’offres, mais aussi des retombées positives dans la culture interne de l’entreprise qui peuvent se traduire par des offres de billets à prix avantageux pour le personnel de l’entreprise.  

Le Club des Mécènes Berlioz se veut apolitique, il soutiendra exclusivement l’OONM. Il entend le faire dans la durée, sans intervenir dans le champ artistique mais il n’exclue pas d’être porteur de propositions. « A chacun ses compétences, indique Jérôme Ribeiro, notre contribution peut éventuellement avoir une incidence sur la distribution en permettant d’accueillir un ténor ou une soprano de stature internationale. Mais on n’a rien à dire, on a juste à faire. »

JMDH

Source La Marseillaise 03/03/2018