Chapiteaux du livre. Un micro climat culturel à Béziers ?

Bayssan Hogo Da Costa

 par JMDH

Avec la vitalité de sa médiathèque, et son usine à produire de l’imaginaire, baptisé SortieOuest comme pour rappeler qu’il ne faut pas se tromper lorsqu’on sort de l’autoroute, le Domaine départemental d’art et de culture de Bayssan est souvent qualifié de poumon culturel au coeur d’un désert. Une enclave sur le territoire des Tartares. Chaque année les Chapiteaux du livre sonnent le rappel des penseurs qui n’ont pas vendu leur âme au pragmatisme qui les éloigne de l’utilité publique et sociale.

Après Pierre Rabhi,  Benjamin Stora,  Jacques Généreux, Patrick Boucheron et bien d’autres, Raphaël Glucksmann, Frederic Worms, Fatou Diome, Henri Pena-Ruiz sont attendus pour cette dixième édition.

On pourra encore déplorer la misère de ce territoire en regard de son âge d’or, du midi rouge de la coopération viticole, s’imaginer croiser le fantôme grimaçant de Jaurès au détour d’un chemin de vigne entre Cazouls et Maraussan. Mais curieusement, on n’a guère prêté attention au fait que, par un étrange phénomène de vases communicants, ce qui disparaissait d’un côté réapparaissait de l’autre.

Au-delà de la richesse de la programmation de cette édition fourmillante de diversité, et des pactes de lecture que nous conclurons avec les auteurs en présence, Emmanuelle Pagano, Joël Baqué, Jean Cagnard, Natyot, Laura Brignon, Franck Bouysse, Sylvain Pattieu… pour ne citer qu’eux, les aspirations au changement, à la rencontre, à la convivialité insufflée par les équipes issues de culture professionnelles différentes trouvent des réponses très concrètes auprès d’un public qui provient de tout le territoire.

Depuis dix ans les Chapiteaux du livre réinventent la réalité, s’autorisent à créer des histoires en ajoutant au réel l’invérifiable et l’imaginaire. Voilà un souffle bien réjouissant dont s’emparent les gens qui vivent alentour toujours plus nombreux.

La Marseillaise qui s’y associe est heureuse de partager ces temps de réflexion et d’émotion avec les petits et les grands moments, les tristesses en solitaire et les allégresses collectives.

Entretien
En charge de la programmation des Chapiteaux du livre de Béziers, la co-fondatrice de l’événement Hélène Larose  évoque la singularité de cette manifestation,  grande fête du livre pensée dans un esprit participatif.

imagesLa dixième édition des Chapiteaux du livre s’ouvre aujourd’hui. Quelle a été la démarche qui a présidé à leur acte de naissance ?
La médiathèque départementale de l’Hérault dont j’assume la direction existe depuis 1986.  Lorsque SortieOuest s’est implanté il y a onze ans, son directeur Jean Varela est venu me voir.  Il avait dans l’idée d’organiser une fête du livre. Nous avons réfléchi à ce que nous pouvions faire ensemble pour associer nos énergies dans un esprit d’ouverture. C’est ainsi que les Chapiteaux sont nés.

Cette association de la médiathèque et du théâtre avec le livre comme vecteur commun, c’est un peu la rencontre de deux mondes ?
En effet, il y a d’un côté le monde du spectacle vivant et des arts de la scène avec une forme d’impermanence qui lui est spécifique et de l’autre, celui, d’apparence plus sage, des bibliothèques et des médiathèques, lié à l’étude et à la lecture qui sous tend une certaine permanence.

La tenue d’une manifestation de ce type demande beaucoup de travail de la part des bibliothécaires qui sont très impliqués, comme l’est du reste l’équipe de SortieOuest. Les Chapiteaux du livre nous permettent  de nous retrouver. Cela donne du sens et de la valeur ajoutée à notre mission de service public.

L’identité de la manifestation se caractérise par la place qu’elle réserve à l’accueil des publics…
La volonté  d’organiser un événement littéraire de qualité  se conjugue depuis le début avec cette préoccupation du public. Dans mon expérience professionnelle antérieure, j’ai souvent accompagné des scolaires au Salon du livre de Paris. J’en ai gardé une forme d’insatisfaction, avec un peu le sentiment de faire du lèche-vitrine. Ce pourquoi, j’ai souhaité dès le début des Chapiteaux, insuffler un esprit participatif qui se décline dans le parc par une multitude d’ateliers. Cette année nous avons 32 propositions, mais aussi  des découvertes, des expos, des propositions ludiques…

Durant l’événement, le parc rassemble les familles, certaines ne s’intéressent pas aux propositions. Elle viennent juste manger, partager un moment ensemble, et c’est très bien ainsi.

Cette énergie participative se partage aussi avec les acteurs institutionnels, de la société civile et ceux du livre…
Nous débutons généralement la manifestation avec l’accueil des scolaires, jeudi sera une journée spéciale consacrée à la littérature jeunesse. Ce qui suppose l’implication des enseignants mais les publics nous allons les chercher en bus de Saint Pons à Olonzac. Ce qui nous permet de faire venir près d’un millier de scolaires. En partenariat avec les personnels des services sociaux du département, nous concernons aussi les personnes âgées ou hospitalisées.

Et puis nous maintenons  des relations suivies avec le tissu associatif local, comme les CEMEA avec qui nous proposons des films présentés dans le cadre du Festival du Film d’éducation. Au-delà  des auteurs invités, nous souhaitons faire connaître les acteurs du livre de la région, libraires, éditeurs… Cette année nous ferons un focus autour du livre d’art. Une journée professionnelle sera organisée autour des éditions Albin Michel et plus particulièrement son département jeunesse.

Les livres permettent la réflexion, l’orientation du cycle des conférences vers la tolérance s’impose-t-elle ici plus qu’ailleurs ?
La tolérance est nécessaire partout. L’événement s’est constitué, avant l’élection du maire actuel de Béziers, sur l’éloge de la diversité et le vivre-ensemble qui s’avère de plus en plus nécessaire. On est un peu enclavé mais on a envie de mélanges. On ne veut pas rester dans un village gaulois.

 

Pépites errantes aux côtés des auteurs attendus

Emmanuelle Pagano se penche sur la vie recouverte par le lac du Salagou. Photo dr

Emmanuelle Pagano se penche sur la vie recouverte par le lac du Salagou. Photo dr

Rencontres auteurs

Au-delà du rituel d’autoflagellation bien français qui consiste à mépriser systématiquement la production nationale les Chapiteaux opèrent une chasse furtive et pacifique parmi les auteurs à découvrir.

« Ce sont les paroles les plus silencieuses qui apportent la tempête », disait Nietzsche, celles des auteurs, on pourra les entendre tout le week-end en se rendant à Béziers, aux Chapiteaux du livre. La place manque pour l’exhaustivité. On vous signale quand même la présence d’Emmanuelle Pagano, prix Wepler pour Les mains gamines, un drame de l’enfance paru en 2008.  Elle vient évoquer son dernier roman, Sauf riverains (POL 2017) second volet  d’une trilogie interrogeant la relation de l’eau et de l’homme. Dans ce livre elle aborde l’ennoyage de la vallée du Salagou. Son grand père y possédait deux petites vignes qu’elle n’a jamais vues que sur une photographie. L’œuvre de Pagano s’intéresse à ce qui disparaît ou va disparaître. Un auteur dont il faut découvrir la langue magnifique et implacable qui n’a pas son pareil pour décrire l’enfouissement.

Elle participera à une table ronde samedi à 17h en compagnie de Joël Baqué également publié chez POL. Son dernier livre La mer c’est rien du tout, (2016)  se situe entre la biographie et l’univers romanesque. Il décrit sa découverte de la littérature à partir d’un livre trouvé sur la plage où il travaillait comme maître-nageur-sauveteur des CRS. Ses souvenirs professionnels, parfois durs, souvent insolites, côtoient des constats, tendres et amusés, sur les enfants et sur nombre de situations du quotidien. Dans le registre noir

Franck Bouysse, Prix du polar SNCF 2017, pour Grossir le ciel abordera son roman Glaise (samedi à 18h) qui vient de paraître à La manufacture des livres. Un poignant récit de la France rurale qui prend l’intime pour objet au moment où les hommes partent au front en août 1914.

 

Conférence.  Henri Pena-Ruiz :  Qu’est ce que la solidarité ?

201501232489-fullHenri Pena-Ruiz était déjà venu aux Chapiteaux du livre en 2014 pour évoquer la laïcité à l’occasion de la sortie de son Dictionnaire amoureux de la laïcité. Il revient cette année mettre en évidence les fondements de la solidarité comme principe éthique de portée politique et sociale. Une question abordée dans son ouvrage Qu’est ce que la solidarité ? Le cœur qui pense (2011) où l’auteur fait le point sur toutes les formes de solidarité et les met en perspective dans la marche vers un monde meilleur. L’enjeu de ce rappel est d’autant plus important que dans le cadre de la mondialisation et de l’idéologie ultralibérale qui l’accompagne, l’orientation solidariste est reléguée au rang d’un supplément d’âme plus ou moins résiduel, abandonné à la contingence de la charité. Il prend aux mots les références à l’initiative individuelle, au goût du risque et de l’entreprise, pour montrer que pour assumer ces valeurs il n’est pas nécessaire de disqualifier le souci de justice sociale, ou de le considérer comme une logique d’assistanat comme trop souvent on peut l’entendre.

 Henri Pena-Ruiz est philosophe, écrivain, Docteur en philosophie, maître de conférences à l’IEP de Paris.

 

Conférence
Raphaël Glucksmann une certaine fraîcheur
6gSnHws__400x400Dans le cycle de conférences proposé par la manifestation, la forme que prennent les interventions varie selon la reconnaissance plus ou moins établie des intervenants mais aussi de leur caractère. L’intervention de Henri Peña-Ruiz qui fait suite au désistement de Badiou devrait en être un exemple. Après celle de Raphaël Glucksmann venu nous parler de son dernier essai Notre France : dire et aimer ce que nous sommes (Allary éditions) on peine un peu à qualifier le poids des mots dans le propos séduisant et très incarné du militant des droits de l’homme, partisan d’une gauche moderne et ouverte.

La démarche vise à démontrer l’incapacité du politique à produire un futur collectif et le danger que chacun mesure, surtout à Béziers laisse entendre l’intervenant, du repli identitaire et souverainiste. Pourtant lorsque l’on regarde dans le rétroviseur tout démontre une longue tradition de mélange et de tolérance qui fondent les valeurs démocratiques universelles de la nation.

Cette vérité sert de prétexte à une promenade subjective dans l’Histoire de France dans laquelle nous entraîne l’auteur. Du Roman de Renart aux résistants de la Seconde Guerre mondiale en passant par les grandes figures rebelles et émancipatrices qui marquent l’histoire littéraire, Rabelais, Montaigne, Voltaire… auxquels s’ajoutent quelques figures héroïques : Figaro, Camille Desmoulins, ou Fanfan la Tulipe…

L’idée est belle et le constat flatteur, il vise à rallier le plus de monde possible pour faire toucher du doigt la vraie France dont nous serions tous fiers, même ceux qui votent FN. En réalité « la France ressemble à la figure d’Andromaque ». Et l’ordre social dirigé par l’ordre amoureux, c’est pour quand ?

Raphaël Glucksmann explore les figures ou les œuvres qui ont forgé l’identité française

Voir aussi : Actualité Locale, Rubrique Livre, Essais, Edition, rubrique Lecture, Rubrique Rencontre, F Worms : « La démocratie fait émerger des problèmes à résoudre »  rubrique Philosophie,

Kléber Mequida : « Nous maintenons l’orientation et le budget culturel en 2017″

Kléber Mesquida : "«?Nous reconduirons l’actuel directeur de sortieOuest dans ses fonctions dans le cadre de l’Epic Hérault Culture?»

Kléber Mesquida : « « Nous reconduirons l’actuel directeur de sortieOuest dans ses fonctions dans le cadre de l’Epic Hérault Culture »

Le président du Conseil départemental de l’Hérault Kléber Mesquida (PS) revient sur le volet culture du transfert de compétences entre le Département et la Métropole de Montpellier ainsi que sur les incidences de l’accord qui devrait être scellé jeudi 8 décembre lors de la dernière rencontre à la Chambre régionale des comptes.

 

Les négociations difficiles que vous avez entreprises avec Philippe Saurel autour de la compétence culturelle sont à l’origine de profondes inquiétudes notamment autour de l’avenir de sortieOuest. Pouvez-vous éclaircir la situation ?

Je constate une certaine agitation dont le dessein m’apparaît assez politique. J’ai répondu par courrier au Collectif des spectateurs de sortieOuest pour leur préciser l’attachement que le Conseil départemental porte à la culture. Il n’est pas question d’abandonner sortieOuest. J’en veux pour preuve le budget constant pour 2017 que nous maintenons sur la base de 2016 ; soit 810 000 euros. Cela dans un contexte, c’est important de le préciser, où le Département de l’Hérault se doit de réduire son budget de 54 millions d’euros en 2017. Le budget culturel global est maintenu autour de 12 M.

L’association sortieOuest sera-t-elle dissoute ?

Oui, l’association laissera place à l’EPIC Hérault Culture dans lequel s’intégreront les activités culturelles du Domaine de Bayssan, et probablement d’autres structures ayant la même vocation comme la Cigalière à Sérignan…

Que va-t-il advenir du personnel de l’association ?

L’EPIC Hérault Culture, permet la gestion d’une activité de service public de nature industrielle et commerciale. Il intégrera tous les personnels qui dépendront de la comptabilité publique. Ce type d’établissement ne permet pas les déficits.

Cela pourrait avoir pour conséquence de faire perdre à sortieOuest son label de scène conventionnée attribué par l’Etat à un projet spécifique ?

Dans le cadre des négociations nous sommes également en contact avec l’Etat et la Région Occitanie qui pourraient renforcer leur participation notamment financière.

Cela ne présume pas nécessairement de la reconduite du projet mené actuellement ?

Il n’y a aucune raison de modifier ce projet qui répond bien à la politique culturelle conduite par le département et garantit un service public de la culture sur le territoire. Nous avons l’intention de reconduire les fonctions de l’actuel directeur dans le cadre de la nouvelle structure.

Concernant les programmations de saisons du Domaine d’O à Montpellier, que va-t-il se passer ?

A défaut d’accord, la Métropole de Montpellier devrait hériter de la compétence culturelle sur le haut du Domaine. C’est-à-dire du Théâtre Jean-Claude Carrière et de l’Amphithéâtre d’O.

Quid du Théâtre d’O ?

La salle du Théâtre D’O deviendra une salle de réunion et de réception ce qui constitue déjà une partie de sa vocation.

Quel avenir pour les festivals ?

Nous avons proposé à la Métropole de conserver trois mois de programmation pour assurer leur pérennité, la négociation n’est pas totalement terminée.

Là encore que devient le personnel ?

Dans le cadre du transfert de compétences le personnel sera affecté à des tâches équivalentes. Nous allons lancer un appel au volontariat et nous nous tiendrons à l’écoute en prenant en compte les critères d’ancienneté, la situation familiale… Nous mettrons en application le droit du travail.

Le travail de communication n’a-t-il pas fait défaut justement, pour accompagner les changements ?

C’est possible. Cela a sans doute favorisé les crispations.

Il semble que le transfert concernera 8 compétences. Les agents concernés dans le secteur social craignent un recul de la qualité du service rendu…

Dans un premier temps il peut y avoir un manque de visibilité pour savoir à quel guichet s’adresser mais l’usager bénéficiera des mêmes services et la gestion de l’APA (NDLR Allocation personnalisée d’autonomie) demeurera dans sa totalité départementale.

Recueilli par J-M Dinh

Source : La Marseillaise 06/12/2016

Voir aussi : Rubrique Politique, Politique culturelleDernière saison d’hiver au Domaine d’O ?, Politique Locale, rubrique ThéâtresortieOuest un théâtre de toile et d’étoiles reconnu et défendu, Dossier. Théâtre en péril, fin d’un modèle à Montpellier et dans l’Hérault, SortieOuest archives, Rubrique Rencontre, Béziers, le débat déconstruit la mystification,  rubrique Montpellier,

 

Dossier. Théâtre en péril, fin d’un modèle à Montpellier et dans l’Hérault ?

""Les choses paraissent fragiles mais, en fait, c'est toute la vie qui est fragile" Patrick Neu

«  »Les choses paraissent fragiles mais, en fait, c’est toute la vie qui est fragile » Patrick Neu

Déjà sous pression budgétaire, la vie théâtrale héraultaise et montpelliéraine subit les affres du redécoupage territorial et de la méconnaissance des politiques. Attention fragile !

Dossier Réalisé Par JMDH Source La Marseillaise 12/10/2016

 

 

 

 

Beziers : sortieOuest dissolution imminente de  l’association     

4602945_3_42fb_le-chapiteau-theatre-sur-le-domaine-de_8a80da1b9d2301c1d82328f8476cb8deLe lieu culturel populaire et parfaitement compatible avec les questionnements contemporains est menacé. Le Conseil départemental programme la fin de l’association, les spectateurs se mobilisent jeudi à 16h, jour du Conseil d’Administration.

 

Montpellier. Départ de Rodrigo Garcia

Le président de la Métropole Philippe Saurel botte en touche.

201504281637-full«  Il a porté à ma connaissance par courrier qu’il ne souhaitait pas renouveler son mandat. J’entretiens d’excellentes relations avec le directeur du CDN de Montpellier, Rodrigo Garcia. J’ai négocié avec beaucoup de doigté. Nous avons déjeuné ensemble. Il propose une programmation de qualité. C’est vrai que c’est un théâtre peut-être pas à la portée de tous les publics. Je l’ai soutenu. Dans les moments de crise, j’ai pris le parti de dire que le homard n’est pas un animal de compagnie. »

Nomination. Aurelie Filippetti s’adapte.
aurelie-filippetti-ministre-aux-ordres,M93849L’ancienne ministre de la culture qui avait nommé Rodrigo Garcia à la tête du CDN assure aujourd’hui la présidence du festival montpelliérain CINEMED. « Pour les artistes c’est toujours délicat. On a souvent le cas de personnes qui ne veulent jamais lâcher leur mandat , cette fois c’est le contraire. C’est lui qui annonce son départ

 

 

 

 

VIE ARTISTIQUE

1326282_227_obj8842160-1_667x333
Déjà sous pression budgétaire,  la vie théâtrale héraultaise et montpelliéraine subit les affres du redécoupage territorial et de la méconnaissance des politiques. Attention fragile !

Depuis toujours, le théâtre se passionne pour le quotidien ordinaire des hommes et des femmes. Face à la crise planétaire que traverse l’humanité, il doit faire face aujourd’hui à la barbarie d’une radicalisation religieuse, politique, sociale et économique qui se présente sous les traits d’une violence aux multiples facettes. A Montpellier, dans la Région et au-delà, cette violence quotidienne questionne les artistes et les acteurs culturels de façon aiguë. Comment l’éducation à la consommation qui va de concert avec la paupérisation des connaissances et la montée de la violence pourrait-elle ne pas peser de tout son poids sur les politiques culturelles et plus particulièrement le théâtre ?

Le théâtre est un art politique, non par son contenu idéologique, mais à travers la progression régulière de l’action qui fonde l’intensité dramatique, politique aussi, à travers la contestation des valeurs données comme intangibles. Certains artistes, c’est le cas de Rodrigo Garcia, annonçant vendredi qu’il ne briguera pas un second contrat à la direction du CDN de Montpellier, ont fait du consumérisme le tremplin d’une mutation des formes dramatiques et scéniques. Ils proposent un travail artistique affirmé plein d’ambivalence. Et le désordre s’empare du plateau, parce que le quotidien qui se présente résiste à toute forme de sens. La scène devient le lieu où se renouvelle l’espace.

Le public jeune perçoit l’expression d’une rupture 

« Mes choix artistiques peuvent paraître radicaux si on les compare aux autres. Moi, je n’ai pas ce sentiment. La majorité de ce qui est programmé dans les CDN est radicalement conservateur, dans ce contexte, ma propre radicalité ouvre une fenêtre pour l’expression plurielle », formulait ily a peu, le directeur d’hTh.

Le public cultivé traditionnel ne voit pas dans «l’insignifiance» enchanteresse un moyen de relever le défi. Il peut éprouver dans cette transgression le sentiment d’un espace qu’on lui retire. A l’inverse, le public nouveau, plus jeune, perçoit  dans cette inquiétante étrangeté l’expression d’une rupture liée à la violence de l’histoire contemporaine. Une alternative aussi à la culture high-tech que lui propose la société de consommation.

Le CDN hTh occupé en avril 2016

Le CDN hTh occupé en avril 2016

Le projet hTh se caractérise par un esprit d’ouverture sans frou-frou. Le hall du théâtre est devenu lieu de création et d’échanges tous azimuts.  Rodrigo Garcia n’a jamais revendiqué le statut d’artiste engagé politiquement. Il a eu maille à partir avec le conflit des intermittents du spectacle. En 2014, il annule les représentations de Golgota Picnic au Printemps des Comédiens. S’il affirme à l’époque son soutien aux intermittents et précaires en lutte,  il se fend d’une lettre où il fait référence aux artistes étrangers victimes de la grève. «Les intermittents français défendent leurs droits avec un égoïsme prononcé et ne se préoccupent pas de ce qui se passe autour d’eux.»  En avril dernier, alors que le CDN est occupé il déclare «Je partage le point de vue des travailleurs. Perdre des droits correspond à un retour en arrière.» Cette fois, les spectacles se poursuivent et le combat trouvera une issue favorable.

Au-delà de la représentation esthétique, force est de constater que le communiqué de Rodrigo Garcia ne focalise pas sur le contenu de ses propositions mais sur l’étroitesse financière de son budget artistique, 350 000 euros, que l’on peut mettre en regard avec le budget d’une ZAT  (Zone artistique temporaire), 500 000 euros pour deux jours. Le directeur du CDN hTh pointe notamment le refus de la Métropole de mettre à disposition un bus pour accéder au Domaine de Grammont qui n’est pas desservi par les transports en commun.

Enfin le projet de transfert du CDN au Domaine d’O proposé par le maire de Montpellier et président de la Métropole, Philippe  Saurel, apparaît comme un élément majeur dans la décision de Rodrigo Garcia de ne pas prolonger son mandat. «Pour ce qui nous concerne, nous ne refuserons jamais de grandir. Toute initiative qui viserait à faire du CDN un projet plus important, j’y serai favorable »,  indiquait-il en avril dernier.

Il ne s’est rien passé depuis, qu’une stérile lutte de pouvoir sans l’ombre d’un projet artistique. Jean Varela directeur de sortieOuest et grand défenseur de l’action publique l’a dit d’un autre endroit : « La seule question est de savoir comment les politiques conçoivent un service public de qualité. »

Jean-Marie Dinh

 

PRODUCTION hTh 2016
Markus Ohrn  s’attaque à l’ancien testament

markus-1168x350Rodrigo Garcia l’a souligné, il remplira son contrat. Et qu’on se le dise, la saison hTh 2016/2017 mérite le détour. Elle se compose d’une succession de propositions internationales, mais pas seulement, parfaitement décoiffantes. Le coup d’envoi a été donné avec To Walk the Infernal Field, une création post bourgeoise, de l’artiste visuel suédois Markus Ohrn en collaboration avec le dramaturge Pär Thörn, qui s’inspire librement de l’Ancien Testament relu au gré d’un univers Hard metal.

Un retour à la genèse reposant sous la forme d’une série de 70 épisodes en 10 chapitres. L’aventure, pour le moins risquée, a débuté à Montpellier où les trois premières soirées ont été données du 5 au 7 octobre. L’inventivité débridée et le principe performatif adapté à celui de la série produisent pour beaucoup un effet addictif. Qu’ils se rassurent, le chapitre 2 se tiendra à hTh du 1er au 3 décembre. Pour les suivants, il faudra surveiller les programmations des théâtres et festivals des grandes villes européennes.

To walk the infernal fields donne une interprétation des Livres de Moïse en tant que doctrine d’économie politique, construction d’une identité nationale et des lois terrestres autant que religieuses. « Je trouve pertinent de procéder à un examen de la Bible dans une époque au cours de laquelle tout le monde est obsédé par l’interprétation du Coran », indique Markus Ohrn.

Autre parti pris radical exprimé par l’auteur face au public après l’une de ses représentations « Je ne veux pas créer une performance qui puisse être envisagée comme un produit à vendre ou à acheter. Je veux  que l’expérience soit réellement ressentie comme l’ici et maintenant. C’est pourquoi, il n’y aura pas d’autre opportunité de la voir ensuite, car elle disparaîtra

Dans le public, auquel on a fourni à l’entrée des boules-Quies afin qu’il préserve son audition, une dame interroge le metteur en scène « Moi j’ai 80 ans, et je me demande si vous pensez au public quand vous faites vos spectacles ?                                                   – Oui bien-sûr, répond l’artiste, je considère que c’est un don que je vous fais.»

Cette dame reviendra le jour suivant et répondra à l’invitation faite à l’ensemble de la salle d’investir le plateau…

PROGRAMMATION : CDN hTh

 

 

ECRITURES

La Baignoire : Elément indispensable au paysage artistique

Béla Czuppon capitaine de  La Baignoire , 7 rue Brueys à Montpellier

Béla Czuppon capitaine de La Baignoire , 7 rue Brueys à Montpellier


La Baignoire débute sa saison. Le petit laboratoire montpelliérain  consacré aux écritures contemporaines résiste modestement au tsunami qui ravage la création en Région.

Elle n’est pas insubmersible mais tient son cap, comme une petite bête d’eau qui se propulse sans raison apparente à la surface des eaux pas très claires, dans la bassine du mondillo culturel. Chaque saison, la Baignoire accueille des artistes, des auteurs et des compagnies.

« Chaque année la situation s’empire et les demandes s’accroissent, constate le capitaine Béla Czuppon qui sait de quoi il parle puisqu’il est aussi  comédien et metteur en scène.   Nous participons au glissement général. L’adaptabilité  qui encode les solutions aux problèmes nous fait devenir coproducteurs en proposant des résidences dotées de 2 000 ou 3 000 euros » évoque-t-il avec dépit.

Ce lieu, il le  tient, avec un budget de fortune, par passion, par goût, et aussi nécessité, celle d’offrir un lieu de travail et de découverte. A la Baignoire, les propositions et les formes sont diverses mais toujours qualitatives.

Lydie Parisse ouvre la saison avec L’Opposante (voir ci-dessous). La Comédienne et metteur en scène Marion Coutarel prendra le relais  avec Si ce n’est toi, une sortie de chantier du 17 au 19 nov avant une création programmée au Périscope à Nîmes. Une virée poétique d’Andréa d’Urso sera conduite par le collectif marseillais Muerto Coco accueilli le 24 nov en partenariat avec la Cave Poésie à Toulouse. A découvrir aussi l’installation sonore immersive La Claustra de Marc Cals qui fait causer les meubles, et les micro-concerts de l’Oreille Electrique qui rythmeront la saison, ainsi que les lectures-déjeuners proposées par Hélène de Bissy qui feront la part belle aux nouvelles.

La Baignoire reste un lieu essentiel à l’écosystème du travail artistique local, les artistes et le public le savent déjà, il y aurait-il d’autres personnes à convaincre ?
Rens 06 01 71 56 27

PROGRAMMATION : La Baignoire

 

SPECTACLE

Baignoire.  L’opposante mise en scène par Lydie Parisse et Yves Goumelon

Lydie_LightC’est à partir d’une histoire réelle que l’auteure a élaboré le récit de cette femme – morte à 97 ans – qui a enfoui dans le secret de son âme un amour interdit. Elle a aimé un Allemand durant la seconde guerre mondiale avant d’en être séparée, sans jamais l’avoir oublié. Depuis le jour de sa mort elle se met à parler pour un compte à rebours avant de s’enfoncer à jamais dans la brume. Lydie Parisse signe un texte saisissant de liberté, celle d’une femme morte un dimanche, jour où la France entre en guerre au Mali. Rapport de la petite histoire à la grande, rapport à une guerre du silence qui forge le destin de l’opposante. La pièce met en lumière une vie  sous forme de confidences emportées. La simplicité intense et sincère d’Yves Gourmelon porte l’interprétation à un niveau de sensibilité rare. Le texte est touchant, drôle et jubilatoire quand il bouscule les tabous et les simagrées commémoratives. Pour ceux qui restent, la mort est un grand théâtre. La mise en scène présentée à Avignon, accueille le public dans une quasi-obscurité permettant aux spectateurs d’entrer dans un espace d’entre deux mondes où l’acuité s’aiguise. « C’est comme ça et pas autrement. »

                                                                                                                                                                   L’opposante à La Baignoire les 14 et 15 oct

 

 LIEU MENACÉ

sortieOuest dans la tourmente

 

Le poumon culturel du Biterrois en proie aux intrigues  politiciennes  dr

Le poumon culturel du Biterrois en proie aux intrigues politiciennes dr

Créée il y a dix ans par le Conseil départemental et cultivée par son directeur Jean Varela et son équipe, sortieOuest  est devenue  un espace de diffusion pluridisciplinaire, un lieu privilégié d’élaboration de projets culturels pensés en collaboration avec les acteurs locaux. Une réussite totale remise aujourd’hui en question...
Après le quasi-avis de décès du festival la Terrasse et del Catet, c’est au tour des spectateurs-amis de sortieOuest, qui viennent de se monter en association, de manifester une vive inquiétude quant à l’avenir de leur théâtre « attaqué sur ses missions de service public de la culture par sa propre tutelle : le conseil départemental de l’Hérault

Victime des dégâts collatéraux  liés au bras de fer qui oppose  le Conseil départemental de l’Hérault  à la Métropole de Montpellier à propos de la compétence culturelle métropolitaine, le lieu a vu sa présentation de saison repoussée, puis annulée. Aucun programme n’a été édité, ce qui renforce l’inquiétude du public fidélisé autour d’une programmation accessible de grande qualité.

Le directeur artistique Jean Varela, par ailleurs directeur du Printemps des Comédiens garde le silence. Il avait évoqué lors de la présentation à la presse de la saison d’hiver du Domaine D’o « l’impatience du public biterrois» et les répercutions néfastes de la loi NOTRe sur les territoires ruraux : « cette loi pose la question des politiques en milieu rural. Le populisme est partout…»

Depuis la situation n’a pas évolué, des spectacles programmés ont été annulés et rien ne s’éclaircit si ce n’est que l’équipe qui compte dix salariés ne peut plus faire son travail. SortieOuest est en théorie à l’abri du conflit impliquant la Métropole Montpelliéraine mais se retrouve concernée dans un projet alambiqué notamment défendu par le président de la structure Philippe Vidal, qui consisterait à élargir l’Epic du Domaine d’O à d’autre structures dont sortieOuest.

Dans cette perspective, le Conseil départemental a annoncé la dissolution de l’association. Un Conseil d’administration de l’association se tiendra demain à Béziers, précédé d’un rassemblement du public qui s’est approprié la démarche artistique et la convivialité de ce lieu incontournable. Le flou n’est cette fois pas artistique mais bien politique.

PROGRAMMATION : sortieOuest

 

THÉATRE UNIVERSITÉ
Au coeur de la fac La Vignette consolide sa mission

GetAttachmentThumbnailLes problèmes du théâtre seraient-ils inhérents au marasme politique ? La question mérite d’être posée si l’on se réfère à la bonne santé du Théâtre universitaire montpelliérain La Vignette, qui évolue partiellement hors de cette arène.

L’université Paul Valéry a bien compris l’intérêt d’assumer pleinement sa mission culturelle figurant au cahier des charges de toutes les universités françaises. Elle dispose d’un Centre culturel très actif et d’un théâtre qui développe les échanges intra-universitaires et inter-universitaires tout en restant ouvert au public extérieur.

Douze ans après sa création La Vignette est devenue une scène conventionnée pour l’émergence et la diversité. «Cette année, Patrick Gilli, le nouveau président est venu approuver  la place du théâtre en tant que lieu d’échanges et de recherches, se félicite le Directeur Nicolas Dubourg, le théâtre s’est affirmé comme un outil de rayonnement sur le territoire, nous poursuivons maintenant  sur la voie de la professionnalisation en tissant des liens qui favorisent l’insertion des étudiants dans le monde actif.»

Le Théâtre s’inscrit  par ailleurs comme partenaire du nouveau Master Création Spectacle Vivant du département Cinéma&Théâtre en participant à la formation des étudiants en études théâtrales. En tant que représentant régional du Syndeac, Nicolas Dubourg n’est pas insensible à la crise actuelle.

«Les attaques contre la liberté de programmation par les maires  ou par le public via des débats participatifs tronqués se multiplient, il faut que la profession se mobilise. Ici nous ne sommes pas concernés car notre théâtre n’est pas un simple lieu de diffusion. Il y a une  différence entre programmer un spectacle et voir ce qui se passe avant et après, pour nous le spectacle n’est pas un événement mais un parcours où interviennent professionnels, chercheurs, étudiants et public.»

La programmation de cette saison réserve de très bonnes surprises ; elle se décline cette année autour de l’engagement et de l’intention de réaffirmer un théâtre de texte contemporain.

PROGRAMMATION : Théâtre La Vignette

 

 

SORTIR ENCORE

 Théâtre.  Sélection de trois spectacles qui ouvrent les esprits sur le monde

L’offre théâtrale montpelliéraine de cette saison demeure globalement qualitative à l’instar de ces trois spectacles à découvrir prochainement. Les spectateurs citoyens doivent se manifester s’ils ne veulent pas mesurer les répercutions du désastre qui s’annonce dans les années à venir.

 

142-illustration-hearing-amir-reza-koohestani_1-1450362282Hearing texte et mise en scène de l’artiste iranien Amir Reza Koohestani qui conçoit ses récits comme des jeux de miroirs pour évoquer le rapport aux autres et la distance entre les individus. Proposé par le Théâtre La Vignette les 15 et 16  novembre prochain.

portfolio_pleine_hd02marc-ginotPleine Texte et mise en scène de Marion Pellissier par la cie montpelliéraine La Raffinerie. Une femme qui n’accouche pas, une sage-femme et un médecin inquiétants, un foetus qui observe la vie de l’intérieur…Spectacle proposé par le Domaine d’O du 13 au 15 oct.

 

ATMEN-5159 Time’s Journey Through a Room scénario et mise en scène de la japonaise Toshiki Okada reconnue comme une figure majeure des arts de la scène.  Les 18 et 19 oct à hTh.

Voir aussi : Rubrique Théâtre, hTh 2017 Libre saison de bruit et de fureur, SortieOuest archivesBéziers, le débat déconstruit la mystification, Sortieouest. Des spectacles vraiment vivants ! , Un théâtre de toile et d’étoiles reconnu et défendu, rubrique Politique, Politique culturelleDernière saison d’hiver au Domaine d’O ?, Politique Locale, rubrique Danse,  rubrique Montpellier, rubrique Rencontre, Rodrigo Garcia : «Vivre joyeusement dans un monde détestable»,

Dernière saison d’hiver au Domaine d’O ?

Renaud Calvat et les directeurs artistiques dans l’incertitude.

Renaud Calvat et les directeurs artistiques dans l’incertitude.

La nouvelle saison d’hiver du Domaine d’O est lancée dans le marasme lié à l’affrontement entre le Conseil départemental et la Métropole  montpelliéraine sur la compétence culturelle.

Le public du Domaine d’O prend enfin connaissance de la programmation d’hiver. Comme les personnels dédiés au fonctionnement de l’Epic, il reste en revanche dans l’expectative quant à l’issue définitive du bras de fer opposant le président (PS) du Conseil départemental Kléber Mesquida à Philippe Saurel, président (divers gauche) de la Métropole. La compétence culturelle dont le Conseil départemental n’entendait pas se dessaisir faisait partie des quatre compétences réclamées par le maire de Montpellier.

Suite au désaccord persistant (un an de surenchères stériles), comme le veut la loi NOTRe, ce sont finalement huit compétences qui seront transférées à la Métropole en 2017. Le mode de transfert, notamment les subventions versées par le Conseil départemental aux festivals et aux différents protagonistes de la culture sur le territoire métropolitain, restent l’objet d’un âpre combat politique qui échappent aux principaux intéressés, acteurs culturels, publics et citoyens.

A l’occasion du lever de rideau tardif sur la saison d’hiver, le vice-président délégué à la Culture Renaud Calvat a rendu public la position de la Chambre régionale des comptes et du préfet de Région délivrée aux intéressés le 15 septembre : « S’il devait y avoir un transfert,  le décret ne serait pas signé avant le 1er janvier 2018 »,  à indiqué le délégué à la Culture. En clair, les arbitres donnent le temps aux belligérants d’accorder leurs violons et la saison culturelle du Domaine d’O, qui comprend notamment un théâtre de 600 places, un amphithéâtre de plein air de 1 800 places et accueille pas moins de sept festivals dont le Printemps des comédiens, qui attire à lui seul plus de 40 000 spectateurs, aura finalement lieu. Ce temps supplémentaire offre-t-il de nouvelles perspectives pour sortir de cette absurde impasse ?

Le temps presse de trouver une issue à ce conflit. Hors Métropole, d’autres structures sont impactées comme sortieOuest à Béziers, qui n’a toujours pas présenté sa saison. Les dernières hypothèses échafaudées par le Département passeraient par un élargissement de l’actuel Epic à d’autres structures implantées sur le territoire régional.

Cette voie de contournement devra d’abord trouver une validité juridique. Concernant le Domaine d’O, le Département serait prêt à ne conserver que la programmation d’été, ce qui signifierait peut-être la fin de la saison d’hiver et du festival dédié à l’enfance Saperlipopette… Côté Métropole, Philippe Saurel se fait discret. Il lui sera pourtant difficile d’assumer seul  le coût d’un divorce avec le Conseil départemental sans rogner sur la qualité des services et de l’offre culturelle libre et qualitative qui s’est construite en plusieurs décennies…

Au  programme
C’est David Ayala qui a ouvert cette semaine la saison avec Le Vent se lève, pièce pleine d’ébullition qui a trouvé matière à résonner avec le contexte en présence. En octobre, la Cie de la Raffinerie prendra le relais avec Pleine, de Marion Pellissier, qui pourrait être une  genèse des relations humaines.

Le Domaine d’O inaugure une saison consacrée à la chanson en mettant l’accent sur les textes, la variété de style et l’équilibre entre chanteurs connus et émergents.  Six concerts au programme dont Michel Jonas, Alexis HK, Michel Arbatz, et Miossec. Durant les vacances Saperlipopette ouvre les portes à la magie du mime avec 24:42 par la compagnie montpelliéraine Blabla production et le spectacle suédois Marmelade. Comme le veut la tradition du Domaine, le cirque sera de la partie avec les stagiaires professionnels de  Balthazar, le spectacle Noos, un duo inspiré de portés acrobatiques ou encore la Cie toulousaine BettiCombo.

On pourra aussi entendre  un récital du pianiste Bruno Fontaine et l’opéra Orfeo de Monteverdi, en croisant les doigts pour que le Domaine D’O sorte des enfers !

JMDH

Source La Marseillaise 01/10/2016

La brebis galeuse. La voix ouverte de l’innocence

Christian Mazzuchini sur une corde juste sensible et drôle. Photo  Marie Clauzade

Christian Mazzuchini sur une corde juste sensible et drôle. Photo Marie Clauzade

SortieOuest. La brebis galeuse de Celestini mis en scène par Dag Jeanneret.

Associée à SortieOuest, la Cie In situ vient de présenter  La brebis galeuse en sortie de chantier d’Ascanio Celestini, auteur italien contemporain engagé dans le renouveau du théâtre récit. Une forme de monologue où le narrateur vient remplacer la figure de l’acteur dans la lignée de Dario Fo.

Avec cette pièce, le metteur en scène Dag Jeanneret poursuit ainsi un parcours débuté avec Radio clandestine du même Ascanio Celestini interprété par Richard Mitou en 2011. Le texte revenait sur le massacre des fosses ardéatines perpétré par les nazis et resté dans la mémoire des Romains comme l’événement le plus tragique de l’occupation allemande.

La brebis galeuse, accessible en français grâce au travail de la Maison Antoine Vitez, se situe une quinzaine d’années plus tard. Dans les années 60, celles de l’essor économique induit par la nouvelle logique géopolitique de la guerre froide. Celle de l’accès à la société de consommation, du boum industriel qui laissa le niveau de salaire italien loin derrière la croissance de la production qui s’effectua au détriment du monde agricole.

L’histoire est là, mais le point de vue se déplace dans le théâtre de Celestini qui la restitue à travers le prisme d’un inadapté, Nicola, enfermé dans un asile psychiatrique. Nicola remarquablement interprété par Christian Mazzuchini rêve de supermarchés merveilleux, de films intergalactiques de chansons à la guimauve et de femmes dociles. Son langage, sa gestuelle et ses formules idiomatiques occupent une place centrale qui nous plonge de plein pied dans le monde rural en train de disparaître.

JMDH

Source : La Marseillaise 02 01 2016

Voir aussi : Rubrique  Théâtre, rubrique Italie, rubrique Histoire,