Deon Meyer charge l’atmosphère

Deon Meyer : « L’Afrique du sud va mal ».  Photo dr

Deon Meyer : « L’Afrique du sud va mal ». Photo dr

Roman
Né en 1958  en Afrique du Sud, Deon Meyer est l’auteur unanimement reconnu de dix best-sellers traduits dans une trentaine de pays. Avant de se lancer dans le polar, il a été journaliste, et stratège en positionnement Internet. Il vit près du Cap.  L’année du lion  est son premier roman post-apocalyptique.

L’auteur sud africain, Deon Meyer sort du noir, le genre, pour le reste on ne peut pas vraiment dire qu’il quitte la noirceur. Dans son dernier roman, L’Année du Lion, l’écrivain dresse un tableau pos-apocalyptique dans le décor géant de son pays, entre le désert du Karoo et le fleuve Orange. Cette histoire inspirée d’une nouvelle l’a obnubilé durant cinq ans. Il y est question de survie, après une fièvre mortelle ayant décimée les neuf dixièmes de la race humaine.

C’est le chaos. Un père et son fils évoluent dans cet environnement hostile. Sans nouvelle de la mère, ils doivent lutter contre la faune sauvage et humaine qui sévissent dans un espace immense et sans loi. On se dispute les restes de la société passée progressivement pillés. Plus le temps passe plus le danger grandi.

Will Strorm en a conscience mais il dispose d’une grande force. Celle de poursuivre un but précis et un idéal. Il veut rejoindre le grand barrage de Vanderkloof proche d’une centrale-électrique et y établir la communauté d’Amanzi basée sur l’égalité. Un espoir, (une rédemption ? ) en rupture avec l’ancien monde.

Aux yeux de l’auteur : « cette communauté imaginaire pourrait correspondre à une vision de l’Afrique du Sud si cette dernière était égalitaire.» Cette force de conviction le père l’a transmet à son fils et l’a partage aussi avec  les survivants qu’il croise. Au fil de l’avancé du projet, la population en quête de civilisation augmente. Il faut s’organiser pour répondre à l’angoisse du manque et aux besoins croissants.

Un mode de gouvernance se construit. Des personnalités se distinguent autour des enjeux de pouvoir. Il y a Domingo, le tireur d’élite, un pilote de Cessna, et le pasteur Nkosi, opportun et politiquement efficace, ce dernier fait entendre la voix de dieux et pose les fondations d’une nouvelle église.

Un reflet du pays
Dans la saisissante scène d’ouverture, Nico Storm qui a 13 ans sauve son père Will d’une meute de chiens prête à le dévorer. Cet acte marque le départ de la relation père/fils, fil conducteur du livre qui peut se lire aussi comme une histoire initiatique. Au court des cinq premières années de la communauté, Nico grandit s’éloigne de son père et s’affilie aux commandos d’élite dans l’armée de la communauté qui voit jour sous l’impulsion de  Domingo.

A l’extérieur d’Amanzi les hordes impulsives et sans pitié charge l’atmosphère ce qui donne lieu à des scènes d’actions haletantes qui rythme le récit. La maîtrise de la mise en scène nous rappelle le talent que Meyer sait déployer dans ses romans noirs.
Deon Meyer observe le délitement de la société Sud Africaine avec frayeur.

« L’Afrique du Sud va mal. On ne sait pas si le pays va s’effondrer ou non. Il faut se montrer prudent. Peut-être que bientôt on sera obligé de quitter le pays, il faut se préparer » affirmait l’auteur lors de sa tournée de promotion à Paris.

En signant ce roman, il accepte désormais la probabilité, même infime, que l’univers sur lequel il a fondé son livre, puisse représenter une évolution cohérente de la réalité. Plus qu’un changement de genre, L’année du Lyon marque une modification plus profonde dans l’oeuvre de Meyer. Il assume radicalement la position de cet univers comme métaphore.

JMDH

L’année du Lion, éditions du Seuil. 640 p 16,99 euros. Traduit de l’afrikaans et de l’anglais par Catherine Du Toit et Marie-Caroline Aubert.

Source : La Marseillaise 04/12/2017

Voir aussi :  Rubrique Livres, Roman noir, rubrique Afrique, Afrique du Sud, rubrique Rencontre, Deon Mayer : « Je ne dresse pas d’agenda politique »,

Rencontres de Bamako: Afrotopia, nouveaux imaginaires de l’Afrique contemporaine

Lola Keyezua - «Stone Orgasms», 2015 (Angola) Cette série pose la question des mutilations génitales et plus largement l’asservissement des femmes. «Née à Luanda, en Angola, Keyezua est diplômée de la Royal Academy of Arts de La Haye. Consciente des attentes performatives de la féminité, Lola Keyezua s’attache à déconstruire les cadres de la beauté, de la féminité, de la sexualité. Briser les codes attendus des cultures africaines, rompre les silences à l’égard de l’Art Africain et développer une nouvelle vision de l’Afrique, font partie de ses propositions artistiques», précise Afriscope/Africultures sur Facebook. © Lola Keyezua

Lola Keyezua – «Stone Orgasms», 2015 (Angola)
Cette série pose la question des mutilations génitales et plus largement l’asservissement des femmes. «Née à Luanda, en Angola, Keyezua est diplômée de la Royal Academy of Arts de La Haye. Consciente des attentes performatives de la féminité, Lola Keyezua s’attache à déconstruire les cadres de la beauté, de la féminité, de la sexualité. Briser les codes attendus des cultures africaines, rompre les silences à l’égard de l’Art Africain et développer une nouvelle vision de l’Afrique, font partie de ses propositions artistiques», précise Afriscope/Africultures sur Facebook.
© Lola Keyezua

Afrotopia, en écho au livre de Felwine Sarr, est le nom de la 11e édition des Rencontres de Bamako, biennale africaine de la photographie. Les diverses manifestations (photos, vidéos, arts numériques): Exposition panafricaine, Remix de l’indépendance, Histoires récentes, Afrofuturisme ou encore La Vie selon James Barnor, sont autant de témoignages d’un continent en pleine mutation.

Sibusiso Bheka - «Stop Nonsense», 2017 (Afrique du Sud) Sibusiso Bheka est un jeune  photographe né en 1997. Soutenu par Rubis Mécénat, il travaille sur les townships de son pays. Il y décrit l’environnement nocturne dans un langage cinématographique. Sa série sur les murs érigés autour de Thokoza, le township où il a grandi est une réflexion sur l’enfermement, la peur, la limite qui empêche d’aller vers l’autre. © Sibusiso Bheka

Sibusiso Bheka – «Stop Nonsense», 2017 (Afrique du Sud)
Sibusiso Bheka est un jeune photographe né en 1997. Soutenu par Rubis Mécénat, il travaille sur les townships de son pays. Il y décrit l’environnement nocturne dans un langage cinématographique. Sa série sur les murs érigés autour de Thokoza, le township où il a grandi est une réflexion sur l’enfermement, la peur, la limite qui empêche d’aller vers l’autre.
© Sibusiso Bheka

L’exposition panafricaine, projet artistique central de cette édition 2017 (du 2 décembre au 31 janvier 2018), présente 40 projets qui invitent à réfléchir «aux ressorts du futur, à révéler les espaces du possible en germe dans les réalités contemporaines africaines. Qu’ils situent leurs propositions artistiques aux confins de récits autobiographiques, dans des fictions ou dans des narrations en prise immédiate avec l’actualité, les visions qu’ils nous livrent épousent les mouvements souvent chaotiques du réel», explique Marie-Ann Yemsi, commissaire de l’exposition.

Rahima Gambo - «Education is Forbidden», 2015 (Nigeria) Ce travail raconte le quotidien des étudiantes dans les écoles et les universités pendant l'insurrection de Boko Haram au nord-est du Nigeria en 2009. Boko Haram que l’on peut traduire par «l’éducation occidentale est un péché» est un mouvement insurrectionnel qui prône une idéologie salafiste djihadiste. Il a pour objectif d'instaurer un califat et d'appliquer la charia. Des centaines d’écoles ont été détruites, beaucoup sont fermées. En  avril 2014, près de 300 lycéennes ont été kidnappées par Boko Haram qui, depuis, a prêté allégeance à l'Etat islamique. Comment surmonter la peur, comment continuer à étudier, comment faire acte de résistance sont les questions soulevées par Rahima Gambo. © Rahima Gambo

Rahima Gambo – «Education is Forbidden», 2015 (Nigeria)
Ce travail raconte le quotidien des étudiantes dans les écoles et les universités pendant l’insurrection de Boko Haram au nord-est du Nigeria en 2009. Boko Haram que l’on peut traduire par «l’éducation occidentale est un péché» est un mouvement insurrectionnel qui prône une idéologie salafiste djihadiste. Il a pour objectif d’instaurer un califat et d’appliquer la charia. Des centaines d’écoles ont été détruites, beaucoup sont fermées. En avril 2014, près de 300 lycéennes ont été kidnappées par Boko Haram qui, depuis, a prêté allégeance à l’Etat islamique. Comment surmonter la peur, comment continuer à étudier, comment faire acte de résistance sont les questions soulevées par Rahima Gambo.
© Rahima Gambo

«Cette dernière édition est profondément ancrée dans les transformations d’une Afrique qui se renouvelle au quotidien, une Afrique tournée vers un avenir qu’elle invente à partir de ses propres expériences», ajoute Pierre Buhler, président de l’Institut français qui, aux côtés du ministère de la Culture du Mali, l’inaugure.

Zied Ben Romdhane - «West of Life», 2014-2016 (Tunisie) Le photo-reporter tunisien «arpente la région à la fois comme une terre connue et comme un territoire étranger. Des gisements de Redeyef aux mines de Métlaoui et aux collines d’Oum El Araies, c’est le visage fatigué mais résistant d’une terre qui ne l’est pas moins qui donne chair à ce projet, précise le site Nawaat. Il aborde avec «West of Life», les cicatrices qu'ont laissé ces lieux, sur les habitants.   © Zied Ben Romdhane

Zied Ben Romdhane – «West of Life», 2014-2016 (Tunisie)
Le photo-reporter tunisien «arpente la région à la fois comme une terre connue et comme un territoire étranger. Des gisements de Redeyef aux mines de Métlaoui et aux collines d’Oum El Araies, c’est le visage fatigué mais résistant d’une terre qui ne l’est pas moins qui donne chair à ce projet, précise le site Nawaat. Il aborde avec «West of Life», les cicatrices qu’ont laissé ces lieux, sur les habitants.
© Zied Ben Romdhane

Geopolis Afrique vous propose de découvrir 20 photographes en herbe ou de renom dont certains découverts à Bamako sont aujourd’hui exposés dans des manifestations phares sur le continent africain et à l’international.

Laurent Filippi

Source Géopolis 02/12/2017

Voir aussi :  Rubrique Afrique, rubrique Expo, rubrique Art,

Macron évacue les esclaves de Libye. Enfin, presque…

16334367

Chaque matin du lundi au vendredi, si possible à 9h15 précises, Daniel Schneidermann publie cette chronique sur les dominantes médiatico-numériques du matin. Ou parfois de la veille au soir (n’abusons pas des contraintes). Cette chronique est publiée sur le site indépendant arrêt sur images (financé par les abonnements) puis sur Rue89.

L’essentiel, c’est de nourrir la bête. Nourrir l’ogre médiatique avec des annonces, des réactions, des indignations, n’importe quoi pourvu que ça fasse titre. Ce matin, donc, Macron évacue les migrants esclavagisés en Libye. Vous avez suivi ? CNN, voici quelques jours, a réussi à filmer un marché aux esclaves. Images terrifiantes : c’est un exploit d’une journaliste soudanaise de la chaine, Nima Elbagir.

S’ensuit un « effet Aylan », en mode mineur. Pétition internationale. Mobilisation de Yannick Noah, Alpha Blondy, Omar Sy, Paul Pogba. Comment donc ? Réduits en esclavage ? Alors qu’on les imaginait bronzant tranquillement dans les camps, avec rafraichissements servis par les passeurs. Si on avait pu imaginer ! (En réalité, on pouvait parfaitement imaginer. On savait, comme l’a rappelé la Haute Représentante de l’UE Federica Mogherini à des journalistes en marge du sommet d’Abidjan. Mais il n’y avait pas d’images).

Bref, il faut faire quelque chose. D’urgence, bien entendu. Surtout s’agissant de la France, qui a tout de même créé l’actuel « chaos libyen », comme on dit. Et donc voilà l’idée : on va évacuer les migrants de Libye, annonce ce matin dans ses titres le journal de 8 heures de France Culture.

Ah, parfait. Excellente idée. Mais les évacuer vers où ? Le journal de France Culture note sobrement que « les modalités n’ont pas été précisées ». En effet. Pourquoi s’ennuyer avec les modalités ? C’est ennuyeux, les modalités. C’est compliqué.

25 migrants en France

Renseignements pris, il s’agit d’évacuer les migrants « qui le souhaitent » vers leur pays d’origine. Les mots importants, c’est « qui le souhaitent ». Ainsi tous ceux qui ne le souhaitent pas seront présumés consentants à l’esclavagisation en Libye. Qu’ils ne viennent pas, ensuite, faire les intéressants devant les caméras de CNN, en pleurnichant qu’ils ont investi toutes leurs économies dans le voyage.

D’autant, comme l’a rappelé la veille le même Macron à Ougadougou, au cours d’un stand up facétieux, que ce sont les Africains eux-mêmes qui esclavagisent d’autres Africains. (Je ne veux pas être injuste : Le Monde relevait voici quelques jours que la France montrerait l’exemple, en accueillant… 25 migrants évacués de Libye).

A propos de ces effets d’annonce matinaux, vous vous souvenez du glyphosate (je sais, c’est vieux c’était avant-hier) ? La France, la France seule, après la capitulation allemande, interdira le glyphosate au plus tard dans trois ans. Sonnez hautbois : l’écologie est un combat solitaire. L’ex-ministre de l’écologie Delphine Batho re-tweetait hier soir les toutes dernières lignes d’un article du Monde. Les toutes dernières. Tout en bas. Il faut aller jusqu’au bout de l’article (sauf sur Twitter, où elles sont passés au stabilo). Je vous laisse les lire. Et maintenant, à vous de deviner si elles ont fait les titres des journaux radio.

Lundi la France décide que le #glyphosate sera interdit « au plus tard dans 3 ans », mais le mercredi on nous annonce qu’en fait heu… non ce ne sera pas le cas… ???? pic.twitter.com/gwciBjUP8x

— Delphine Batho (@delphinebatho) November 29, 2017

 Pour lire la chronique sur ASI.

Source : Rue89 30/11/2017

La réponse de Macron sur l’esclavage en Libye
« Qui sont les trafiquants ? Pas des Français ! Ce sont des africains, mon ami » :
http://www.dailymotion.com/video/x6apwzz

M. Macron annonce des « opérations d’évacuation d’urgence » de migrants esclaves en Libye

DOr5JTtWsAEaq7J.jpg_large-e1511010846407-1100x715

De nombreux dirigeants se sont retrouvés mercredi, en marge du sommet Europe-Afrique d’Abidjan, pour évoquer une action « immédiate ».

Le premier succès du sommet réunissant l’Union africaine (UA) et l’Union européenne (UE) est déjà de s’être ouvert, mercredi 29 novembre, en Côte d’Ivoire. Car la querelle autour de l’invitation faite à la République arabe sahraouie démocratique (RASD), reconnue par l’UA mais honnie par le Maroc, a failli faire échouer cette rencontre. Finalement, Rabat a mis sa colère en sourdine et le roi du Maroc, Mohammed VI, a fait le déplacement d’Abidjan, une métropole où il a ses habitudes, la capitale d’un pays où son pays investit massivement.

Avec une Afrique retrouvant donc une unité de façade, le sommet était placé sous le thème « Investir dans la jeunesse pour un avenir durable ». Il n’a toutefois pas pu se soustraire à l’actualité. D’autant que celle-ci recoupait en partie le sujet de départ : depuis la diffusion par la chaîne américaine CNN d’un reportage montrant des migrants subsahariens vendus comme esclaves en Libye, les dirigeants du continent africain s’indignent, en appellent à une Cour pénale internationale que beaucoup abhorrent en temps normal pour qu’elle se saisisse de ce drame.

La question migratoire a donc bel et bien été le fil conducteur de la rencontre entre près de 80 chefs d’Etat et de gouvernement, qui devait s’achever, jeudi, par une déclaration longuement soupesée, ménageant les deux parties tout en les plaçant chacune devant ses responsabilités : obligation d’assurer un avenir à sa jeunesse pour l’Afrique, de mettre ses pratiques en concordance avec ses discours généreux pour l’UE. Vraie promesse ou faux semblant ?

« Avoir foi en l’avenir »

« Nous devons tout mettre en œuvre pour votre épanouissement sur notre continent ! Je vous invite à avoir foi dans l’avenir et ne pas vous lancer à l’aventure au péril de vos vies », a, en tout cas, déclaré l’hôte du sommet, le président ivoirien Alassane Ouattara.

Si de jeunes Africains sont jetés sur les routes et tentent de gagner l’Europe en risquant leur vie c’est en raison de « la pauvreté, de la mauvaise gouvernance, du changement climatique », expliquait pour sa part Moussa Faki, le président de la Commission de l’UA. En clair, « des défis communs », « des responsabilités partagées ».

« Ces récentes images atroces nous rappellent l’urgence d’agir. Tous les pays ont le devoir de protéger leurs frontières mais ils doivent le faire dans le respect des droits humains », insistait le Portugais Antonio Gutteres, secrétaire général des Nations unies (ONU). Qui, appuyé par la chancelière allemande Angela Merkel, plaidait pour des canaux de migration « régulière et ordonnée ».

La situation en Libye n’a pas suscité que des commentaires. Elle a été au cœur de plusieurs réunions en marge du sommet. A l’issue de l’une d’elles, où étaient notamment réunis UE, UA, ONU, il a été décidé de mettre en place un groupe d’action censé mieux lutter contre les trafiquants, accélérer les retours de migrants dits économiques vers leur pays d’origine et la réinstallation des réfugiés. Un travail mené en coordination avec les autorités de Tripoli. Le texte évoque aussi l’obligation d’assurer « des opportunités de développement et de stabilité » aux pays d’origine.

« Sur les routes de la nécessité »

En conférence de presse, Emmanuel Macron a expliqué que des migrants seront évacués « en urgence » de Libye et qu’il avait encouragé les états européens à suivre le modèle instauré par la France de sélection des réfugiés, en amont, dans les pays du Sahel avant qu’ils ne s’aventurent « sur les routes de la nécessité ».

Du côté des institutions européennes, on semblait partagé entre le soulagement et une certaine frustration. « L’esclavagisme en Libye existait avant que CNN le découvre, relevait une source à haut niveau, mais tant mieux si l’emballement soudain sur une situation que nous évoquons depuis de nombreux mois permet d’agir. »

Se confiant à quelques journalistes mardi soir, avant l’ouverture du sommet, Federica Mogherini, la Haute Représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, se réjouissait aussi que le monde s’agite mais relevait que des témoignages recueillis auprès de femmes, à Lampedusa (Italie), avaient révélé depuis longtemps des situations comparables à celles révélées par la chaîne américaine. Et ils n’avaient pas suscité beaucoup d’émoi.

Faire davantage

Quoi qu’il en soit, « la Libye a besoin de notre aide à tous les deux, pas d’accusations », indiquait Donald Tusk, coprésident de ce sommet. Plus généralement, le président du Conseil se disait prêt à « faire davantage » pour tenter de résoudre cette question de la migration qui, soulignait-il, « va déterminer une part importante de notre relation dans les
années à venir ».

« Faire », mais aussi payer davantage ? Un Fonds fiduciaire pour l’Afrique est actuellement alimenté à hauteur de quelque 3 milliards d’euros par la Commission mais attend encore 66 des 260 millions promis par les pays membres, clairement sous pression pour aller au-delà de cet engagement puisqu’ils se disent désireux d’agir. Un plan d’investissement – semblable dans son principe au « Plan Juncker » pour l’UE – a quant à lui été approuvé en septembre par le Parlement de Strasbourg. La Commission y consacre 4,1 milliards d’euros et lance un appel au secteur privé pour qu’il atteigne un montant jusqu’à dix fois supérieur.

Le drame de l’esclavagisme en Libye a réveillé les consciences et donné soudain un visage à cette « jeunesse africaine » auquel les dirigeants entendent assurer un avenir. Reste une question : jusqu’où ira leur réel investissement ?

 Cyril Bensimon ) et Jean-Pierre Stroobants

Source : Le Monde.fr avec AFP  29.11.2017

Voir aussi : Rubrique Revue de presse, rubrique Politique, Politique de l’immigration, Esclavage en Libye: « tout le monde savait, Embarras de la gauche sur l’immigration, Perdre la raison face aux barbelés, Politique économique, La fabrique des indésirables, Politique Internationale, La solitude des ex-captives de Daech, rubrique SociétéUtilisation de gaz poivre contre les migrants à CalaisExploitation des migrants mineurs dans les « jungles » françaises, rubrique Méditerranée, Libye,

RDC: «Belgique assassin», quand des Congolais réclament la dépouille de Lumumba

Patrice Lumumba (à droite en chemise blanche) lors de son arrestation avec ses compagnons en décembre 1960 à Léopoldville (actuelle Kinshasa). Il a été assassiné le 17 janvier 1961. © Photo AFP

Patrice Lumumba (à droite en chemise blanche) lors de son arrestation avec ses compagnons en décembre 1960 à Léopoldville (actuelle Kinshasa). Il a été assassiné le 17 janvier 1961. © Photo AFP

C’est la deuxième fois en deux mois qu’ils descendent dans la rue pour réclamer la restitution par la Belgique du corps de Patrice Lumumba, héros de l’indépendance congolaise assassiné. Début octobre, ils avaient posé un cercueil vide devant la représentation diplomatique belge. Ils ont profité de la visite du ministre belge des Affaires étrangères à Kinshasa pour renouveler le même message.

«J’ai constaté ce matin que toutes les manifestations n’étaient pas interdites», a ironisé le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, présent à Kinshasa le 27 novembre pour l’inauguration de la nouvelle ambassade de son pays dans la capitale congolaise.

Aucun officiel congolais n’a fait le déplacement, mais une centaine de manifestants se sont invités à la cérémonie pour réclamer «la justice au sujet de l’assassinat de Patrice Lumumba», héros de l’indépendance congolaise, assassiné en 1961.

«Belgique assassin… Belgique Assassin», scandaient les manifestants. Ils se réclament d’une association congolaise dénommée Lisanga Lumumba.

«On a vu un Belge brandir la dentition de Lumumba à la télévision en affirmant qu’il détient deux dents de Lumumba. Avoir les dents, cela signifie avoir aussi tout le reste du corps. C’est pour cela que nous sommes venus réclamer auprès des Belges le rapatriement du corps de Lumumba. Il a été prouvé que les Belges ont bel et bien assassiné Patrice Lumumba», explique un manifestant à la BBC.

— bbcafrique (@bbcafrique) 27 novembre 2017

Gérard Soete, le «fossoyeur» belge de Lumumba
L’homme dont il est question est un ancien commissaire de la police belge dénommé Gérard Soete. Après avoir gardé le secret durant quarante ans, il avait avoué dans un documentaire diffusé à la télévision, avoir, avec l’aide son frère, découpé à la scie et dissous dans l’acide le corps de Patrice Lumumba.

«Il ne fallait pas que les partisans de Lumumba trouvent une tombe où venir en pèlerinage. Je devais me débrouiller tout seul. Des autorités belges étaient sur place. Elles ne m’ont pas dit de ne rien faire», avait-il précisé, avant de révéler un autre secret. Il avait affirmé avoir gardé en souvenir, des dents arrachées à la mâchoire du leader congolais assassiné.

«Les deux dents de Lumumba? Je les ai longtemps gardées, mais… je les ai jetées dans la mer du Nord, elles sont maintenant à dix milles de la cote. Personne ne les retrouvera plus jamais», avait-il révélé dans une interview à l’AFP le 15 mai 2001

Son témoignage repris dans le film de Michel Noll – Une mort de style colonial, l’assassinat de Patrice Lumumba  avait suscité un tollé à Kinshasa mais aussi en Belgique où une commission d’enquête parlementaire avait été mise en place pour éclaircir l’implication éventuelle des responsables belges dans ce crime. Les conclusions de l’enquête n’ont abouti à rien de concret.

Aujourd’hui, aucune trace d’éventuels restes du leader congolais assassiné n’a jamais été trouvée depuis le témoignage de celui qui affirme l’avoir fait disparaître.

Interpelé à Kinshasa par les jeunes de l’association Lisanga Lumumba, le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, a tenté de les rassurer sur la volonté de son pays de poursuivre le dialogue sur cette délicate question. Il a indiqué que son ambassadeur prendra contact avec leurs représentants.

Interrogés par le correspondant de la BBC à Kinshasa, les manifestants assurent qu’il n’y a aucune manipulation derrière leur action qui vise à obtenir la justice sur l’assassinat de Patrice Lumumba. Un message destiné à ceux qui voient derrière leur démarche la main du pouvoir congolais dont les relations avec la Belgique ne cessent de se déteriorer.

Martin Mateso

Source : Géopolis 28/11/2017

Actualité International, Rubrique AfriqueEn Afrique, le retour des présidents à vie, rubrique RDC,Transition à haut risque en RDC. Omniprésence des intérêts étrangers, Joseph Kabila, Mobutu light ?, rubrique Congo Brazaville,