Macron chez Trump des efforts infructueux

(© picture-alliance/dpa)

(© picture-alliance/dpa)

Jusqu’à présent, le président français n’est pas parvenu à grand-chose avec Donald Trump, fait remarquer The Guardian:

«A ce jour, son action n’a pas été très convaincante. … Il a fait pression sur le président américain pour qu’il renonce à sortir de l’accord de Paris sur le climat, qu’il maintienne l’engagement américain en Syrie pour contenir le régime d’Assad, qu’il s’abstienne d’abroger l’accord sur le nucléaire iranien et qu’il retire son projet de taxation des importations européennes. Aucune de ces tentatives n’a été couronnée de succès. S’il parvient à faire changer Trump d’avis sur l’un de ces points, l’Iran notamment, ce serait une surprise et un coup d’éclat.»

Source Eurotopics 24/04/2018

Droit d’asile Vous avez dit « submergés » ?

Dbd6cmNWsAA6Dxm

« Certaines régions sont en train de se déconstruire parce qu’elles sont submergées par les flux de demandeurs d’asile » affirmait récemment Gérard Collomb, ministre de l’intérieur, au cours de la discussion du projet de loi asile-immigration qu’il défendait et qui a été adopté hier en première lecture par l’Assemblée nationale.

Pourtant, depuis le démarrage de la vague de réfugiés causée par la guerre en Syrie en 2015, et jusqu’à la fin de l’année 2017, la France n’a enregistré que 239 325 demandes d’asiles, soit moins de 8 % du total des demandes déposées dans l’Union, pour un pays qui pèse 13 % de sa population. Autrement dit, le nombre de demandeurs d’asile en France équivalait à 0,36 % de la population de l’Hexagone. Cette proportion est 6 fois inférieure à celle observée en Hongrie ou en Suède et cinq fois à celle constatée en Autriche ou en Allemagne…

Dbd7MXVWAAEGKZR

De plus, du fait d’un taux de décision favorables nettement plus bas que la moyenne européenne, la France n’a finalement accepté au cours de ces trois années, que 81 950 demandeurs d’asile (octroi du statut de réfugié ou bénéfice de la protection subsidiaire) soit 0,12 % de sa population. C’est 10 fois moins que la Suède, 8 fois moins que l’Allemagne, 3 fois moins que le Danemark et la Belgique ! Un chiffre qui rappelle toute l’absurdité du système actuel marqué notamment par des taux d’acceptation extrêmement variables d’un pays à l’autre…

Il y a certes sur le vieux continent encore pire que nous en matière de refus d’accueillir des réfugiés qui tentent leur chance en Europe pour échapper à la guerre et/ou à la misère, notamment au Royaume Uni et en Europe centrale et orientale. Mais il faut quand même faire appel à une bonne dose de mauvaise foi pour considérer que nous serions « submergés » par les demandes d’asile. Quand on écoute les discours de nos dirigeants actuels sur ce sujet, il n’y a vraiment pas de quoi être fier du « pays des droits de l’homme »…

Guillaume Duval

Source Alternatives Economiques 24/04/2018

Au coeur de l’Italie des laissés-pour-compte

Il-figlio-manuel-2-620x335
Manuel premier long métrage de Dario Albertini Antigone D’or du Cinemed 2017 évoque le destin contrarié d’un jeune homme, ni révolté, ni intégré, qui pourrait s’élever socialement tout autant que sombrer dans la délinquance. A découvrir demain sur les écrans.
Manuel vient d’avoir 18 ans. Il est temps pour lui de quitter le foyer pour jeunes dans lequel il a vécu ces dernières années, depuis l’incarcération de sa mère. Mais la liberté retrouvée a un goût amer. Errant dans les rues de son quartier en banlieue de Rome, Manuel tente de devenir un adulte responsable. Pour que sa mère obtienne l’assignation à résidence, il doit prouver aux autorités qu’il peut veiller sur sa elle. Manuel pourra-t-il aider sa mère à retrouver sa liberté sans perdre la sienne ?
Ce drame social fait suite au documentaire La republica dei ragazzi (2014) dans lequel Dario Albertini suit le quotidien d’un refuge dédié aux orphelins. A l’ instar de l’allégorie de la caverne, Dario Albertini met en scène la condition humaine dans un environnement gris et médiocre peuplé de gens perdus. Au-delà de toute illusion, des jugements, des fausses idées reçues, et des croyances, Manuel qui vient d’avoir dix huit ans doit prouver qu’il est responsable à un monde qu’il ne connaît pas et qu’il comprend pas. Cela, il veut le faire par devoir, pour ce qui lui reste de famille, et par amour pour celle qui l’a mise au monde. Mais en sera-il capable ?
Le jeune acteur Andrea Lattanzi interprète sa propre histoire avec peu de mots mais une grande justesse des émotions. Dario Albertini signe un film puissant, dont les reflets universels évoquent une jeunesse qui doit faire face à une réalité illusoire. La mise en scène épurée s’inscrit dans la droite lignée du néoréalisme italien.
JMDH
Source La Marseillaise 06/03/2018
Voir aussi : Rubrique Cinéma,

Utu exhumation d’un western crépusculaire

maxresdefault-620x350

Anzac Wallace, totalement possédé par son personnage. Photo dr

Cinéma
Après que l’armée britannique a massacré les siens, un soldat maori, d’abord au service de la Couronne, se venge. Reprise en version restaurée d’un néo-western totalement envoûtant.
Film maudit...

En 1983 le réalisateur Geoff Murphy vient présenter, à Cannes, hors compétition, le premier film néo-zélandais. Mais Utu ne connaît pas le même destin, que Le Seigneur des anneaux de Peter Jackson, bien au contraire. La carrière du film tourne court en raison de problèmes entre les producteurs qui finissent par avoir raison du film. Le film restera invisible pendant plus de 30 ans. L’œuvre ressort aujourd’hui en version restaurée et augmentée, portant fièrement les trois lettres rouge sang de son titre, Utu, qui en maori signifient « vengeance ».

Conflit colonial oublié
Les deux îles principales constituant la Nouvelle-Zélande  est l’un des territoires les plus tardivement peuplés de la planète. La date de l’arrivée des premiers Maoris s’établit entre 1250 et 1350. Le film évoque le grand conflit de la colonisation entre les Maoris et les Britanniques partiellement oublié dans le grand lissage de l’histoire occidentale. Après que les Néerlandais aient été reconduits par les Maoris au milieu du XVIIe siècle. La conquête britannique s’établit à travers le commerce. Elle s’opère dans les traces des  premiers pas du capitaine James Cook sur les côtes en 1770.

En 1854, le premier Parlement de Nouvelle-Zélande, établi par le Parlement du Royaume-Uni, conduit le pays vers une autonomie partielle. Cette période verra une explosion démographique.  En 1893, la Nouvelle-Zélande est le premier pays à donner le droit de vote aux femmes. Après les baleiniers, les missionnaires débarquent d’Europe pour un tout autre commerce, celui du « sauvetage des âmes ».

A cet égard, la scène où le prêtre anglican se fait décapiter en présence de ses fidèles appelés au retour des croyances animistes par le Maori renégat, est un vrai morceau d’anthologie cinématographique.

Absence de héros
La lutte hégémonique pour l’expansion coloniale entre la France et la Grande-Bretagne poussent les Anglais à obtenir à l’arrachée l’adhésion d’une grande partie des chefs maoris à un traité les liant à la Couronne. Le traité de Waitangi fera office de constitution de cette nouvelle colonie. Si le scénario autour de la vengeance s’avère assez classique, Utu révèle en toile de fond un contexte historique et culturel beaucoup plus singulier. La galerie des personnages qui se révèlent dans le feu des événements dresse le portrait d’un monde où la lutte pour le pouvoir fait basculer la société. Du révolté, au loyal, du fermier vengeur, au jeune soldat britannique et, même l’officier inflexible, « tous apparaissent victimes d’un système qui les dépasse et les projette les uns contre les autres ».  Les préjugés sont mis à rude épreuve dans la nouvelle grille de lecture que propose Utu du fait colonial.

JMDH

Le Blu- ray et DVD en précommande jusqu’au 7 mars

Source : La Marseillaise 22/02/1018

Les risques de l’euro fort

 Xavier Timbeau Directeur de l’OFCE     Facebook     Twitter     Partager sur ...         LinkedIn         9Milliards         Mail Xavier Timbeau Directeur de l’OFCE     Facebook     Twitter     Partager sur ...         LinkedIn         9Milliards         Mail avier Timbeau Directeur de l’OFCE     Facebook     Twitter     Partager sur ...         LinkedIn         9Milliards         Mail Xavier Timbeau Directeur de l'OFCE

Chronique

Depuis mars 2017 l’euro s’est apprécié d’environ 20 % face au dollar. Lorsqu’on tient compte du poids de nos partenaires commerciaux dans les échanges de la zone euro, on obtient un « taux de change effectif » qui s’approche de son précédent record, à la veille de la crise de 2008 signalant une appréciation générale de la devise européenne.

Des effets négatifs

Ce mouvement réduit les parts de marché des exportateurs de la zone tout comme celle des producteurs nationaux sur les marchés internes, même si les économies se sont spécialisées et que la zone euro n’est plus en concurrence avec le reste du monde sur de nombreux produits. L’appréciation de la monnaie européenne accroit le pouvoir d’achat des consommateurs - on achète moins cher à l’étranger - tout en réduisant la compétitivité des producteurs : l’exemple du Royaume-Uni montre que ces deux effets peuvent se compenser.

A l’opposé, la difficulté de la France à rétablir sa compétitivité et équilibrer sa position extérieure est accentuée. Après les transferts massifs du CICE et du pacte de responsabilité pour gagner quelques points de compétitivité (autour de 5 points au total), l’appréciation récente de l’euro annule pratiquement tous ces efforts, du moins pour nos échanges en dehors de la zone euro.

Des risques pour la zone euro

Il faut s’inquiéter de cette évolution de l’euro. La nouvelle révolution industrielle fait des coûts salariaux un argument secondaire, la localisation des investissements à venir se fera en partie sur des considérations de taux de change. De plus, l’appréciation de l’euro va peser négativement sur l’inflation et réalimenter les craintes déflationnistes. Et elle n’est pas finie. La zone euro affiche un excédent considérable de ses échanges extérieurs de près de 400 milliards d’euros. Pour les rééquilibrer, il faudrait un taux de change de l’ordre de 1,35 dollar pour un euro. Depuis le début de l’année 2017 nous n’avons fait que la moitié du chemin !

Certes, plus d’inflation aux Etats-Unis obligera la Réserve Fédérale à monter les taux d’intérêt tandis qu’ils resteront bas en zone euro, ce qui pousse à l’appréciation du dollar. Mais si l’excédent de la zone euro n’est pas réduit (par plus de demande en Allemagne, par exemple), alors la pression à la hausse subsistera. En raison de la grande hétérogénéité des situations des pays européens, la conséquence profonde n’en sera pas seulement moins d’investissement en zone euro ou une dépréciation du montant de l’épargne accumulée sur le reste du monde. Ce sera le retour du risque d’éclatement de la zone euro.

Source Alternative Economique 19/02/2018