Emma Goldman – Une éthique de l’émancipation

DDTzNMEXgAELBFs

27 juin 1869 : Naissance d’Emma Goldman.

Lire « Emma Goldman – Une éthique de l’émancipation » de Max Leroy

« Emma Goldman a été victime, tout particulièrement dans le monde francophone, d’une étrange amnésie qui a fait que le mouvement anarchiste, pourtant si enclin à célébrer son histoire et ses héros, semble parfois aisément oublier qu’il a aussi compté de nombreuses héroïnes », écrit Normand Baillargeon à propos de celle que les services secrets nord-américains décrivirent comme l’une des anarchistes les plus dangereuses de son pays d’adoption.

Cette biographie, la première en langue française, retrace l’histoire de cette militante inlassable de l’émancipation, à la fois libertaire et communiste, féministe et nietzschéenne. Née en Lituanie et morte à Toronto, sa vie se lie aux deux siècles qu’elle escorta : des grèves ouvrières états-uniennes à la Première Guerre mondiale, de la ­Russie rouge à la Catalogne, de la montée du fascisme à la lutte contre le nazisme, Goldman fut de tous les fronts – et jamais la prison, l’exil et la mise au ban n’entamèrent sa détermination.

Max Leroy, essayiste, est l’auteur de Dionysos au drapeau noir – Nietzsche et les anarchistes (2014), Citoyen du volcan – épitaphe pour Jean Sénac (2013) et les Orages libertaires – politique de Léo Ferré (2012).

Voir aussi : Rubrique Livre,

Montpellier Danse. Preljocaj  » L’Europe aussi à ses Sorcières de Salem »

preljocaj-6fd34
En ouverture du Festival international Montpellier Danse, le chorégraphe
Angelin Preljocaj présente « Les pièces de New York ». Reprise de deux anciennes créations ayant vu le jour au New York City Ballet où sont nés les premiers signes avant-coureur de la danse moderne.

Pourquoi avoir couplé les deux pièces de New York que vous présentez en ouverture ?
J’ai réalisé ces deux pièces à l’invitation du New York City Ballet à seize ans d’intervalle. Traditionnellement, les soirées mixed-Bill du ballet de New York associent différents chorégraphes comme Balanchine, Robbins, Preljocaj mais rarement deux pièces du même chorégraphe. Ce qui fait que ces deux pièces n’avaient jamais été données ensemble, or je trouve que leur juxtaposition les renforce. Par ailleurs, je désirais apporter à ma propre compagnie une matière issue de leurs génomes. Dans mon travail, je regarde ce qui est devant moi les forces et l’énergie des danseurs me permettent d’écrire, le langage se développe avec la virtuosité en présence. Dans ce cas il y a une forme de transmission.

Créée en 1997, « La Stavaganza » évoque la question de l’émigration au états-Unis, y avez-vous trouvé une forme de résonance avec votre propre parcours ?
L’histoire ressemble en effet à mon expérience d’être humain. J’ai vécu la demande du ballet de New York un peu comme si on demandait à un chorégraphe de la vieille Europe d’activer et de nourrir l’idée de l’échange des cultures lié à l’immigration. L’écriture de cette pièce met en relation une rencontre entre un groupe au style assez balanchinien avec une autre tribu qui semble venir de la vieille Europe. Une confrontation s’opère et paradoxalement les anciens sont porteurs de nouveauté. J’ai travaillé sur les contours chorégraphiques de cet échange. La communication s’établit très progressivement entre les deux groupes avec, en soubassement, une histoire d’amour.

A travers cette approche,  appréhendez-vous les différences historiques existant entre les USA et l’Europe en matière de politiques d’immigration ?
La pièce dans laquelle les deux groupes s’enrichissent évoque ce type de questionnement. Les états-Unis se sont proprement constitués à partir des différentes vagues d’immigration. On peut dire que les States ont l’immigration dans leur ADN ce qui n’est pas tout à fait le cas en Europe. Rocard disait que nous ne pouvions prendre en charge toute la misère du monde mais nous nous devons d’en prendre en charge une partie. On voit actuellement certains pays européens se retrancher dans une fermeture totale. Durant le haut Moyen-âge, l’intégration de ceux qu’on nommait à l’époque les barbares a permis de fonder une nouvelle identité à la vieille Gaule. L’histoire se reproduit mais on oublie la richesse de certains de ses épisodes avant d’arriver à Saint-Louis. Comme on oublie la place sociale occupée par les femmes au Moyen-âge.

Ce qui fait lien avec « Spectral Evidence », la seconde pièce que vous présentez au Festival Montpellier Danse inspirée par le procès des Sorcières de Salem…
Bien que créée postérieurement, Spectral Evidence ouvrira « Les pièces de New York ». Lorsque je suis revenu au ballet en 2013, j’ai continué à m’intéresser à l’histoire des états-Unis dans l’idée de produire une suite à La Stavaganza. J’ai été troublé par ce procès en sorcellerie et notamment par le concept de preuve spectrale instituée comme outil juridique à cette occasion. Les soi-disant sorcières n’étaient autres que des femmes qui trouvaient un surplus de liberté en allant danser dans la forêt. Ce qui n’était pas admissible dans la société puritaine de l’époque, mais pour les condamner il fallait des preuves recevables. D’où l’apparition et la validation des preuves spectrales qui ont permis d’introduire les rêves dans la sphère juridique. Il suffisait ainsi d’accuser une femme en affirmant : dans mon rêve elle est venue dans ma cuisine avec un poulet qu’elle a égorgé sur place avant de répandre le sang de l’animal sur mes enfants, pour constituer une preuve. La preuve spectrale reposait sur de purs fantasmes.

Votre pièce intègre cette notion de liberté des femmes à laquelle on vous sait attaché. Dans ce domaine, comment les états-Unis et l’Europe se distinguent-ils ?
La liberté et le puritanisme ne font pas bon ménage. Il y a bien des manières d’évoquer la liberté qui s’exprime évidemment avec le corps. Le puritanisme considère le corps comme un danger, celui de la sexualité apparaît très présent dans la société américaine. En Europe nous avons aussi nos sorcières de Salem. Tant que nous n’auront pas une totale parité, tant que nous mesurerons des écarts de salaires entre les hommes et les femmes… Moi personnellement, je continue à le faire entendre, y compris dans le milieu de la culture où il reste du chemin à faire.

Le répertoire musical des deux pièces nous fait cheminer de Vivaldi à John Cage…
Pour la Stravaganza, j’use de la musique pour évoquer la dimension temporelle ou intemporelle. Une tribu danse  sur Vivaldi, une autre sur des compositions électroniques en croisant les époques. La gestuelle s’apparente au même processus. Pour Spectral Evidence, moi qui me croyais un spécialiste, j’ai découvert des œuvres vocales de Cage dont je ne soupçonnais pas l’existence. Comme il y avait beaucoup de corrélation avec cette pièce de recherche, j’ai souhaité saisir cette étrangeté avec un jeu autour du style balanchinien.

Comment vos danseurs actuels se sont nourris de ces deux pièces ?
Il y avait un vrai défi à relever pour les danseurs avec ces pièces d’une grande virtuosité. Avec le New York City Ballet, le travail du bas de jambes est proprement saisissant avec l’apport de Jerôme Robbins mais aussi la proximité de Broadway. J’ai voulu transcrire cet aspect sidérant avec la vivacité des  cordes de Vivaldi. Une véritable épreuve pour les danseurs qui ont passé un cap. Cela amène une coloration plus tranchée à la compagnie. C’est un peu comme le procédé de la bouture. On arrive à une hybridation résolument contemporaine.

Recueilli par Jean-Marie Dinh

« Les pièces de New York » samedi à 20h à Montpellier Opéra Berlioz.

Source La Marseillaise 24 juin 2017

Voir aussi : Rubrique Danse, Ouverture du Festival Montpellier Danse. 37ème pas dans l’espace danse mondial, Montpellier danse, rubrique Festival, rubrique Politique, Politique culturelle, rubrique Montpellier, rubrique Rencontre,

Iran: les femmes font une percée aux élections municipales et locales

000_oi7hp

ATTA KENARE / AFP

De nombreuses femmes se sont faire élire aux élections municpales et locales iraniennes, dans la foulée de la foulée de la réélection de Hassan Rohani, à laquelle elles ont largement contribué.

 

Les élections municipales et locales iraniennes, organisées le 19 mai dernier en même temps que la présidentielle, ont permis à de nombreuses femmes de se faire élire y compris dans les villages. Des voix s’élèvent pour qu’elles fassent également leur entrée au gouvernement de Hassan Rohani, largement réélu président dès le 1er tour, notamment grâce à la mobilisation des électrices.

On est encore bien loin de la parité, mais dans la capitale iranienne, le nombre des élues femmes a été multiplié par trois. Elles sont désormais six sur un total de 21 membres au Conseil municipal de Téhéran.

Dans les deux autres grandes villes du pays, c’est-à-dire Machhad et Ispahan, il y a deux femmes élues sur une quinzaine de membres. Et dans d’autres villes encore, il y a également des élues femmes.

Par exemple à Ardébil, une femme est arrivée en tête des élues de la ville. Près de 18 000 femmes s’étaient inscrites pour participer aux élections municipales et locales sur un total de 270 000 candidats.

Idem dans les villages d’Iran

Des femmes ont également été élues dans les conseils des villages. Dans la province plutôt rurale et traditionnelle de Sistan-Balouchistan, à la frontière pakistanaise, 415 femmes ont par exemple été élues au sein des conseils municipaux et des villages.

Précédemment, elles n’étaient que 185. Dans le petit village d’Afzal-Abad, situé dans cette même province, les quinze candidats du conseil local sont d’ailleurs des femmes.

Cette forte augmentation est due à la politique du gouvernement du président modéré Hassan Rohani, qui a nommé plusieurs préfets et sous-préfets dans la région. Pour la première fois, une femme a également été ambassadrice.

Des femmes au gouvernement ?

Après les élections, des voix se sont même élevées pour demander que des femmes entrent au gouvernement. Il y a actuellement plusieurs vice-présidentes, notamment chargées de l’Environnement ou du Tourisme, mais aucune femme ministre.

L’ex-président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad avait nommé une femme comme ministre de la Santé. C’était une première.

Désormais, des responsables réformatrices réclament au président Rohani, réélu à une très forte majorité - notamment grâce à la mobilisation des électrices -, de faire entrer des femmes au gouvernement. Mais dans ce cas, le Parlement devra lui accorder sa confiance.

 Siavosh Ghazi

Source RFI 29/05/2017

 

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Moyen Orient, Iran, Législatives : poussée des alliés du président Rohani , pas de majorité claire, rubrique Politique internationale, Paris et Téhéran jouent l’ouverture économique et diplomatique, rubrique Société, Droit des femmes,

Empire japonais : son univers impitoyable

 La princesse Mako quitte sa maison à Tokyo le 18 mai 2017 © STR / JIJI PRESS / AFP


La princesse Mako quitte sa maison à Tokyo le 18 mai 2017 © STR / JIJI PRESS / AFP

Le 16 mai 2017, la chaîne publique japonaise NHK a annoncé la prochaine union de la Princesse Mako, petite-fille de l’empereur du Japon avec un roturier. Ce mariage entraînerait l’éviction de la princesse de sa famille. Une nouvelle qui fait polémique au sein de la famille impériale vieille de 28 siècles. Et ramène sur le devant de la scène les questions de succession au pays du Soleil levant.

Inégalités devant la loi   
Ils ont tous les deux 25 ans et ont tous les deux fait leurs études à l’Université chrétienne internationale. Mais elle est la petite-fille de l’empereur du Japon et lui est un garçon «ordinaire».

Ainsi, après cette union prévue en 2018, la Princesse Mako devrait être exclue de sa famille, en vertu d’une loi controversée de 1947. A cette époque, la famille impériale comptait de moins en moins de membres et il devenait impossible pour eux de se marier uniquement entre eux. Il a donc été décidé de mettre dans la nouvelle Constitution un article pour que les hommes de la famille puissent épouser des roturières. Et ainsi perpétuer la lignée.

Le mariage du prince Akihito avec Michiko Shoda le 1er janvier 1958.

Le mariage du prince Akihito avec Michiko Shoda le 1er janvier 1958.

Akihito, l’empereur actuel et ses deux fils ont profité de cette loi: leurs épouses respectives font ainsi partie de la famille impériale. Pour une raison inconnue, cette loi ne s’étend pas aux femmes qui, si elles se marient à un roturier, sont évincées. La princesse Mako deviendrait alors tout simplement Mako et son potentiel fils ne pourrait succéder à l’empereur.

Une succession complexe
La succession du «trône de chrysanthème» n’en est que plus vacillante. En 2016, l’empereur Akihito avait demandé à abdiquer, car il s’inquiétait «de la difficulté à remplir [ses] fonctions en tant que symbole de l’Etat». Agé de 84 ans, il vient d’être autorisé à quitter son trône fin 2018. Une première en plus de deux siècles.

— RFI (@RFI) 20 mai 2017

Il aura trois successeurs potentiels: Naruhito et Fumihito, les deux fils de l’empereur puis Hisahito, son petit-fils, fils de Fumihito et frère de la fameuse princesse Mako. Mais si Hisahito n’a pas de fils, alors la lignée de vingt-huit siècles de descendance, la plus longue au monde, s’arrêterait.

Arbre généalogique de la famille impériale japonaise © AFP

Arbre généalogique de la famille impériale japonaise © AFP

Un pouvoir masculin
Cette lignée est désormais exclusivement masculine car la Constitution actuelle empêche le pouvoir impérial féminin.

Pourtant, jusqu’au 18ème siècle, huit femmes ont été impératrices (contre quand même 125 empereurs). Lorsqu’aucun héritier mâle ne pouvait être trouvé, l’Empire était confié à l’une des filles de l’empereur. L’impératrice devait alors être vierge ou veuve car si elle avait un mari, ce dernier lui aurait été supérieur. Ce que la loi interdisait.

Toujours dans la Constitution de 1947, un article impose un homme à la tête de l’Empire. Cette loi devait être modifiée au début des années 2000 car les deux fils de l’Empereur n’avait fait que des filles. Mais en 2006, Hisahito est né et la modification de la loi a été enterrée.

Avec l’Espagne, le Japon est la dernière monarchie d’un pays constitutionnel à privilégier un héritage du trône de père en fils.

Source Géopolis 22/05/2017

Voir aussi : Rubrique International, rubrique Asie, Japon,

 

Festival Arabesques. Où l’esprit contemporain côtoie les mythes

La palestinienne Skywalker a chauffé le Rockstore à blanc

La palestinienne Skywalker a chauffé le Rockstore à blanc

Pour cette douzième édition, le Festival Arabesques, rencontres des Arts du monde Arabe,  célèbre à Montpellier des grandes dames jusqu’au 21 mai. La DJ palestinienne, Sama Abdulhadi, alias Skywalker la première qui a mixé dans un bar de Ramallah en bousculant les mentalités et les préjugés a chauffé cette nuit le Rockstore à blanc avec un set endiablé. Skywalker importe les embruns des scènes techno de Beyrouth, Londres, Le Caire ou Paris où elle se produit non sans provocation.

Depuis 12 ans, le festival Arabesques se révèle comme un grand dénicheur des talents issus de la nouvelle scène arabe qui s’impose partout dans le monde. En France, pour des raisons liées à des partis pris socio-politiques qui méritent d’être questionnés le phénomène de reconnaissance est plus tardif. Mais cela n’enlève rien aux talents, à l’instar de l’artiste contemporaine marocaine Leila Hida. La ligne artistique d’Arabesques vise aussi à renouer avec les racines  pour ne pas se perdre…

Leila Hida :

« Avec le net nous n’avons plus besoin d’argent pour refléter la réalité »

Photo Leila Hida

Photo Leila Hida

Née en 1983, Leila Hida habite aujourd’hui à Marrakech où elle est photographe indépendante depuis 2012. Elle est fondatrice du 18, un espace alternatif de culture et d’expression artistique situé dans la médina. Dans le cadre du Festival Arabesques qui bat son plein à Montpellier, on peut découvrir son travail dans le hall de l’Hôtel  Mercure Centre Comédie jusqu’au 10 juin.

D’où vient l’idée du 18, pourquoi avoir choisi ce lieu ?
C’est un engagement pour les créateurs au Maroc en faveur des artistes locaux mais aussi internationaux.  Nous soutenons les artistes émergents en accompagnant leurs recherches à travers les résidences et en diffusant leurs projets au sein de l’espace par des expositions, présentations, rencontres avec le public. Nous souhaitons également connecter les scènes culturelles marrakchies à celles de l’international, et permettre aux artistes étrangers d’intervenir à Marrakech.

Marrakech connaît un développement impressionnant depuis plusieurs années mais le choix de votre implantation reste atypique…
Nous aurions pu nous installer à Rabat, Tanger ou Casablanca mais ça nous intéressait d’ouvrir ce lieu dans ce quartier. Marrakech est une ville de commerce, un point de confluences historiques. La ville s’est métamorphosée, mondialisée, on a construit de manière anarchique sans réflexion urbanistique. Il y a une gentrification de la médina. Au 18, nous recevons tout type de public. Créer un îlot dédié à la création n’est pas si étonnant. L’art contemporain questionne la société et son contexte, la ville, le territoire. Cet environnement se révèle propice aux recherches artistiques. La ville fonctionne à deux vitesses. Le changement vise à promouvoir l’exotisme mais il provoque des tensions entre la population très pauvre et les nouveaux arrivants.

Bénéficiez-vous de soutiens financiers publics ?
Non, nous fonctionnons pour une grande part avec du sponsoring privé et nous attachons beaucoup d’importance à notre indépendance.

« La création contemporaine marocaine                                                                             est en train de trouver son modèle »

Photo Leila Hida

Photo Leila Hida

Considérez-vous que l’expression artistique permet de contourner les impasses politiques ?
Nous agissons dans le domaine de la culture en créant un espace physique permettant la réflexion, un espace où l’on devient citoyen. Ce n’est pas un contournement. C’est essentiel. La nouvelle génération est très impliquée. Avec Internet, nous n’avons plus besoin d’argent pour refléter la réalité et interpeller les pouvoirs publics.

Bénéficiez-vous du droit à la liberté d’expression artistique ?
On peut dire ce que l’on veut, s’il existe une entrave c’est l’artiste qui se la pose lui-même. Nous sommes les héritiers d’une histoire, sous Hassan II rien de cela n’était possible. Il reste des séquelles de cette époque dans notre pays. Il est arrivé que le droit à la liberté d’expression artistique soit malmené mais ça reste à la marge.

Où situez-vous la différence entre les artistes marocains vivants à l’étranger et ceux qui habitent au Maroc ?
Un artiste vivant au Maroc va traiter davantage du contexte marocain, alors que des questions comme celles liées à l’exil seront plus au centre des préoccupations des Marocains vivant à l’étranger.  Artistiquement, on n’évolue pas dans le même environnement. Au Maroc, la création se développe différemment, nous sommes confrontés à des difficultés de production. Il n’y a pas de marché, pas de scène mais beaucoup de choses sont possibles et un mouvement émerge. Le Maroc est en train de trouver son modèle.

Leila versissage Arabesques 2017 à Montpellier

Leila versissage Arabesques 2017 à Montpellier

L’exposition que vous présentez à Montpellier soulève un questionnement autour de l’identité…
Ce travail correspond à une période où je suis retournée m’installer au Maroc. Je l’ai réalisé avec Artsi, un designer d’origine juive. Les images  apparaissent comme dans un album de famille. Elles renvoient à nos identités plurielles, c’est toute la richesse et la complexité qui se posent à nous. Le problème c’est que les gens ne se posent plus assez de questions sur ce qu’ils sont.

Quelle place occupe la question du genre dans votre travail ?
Je n’opère pas de distinction entre la problématique féminine et masculine. Ramener la question à la condition de la femme me paraît régressif. Les inégalités existent mais c’est en agissant que l’on fait avancer les choses.

Recueilli par Jean-Marie Dinh

Arabesques Tout le programme

Source : La Marseillaise 13/05/2017

Voir aussi : Rubrique  Festival, Il était une fois les Chibanis, Arabesques : Le combat est culturel. Nous devons être au front », rubrique Méditerranée, rubrique Montpellier, rubrique Politique, Politique Immigration, Politique Culturelle, Politique de l’Education, rubrique Rencontre,