Europe : Emmanuel Macron veut fissurer le camp «nationaliste»

 Emmanuel Macron entre les premiers ministres tchèque, Andrej Babis, et slovaque, Peter Pellegrini, le 30 juin 2018, à l'Élysée. Regis Duvignau DUVIGNAU/AFP

Emmanuel Macron entre les premiers ministres tchèque, Andrej Babis, et slovaque, Peter Pellegrini, le 30 juin 2018, à l’Élysée. Regis Duvignau

Le président espère trouver des relais à Bratislava et à Prague pour accentuer les fissures au sein du groupe de Visegrad.

La statistique fait la fierté de l’Élysée. «Après ce voyage, Emmanuel Macron aura visité plus de vingt pays de l’Union en l’espace de dix-huit mois. Un record.» À l’approche des européennes de mai 2019, que ses opposants veulent transformer en référendum anti-Macron, le chef de l’État intensifie ses déplacements. À son agenda, il ajoute des destinations jusqu’à présent boudées ou méprisées par ses prédécesseurs. C’était le Danemark et la Finlande, fin août. C’est, ce vendredi et samedi, la Slovaquie et la République tchèque.

Sur le papier, cette halte de deux jours a de faux airs de rendez-vous commémoratif: on célèbre, ces jours-ci, le centième anniversaire de la création de la Tchécoslovaquie, qui surgit sur les ruines de l’Autriche-Hongrie le 28 octobre 1918 et perdura jusqu’en 1993, avec une parenthèse pendant la Seconde guerre mondiale. La France fut l’une des toutes premières nations à reconnaître cette nouvelle entité. Mais, l’enjeu pour le chef de l’État, qui s’entretiendra successivement avec les dirigeants des deux pays, ne sera pas mémoriel. Car l’urgence est de retisser des liens, dans une région où la voix française a perdu du crédit, ces derniers mois. «On ne peut pas être fâché avec tous les pays de l’est de l’Europe, lâche un proche du président. Il nous faut des relais.»

Si la Hongrie du premier ministre Viktor Orban et la Pologne du PiS demeurent infréquentables pour Emmanuel Macron, lequel ne rate jamais une occasion de dénoncer leur dérive «populiste» et les manquements aux droits de l’homme, il en va autrement de la Slovaquie et de la Tchéquie. Deux pays moins controversés, gouvernés par des attelages baroques, moins identifiables que leurs voisins ultraconservateurs: le premier ministre tchèque, le milliardaire probusiness Andrej Babis, s’est par exemple allié à des sociaux-démocrates et à des néocommunistes.

Ces pays sont membres du «groupe de Visegrad» (Hongrie-Pologne-Tchéquie-Slovaquie), alliance qui porte une ligne dure sur les migrants et s’est battue contre les répartitions de migrants par quotas ou la redéfinition du règlement de Dublin sur la gestion des demandes d’asile. «Ces deux gouvernements veulent rester dans le cœur européen, relativise l’Élysée. Il est faux de dire qu’il y a un clivage entre les pays de l’Est et ceux de l’Ouest de l’Europe. On trouve des proeuropéens partout.»

Emmanuel Macron a d’ailleurs prévu de profiter de sa halte à Bratislava, vendredi, pour participer à une «consultation citoyenne» sur l’Europe, en compagnie du premier ministre slovaque, Peter Pellegrini. Cette rencontre en anglais est organisée par le think tank proeuropéen Globsec. Pour le président, ce sera sa sixième et dernière intervention dans ce genre de cénacles, lancés il y a un an pour promouvoir le débat autour d’une relance de l’Europe, mais qui n’a pas rencontré un succès monstre.

Leader des progressistes européens

Après avoir fait bouger les lignes politiques en France, Emmanuel Macron espère-t-il enfoncer un coin au sein du «groupe de Visegrad», en chouchoutant certains de ses membres et en stigmatisant les autres? Soucieux de ramener le débat de la campagne à un duel entre «progressistes» et «nationalistes», le gouvernement français a fait de Victor Orban sa bête noire – lequel ne se prive pas de concentrer ses piques en retour contre le président français.

La macronie n’oublie jamais de rappeler que le premier ministre hongrois siège au Parlement européen dans les rangs du Parti populaire européen (PPE), en compagnie des Républicains de Laurent Wauquiez. «Il est assez cocasse de voir l’autoproclamé leader des progressistes européens, grand pourfendeur des populistes, aller draguer des gouvernements tchèques et slovaques qui sont à bien des égards et sur bien des sujets (immigration, travailleurs détachés, etc.) sur la même ligne que leur voisin Orban, cingle l’eurodéputé LR Arnaud Danjean. Mais eux ne sont pas “de droite”, ça explique sans doute l’indulgence macronienne…»

Cette stratégie de polarisation extrême entre réformateurs et eurosceptiques, «Europe du repli» et «Europe de la démocratie», n’est pas sans risques, à un moment où la question migratoire alimente, à l’Est comme à l’Ouest, les courants populistes. Des voix commencent même à s’interroger sur la pertinence de cette approche, au sein de la majorité. À l’instar de Marielle de Sarnez. La vice-présidente du MoDem, qui dirige la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, a suggéré, le 21 octobre dans l’émission «Internationales», organisée par TV5 Monde, RFI et Le Monde, d’«élargir la campagne des européennes à l’ensemble des Français, à ceux qui doutent de l’Union». En clair de dépasser le clivage Macron-Orban.


Le MoDem met en garde contre un «comportement binaire»

Le MoDem a mis en garde, mardi, la majorité contre un «comportement binaire» en vue des élections européennes au sujet du clivage entre «progressistes»et «populistes» établi par Emmanuel Macron, jugeant que «le clivage Orban-Macron»n’était «pas un clivage national».

«La question de populistes contre progressistes, au sens très large, ça va être dans les équilibres européens, au moment de la composition des groupes», après le scrutin européen de mai 2019, a précisé Sarah El Haïry, porte-parole du parti. Mais «en France, la question n’est pas de dire: est-ce qu’on est pro ou anti-Orban, mais quel message politique envoyer, quelle Europe on veut et qui on envoie pour la défendre»,a développé la députée de Loire-Atlantique.

Marcelo Wesfreid

Source : Le Figaro 25/10/2018

Européennes. UDI Modem Une famille recomposée en quête d’Europe unie

0427 PAGE07 104 P1 modem

Image du bon sens et sourires sécuriseront-ils les électeurs ? Photo Rédouane Anfoussi

Elections européennes du 25 mai. Le député européen Robert Rochefort était hier à Montpellier pour le lancement officiel de la campagne UDI MoDem.

« Nous avons l’Europe joyeuse, volontaire et optimisme » a lancé  le député européen (MoDem) Robert Rochefort de passage à Montpellier pour présenter la liste UDI MoDem aux élections européennes de la circonscription Sud Ouest dont dépend Montpellier.

Entourée de ses colistiers Muriel Boulmier, maire adjoint d’Agen, Jean Iglesis avocat et conseiller du Comité européen d’Airbus à Toulouse, Christine Espert, conseillère municipale à Pia, Fabien Robert adjoint au maire de Bordeaux et Anne Brissaud présidente de « Montpellier au centre », le député européen, membre de la commission du marché intérieur  a plaidé pour l’union.

«  Les Etats ne donnent pas les moyens à l’Europe de fonctionner. Ce n’est pas l’Europe, ce sont les pays qui posent problème. Il faut mettre fin à cette règle d’inefficacité qui suppose d’obtenir l’accord des 28 Etats pour engager un projet. » En clair le centre droit qui se prononce pour mettre un terme à l’élargissement, serait favorable à une union à plusieurs vitesses.

Autre argument de campagne mis en avant par Robert Rochefort : « Nos premiers adversaires sont ceux qui ont un point de vue populiste. » Dans le collimateurs les « extrémistes » de tous bords qui prêchent pour une sortie de l’Euro, « sans expliquer les désastreuses conséquences que cela occasionnerait » et les eurosceptiques qui freinent toutes les avancées possibles de L’UE. Bref, c’est un peu comme si l’UDI et le MoDem entendaient se battre contre le pire sans parvenir à trouver du meilleur face au désarrois des populations qui continuent de payer l’addition des dérives bancaires…

Epineux problème identitaire

Le troisième argument est intimement lié à l’épineux problème identitaire de la force centriste alors même qu’il est déjà difficile de distinguer une différence substantielle entre les positions de L’UMP et du PS sur les sujets de l’UE. Pour mémoire on a même vu le ministre des Finances Moscovici prendre position avec les banques contre la réforme bancaire du commissaire européen UMP, Michel Barnier. Se gardant d’entrer dans le débat de fond, Robert Rochefort souligne :  » On trouve à l’UMP, comme au PS des pro et des anti européens « , mais comme l’alliance centriste penche nettement vers le centre droit, il ne résiste pas à sortir le Figaro de la veille qui titre L’UMP n’en finit pas de se diviser. Au cas où il viendrait à l’idée des déçus de rejoindre la sécurisante voie du centre unie et dénuée d’ambition personnelle concurrente…

Mis devant la réalité de la situation financière de l’UE et de la dévaluation de l’Euro qui nous pend au nez, Robert Rochefort concède : « L’Euro est trop fort, il faudrait dévaluer de 15% à 20% par rapport au dollar », mais il se réfugie derrière la complexité du sujet pour étriller Guéno qui veut mettre la BCE sous contrôle. « Mario Draghi (pdt de la BCE) nous a sauvé en mettant des liquidités sur le marché. » On le canonise ?

JMDH

Source : La Marseillaise 27/04/2014

Voir aussi : Rubrique UE, Le Parlement doit voter un rapport accablant sur l’activité de la troïka rubrique FinanceLes Européens en pleines négociations sur l’union bancaire, rubrique Politique Fin de l’indétermination démocratique, Elections européennes, Politique économique, Une dépréciation de l’euro ne profiterait pas à tous,

 

Retraites : ce que proposent les partis d’opposition

Dessin de Placide.

Dessin de Placide.

S’ils reviennent au pouvoir, les partis d’opposition de gauche comme de droite promettent de revenir sur la réforme du gouvernement. Tour d’horizon de leurs propositions.

Si Nicolas Sarkozy a répété mercredi 20 octobre que la réforme des retraites « ira à son terme », les partis d’opposition de gauche, tout comme certains de droite et d’extrême droite, promettent d’y revenir en cas de victoire à l’élection présidentielle de 2012. Que proposent-ils concrètement? Tour d’horizon des propositions du Parti socialiste (PS), des Verts, du Parti communiste (PC), du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), du Mouvement Démocrate (Modem), de la République solidaire de Dominique de Villepin et du Front national (FN).

PS

Dans la droite ligne des critiques sur l’autisme du gouvernement, la première secrétaire socialiste Martine Aubry plaide d’abord et avant tout pour « une grande négociation ». Le but : gommer les antagonismes avant de soumettre au Parlement un projet de réforme en 2013. Seules exigences : le maintien de l’âge légal à 60 ans et le respect de la réforme Fillon de 2003 augmentant la durée de cotisation de 40 à 41,5 années à l’horizon 2020 pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein.

Parmi les sujets qu’elle souhaite aborder, figurent en tête la pénibilité et la recherche de nouveaux financements. Sur le premier point, le PS propose une « majoration des annuités permettant de partir plus tôt » pour le travail de nuit, à la chaîne ou dans certains secteurs comme le bâtiment. Sur le second, le PS envisage une augmentation des cotisations patronales et salariales de 0,1 % par an entre 2012 et 2021. Et plaide pour une taxation des stock-options et des bonus.

Les Verts

En pointe de l’opposition parlementaire, le parti écologique défend également le droit à la retraite à 60 ans et au départ à 65 ans à taux plein. Est même envisagé un départ anticipé pour « les salariés exposés à des polluants ou à des conditions de travail pénibles ». Pour financer ces mesures, il refuse tout allongement de la durée de cotisation, optant plutôt pour une taxation des revenus du capital, notamment le doublement de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les revenus du patrimoine.

Le Parti communiste

Les communistes qui rejettent en bloc le texte du gouvernement appellent à un changement radical du système de financement des retraites. Ils proposent pour cela d’assujettir les revenus financiers des entreprises à une contribution d’assurance-vieillesse (30 milliards d’euros), de moduler les cotisations patronales en fonction des embauches des entreprises, de supprimer les niches sociales (heures supplémentaires en particulier), de plus taxer les stock-options, les parachutes dorés et l’ensemble des autres indemnités de départ.

NPA

Farouchement opposé à la réforme du gouvernement, le parti d’Olivier Besancenot exige, lui aussi, le maintien du droit à la retraite à « 60 ans maximum, et à 55 ans pour les salariés ayant subi des travaux pénibles et ceux qui sont affectés par la dégradation des conditions de travail ». Il réaffirme également le principe selon lequel la pension doit être la continuité du salaire (75 % du salaire brut, calculée sur les six meilleurs mois de salaire). Enfin, il plaide pour que la durée maximale pour bénéficier de la retraite soit de 37,5 annuités de cotisation, en incluant les périodes de pertes d’emplois, d’apprentissage, de formation et d’études à partir de 18 ans.

Pour financer le maintien (ou le retour en ce qui concerne la durée de cotisation pour une retraite à taux plein) de ces « acquis sociaux », le NPA propose d’augmenter les salaires de 300 euros par mois (ce qui rapporterait 66 milliards d’euros pour la Sécurité sociale dont 31 pour les retraites), rehausser les cotisations « patronales » et « mettre fin aux pillages de la Sécurité sociale » en intégrant à la masse salariale les dispositifs (stocks option notamment) qui échappent aux cotisations sociales.

Des propositions largement partagées avec le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon.

Le MoDem

Le président du Mouvement Démocrate François Bayrou plaide, lui, pour une « refonte universelle » englobant l’ensemble des régimes de retraite (les régimes spéciaux y compris) et dont l’ambition est la mise en œuvre d’une « retraite à la carte, par points, où le montant augmente avec le temps de cotisation ».

Plus précisément, le Modem souhaite introduire une année de bonification pour dix ans d’exposition à des travaux pénibles. Il propose également d’élargir le dispositif « carrières longues » aux salariés qui ont débuté leur vie professionnelle avant 20 ans, et non 18 ans comme le prévoit le projet de loi gouvernemental.

Enfin, le MoDem souhaite maintenir à 65 ans l’âge de la retraite sans décote, contre 67 ans proposé par le gouvernement.

République solidaire

Malgré les critiques émises contre la réforme du gouvernement, le président de République solidaire Dominique de Villepin ne propose pas son abrogation. Son argument : la question du financement se reposera dès 2018. D’ici là, il souhaite bâtir « un régime unique et lisible, s’écartant de la logique de seuils d’âge ». S’agissant du financement, Dominique de Villepin compte sur une taxation plus importante des revenus du capital.

Le Front national

Pour réformer les retraites, le parti de Jean-Marie Le Pen refuse tout report de l’âge légal, tablant sur la durée de cotisation. Opposé à l’augmentation de la durée de cotisation comme l’a instituée la réforme Fillon de 2003, le FN promet de revenir à 40 annuités pour une retraite à taux plein. Par ailleurs favorable à la liberté dans le choix du moment de départ à la retraite, il propose la mise en place d’une retraite à la carte avec surcote proportionnelle au temps de cotisation supplémentaire.


Opinion des économistes atterrés

La bataille des retraites porte sur la répartition des richesses. Il s’agit de savoir quelle part de la population portera le poids de la crise économique. Le « Manifeste d’économistes atterrés » a expliqué combien le discours néolibéral qui proclame la nécessité de « l’austérité » au nom de la dette est biaisé. En effet, la fiscalité sur les hauts revenus et sur les entreprises a été systématiquement réduite depuis une trentaine d’années. Ainsi, expliquent les économistes atterrés, « avec l’argent économisé sur leurs impôts, les riches ont pu acquérir les titres de la dette publique émise pour financer les déficits publics provoqués par les réductions d’impôts »…

Voir aussi :  Rubrique société Retraite le report de l’âge légal à 62 ans n’est pas inévitable,