Crise diplomatique entre Berlin et Hanoï après l’enlèvement d’un Vietnamien en Allemagne

59833c44cd706e263f2d36a8Les autorités allemandes affirment ne plus avoir de doutes quant à la participation des services secrets vietnamiens au rapt de Trinh Xuan Thanh, ancien cadre du Parti communiste vietnamien tombé récemment en disgrâce dans son pays.

Berlin, un matin d’été. Un homme se promène dans le parc de Tiergarten, non loin de la chancellerie, quand, soudain, des individus armés font irruption, lui administrent quelques coups et l’engouffrent dans une voiture immatriculée en République tchèque, avant de prendre la fuite à toute allure… Une scène d’un roman de Philip Kerr ? Non, l’histoire bien réelle de Trinh Xuan Thanh, naguère député vietnamien, et kidnappé dimanche 23 juillet au cœur de la capitale allemande. Une histoire qui provoque aujourd’hui une grave crise diplomatique entre Berlin et Hanoï.

Car le gouvernement allemand en est désormais convaincu : « Il n’y a plus le moindre doute sur le fait que les services secrets vietnamiens et l’ambassade du Vietnam à Berlin ont participé à [cet] enlèvement », a affirmé, mercredi 2 août, le porte-parole du ministère des affaires étrangères, qualifiant ce geste d’« atteinte flagrante et sans précédent aux lois allemandes et au droit international ». Les autorités vietnamiennes ont réagi jeudi, rejetant ces accusations.

Agé de 51 ans, Trinh Xuan Thanh s’était installé à Berlin il y a quelques mois. Ancien cadre du Parti communiste au pouvoir au Vietnam, ancien membre du Parlement, il était récemment tombé en disgrâce, accusé notamment d’avoir fait perdre 125 millions d’euros à la société publique d’hydrocarbures, dont il était le président.

Poursuivi par la justice de son pays, il avait pensé refaire sa vie en Allemagne, où il avait déjà vécu dans les années 1990. Lundi 24 juillet, il avait d’ailleurs rendez-vous dans les bureaux berlinois de l’Office fédéral des migrations et des réfugiés, où sa demande d’asile devait être étudiée. Ce jour-là, l’un de ses avocats s’était étonné de son absence. Il n’imaginait pas ce qui lui était arrivé, la veille, au parc de Tiergarten…

« Procédure inacceptable »

Ce n’est qu’une semaine après sa disparition que Trinh Xuan Thanh est réapparu. Lundi 31 juillet, un journal vietnamien annonçait qu’il était de retour dans son pays, affirmant qu’il s’était livré de lui-même aux autorités. Une version contestée par ses avocats allemands. « Jamais il ne se serait rendu librement aux autorités vietnamiennes. Il savait que, pour des raisons politiques, il ne serait pas traité selon les règles du droit », ont-ils déclaré à plusieurs médias.

Depuis déjà plusieurs semaines, le cas de Trinh Xuan Thanh faisait l’objet de pourparlers entre Berlin et Hanoï. Mercredi, le porte-parole du ministère des affaires étrangères allemand a ainsi déclaré que « de hauts responsables vietnamiens avaient demandé son extradition en marge du sommet du G20 » organisé à Hambourg, les 7 et 8 juillet.

Le gouvernement allemand a fait savoir à l’ambassadeur du Vietnam à Berlin, qui a été convoqué mardi au ministère des affaires étrangères, qu’il « exigeait que Trinh Xuan Thanh puisse revenir sans délai » outre-Rhin. Assurant être prêt à « tirer toutes les conséquences politiques et économiques » de cette « procédure inacceptable », Berlin a par ailleurs fait savoir, mercredi, qu’il considérait désormais le responsable des services secrets de l’ambassade comme « persona non grata » et qu’il lui donnait quarante-huit heures pour quitter l’Allemagne.

Thomas Wieder

Source Le Monde 02/08/2017

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique AsieVietnam, rubrique UE, Allemagne, rubrique Politique Affaire, Politique Internationale,

Le ciné-club Yda présente 6 courts métrages de fiction vietnamiens :

15203229_1763921400524777_1845414390301104239_n
QUE CEUX QUI SONT EN VIE, LEVENT LA MAIN (Ai con song, gio tay len) de Nguyen Hoang Diep (2015, 13’, vostf).

Ayant épuisé les ressouces de la terre, l’espèce humaine est au bord de l‘extinction. Elle se divise en trois sortes de gens : ceux qui sont assez forts pour être des chasseurs, ceux qui peuvent encore courir pour échapper aux chasseurs et ceux qui deviennent de la nourriture pour les autres. Trois jeunes filles tentent de survivre en transgressant toutes les frontières : celles du temps entre présent, passé et futur, comme celles des espèces entre humains et végétaux…

GOÛT (Vi) de Le Bao (2016, 16’, vostf).

Basseley est nigérian. Il vient au Vietnam refaire sa vie comme footballeur mais une blessure à la jambe l’oblige à renoncer au foot. Il intègre un groupe de prostituées agées dans une briqueterie désaffectée de Saigon.

NUIT MAGIQUE (Dem huyen dieu) de Tran Ngoc Khuyen (2016, 24’, vostf).

Un jeune homme circule à motocyclette dans Saigon la nuit. Il rencontre une femme d’âge mûr qui fait du stop. Cette course de nuit dans Saigon le mène dans un univers inattendu.

L’HOMME RHINOCEROS (Nguoi te giac) de Bao Nguyen (2015, 7’, vostf).

A Saigon, un homme se réveille brusquement d’un rêve et est encore effrayé par ce qu’il vient de voir. Il poursuit sa routine quotidienne alors que ses collègues de bureau se tiennent à l’écart de lui. Il se rend compte que ce n’est pas une journée ordinaire.

BROUILLON (Nhap) de Nah Fan (2016, 17’, vostf).

Trois jeunes gens vivent en colocation dans un logement urbain pouilleux. L’un est maçon, l’autre est prostitué travesti, le dernier est toxicomane. L’inhumanité de leur vie fait que chacun s’enferme dans son propre monde.

MARS AU FONDS DU PUITS (Sao hoa noi day gieng) de Truong Minh Quy et Freddy Nadolny Poustochkine (2015, 19’, vostf).

En 2053, le Vietnam est englouti sous la mer. Pour survivre, la population s‘est déplacée vers la région des hauts plateaux. Les autorités cherchent à envoyer des hommes sur la planète Mars, mais jusqu‘ici leurs tentatives n’ont pas abouti.

Programme de films courts sélectionnés par Vu Manh Cuong Marcus

DEBAT : Le film court au Vietnam et la nouvelle génération de cinéastes, en présence de Vu Manh Cuong Marcus, fondateur de YxineFF et sélectionneur de plusieurs festivals de films courts.

 
Samedi 17 décembre à 14:00 – 17:00

Cinéma La Clef, 34 rue Daubenton, Paris 5e, Métro : Censier – Daubenton. Contact : cineclub.yda@gmail.com – PAF: 5 € (étudiant : 3 €)

Voir aussi : Rubrique Agenda, rubrique AsieVietnam,

Vietnam : Les communistes pris dans leurs contradictions

NGUYEN-PHU-TRONG

NGUYEN-PHU-TRONG

Le Parti communiste du Vietnam doit choisir entre l’immuable et le transitoire. Mais il ne s’agit pas d’une simple bataille entre une vieille garde et des réformistes. Cette alternative souligne plutôt une époque de continuités, de contradictions et de restrictions dans le pays actuel.

Lors du 12e Congrès du Parti communiste vietnamien en janvier dernier, nous avons assisté à une lutte pour le poste de secrétaire général du parti, au sommet de la pyramide du pouvoir du Vietnam. Dans les médias occidentaux, ce duel opposait le secrétaire général sortant Nguyen Phu Trong, généralement dépeint comme un conservateur pro-Chine ; au Premier ministre Nguyen Tan Dung, considéré comme un réformiste pro-occidental.

Nguyen Tan Dung a échoué dans sa candidature pour le poste de secrétaire général et n’a pas été élu au Bureau politique, la plus haute instance du Parti communiste vietnamien (PCV). Nguyen Phu Trong, au contraire, a vu son mandat de secrétaire général prolongé de 2, voire 5 ans. Pourtant, voir ce résultat comme une victoire de la vieille garde conservatrice pro-chinoise sur les jeunes réformistes pro-occidentaux serait une erreur.

Dung a été mis de côté non pas à cause de son programme réformiste, mais parce qu’il était considéré comme un homme ayant construit un réseau de patronage dans un environnement capitaliste de ‘copinage’.

Dung a été mis de côté non pas à cause de son programme réformiste, mais parce qu’il était considéré comme un homme ayant construit un réseau de patronage dans un environnement capitaliste de copinage favorisant les intérêts des investisseurs étrangers et des personnes bien placées. En particulier les membres de sa propre famille. En un sens, Dung est devenu victime de la lutte contre la corruption qu’il a encouragée lors de ses deux mandats de Premier ministre. Selon la rumeur, une transaction, dont les détails demeurent inconnus, lui aurait permis de se retirer sans crainte d’être poursuivi.

La fin de la réforme ?

Toutefois, l’extension du mandat de Trong signifie-t-elle la fin de la réforme et de l’ouverture du Vietnam à la société et à l’économie internationale ? Probablement pas. Tout d’abord, la direction collective du Comité central du Parti et du Bureau politique, malgré la diversité des clans et des opinions qui la compose, reste attachée aux principes du « doi moi » (« renouveau »). Elle a conscience que la survie du régime communiste dépend de son adaptation à un changement rapide et, surtout, aux exigences de l’environnement national et international.

La direction collective du Comité central du Parti et du Bureau politique (…) reste attachée aux principes du « doi moi » (« renouveau »)

Au Comité central ou au Bureau politique, des membres plus jeunes, moins fermement ancrés aux idéaux de la révolution et dont la légitimité est liée à leur compétence de gestionnaire, sont également présents. Par exemple, Bui Quang Vinh, étoile montante du PCV, a publiquement appelé le Parti à entreprendre immédiatement des réformes, tant économiques que politiques.

Les analyses qui mettent en évidence les conservateurs contre les réformistes ou une vieille garde contre une nouvelle garde sont dépassées. Il est peut-être plus judicieux de situer les membres du Comité central et du Bureau politique sur un continuum entre les « mandarins » (qui voient la légitimité sur la base de la pureté idéologique) et les « technocrates » (plus préoccupés par la légitimité de la performance).

À bien des égards, le Congrès illustre les continuités, les contradictions et les contraintes du Vietnam actuel. Depuis le 6è Congrès du Parti en 1986, qui a couvert la politique du renouveau d’un voile idéologique, tous les congrès ont cherché à lui donner un nouvel élan, tout en conservant l’objectif de construire d’un socialisme vietnamien. La contradiction entre le « renouveau » et la promotion d’un système socialiste conservateur est devenue de plus en plus difficile pour les dirigeants communistes pour contrôler que le Vietnam est devenu, comme la Chine, une économie capitaliste gouverné par un État à parti unique.

De plus, dans une société où la grande majorité de la population est née après la réunification en 1975, les troupes de la révolution vietnamienne n’ont plus beaucoup de poids. Les appels aux sentiments nationalistes, accrus par la présence des plates-formes pétrolières chinoises dans la zone économique exclusive du Vietnam, peuvent avoir l’effet inverse, comme lors de la manifestation anti-chinoise en 2014.

Le débat environnemental est également devenu un espace de liberté politique où la réactivité du régime est remise en question. La catastrophe de mai 2016 – une mortalité massive de poissons en raison de déversements non contrôlés et illégaux d’une usine appartenant à Taïwan – a conduit à des manifestations dans tout le pays, contrairement à une crise similaire en 2008. Cette dernière avait été largement ignorée, alors qu’en 2016, le gouvernement a rapidement obtenu 500 millions de dollars de compensation par la compagnie concernée.

Sinophobie ambiante

L’Assemblée nationale ne peut plus être considérée comme une institution approuvant sans discussion son homologue chinoise.

Enfin, l’Assemblée nationale elle-même ne peut plus être considérée comme une institution approuvant sans discussion son homologue chinoise, mais plutôt une institution dans laquelle le gouvernement est appelé à rendre compte de ses actions – d’une manière qui ne menace pas de le renverser.

Ces développements internes ont été amplifiés par le changement d’environnement géopolitique et géo-économique du Vietnam. D’une part, le comportement autoritaire de la Chine dans la mer de Chine méridionale n’a pas seulement réveillé une sinophobie sous-jacente de la population vietnamienne. Il a aussi amené les dirigeants vietnamiens à renforcer leurs relations avec les États-Unis et le Japon.

La visite du président Obama à Hanoi en mai 2016, lors de laquelle il a levé l’embargo sur les armes, avait été précédée quelques mois plus tôt par la 1ère visite d’un secrétaire général du Parti communiste vietnamien à la Maison Blanche. Trong avait alors largement approuvé le changement pro-américain au sein du gouvernement vietnamien.

Le Japon a par ailleurs déjà fourni plusieurs navires aux Vietnamiens pour patrouiller dans sa zone économique maritime, et il a été question de fournir un avion de patrouille maritime avions P-3 Orion pour le pays.

Les concessions au Partenariat Transpacifique

D’autre part, l’avenir économique du Vietnam est de plus en plus lié à l’ouverture sur l’extérieur. Après son entrée dans l’Organisation mondiale du commerce, le Vietnam a cherché à rejoindre l’Accord de partenariat transpacifique (TPP) mené par les États-Unis. Il a également signé un accord général de partenariat et de coopération et un accord de libre-échange (ALE) avec l’Union Européenne.

Toutes les études indiquent que le Vietnam (le moins développé des 12 membres du Partenariat transpacifique), a le plus à gagner économiquement de cette adhésion et, contrairement aux attentes, aurait fait les concessions nécessaires. En plus d’accepter la création d’une zone de libre-échange, les Vietnamiens ont accepté de mettre fin au traitement préférentiel des entreprises publiques (SOEs).

En plus d’accepter la création d’une zone de libre-échange, les Vietnamiens ont accepté de mettre fin au traitement préférentiel des entreprises publiques.

Pour l’ancien Premier ministre Nguyen Tan Dung, le TPP a toujours été considéré comme un levier pour obtenir la réforme du SOEs, en particulier depuis que le Congrès des entreprises publiques a accéléré les recherches de capitaux étrangers. Dans un contexte où les multinationales japonaises et occidentales cherchent des alternatives à la Chine, le Vietnam est désormais bien placé pour y parvenir.

Le thème central du Congrès peut se résumer au dicton « di bat bien, ung van bien » qui signifie « le recours à l’immuable, afin de faire face à la transition ». Mais quelle est la nature de l’ « immuable » ? Est-ce le rôle central du Parti communiste ou celui du régime politique ? Ou bien la défense de l’intérêt national dans un environnement international difficile ?

Et est-ce que la transition du Vietnam vers une économie capitaliste n’est qu’une phase transitoire dans la voie de l’édification du socialisme ? Ou bien, comme le suggère le développement des 30 dernières années, l’ultime point de destination ?

Source Alter Asia 12/09/2016

Traduction : Elodie Prenant
Editing et relecture : Sophie Saint-Blancat
Source : David Camroux et Hien Laëtitia Do Benoit / New Mandala : Communists and contradictions in Vietnam
Crédit photo : Kremlin

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique AsieVietnam, Chine, rubrique Economie,

Face au ralentissement chinois, l’exception vietnamienne

Le Vietnam se distingue par sa vitalité, qu’il doit à ses exportations, au développement de ses services, mais aussi à sa capacité à attirer les investissements étrangers - Shutterstock

Le Vietnam se distingue par sa vitalité, qu’il doit à ses exportations, au développement de ses services, mais aussi à sa capacité à attirer les investissements étrangers – Shutterstock

Les pays d’Asie du Sud-Est sont diversement affectés par le coup de frein chinois.

Le ralentissement de l’économie chinoise ne cesse de se confirmer et pèse sur toute la région. «  Certains secteurs de l’économie chinoise sont en train d’atterrir durement, comme le bâtiment et l’industrie, mais les services se développent correctement. Il y a néanmoins une très forte volatilité de la politique économique. Ce sera un atterrissage cahoteux », estime Michala Marcussen, chef économiste de la Société Générale.

Il y a des victimes collatérales : Hong Kong, la Mongolie et Singapour pâtissent le plus de la faiblesse de ce puissant voisin, souligne une récente étude de Coface. « Le risque se diffuse des grands émergents vers les petits via les canaux des matières premières, du commerce et des transferts. Beaucoup de devises émergentes se sont dépréciées depuis le mois d’août par rapport au dollar », observe Julien Marcilly, économiste en chef de Coface. Hong Kong comme Singapour sont affectés parce qu’ils sont très intégrés commercialement avec la Chine, mais aussi par leurs marchés financiers. La Mongolie est encore plus dépendante puisque 90 % de ses exportations, essentiellement des matières premières, sont à destination de la Chine.

Si la Malaisie et l’Indonésie souffrent également de leurs liens commerciaux avec Pékin, il existe – en plus de l’Inde – une exception notable dans la région : le Vietnam. Avec une croissance de 6,81 % au troisième trimestre, le pays se distingue par sa vitalité. Il la doit à ses exportations (+ 9,6 % sur neuf mois par rapport à un an plus tôt) et au développement de ses services, mais aussi à sa capacité à attirer les investissements étrangers. « Il y a une population qualifiée au Vietnam, des infrastructures de qualité et des niveaux de salaires inférieurs à ceux de la Chine », explique Charlie Carré, économiste Asie chez Coface.

Des constructeurs automobiles comme des fournisseurs de produits technologiques (Samsung, notamment) y ont délocalisé leurs usines. Un autre atout : en plus du textile, le Vietnam fait de plus en plus d’assemblages qu’il exporte d’abord vers les Etats-Unis et la zone euro . Une inflation en baisse (autour de 1 %), grâce à la chute des prix énergétiques, galvanise aussi la consommation des ménages et la création d’entreprises (+29 % cette année). De la même manière, « l’Inde et les pays de l’Asean n’ont pas tant besoin que cela des exportations pour croître. La consommation intérieure et la demande d’investissement sont des moteurs plus importants que les exportations », constate pour sa part Elke Speidel-Walz, chef économiste pour les marchés émergents chez Deutsche Asset & Wealth Management. Mais, pour susciter les investissements, il faut accélérer les réformes. C’est ce que tente l’Indonésie, qui affiche des manques en termes tant de gouvernance que d’éducation ou d’infrastructures. Elle vient d’annoncer des procédures accélérées pour créer des sociétés dans les parcs industriels et des incitations fiscales pour que les bénéfices restent dans le pays.

C’est aussi ce que doit faire le Vietnam, qui reste un «  pays avec une économie “duale” fragilisée par de nombreuses entreprises publiques peu rentables, un secteur bancaire faible car trop connecté à ces entreprises et un Etat très endetté », observe Charlie Carré.

Virginie Robert

Source Les Echos 29/09/2015

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique AsieVietnam, Chine, rubrique Economie,

Franck Tenaille. « On est l’écosystème des musiques du monde »

Franck Tenaille dans les coulisses de Fiest'A Sète

Franck Tenaille dans les coulisses de Fiest’A Sète

Franck Tenaille. Entretien avec le président de Zone Franche, le réseau des Musiques du monde qui réunit toute la chaîne des métiers de la musique à l’occasion du festival Fiest’A Sète 2015.

Titulaire d’une licence d’ethnologie et d’un doctorat de sociologie, Franck Tenaille est journaliste spécialisé dans les musiques du monde, conseiller artistique, responsable de la commission des musiques du monde de l’Académie Charles Cros. Il est aussi président du réseau Zone Franche.

Lors de votre conférence sur la musique durant les années de l’indépendance donnée à Fiest’A Sète, vous avez souligné que l’Afrique musicale précède l’Afrique politique. Que voulez-vous dire ?

Le choc de la Seconde guerre mondiale a fait craquer l’ordre colonial avec de sanglants soubresauts entre l’indépendance promise et l’indépendance octroyée. Durant cette période, la musique n’a eu de cesse d’affirmer l’identité culturelle niée par la colonisation. Elle a su faire entendre les plaies dans les consciences de l’oeuvre civilisatrice et faire vivre un patrimoine humain commun.

La musique accompagne aussi directement les mouvements politiques des indépendances…

Au tournant des années 60 se profile la proclamation des indépendances. En 1957, la Gold Coast rebaptisée Ghana en référence à l’ancien empire africain, devient le premier pays indépendant d’Afrique subsaharienne. E.T. Mensah, un pharmacien de métier, monte un grand Orchestre et devient le roi du highlife. Le genre musical s’épanouit dans un cadre en pleine effervescence. Dans ce contexte, la musique constitue le complément artistique au projet panafricain du premier ministre indépendantiste NKrumah.

En Guinée qui accède à l’indépendance un an plus tard, Joseph Kabassele Tshamala, le fondateur de l’African Jazz, compose le fameux Indépendance Cha Cha. Le premier président Guinéen Sékou Touré déclare : « Nous préférons la liberté dans la pauvreté que l’opulence dans la servitude », et s’engage dans la modernisation des arts et notamment de la musique pour en faire le fer de lance de l’authenticité culturelle. « La culture est plus efficace que les fusils », dira-t-il encore. Le titre Indépendance Cha Cha devient le premier tube panafricain. On l’écoute dans la majorité des pays africains qui accèdent à l’indépendance : du Congo au Nigéria, du Togo au Kenya, du Tanganyika à Madagascar. Les indépendances des années 1960 passent par la musique et ouvrent tous les possibles.

Outre votre travail d’auteur et de journaliste vous êtes membre fondateur de Zone Franche. Quels sont les objectifs poursuivis par ce réseau ?

Zone Franche existe depuis 1990, C’est un réseau consacré aux musiques du monde qui réunit toute la chaîne des métiers de la musique, de la scène au disque et au médias, et rassemble 300 membres répartis majoritairement sur le territoire français mais aussi dans une vingtaine de pays. Nous travaillons sur la valorisation des richesses de la diversité culturelle et des patrimoines culturels immatériels, les droits d’auteurs, la circulation des oeuvres et des artistes, le soutien à la création artistique…

Que recoupe pour vous le terme « musiques du monde » ?

Les musiques du monde sont la bande son des sociétés, des mémoires, des anthropologies culturelles… Si on veut faire dans le cosmopolitisme, on dira que 80% des musiques écoutées sur la planète sont des musiques du monde.  Après il y a les styles musicaux, les genres, les architectures, les syncrétisations… Zone Franche est un réseau transversal, on est un peu l’écosystème professionnel des musiques du monde.

N’est-ce pas difficile d’agir à partir d’intérêts différents et parfois contradictoires ?

On entre dans le réseau à partir d’une structure. Chaque nouvelle adhésion est votée en AG, et chaque membre adhère à la charte des musiques du monde. On n’est pas dans « l’entertainment », l’esprit serait plus proche de l’éducation populaire, un gros mot que j’aime utiliser. Nous avons rejeté quelques candidatures pour non respect des artistes ou des législations existantes. On n’est pas non plus à l’expo coloniale. Notre financement provient des cotisations calculées en fonction des revenus de la structure et d’un partenariat tripartite entre le ministère de la Culture, celui des Affaires Étrangères et d’organisations de la société civile comme la Sacem, Adami, Spedidam.

Comment conciliez-vous toutes les esthétiques ?

A peu près tous les genres de musiques sont représentés, de la musique savante, ethnique, à la world, le rap, les musiques inscrites dans le in situ en fonction des communautés et les emprunts conjoncturels divers et variés que j’appelle les illusions lyriques, mais au final, tous les gens inscrits dans le réseau sont des passeurs.

Intervenez-vous face au refus de visa qui reste un frein puissant à la mobilité des artistes ?

Ce problème se pose de façon crucial et il s’est généralisé. Il n’y a pas d’homogénéisation des politiques et les guichets pour obtenir un visa sont très différents. Dans le cas des tournées, il est rare d’entrer et de ressortir par le même endroit. Nous nous battons pour clarifier les textes, les procédures et les références. Souvent les politiques paraissent lisibles mais les marges de manoeuvre d’application le sont beaucoup moins. De par notre savoir-faire et notre expertise, nous parvenons à débloquer un certain nombre de situations sur le terrain,. On a souvent joué les pompiers face aux abus de pouvoir ou au manquement des managers.

Votre objet politique se présente-t-il comme une alternative à la diplomatie économique qui a transformé les diplomates en VRP de luxe ?

Qu’est ce que la mondialisation culturelle ? Est-ce le résultat d’un consensus libéral établi sur le  plus petit dénominateur commun des particularismes de l’homo economicus culturel ? Sous cette forme de mondialisation digeste, nous aurions Victor Hugo pour la France, Cervantès pour l’Espagne et Shakespeare pour le R.U et pourquoi s’enquiquiner a éditer d’autres auteurs et à plus forte raison à produire de la musique Inuite…

Nous négocions régulièrement avec les agents publics de la diplomatie pour défendre la portée éminemment politique des enjeux esthétiques et leur diversité. C’est un combat permanent, à la fois une résistance et une conquête. La base, c’est celui qui n’a pas de conscience est vaincu.

On travaille sur la transmission dans le temps long. Je peux citer beaucoup de patrimoines musicaux en voix de disparition qui sont revenus à la vie, des Lobi du Burkina à la musique de Bali en passant par les Marionnettes sur l’eau du Vietnam. A partir de là, une nouvelle génération peut se rapproprier ces ressources uniques et les renouveler.

Recueilli par Jean-Marie Dinh

Franck Tenaille est notamment l’auteur de : Les 56 Afrique, 2 t. : Guide politique 1979 Éditions Maspéro. Le swing du caméléon 2000 Actes Sud, La Raï 2002 Actes Sud

Source : La Marseillaise 10/08/2015

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Rencontres, rubrique Afrique, rubrique Musique, Les Ambassadeurs,

« 8O% des musiques écoutées sur la planète sont des musiques
du monde » photo DR