Désolé pour les gens qui meurent en Afrique, Facebook va maintenant se concentrer sur l’écureuil qui meurt devant votre porte

7a970fdc3f2e23fd4aac5f0986ed5c2c

Un écureuil fort heureusement encore vivant.

Le changement d’algorithme de Facebook agite le monde des médias et de la communication.

L’algorithme Facebook est à l’information ce que le taux directeur de la Fed est à l’économie mondiale. Le réseau social a atteint une telle puissance (plus de 2 milliards d’utilisateurs réguliers) qu’un battement d’aile de son algorithme peut avoir des conséquences immenses.

En 2012, par exemple, Facebook avait discrètement augmenté la part de news politiques dans le fil d’actualités de 2 millions d’utilisateurs américains avant l’élection présidentielle. Juste pour voir. Résultat : l’équipe data de Facebook avait mesuré une augmentation de la participation chez les électeurs concernés.

Les contenus des amis avant tout

Voici donc le nouveau tremblement de terre : Facebook a annoncé jeudi un changement majeur dans son algorithme : priorité sera donnée aux contenus postés par ses amis proches au détriment des contenus postés par les pages professionnelles (médias, marques, personnalités…). Avant même que l’on connaisse les effets réels de ce changement, tout le secteur des médias et de la communication est déjà en état de panique.

Telle une encyclique papale, Mark Zuckerberg a énoncé dans un post la philosophie de cette réforme du news-feed:

«La vidéo et autres contenus publics ont explosé sur Facebook ces dernières années. Puisqu’il y a désormais plus de contenus et de vidéos créés par les marques que de posts publiés par vos amis, le news-feed s’est détourné de ce qui est le plus important — nous aider à nous connecter avec les autres. Nous voulons nous assurer que nos services ne sont pas juste fun à utiliser, mais aussi utiles au bien-être des utilisateurs.»

Mark Zuckerberg, prof de yoga

Mark Zuckerberg parle donc maintenant comme un prof de yoga et veut se concentrer sur le «bien-être» de ses utilisateurs. Un mot relativement neuf dans son répertoire.

Le sens profond de cette réforme du news-feed est contenue dans cette phrase prêtée à Mark Zuckerberg : «un écureuil qui meurt devant votre porte risque de davantage vous intéresser que des gens qui meurent en AfriqueCette loi du mort au kilomètre avait été développée devant ses équipes en 2005 lors de la création du fil d’actualités, selon David Kirkpatrick, auteur de «The Facebook Effect».

Tout sauf la passivité

Une information qui ne fait pas réagir n’en est pas une. Zuckerberg ne veut pas que Facebook soit consommé façon «couch potato», passivement dans son lit ou son fauteuil, de la même manière qu’on regarde la télévision. Il convoque la science pour expliquer ce choix:

«Les recherches montrent que quand nous utilisons les réseaux sociaux pour se connecter avec des gens qui comptent pour nous, cela peut être bon pour notre bien-être. On peut se sentir ainsi plus lié aux autres et moins seul, et il existe une corrélation sur le long terme avec les indicateurs de bonheur et de bonne santé. Au contraire, lire des articles ou regarder des vidéos passivement — même si ces contenus sont divertissants ou instructifs — peut ne pas être aussi bon [pour le bien-être]»

Lutter contre les fake news ? Vraiment ?

Cette modification de l’algortihme est parfois interprétée — à tort, à mon sens — comme une manière de lutter contre les fake news. En réalité, selon cette nouvelle philosophie zuckerbergienne, le critère d’invisibilisation d’un contenu n’est pas sa fausseté mais son incapacité à faire réagir ou à créer le bien-être à long terme. On mesure bien à quel point l’objectif est totalement opposé à celui d’une éthique de l’information.

En privilégiant l’interaction au détriment du contenu pertinent, Mark Zuckerberg fait de l’information un simple support de conversation. Et rien de telle qu’une fake news pour susciter de l’interaction.

La pub veut de l’interaction

Facebook hait la passivité. Sans doute d’abord pour des raisons publicitaires. Un utilisateur passif, c’est un utilisateur qui ne crée pas de data et donc de valeur publicitaire.

«Si on analyse ce que dit Mark Zuckerberg, c’est une mesure qui vise à optimiser la performance publicitaire, estime Emmanuel Parody. Le critère de performance de Facebook, ce sont des contenus qui engagent, avec des internautes qui cliquent, partagent et commentent. Ce sont autant de critères de performance publicitaire»

Ce changement de paradigme chez Facebook marque la fin programmée d’une pratique qui a fait les grandes heures du réseau : le stalking. Facebook, pour les anciens, c’était d’abord cette machine fascinante à afficher des photos de quasi inconnus, à s’immerger dans des vies lointaines et à se perdre dans les abîmes de la sérendipité sociale.

La fin de la «machine zone»

En 2013, l’époque où Facebook était encore davantage un réseau de photos que de news, le journaliste Alexis Madrigal avait comparé l’ivresse de la consultation du réseau à celle que l’on ressent devant les machines à sous.

Selon lui, Facebook nous ferait entrer dans la «machine zone», cet état hypnotique que ressentent les joueurs de machine à sous, tel que décrit par l’anthropologue Natasha Schüll. Les joueurs ne sont pas tant aimantés par l’argent que par le rythme incessant de la machine, qui les plonge dans une forme d’hypnose.

Cette hypnose du stalking, ce plaisir si spécial du combo Facebook/kebab à 5h du matin en rentrant de soirée, est une activité que ne veut plus encourager le réseau. Car le stalking ne produit pas de «réactions», pas de «j’aime», pas de «grrr», pas de «wow». C’est une pure perte de temps. Et Facebook dit explicitement vouloir lutter contre ces «pertes de temps».

La vie quotidienne est ailleurs

Les contenus que Facebook veut maintenant encourager sont les événements de la vraie vie, prompts à créer de l’interaction avec ses amis : naissance, mariage, changement de job, déménagement, voyage… Le souci est que ces événements ne sont pas si légion. C’est pour cela que Facebook relance sans cesse, avec lourdeur, en proposant de repartager ces contenus un an, deux ans, trois ans, quatre ans après.

Facebook peut bien décider de se couper progressivement des médias et des marques, le problème est que ses utilisateurs ne produisent de toute façon plus assez de contenus perso. La vie quotidienne, banale et infra-ordinaire, vrai pétrole des réseaux, est partie sur Snapchat ou Instagram. Ne restent plus sur Facebook que les «actualités», personnelles (que Facebook veut renforcer) ou du monde (que Facebook veut minorer).

Il va falloir que beaucoup d’écureuils meurent devant nos portes sinon on va vite s’ennuyer sur ce réseau.

Vincent Glad

Source Libération 13/01/2018

Voir aussi : Rubrique InternetDe l’art ou de l’amour ? fb censure sans chercher, Dans l’enfer de la modération Facebook : les règles secrètes ont été dévoilées, rubrique Médias, Comment Facebook achète la presse française, rubrique Education, rubrique Politique, Société civile, rubrique Société, Citoyenneté,  rubrique International, rubrique Politique,

Google Facebook. Censure et chaussettes roses,

Google Facebook. Censure et chaussettes roses

cavalier

L’un, Google, prétend « organiser l’information du monde et la rendre universellement accessible et utile ». L’autre, Facebook, veut « rapprocher le monde » en connectant les gens. Chaque jour, plus d’un milliard de personnes utilisent ces services comme s’ils échappaient aux pesanteurs politiques avec autant d’agilité que leurs maisons mères esquivent leurs obligations fiscales. Générés par de froids algorithmes, les résultats d’une requête ou la sélection du fil d’actualité nous paraissent aller de soi : déformés par la publicité, certes, mais imperméables à l’idéologie. On n’accuserait pas un tuyau de gauchisme ou d’atlantisme. On devrait.

Le 18 novembre dernier, lors d’un forum international sur la sécurité, M. Eric Schmidt, alors président exécutif d’Alphabet, la société qui contrôle Google, répond à un utilisateur allemand indigné de recevoir sur son smartphone trop d’alertes Google en provenance de l’agence publique russe Sputnik : « Nous travaillons sur la détection et le déréférencement de ce genre de sites, je pense à RT et à Sputnik. Nous sommes bien conscients de ce qu’ils font — on en a beaucoup parlé — et nous essayons d’élaborer un système pour empêcher cela . » Avec sa cravate fuchsia et ses chaussettes assorties, M. Schmidt vient tranquillement d’annoncer que le moteur de recherche le plus utilisé dans le monde truquerait désormais ses résultats au détriment de certains médias suspects de véhiculer des fake news fausses nouvelles »). Pas n’importe lesquels : les seuls ouvertement visés figurent dans le collimateur du ministère de la défense américain, dont M. Schmidt est par ailleurs conseiller. Sous pression depuis l’élection présidentielle de 2016, Facebook et Twitter pourchassent les publicités achetées par des comptes associés au Kremlin, tandis que Google s’emploie à renvoyer dans les profondeurs du classement les résultats trop proches des vues de Moscou.

Mais comment séparer automatiquement le bon grain de l’ivraie ? « Dans un communiqué publié le 25 avril, M. Ben Gomes, vice-président de l’ingénierie de Google, a déclaré que la nouvelle version du moteur de recherche rétrograderait les sites “offensants”, et ferait remonter plus de “contenus faisant autorité” », écrivent Andre Damon et David North, du World Socialist Web Site (wsws.org, 2 août 2017). Aidé d’une société d’analyse de référencement, ce site trotskiste a mesuré les effets du nouvel algorithme qui, par défaut, présuppose les médias dominants fiables et la presse alternative louche. « On observe une perte importante de lectorat des sites socialistes, antiguerre et progressistes au cours des trois derniers mois, avec une diminution cumulée de 45 % du trafic en provenance de Google. » Entre mai et juillet 2017, les visites de wsws.org issues de Google ont chuté de 67 %, celles du réseau Alternet.org de 63 %. La plate-forme audiovisuelle Democracynow.org enregistre un plongeon de 36 % ; Counterpunch.org, de 21 % ; et Theintercept.com, de 19 %. « Dans la bataille contre les “fake news”, alerte l’association américaine Fairness and Accuracy in Reporting (FAIR) (1), une grande partie des reportages les plus indépendants et les plus précis sont en train de disparaître des résultats des recherches effectuées dans Google . » Tuer le pluralisme au nom de l’information ?

Pierre Rimbert

(1) Robin Andersen, « Backlash against Russian “fake news” is shutting down debate for real », Fair.org, 29 novembre 2017, dont le présent article reprend plusieurs éléments.

Source : Le Monde Diplomatique Janvier 2018

 

Voir aussi : Rubrique Médias, rubrique International, rubrique Politique,

De l’art ou de l’amour ? fb censure sans chercher

privacy_uitsnede_1900x900

Privacy de Warme Winkel & Wunderbaum « Dans le système Facebook, seul le juge connaît la loi.» crédit photo dr

Chronique
Doit-on assimiler la censure du plus grand des réseaux sociaux, sans distinction du message et du contenu, à une atteinte à la liberté d’expression ?

Interdit d’expression durant trois jours sur le réseau privé Facebook pour avoir publier la semaine dernière une image de comédiens où apparaît une paire de seins. Le fait est presque devenu banal ce qui paraît d’autant plus inquiétant. L’accumulation des données accessibles gratuitement – si on ne tient pas compte des données privées revendues à notre insu – confère aux plates-formes numériques un rôle incontournable en matière d’information.

La Revue Réseaux* publie dans son dernier opus un état des lieux édifiant consacré à cette question. Les analyses croisées de différents chercheurs permettent de comprendre comment l’offre de ces plates-formes remet en question la grille éditoriale des journaux et le pluralisme de l’information,  garant d’un fonctionnement de la démocratie.

A dire vrai, en publiant cette image je me doutais que FB allait amputer ma liberté, d’autant que dans la pièce Privacy des néerlandais De Warme Winkel & Wunderbaum donnée au Théâtre Garonne à Toulouse il est justement question de l’exposition de notre vie intime sur les réseaux sociaux. « La vie privée n’est plus la norme sociale », déclarait en 2011 Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook.

La sanction est arrivée sur le champ, moins d’une minute après la publication. La conception de cette censure est plus que discutable. En vertu de la morale puritaine américaine, les images de nu heurtent les modérateurs de fb, alors que des vidéos de viol ou de décapitation peuvent se retrouver en ligne pendant plusieurs jours. Mais comme le démontre une enquête menée  au cœur de la machine à modérer fb par le quotidien britannique The Guardian, « Dans le système Facebook, seul le juge connaît la loi.»

Problème de qualité de l’information
Ce n’est pas la première fois que je suis sanctionné (puni ?), la dernière fois, cela concernait une photo des femen. Libre à chacun d’avoir un regard critique sur ce mouvement féministe radical internationalement reconnu qui s’implique pour la démocratie, contre la corruption, la prostitution et l’influence des religions dans la société, mais comment ignorer l’impact de la censure du plus grand réseau social mondial, qui compte deux milliards d’utilisateurs actifs par mois, à l’encontre des femen ? Facebook aime le féministe tant que cela contribue à faire tourner la boutique mais il ne faut pas qu’elles soient provocatrices. Rien à voir avec ces jeunes filles qui vous invitent sur le même réseau à passer du bon temps avec elles sans montrer leur seins…

Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) mettent en œuvre des modes de contrôles de l’information, de conditionnement des opinions, et introduisent un problème de qualité de l’information à l’échelle mondiale qui posent bien des questions. Comme les autres géants, Facebook  impose son offre aux internautes qui veulent accéder aux services et biens informationnels en les verrouillant sur son application, et impose ensuite ses conditions aux fournisseurs de contenus.

Pour éviter cette atteinte à la liberté d’expression dans la sphère domestique et contribuer à une action plus vaste, le pire est sans doute d’avoir recours à l’autocensure. Résister individuellement et massivement peut infléchir la loi d’airain de cette nouvelle oligarchie, on l’a vu, quitte à se faire bannir et à consacrer le temps gagné à inventer de nouveaux outils collaboratifs.

JMDH

Revue Réseau sep/oct 2017 Modèles économiques, usages et pluralisme de l’information en ligne, éditions La Découverte, 25 euros.

Source : La Marseillaise 30/12/2017

Voir aussi :  Rubrique Internet, rubrique Médias,, rubrique Education, rubrique Politique, Société civile, rubrique Société, Citoyenneté,

Dans l’enfer de la modération Facebook : les règles secrètes ont été dévoilées

data-center-facebook-1024x683

Des serveurs opérés par Facebook

Le Guardian a mené une investigation au cœur de la machine à modérer du plus grand réseau social du monde, Facebook. Le quotidien britannique dévoile avec l’aide de Facebook des dizaines de règles auparavant secrètes appliquées par le géant, laissant apparaître les contours de la modération du réseau souvent décriée.

Si Facebook est un royaume, il est délimité par une frontière juridique, qui ne se fond ni dans la common law, ni dans nos système judiciaires. Loin de tous tribunaux, dominant la planète en y étendant son espace sans loi aux quatre coins du monde, Facebook représente un système juridique à lui-même.

Les sanctions comme les gratifications qui existent dans ce pays des likes n’ont rien de comparables à celles pratiquées dans nos tribunaux, et les individus ne sont pas tout à fait soumis aux mêmes règles, qu’ils viennent d’un pays à un autre. Dans cet espace juridique parallèle, le géant du réseau social a érigé ses propres tables des lois sans jamais les dévoiler.

Les décisions prises par les modérateurs et administrateurs du réseau sont évidemment régis sous la contrainte de la logique et de la règle, mais dans le système Facebook, seul le juge connaît la loi. Cette asymétrie permet au géant de se justifier de tout et de de botter en touche dès que sa responsabilité est mise en avant. Toutefois, cette somme de règles ne constitue pas en soit une réglementation qui viendrait se substituer à loi nationale, elle s’ajoute au contraire à celle-ci, comme un socle commun international des bons comportements exclusif au réseau.

Il y a donc deux milliards de personnes qui vivent dans cet espace juridique flou, tributaire des aléas d’une charte inconnue des utilisateurs, pour laquelle ils auraient légitimement un droit de regard.

C’est l’idée défendue par le Guardian, qui ce dimanche a dévoilé grâce à Facebook certaines lignes de conduite au cœur du système de modération du réseau qui a bien voulu éclaircir certaines de ses règles.

Des règles souvent tues pour leur caractère parfois dérangeant, parfois cynique et rarement justes. La première appréciation que nous pouvons avoir de ce corpus de règles laisse indubitablement penser que Facebook a créé une réglementation dont l’objectif premier est de se dégager de toute responsabilité dans le vrai monde.

Sous le feu des critiques européennes comme américaines, ces guidelines, ou cette charte secrète, dévoile un système surmené, croulant sous les plaintes et qui arbitre autant le revenge porn que le cannibalisme en dix secondes chrono.

Facebook a souhaité précisé à Numerama la réaction suivante, rédigée par Monika Bickert, à la tête des politiques de règlements internationaux de l’entreprise : « Notre priorité est de garantir la sécurité des personnes sur Facebook. Cela requiert beaucoup de réflexion autour de questions pointues et difficiles, et nous prenons très au sérieux le fait de le faire correctement. Mark Zuckerberg a récemment annoncé que nous allons ajouter 3 000 personnes à nos équipes de modération – qui s’ajoutent aux 4 500 personnes qui composent cette équipe aujourd’hui – pour examiner les millions de signalements que nous recevons chaque semaine, et pour améliorer le mode opératoire pour agir le plus rapidement possible.  »

L’entreprise considère par ailleurs que contrairement à ce qu’elle a pu laisser penser en gardant secrètes sa charte, elle n’a rien à cacher concernant sa politique de modération. Toutefois, la considérant propre à évoluer au fil des cas, le réseau préfère garder de la souplesse en taisant ses règles. Enfin, le groupe américain précise que cet ensemble de standards est soumis aux lois nationales du régulateur qui prévalent sur les règles communautaires.

Appels aux meurtres, suicides et violences

Parmi les centaines de documents édités par le réseau social qu’a pu consulter le quotidien anglais, on trouve de nombreuses références aux menaces de mort et aux menaces en général. L’un de cas les plus ambigus à modérer pour le réseau qui demande à ses modérateurs de distinguer la crédibilité d’une menace en fonction de son ton.

Ainsi, on apprend que menacer de mort Donald Trump est tout à fait censuré puisqu’il représente un État ; toutefois, expliquer comment tuer une femme ou insulter quelqu’un — aussi longtemps qu’il n’est pas d’intérêt public — et lui souhaiter de mourir est accepté. Facebook considère que ces dernières menaces ne poursuivent pas une intention franche de tuer. Dans les exemples de Facebook, on peut lire que « frapper un roux » et « allons tabasser les gros  » est aussi toléré, toutefois « Poignardons et devenons la cauchemar des sionistes  » ne l’est pas.

La crédibilité d’une menace se joue souvent sur le choix de la victime : Facebook aura tendance à prendre au sérieux les appels au meurtre concernant des minorités ethniques ou des personnalités publiques. Un utilisateur lambda n’aura, lui, pas le même égard.

Plus délicate encore, la question des vidéos de morts violentes partagées sur le réseau social est réglée avec pragmatisme par Facebook. En effet les modérateurs vont rendre sensible le contenu sans toutefois le supprimer, considérant qu’il sensibilise l’entourage de la personne à un malaise psychologique. Nous avions déjà pu découvrir cette règle qui a sauvé une jeune fille qui tentait de se suicider en direct sur Facebook.

Le réseau social compte par ailleurs aller plus loin sur cette question en laissant les publications, de manière officielle, de toute personne souhaitant se blesser en direct sur Facebook Live. L’entreprise explique « ne pas vouloir censurer ou punir des personnes en détresse. » Sans toutefois assurer que le réseau prendra ses dispositions pour aider, voire sauver la personne. En France, des interventions d’urgence sont assurées par SOS Amitié, partenaire de l’entreprise.

Certains actes de violence sont également acceptés : les photos d’agression physiques, de harcèlement, notamment des enfants, n’ont pas à être supprimées pour le réseau social… à moins qu’elles ne révèlent un comportement sadique. Une nuance que les modérateurs doivent trancher en quelques secondes, au risque de censurer un programme de sensibilisation aux violences ou de laisser passer du cyber-bullying.

Notons que les animaux peuvent être battus, attaqués et tués en direct. Facebook a décidé de n’avoir aucun regard sur les violences faites aux animaux, les modérateurs sont seulement appelés à assigner le drapeau contenu sensible lorsque les images sont extrêmement dérangeantes.

Pour l’entreprise, son laxisme est à même de créer, comme pour les suicides, une sensibilisation. Le réseau note aussi qu’il doit souvent juger ce qui est de l’ordre du message politique de sensibilisation et ce qui est un abus. Par exemple, certaines organisations de défense des animaux étant passées expertes dans la production et la diffusion d’images des horreurs vécues par les animaux dans les abattoirs, toute censure serait vue comme politique.

Sexualité revench-porn cannibalisme

La pudibonderie de Facebook est souvent dénoncée. Le réseau étant coutumier d’une censure systématique de la nudité, sous toutes ses formes, les lignes dédiées aux nudités méritent notre attention. On apprend par exemple que les « œuvres d’art  » réalisées à la main — ou au pinceau on imagine — montrant la nudité et/ou une activité sexuelle sont acceptées.

Le même motif, représenté grâce aux arts numériques, serait immédiatement censuré. Pour le réseau social, la technique de représentation permet de déminer l’intention présumée d’une œuvre : une peinture érotique aura tendance à être plus acceptable et attendue sur le réseau qu’un montage.

napalm-1024x576

L’épisode de censure de la célèbre photo vietnamienne a également poussé l’entreprise à nuancer son approche de la nudité qui est désormais acceptée dans le cadre de la dénonciation de la guerre et de l’Holocauste.

Pour la nudité, il faut donc que soit associé des éléments de contextes déterminants précisés par l’entreprise : une extrême maigreur, des soldats de la seconde guerre, des uniformes de camps de la mort, ou des images prises dans les camps.

Pour juger le revenge porn, l’entreprise a établi une liste des éléments qui aideront le modérateur à comprendre la nature du contenu et du consentement de l’éventuelle victime. Premièrement, il faut que l’image soit produite dans l’intimité, qu’une personne soit nue, presque nue ou sexuellement active et enfin que son consentement puisse être mis en doute grâce à un commentaire revanchard ou cruel sur les contenus — ou qu’un média ait couvert l’affaire.

L’intérêt de Facebook pour le revenge porn souligne l’incroyable diversité des cas à juger par les modérateurs du réseau. Ces derniers, surmenés par des milliers de cas quotidiens, doivent arbitrer l’inhumain et l’ignoble toutes les heures, à un rythme effréné. Lorsqu’il va du cannibalisme, plus difficile à juger que vous ne le croyez, dix secondes ne suffisent rarement pas à définir le contenu vu.

Mais dans ce cas de figure, la censure est-elle plus facile que le laisser-faire ? Les rapports de force qui s’établissent alors appartiennent aux quelques minutes que passera le modérateur sur un signalement.

On apprend enfin, en parlant de rapport de force, que chaque utilisateur disposant de plus de 100 000 followers va disposer d’un statut étrange de personne publique qui peut tout à fait jouer en sa défaveur puisque Facebook se montera plus tendre avec leurs agresseurs. Leur figure publique est considérée comme plus naturellement attaquable par des individus sans intention.

Le réseau, dans les documents révélés, ne cache pas ses analyses psychologiques qui fondent une partie des décisions prises. Un document explique ainsi que Facebook reconnait que « les personnes utilisent un langage plus violent en ligne pour exprimer une frustration, et qu’ils se sentent en sécurité sur le site pour s’exprimer de cette manièreLes utilisateurs pensent qu’ils peuvent menacer quelqu’un sans conséquence, ils sont indifférents envers les personnes qu’ils menacent à cause du manque d’empathie créé par une communication entre écrans interposés.  »

L’air de rien, les modérateurs du réseau social admettent arbitrer l’un des pires endroits sur Terre où les plus pitoyables vicissitudes deviennent des publications, des menaces, des photos scandaleuses à gérer chaque minute… dans une urgence délétère.

Source Tech

Voir aussi : Actualité Internationale Rubrique Médias, rubrique Internet, rubrique Société, Opinion, rubrique Politique, rubrique International, rubrique Etats-Unis,

Le dumping fiscal mine l’Europe : Dublin et Apple font front contre Bruxelles

 La commissaire européenne à la Concurrence, la Danoise Margrethe Vestager. © afp/John Thys

La commissaire européenne à la Concurrence, la Danoise Margrethe Vestager. © afp/John Thys

La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, s’est lancée dans un combat difficile contre la fraude fiscale des multinationales. Google, Amazone, Facebook… jouent avec de complexes montages financiers et bénéficient de la complicité active de plusieurs Etats européens. L’Irlande est devenue ainsi le porte-avions des firmes américaines. Une concurrence fiscale qui mine l’Europe.

La surprenante commissaire danoise Margrethe Vestager à précisé les avantages fiscaux indus, assimilables selon elle à des aides d’Etat, accordées par l’Irlande à Apple. Le géant informatique américain avait fait appel en août 2016 de la décision de Bruxelles lui imposant de rembourser 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux pour la période 2003-2014. «De la foutaise politique», avait réagi le patron d’Apple Tim Cook.

L’Irlande : paradis fiscal
De son coté, l’Irlande ne fait rien pour récupérer ces milliards d’euros, malgré une décennie d’austérité budgétaire. Dublin a même fait appel de la décision de Bruxelles, prouvant ainsi qu’elle est un paradis fiscal, niché au cœur de l’Union européenne.

Les services de Magrethe Vestater soupçonnent la firme américaine d’enregistrer en Irlande des bénéfices réalisés en Europe, Afrique, Inde et Moyen-Orient. La firme s’arrange ensuite avec Dublin pour ne soumettre à l’impôt qu’une infime partie de ce montant via un accord fiscal (Rescrit).

— European Commission (@EU_Commission) 19 décembre 2016

Apple a commencé à transférer en Irlande le produit des droits tirés des brevets développés en Californie. Ensuite, grâce à des traités signés entre l’Irlande et certains pays européens, une partie des bénéfices d’Apple peuvent transiter sans impôt par les Pays bas.

Optimisation fiscale ?
Grâce à ce montage, le taux réel d’imposition d’Apple est tombé à 0,06% de 2009 à 2001 et même à 0,005% en 2014, «ce qui signifie moins de 50 euros d’impôts pour chaque million de bénéfices», souligne la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

La firme de Cupertino est à l’origine de cette technique qui consiste à réduire l’impôt en acheminant les bénéfices vers un paradis fiscal, par l’intermédiaire de filiales irlandaises et hollandaises.

On comprend qu’un millier d’entreprises étrangères ont choisi de s’installer dans la verte Irlande, devenue le porte-avions américain en Europe: Google, Twitter, Facebook, Dell, Intel.
Pour Dublin, l’enjeu est aussi de préserver son régime fiscal attractif. Les multinationales emploient aujourd’hui 10% de la population active irlandaise.

En outre, le système de téléchargement d’Apple est basé au Luxembourg. Dès qu’une transaction monétaire est effectuée pour télécharger un film, de la musique ou une application via ce système, la vente est enregistrée au Luxembourg où la fiscalité est très avantageuse.

L’Europe contre l’Europe
La Commission européenne mène également des investigations sur le statut très favorable accordé à McDonald et à Amazon au Luxembourg ou encore à Starbucks aux Pays-Bas.

Une directive européenne anti-évasion fiscale doit en principe être traduite dans les législations nationales avant la fin de 2018. Un pas important, mais les paradis fiscaux existent également aux portes de l’Union europenne. il suffit d’une simple boîte aux lettres dans le minuscule canton de Zoug, près de Zurich, pour diminuer très sensiblement ses impôts. La Suisse a ainsi attiré 24.000 sociétés internationales. Un combat de longue haleine en perspective.

Michel Lachkar

Source Geopolis 21/12/2016

Actualité Internationale, Rubrique UE, rubrique Politique, Politique Economique, rubrique Société, Justice, rubrique Economie, Fraude fiscale,