Budget 2018 : un pari à haut risque

Editorial.

Emmanuel Macron et le gouvernement auront fort à faire pour convaincre les Français que la réforme de l’ISF et la « flat tax » à 30 % prévues dans le projet de loi de finances 2018 ne sont pas des « cadeaux » faits aux plus riches.

Y a-t-il une malédiction du budget inaugural d’un mandat présidentiel ? En 1995, Jacques Chirac avait décrété une rigoureuse austérité aux antipodes de ses promesses de campagne. En 2007, Nicolas Sarkozy avait instauré, en faveur des plus fortunés, un bouclier fiscal qu’il allait traîner comme un boulet durant tout son mandat. En 2012, la brutale hausse des impôts décidée par François Hollande avait assommé les Français et ruiné leur confiance.

Sachant cela et ayant fait de ses prédécesseurs des contre-modèles, le président de la République a pris grand soin de préparer sa première loi de finances en respectant au mieux les engagements du candidat Macron : favoriser le risque plutôt que la rente, l’enrichissement par le talent et l’innovation plutôt que par l’investissement immobilier. En outre, il bénéficie d’une conjoncture encourageante, puisque la croissance (+ 1,7 % prévu, prudemment, pour 2018) retrouve des couleurs après dix ans de crise.

Emmanuel Macron avait promis de réduire les dépenses publiques. De fait, la baisse annoncée des dépenses est significative. S’il est inférieur aux 20 milliards d’euros envisagés au début de l’été, le plan d’économies budgétaires porte tout de même sur 15 milliards, dont 7 sur le budget de l’Etat, 5 sur celui de la Sécurité sociale et 3 sur celui des collectivités territoriales. Inscrit dans une programmation sur cinq ans, cet effort de rigueur est censé se renforcer après 2018.

Deux mesures hautement symboliques

De même, le chef de l’Etat avait promis d’alléger les impôts, aussi bien pour tenter de dissiper le ras-le-bol fiscal des Français que pour encourager les entreprises et ­l’activité. De fait, ce sont, au total, 7 milliards d’euros de baisse nette des impôts qui sont prévus, amorçant la décrue ­annoncée des prélèvements obligatoires durant le quinquennat. Avec un déficit ­public repassant sous la barre des 3 % de PIB (2,6 % en 2018), des prévisions de croissance raisonnables et une gestion plus rigoureuse des deniers publics, voilà donc un budget de nature à satisfaire à la fois la Cour des comptes et la Commission de Bruxelles.

Mais, pour les Français, c’est une autre ­affaire. Car deux mesures hautement symboliques risquent fort de parasiter l’ensemble de la démarche budgétaire : d’une part, la réforme de l’ISF, réduite à une taxation sur la fortune immobilière et auquel ne ­seront plus assujettis les placements financiers ; d’autre part, la création d’un prélèvement unique de 30 % sur les revenus du ­capital (qui peuvent être aujourd’hui taxés jusqu’à 58 %).

Le gouvernement peut bien plaider qu’il entend ainsi doper l’investissement. Il peut également souligner toutes les mesures destinées à améliorer le pouvoir d’achat des Français, notamment des plus modestes (exonération progressive de la taxe d’habitation pour 80 % d’entre eux, baisse des cotisations salariales, hausse de la prime d’activité et des minima sociaux, etc.).

Il n’empêche, la réforme de l’ISF couplée à la flat tax à 30 % représentent un allégement fiscal substantiel accordé aux contribuables les plus aisés et, en particulier, aux fameux 1 % les plus fortunés, dont l’essentiel de l’épargne est constitué de placements financiers. Pour convaincre les Français qu’il ne s’agit pas d’un « cadeau » fait aux plus riches, il faudrait que ces derniers investissent effectivement dans les entreprises et contribuent à relancer la machine économique. C’est un euphémisme de dire qu’il s’agit d’un pari à très haut risque.

Source Le Monde 28/09/2017

Voir aussi : Actualité France, Rubrique DéfensePolitique, Les ministres macron compatiblesFlorence Parly touchait 52.000 euros par mois, Affaires, rubrique Economie, Macron met les collectivités au régime sec,

Henry Sterdyniak : La France apparaît comme  » un pays sans parole  »

a936cb6f784e02b79a67a5de0c41b167_L

Evolution de la dette, choix de budget, vente d’actifs, option politique, attitude vis à vis de l’Europe… le décryptage d’un économiste attéré.

Economiste, Henry Sterdyniak est animateur des Economistes atterrés. Ce collectif créé en 2011, organise la réflexion et l’expression publique des économistes « qui ne se résignent pas à la domination de l’orthodoxie néo-libérale ». Entretien.

La dette dépasse 2000 milliards d’euros. C’est une surprise ?

La situation de quasi déflation, la croissance faible, les prix qui n’augmentent pas… creusent le déficit. Et la dette augmente, c’est normal. En France comme ailleurs car le malaise est général. Notre ratio dette/PIB est équivalent à celui de la Grande-Bretagne, inférieur à celui des Etats-Unis…

On annonce déjà une dette équivalent à 100% du PIB en 2017 ?

On s’y attend totalement. Pour réduire le déficit, il faudrait une reprise forte de la croissance et de l’inflation. Or, la politique menée par le gouvernement consiste à baisser de 40 milliards d’euros les impôts et cotisations patronales. Naturellement, cela creuse le déficit et cela risque même d’accélérer la déflation pour peu que les entreprises choisissent de baisser leurs prix.

L’Etat a annoncé une cession d’actifs pour 2015. Une solution pour baisser la dette ?

Ce n’est rien. Non seulement les sommes sont faibles mais ce qui est important, c’est la dette nette, c’est-à-dire la dette moins les actifs. Lorsque vous vendez des actifs, vous avez certes un peu moins de dette mais vous êtes aussi moins riche. De plus, la France s’endette actuellement à des taux très faibles alors que les actifs que l’on va vendre rapportent jusqu’à 5% par an. On se retrouve donc dans une situation stupide consistant à vendre des actifs rentables.

Pour la première fois, le poste de remboursement des intérêts de la dette n’est plus le premier poste budgétaire ?

C’est lié à ces taux d’intérêt très faibles, quasi nuls sur un ou deux ans. Nous sommes dans un monde capitaliste où beaucoup d’argent s’échange. La Banque centrale européenne (BCE) veut soutenir l’activité et prête à des taux très faibles aux banques. Or, celles-ci ne trouvent pas à écluser cette argent auprès des entreprises, trop frileuses pour investir actuellement. Elles se tournent donc vers les Etats et leur prêtent à des taux bas.

N’est-ce pas une bonne chose ?

Oui car cela signifie que les établissements bancaires considèrent que la signature de la France est fiable. Mais, en même temps, cela montre aussi que les marchés considèrent qu’il n’y a pas de risques de voir les taux s’envoler en France car la situation de déflation est profonde. C’est donc aussi un peu… triste.

 » L’espoir gouvernemental est que les entreprises choisiront de les investir. Pour l’instant, nous n’en avons pas beaucoup de preuves…  »

Que pensez-vous des 21 milliards d’euros d’économie annoncés ?

Il n’y a pas de miracle. C’est 1% du PIB en moins. Le niveau des prestations familiales va donc baisser, la pression va être mise sur les dépenses maladie, les indices de la fonction publique ne seront pas revalorisés, les dotations aux communes vont baisser, les mettant en difficulté pour investir ou pour financer par exemple la réforme des rythmes scolaires… Toutes ces restrictions vont avoir un effet dépressif de l’ordre de 1% du PIB. On peut juste espérer que cela ne se fasse pas, car il est toujours très difficile de baisser, dans les faits, les dépenses publiques. Il faut donc regarder si ces économies de 21 milliards d’euros ont bien lieu. Ce qui n’enlève d’ailleurs rien à la stratégie du gouvernement. Il a choisi de donner 40 milliards aux entreprises. Les baisses de dépenses publiques sont donc là pour les financer. L’espoir gouvernemental est que les entreprises choisiront de les investir. Pour l’instant, nous n’en avons pas beaucoup de preuves…

Cela est lié au traité de stabilité budgétaire signé par la France. N’envisageait-il pas des circonstances exceptionnelles, n’est-ce pas le cas ?

Pour vous peut-être, pour le traité non. Nous ne sommes pas dans une croissance fortement négative. Ce traité existe malheureusement, il a été signé, et nous lie, théoriquement, les mains.

Michel Sapin estime que l’Europe devait prendre ses responsabilités face à la déflation. Dans le même temps, Pierre Moscovici affirme devant le Parlement : « les règles, rien que les règles ». Que pensez-vous de ce jeu politique ?

Ce n’est pas un jeu ! Cette attitude double a toujours été de mise. D’un côté, on affirme que les règles européennes sont stupides, qu’il faut arrêter les politiques d’austérité, investir 300 milliards d’euros d’argent public pour relancer la croissance – confère la campagne présidentielle – et de l’autre, on accepte de signer les traités et de jouer le jeu, de présenter un programme national de réformes et d’envoyer un commissaire, non pour s’opposer, mais pour appliquer. C’est une stratégie brouillonne qui fait surtout apparaître la France comme un pays où on signe mais on n’applique pas. Bref, un pays sans parole.

Entretien réalisé par Angélique Schaller

Source : La Marseillaise 03/10/2014

Voir aussi : Rubrique Actualité France, rubrique Politique, Politique économique, rubrique Finance, rubrique Rencontre, J. Généreux : « Le débat actuel sur la compétitivité est insensé »,