Les ministres Macron-compatibles

La pensée du jour

IMG_3399du Procureur, Roberto Scarpinato  qui a instruit les plus importants procès menés contre la mafia et ses liens au sein du monde politique et institutionnel.

Le gouvernement Macron 2

Florence Parly ministre des Armées :

Florence Parly, oublie qu’elle est « représentante » de la banque Rotschild à Zodiac !

DDeJoyPXoAEfHX0

C’est une fonction qui ne figure pas sur sa page Wikipédia, qui est éliminée de sa biographie officielle, que les médias ont donc omise. Y compris « la prise de bec » du Canard, aujourd’hui consacrée à la ministre des Armées.

[Dernière minute: lundi 26 à midi, nous appelions le cabinet de la ministre des Armées quant à ses mandats industriels oubliés. Dans la soirée, Mme Parly annonçait dans une dépêche Reuters la démission de ces fonctions...]

Florence Parly vient de récupérer le ministère de la Défense. Et autant « les armées s’interrogent » (Les Echos, 23/06), autant les industriels sont ravis: « Au moins a-t-elle pleinement conscience du poids en France de l’industrie militaire et aéronautique… « Florence est une passionnée de technologie, d’aéronautique, de spatial, elle a volé en Mirage 2000, c’est un excellent choix », s’enthousiasme son ami Jean-Yves Le Gall, président du CNES. Les industriels, qui l’attendent aujourd’hui au Bourget avec le Premier ministre, semblent satisfaits. »

Satisfaits juste parce qu’elle aime les joujoux technologiques?
Non, plutôt parce qu’elle est de leur sérail.

Une info est omise par les médias, mais le chercheur à l’université de Liège Geoffrey Geuens nous a alertés :

Dans le cursus de Florence Parly, on mentionne bien « l’ancienne directrice d’Air France et de la SNCF ». On signale également que « son mari, Martin Vial, dirige l’Agence des participations de l’Etat (APE), présente dans les grands groupes de défense français », qu’il est même « membre du conseil d’administration de Thales ». Ce qui, par parenthèse, en dit long sur l’endogamie de notre élite.
Mais pour elle, on oublie une casquette: depuis janvier 2016, elle appartient au conseil de surveillance de l’entreprise Zodiac Aerospace. Elle y siège comme représentante du « Fonds Stratégique de Participation », qui n’a rien à voir avec le public Fonds stratégique d’investissement.

Qu’est, en effet, ce FSP?

C’est une émanation du groupe Edmond de Rotschild.

On lit sur leur site:

« Le FSP est géré par le groupe Edmond de Rothschild. Regroupant six assureurs majeurs en France (BNP-Paribas Cardif, CNP Assurances, Crédit agricole assurances, SOGECAP (groupe Société générale), Groupama et Natixis Assurances), le FSP est un actionnaire de long terme dans le capital de sociétés françaises ».

Voilà donc une ministre (de plus) dont les liens avec la banque et l’industrie sont étroits. Ici avec le groupe Edmond de Rotschild, basé en Suisse, qui, comme le révélait Cash Investigations, dispose de 142 sociétés écrans dans des paradis offshore…

Sans doute entre-t-elle au gouvernement par souci d’équilibre avec son président Macron qui, lui, oeuvrait, à la banque d’affaires Rotschild et Cie, basée à Paris. Voilà un gage de pluralisme.

Comme le disait (presque) Jean Gabin: « Ce n’est plus un gouvernement, c’est un gigantesque Conseil d’administration! »

Source François Ruffin 28/06/2017

 

 

Le gouvernement Macron 1

Les Ministres Macron-compatibles

L’équipe gouvernementale est marquée par l’arrivée à Bercy de deux ministres venus de la droite, par la présence de François Bayrou et de socialistes issus de l’aile sociale libérale du parti.

NB

Macron a renoncé au «ministère plein et entier des Droits des femmes».

Bonne nouvelle. On échappe au duo Tapie Lagarde.

On mesure l’aliénation des macroniens à leur enthousiasme pour des saloperies genre la nomination d’une ex-DRH comme Ministre du Travail.

 

Bruno Le Maire ; Eau dans le vin ?

Le nouveau locataire de Bercy penche beaucoup plus à droite que ce qu’a proposé Macron pendant la campagne de la primaire LR.

 

Le Drian. Réalisme musclé

M. Le Drian a quitté l’hôtel de Brienne en étant salué par les industriels de la défense, qu’il a comblés en signant des montants records de contrats d’exportations d’armement.

Dans le Golfe, en particulier en Arabie saoudite, M. Le Drian a aussi su réparer les pots cassés de la diplomatie de Nicolas Sarkozy et s’attirer le respect des princes sunnites. Intime des dirigeants subsahariens et arabes, de l’Egyptien Abdel Fattah Al-Sissi au Tchadien Idriss Déby, il assume sans complexe ses liens avec des régimes souvent décriés en matière de droits de l’homme.

Le Drian à la tête du Quai d’Orsay représente, comme le souligne un diplomate, « la garantie d’une continuité dans le réalisme musclé ».

Gérard le vieux cumulard

En propulsant Gérard Collomb au ministère de l’intérieur, Emmanuel Macron prend pourtant un risque, celui de se voir accusé de ne pas respecter ses engagements en matière de renouvellement et de cumul des mandats.

 

Nicolas Hulot, le vert démago

Nicolas Hulot espère profiter de la « nouvelle donne politique », malgré la présence au sommet de l’exécutif d’anciens lobbyistes des industries de l’énergie.

 

François Bayrou, le miraculé de la politique

Certains de ses anciens amis, devenus aujourd’hui ses pires détracteurs, le décrivent comme un « calculateur », « habité », « un intrigant et un opportuniste », « le melon comme une montgolfière », un centriste radical à l’orgueil démesuré et à la détermination absolue qui n’hésitera pas à sacrifier sa famille politique mais le ciel a fini par lui donner raison.

 

Gérard  Darmanin. De l’action ?

Ministre de l’Action et des comptes publics Gérard Darmanin, c’est juste le type qui avait dit que Taubira était un « tract ambulant pour le FN ». Sympa  !

Jean-Michel Blanquer, un spécialiste marqué à droite

Le Ministre de l’éducation est l’inspirateur d’évaluations en maternelle qui avaient, à l’automne 2011, provoqué un tollé. Il prend, en 2007, la direction de l’académie de Créteil, et s’y forge la réputation d’un recteur bouillonnant – l’« hyperrecteur » , donnant son feu vert à tous types d’expérimentations. Ce sont les débuts des internats d’excellence pour élèves méritants issus des milieux défavorisés.  Sans oublier la « cagnotte » pour les décrocheurs censée inciter les lycéens à plus d’assiduité. Payer les jeunes pour qu’ils ne sèchent pas les cours ? Le projet met en émoi la communauté éducative.

 

 

N’ oublions pas la garde rapprochée

DAAUBnWWAAA-kVN

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>