L’UE et Londres, le risque d’un divorce à l’arrache

Douvres-Bansky-Brexit

Le temps se réduit drastiquement pour mettre au point la sortie concrète du Royaume-Uni de l’UE, mais un déblocage des négociations à Salzbourg semble très hypothétique.

Le 29 mars 2019 à 23 heures, heure de Londres, le Royaume-Uni sortira de l’Union européenne. Voilà la seule chose certaine que l’on sait à propos du Brexit, puisqu’il figure dans une loi très difficile à modifier. Pour le reste, c’est toujours la confusion du côté britannique, deux ans et demi après le référendum du 23 juin 2016, et un an et demi après le début officiel des négociations.

«Même si les droits des citoyens ou le règlement de la facture du départ ont été décidés, on en est toujours au point de départ pour le reste, explique un diplomate d’un grand pays. Les questions centrales du marché intérieur et de la frontière entre les deux Irlandes ne sont toujours pas réglées et un « no deal » par accident est de plus en plus possible, ce qui serait catastrophique pour le Royaume-Uni et une mauvaise chose pour l’UE», puisque toutes les relations seraient interrompues d’une seconde à l’autre. Et, sauf surprise, aucun progrès n’est attendu au cours du sommet de Salzbourg qui a démarré mercredi.

Règle du jeu

Or l’horloge tourne de plus en plus vite : «S’il n’y a pas d’accord d’ici au 15 novembre, le gouvernement nous a expliqué qu’il ne serait pas prêt dans les temps, vu le nombre de lois qu’il doit faire adopter avant le 29 mars», poursuit le diplomate. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a déjà prévu un sommet extraordinaire début novembre afin d’essayer de parvenir à un accord à l’arraché. Le problème de fond est que le Royaume-Uni n’a toujours pas compris ou admis que c’est lui qui part.

«Depuis le début de cette affaire, on a l’impression que c’est l’UE qui quitte Londres», s’amuse un diplomate français. Dès le départ, les Vingt-Sept ont pourtant établi la règle du jeu : il n’est pas question que le Royaume-Uni se retrouve dans la même situation qu’avant le Brexit ou qu’il bénéficie des avantages du marché unique et de l’union douanière sans en supporter les contraintes. Or, quand la Première ministre, Theresa May, appelle les Etats membres à «faire un effort», c’est exactement ce qu’elle leur demande : «Depuis deux ans, les Britanniques nous proposent des solutions qui sont incompatibles avec nos règles», s’agace un haut fonctionnaire. Pour l’UE, il est hors de question de saucissonner le marché intérieur en acceptant une libre circulation des marchandises, des services et des capitaux, mais pas des personnes.

Pas de cadeau

De même, il n’est pas envisageable qu’un accès total au marché intérieur des marchandises puisse se faire sans respecter l’ensemble des normes réglementaires de l’UE, ce que souhaite pourtant Londres. Même chose pour l’union douanière puisque le Royaume-Uni propose d’y rester, afin de résoudre le problème de la frontière irlandaise, mais veut négocier librement des accords commerciaux avec les pays tiers. En fait, «les propositions britanniques reviennent toujours à leur donner un avantage par rapport à leur situation actuelle», résume un diplomate.

Le problème pour May est que, si les Vingt-Sept sont divisés sur à peu près tous les sujets, ils sont unis sur le Brexit. Personne ne veut lui faire le moindre cadeau, à la fois pour décourager ceux qui pourraient être tentés par un «exit» finalement pas si catastrophique, mais aussi pour éviter de donner au Royaume-Uni un avantage compétitif. «Il y avait deux solutions simples, écartées d’emblée par le gouvernement britannique, explique un diplomate. Soit le modèle norvégien, c’est-à-dire l’accès total au marché intérieur en respectant l’ensemble de nos règles, soit l’accord de libre-échange classique.»

C’est pour cela que les négociations sont dans une impasse dont on ne voit pas l’issue. La France, prudemment, va demander une loi d’habilitation au Parlement pour promulguer les ordonnances pour limiter les effets d’une rupture brutale en cas de «no deal». De fait, du jour au lendemain, les entreprises britanniques ne pourront plus exercer leur activité au sein de l’UE, les avions britanniques n’auront plus accès au ciel unique européen, les contrôles aux frontières seront rétablis… Un précipice vers lequel le Royaume-Uni fonce tout droit.

Jean Quatremer

Source : Libération 19/09/2018

GB: Démission de la ministre de l’Intérieur, coup dur pour Theresa May

© AFP/Archives / Par Florence BIEDERMANN | Amber Rudd le 25 avril 2018 à 10 Downing Street, à Londres

© AFP/Archives / Par Florence BIEDERMANN | Amber Rudd le 25 avril 2018 à 10 Downing Street, à Londres

La ministre britannique de l’Intérieur Amber Rudd a démissionné dimanche après plusieurs scandales entourant le traitement des immigrés par ses services, laissant la Première ministre conservatrice Theresa May en position de fragilité à quelques jours d’élections locales.

« La Première ministre a accepté ce soir la démission de la ministre de l’Intérieur », a déclaré un porte-parole de Downing street.

Amber Rudd, 54 ans, était sur la sellette depuis plusieurs jours après la révélation que ses services avaient des objectifs chiffrés pour expulser les immigrés clandestins. Elle avait tout d’abord nié être au courant de l’existence de tels objectifs devant une commission parlementaire.

« J’ai involontairement trompé la commission parlementaire des affaires intérieures sur les objectifs de déplacement des immigrés clandestins pendant leurs questions sur Windrush », a reconnu Amber Rudd dans sa lettre de démission à Theresa May.

Amber Rudd paie également pour le scandale dit de Windrush – le traitement des immigrés d’origine caribéenne arrivés au Royaume-Uni après la seconde guerre mondiale – qui a suscité une vague de colère dans le pays.

Les milliers d’immigrés venus des pays du Commonwealth entre 1948 – quand le Windrush, premier bateau transportant des migrants depuis les Caraïbes, a débarqué près de Londres – et le début des années 1970, pour reconstruire le pays après la Seconde guerre mondiale, avaient obtenu le droit de rester indéfiniment.

Mais ceux qui n’ont jamais réclamé de papiers d’identité en bonne et due forme se sont retrouvés traités comme des immigrés illégaux, courant le risque d’être expulsés s’ils ne fournissaient pas de preuve pour chaque année de présence au Royaume-Uni.

 

- « Situation inexcusable » -

Face au tollé soulevé par ces menaces d’expulsion, Theresa May avait été contrainte de s’excuser auprès des dirigeants de ces pays lors d’un sommet du Commonwealth à Londres du 16 au 18 avril dernier.

Lundi dernier, Amber Rudd avait dit « profondément regretter » cette situation, soulignant « l’importante contribution de la génération Windrush » au Royaume-Uni, et avait annoncé devant le parlement qu’ils pourraient obtenir la nationalité gratuitement.

Mais cette figure importante du gouvernement s’est à nouveau retrouvée en difficulté lorsqu’il est apparu que ses services avaient des objectifs chiffrés sur le nombre d’immigrés clandestins à refouler. La ministre avait dans un premier temps nié l’existence de tels objectifs ni en avoir connaissance, devant une commission parlementaire qui l’interrogeait mercredi dernier.

De nouvelles révélations, notamment dans le quotidien Guardian, sur l’existence d’un document intérieur semblant prouver qu’elle était au courant, ont rendu sa position intenable.

« L’architecte de cette crise, Theresa May, doit maintenant venir expliquer de façon honnête et détaillée comment cette situation inexcusable a pu se créer sous son ministère », a réagi sur Twitter la députée travailliste Diane Abbott, laissant ainsi entendre que Mme Rudd avait servi de fusible à Theresa May, ministre de l’Intérieur avant elle.

Le chef de la diplomatie Boris Johnson, chef de file des partisans du Brexit au sein du gouvernement, a rendu hommage dans un tweet à une « collègue de valeur qui a accompli un travail remarquable pendant les attentats de l’an dernier ».

La démission de cette fidèle, qui avait succédé à Theresa May à l’Intérieur en 2016, est un coup dur pour la Première ministre, qui va affronter le 3 mai des élections locales à valeur de test pour son gouvernement, déjà déchiré par le Brexit et qui dispose d’une très mince majorité au Parlement.

C’est aussi la quatrième démission d’un membre du gouvernement en six mois, après celles du ministre de la Défense Michael Fallon et du vice-Premier ministre Damian Green pour harcèlement sexuel, ainsi que de la secrétaire d’Etat au développement Priti Patel.

Theresa May doit aussi gérer la profonde division de son parti conservateur sur le Brexit. Amber Rudd faisait partie du camp des ministres europhiles partisans du maintien de liens étroits avec l’UE après le départ de l’Union, prévu en mars 2019, et son départ modifie aussi l’équilibre au sein du gouvernement.

 Florence Biedermann
Source AFP 30/04/2018

Utu exhumation d’un western crépusculaire

maxresdefault-620x350

Anzac Wallace, totalement possédé par son personnage. Photo dr

Cinéma
Après que l’armée britannique a massacré les siens, un soldat maori, d’abord au service de la Couronne, se venge. Reprise en version restaurée d’un néo-western totalement envoûtant.
Film maudit...

En 1983 le réalisateur Geoff Murphy vient présenter, à Cannes, hors compétition, le premier film néo-zélandais. Mais Utu ne connaît pas le même destin, que Le Seigneur des anneaux de Peter Jackson, bien au contraire. La carrière du film tourne court en raison de problèmes entre les producteurs qui finissent par avoir raison du film. Le film restera invisible pendant plus de 30 ans. L’œuvre ressort aujourd’hui en version restaurée et augmentée, portant fièrement les trois lettres rouge sang de son titre, Utu, qui en maori signifient « vengeance ».

Conflit colonial oublié
Les deux îles principales constituant la Nouvelle-Zélande  est l’un des territoires les plus tardivement peuplés de la planète. La date de l’arrivée des premiers Maoris s’établit entre 1250 et 1350. Le film évoque le grand conflit de la colonisation entre les Maoris et les Britanniques partiellement oublié dans le grand lissage de l’histoire occidentale. Après que les Néerlandais aient été reconduits par les Maoris au milieu du XVIIe siècle. La conquête britannique s’établit à travers le commerce. Elle s’opère dans les traces des  premiers pas du capitaine James Cook sur les côtes en 1770.

En 1854, le premier Parlement de Nouvelle-Zélande, établi par le Parlement du Royaume-Uni, conduit le pays vers une autonomie partielle. Cette période verra une explosion démographique.  En 1893, la Nouvelle-Zélande est le premier pays à donner le droit de vote aux femmes. Après les baleiniers, les missionnaires débarquent d’Europe pour un tout autre commerce, celui du « sauvetage des âmes ».

A cet égard, la scène où le prêtre anglican se fait décapiter en présence de ses fidèles appelés au retour des croyances animistes par le Maori renégat, est un vrai morceau d’anthologie cinématographique.

Absence de héros
La lutte hégémonique pour l’expansion coloniale entre la France et la Grande-Bretagne poussent les Anglais à obtenir à l’arrachée l’adhésion d’une grande partie des chefs maoris à un traité les liant à la Couronne. Le traité de Waitangi fera office de constitution de cette nouvelle colonie. Si le scénario autour de la vengeance s’avère assez classique, Utu révèle en toile de fond un contexte historique et culturel beaucoup plus singulier. La galerie des personnages qui se révèlent dans le feu des événements dresse le portrait d’un monde où la lutte pour le pouvoir fait basculer la société. Du révolté, au loyal, du fermier vengeur, au jeune soldat britannique et, même l’officier inflexible, « tous apparaissent victimes d’un système qui les dépasse et les projette les uns contre les autres ».  Les préjugés sont mis à rude épreuve dans la nouvelle grille de lecture que propose Utu du fait colonial.

JMDH

Le Blu- ray et DVD en précommande jusqu’au 7 mars

Source : La Marseillaise 22/02/1018

Wall Street connaît une « correction » supérieure à 10 %

 La Bourse de New York a terminé, jeudi, sur une forte baisse de 4,15 %. La Bourse de New York a terminé, jeudi, sur une forte baisse de 4,15 %. Bryan R. Smith / AFP

La Bourse de New York a terminé, jeudi, sur une forte baisse de 4,15 %.
La Bourse de New York a terminé, jeudi, sur une forte baisse de 4,15 %. Bryan R. Smith / AFP

La Bourse de New York s’est repliée de 4,15 % jeudi. Les marchés craignent un retour de l’inflation aux Etats-Unis et un relèvement plus rapide qu’attendu des taux de la Fed.

Volatilité. C’était le nouveau mot employé à Wall Street, pour ne pas avoir à dire que les marchés actions étaient entrés dans une phase baissière. Mais depuis jeudi soir 8 février, les opérateurs boursiers ne peuvent plus nier l’évidence : la Bourse connaît une « correction », c’est-à-dire une baisse supérieure à 10 %.

A New York, le Dow Jones a perdu ce jour 1 032 points à 23 860 points, soit un recul de 4,15 % tandis que le Nasdaq, l’indice riche en valeurs technologiques perdait 3,90 %. Cette chute, qui s’ajoute à deux forts reculs enregistrés les 2 et 5 février, fait que Wall Street se situe désormais 10,3 % en dessous de son record du 26 janvier. On ne peut pas encore parler de bear market – un marché baissier avec un recul supérieur à 20 % –, mais il n’empêche, l’euphorie sur la place new-yorkaise – la cote progressait avec une régularité de métronome depuis l’élection de Donald Trump, en novembre 2016 –, est brisée.

  • Vendredi 2 février : la hausse des salaires fait craindre un retour de l’inflation

Tout a commencé le 2 février avec la publication des bons chiffres de l’emploi par le département du travail américain. Non seulement les Etats-Unis ont créé 200 000 emplois en janvier, mais surtout les salaires ont augmenté, sur un an, de 2,9 %, contre 2,5 % auparavant.

Cette évolution est décisive. Depuis des trimestres, les économistes ne comprenaient pas pourquoi les rémunérations n’augmentaient pas plus, en dépit d’un taux de chômage tombé à 4,1 % de la population active, son plus bas niveau depuis le début du siècle. C’est désormais chose faite, et les opérateurs ont tendance à estimer que ce chiffre est durable, corroboré par les enquêtes de terrain qui montrent une pénurie de main-d’œuvre.

Deux conséquences, les salariés vont avoir un pouvoir de négociation renforcé et s’attribuer ainsi une part plus importante de la valeur ajoutée américaine, d’autant que la baisse de l’immigration légale et illégale constatée aux Etats-Unis devrait accentuer le manque de main-d’œuvre. Surtout, cette hausse des salaires fait craindre un retour l’inflation, laquelle risque de provoquer une hausse plus rapide qu’attendue des taux d’intérêts.

  • Lundi 4 : une Fed plus « faucon »

Lundi, justement, était la journée de prestation de serment du nouveau président de la Réserve fédérale américaine (Fed, banque centrale), Jay Powell. Ce républicain modéré n’est pas un macro-économiste keynésien obsédé par le retour au plein-emploi, comme le fut la démocrate Janet Yellen. Ancien avocat et homme de marchés, il veut éviter les bulles financières. C’est en tout cas sa réputation.

Les opérateurs de marché en ont déduit qu’il agirait de manière décisive pour remonter les taux de l’institution monétaire, peut-être à quatre reprises au cours de l’année au lieu de trois, comme l’avait laissé entendre la Fed en décembre 2017. Bank of America Merrill Lynch prévoit qu’in fine, en 2019, les taux de la banque centrale seront compris entre 2,75 % et 3 % (contre 1,25 %-1,50 % aujourd’hui).

  • Mardi 6 : le rebond, on cherche les coupables

Volatile : la démonstration semble faite mardi alors que le Dow Jones reprend 2,3 %. On cherche les responsables alors que le marché était depuis des mois des plus réguliers. Comme toujours, on incrimine les algorithmes des ordinateurs qui gèrent les fonds des épargnants.

Lorsque la Bourse dévissait, ceux-ci ont réalloué automatiquement des fonds, pour rééquilibrer les risques de leurs clients, en vendant des actions pour acheter des bons du trésor. Phénomène logique. La presse s’est penchée aussi sur des produits financiers qui assurent contre la volatilité des marchés. Et on a découvert que des petits malins avaient choisi de spéculer en vendant ces produits, persuadés que les places boursières resteraient calmes comme une mer d’huile. La volatilité est revenue, et ils ont perdu la moitié de leur mise, ce qui aurait accentué les turbulences.

En réalité, les banques sont ravies : le retour de la volatilité fait peur aux épargnants pères de famille et redonne de la valeur aux hedge funds et autres produits complexes, plus à même de traverser des montagnes russes et qui assurent de fortes commissions.

  • Mercredi 7 : Trump ouvre grand les vannes budgétaires avec le Congrès

Donald Trump s’agace. Lui qui vantait la Bourse comme étalon de son action positive sermonne les marchés financiers sur Twitter, tel le roi des Perse Xerxès (480 avant Jésus Christ) qui fit fouetter la mer pour avoir détruit un pont, l’empêchant d’envahir la Grèce. « Au bon vieux temps, lorsqu’il y avait des bonnes nouvelles, la Bourse montait. Aujourd’hui, quand il y a une bonne nouvelle, le marché baisse. Grave erreur, alors que nous avons tant de bonne (grandes) nouvelles sur l’économie », a protesté le président américain.

La grande nouvelle, c’est que Donald Trump et les républicains annoncent un compromis qui relève de 300 milliards de dollars (245 milliards d’euros) le plafond de la dette et est censé éviter une fermeture des institutions fédérales jusqu’en mars 2019. Surtout, il ouvre grand les vannes des dépenses budgétaires, militaires (165 milliards de dollars sur deux ans) et civiles (131 milliards de dollars).

Le compromis s’ajoute à la réforme fiscale, qui représentait un stimulus pro-cyclique et jugé inutile voire contre-productif par l’immense majorité des macro-économistes, de l’ordre de 0,7 point du produit intérieur brut (PIB) sur dix ans (1 450 milliards d’euros, financés à moins d’un tiers par d’hypothétiques surcroîts de croissance).

On retrouve donc une Amérique en croissance depuis plus de huit ans, au plein-emploi, avec un déficit budgétaire prévu de 5 % du PIB (il était de 3,5 % pour l’exercice budgétaire clos le 30 septembre 2017). Un chiffre jugé unanimement extravagant à ce stade du cycle économique.

Ce laxisme peut entraîner une hausse des rendements exigés par les marchés financiers et une hausse accrue des taux par la Fed pour lutter contre l’inflation. Certes les Américains sont protégés par le statut de valeur de réserve mondiale du dollar et ne peuvent a priori pas connaître le destin de la Grèce, voire de l’Italie, même si le système de l’étalon dollar de Bretton Woods avait fini par exploser en 1971 et 1 973 à cause des dépenses de la guerre du Vietnam. Il n’empêche, cette surchauffe accentue les risques d’atterrissage brutal de l’économie, voire de récession, alors que la croissance prévue par Merrill Lynch pour 2018 et 2019 est de 2,7 % et 2,2 %.

  • Jeudi 8, la Banque d’Angleterre sème la panique

Nouvelle baisse en Bourse. L’affaire a été provoquée par la Banque d’Angleterre, qui n’a pas remonté ses taux, les laissant au niveau de 0,5 %, mais qui a annoncé que la remontée amorcée en novembre 2017 pourrait être plus forte et intervenir plus rapidement que prévu pour ramener l’inflation autour de 2 %.

Cette annonce a fait remonter les taux à dix ans sur les bons du trésor américains, qui ont atteint 2,851 % jeudi contre 2,05 % début septembre 2017, et relancé la chute des actions.

Toute une relecture du passé est en cours : les Etats-Unis n’ont jamais connu de déflation, les salaires ont toujours augmenté, même si c’était faiblement. Bref, après n’avoir vu aucune mauvaise nouvelle pendant plus d’un an, les marchés voient le retour de l’inflation partout… et les ennuis qui continuent : jeudi soir, l’attitude de certains républicains, opposés à la dérive des déficits, et de l’aile gauche des démocrates, furieux que n’ait pas été traité le dossier de l’immigration, empêchait le vote du budget par le Congrès, et le pays connaissait son second shutdown en quelques semaines.

Arnaud Leparmentier

Source : Le Monde 8/02/2018

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Finance, Le Dow Jones perd 4,6 % à l’issue d’une séance chaotique, On line, Wall Street : comment expliquer le recul des Bourses dans le monde, Les marchés financiers craignent la fin de « l’argent facile » ,

Simon Starling et Maxime Rossi contre les fantômes au MRAC

IMG_4321Installations
Simon Starling et Maxime Rossi à découvrir au MRAC.  Un reflet des temps nouveaux qui tisse des liens alternatifs avec le monde d’hier pour que le courant passe entre les cultures.

Plus qu’un simple reflet du passé, les deux artistes présents au Musée Régional d’Art Contemporain (MRAC) de Sérignan proposent un flirt poussé avec la machine. Ils usent tous deux d’un parcours musical, comme si la meilleure façon de conserver un moment qui semble révolu était de la placer dans l’actualité, dans un temps habité de son et de silence.

« Le travail de Maxime Rossi se plait à convoquer des icônes musicales qui peuplent notre imaginaire collectif « , souligne  Sandra Patron, la directrice du MRAC qui assure le commissariat des deux expositions. Né en 1980 l’artiste parisien dont le travail a été présenté au Palais de Tokyo, au Museo Madre de Naples  ainsi qu’à la Biennale de Sydney en 2014, a conçu Chrismas on Earth Continued spécifiquement pour le MRAC. L’installation s’inscrit dans la lignée du travail que développe l’artiste autour du rapport émotionnel que la musique engage avec le spectateur, des procédés scéniques, et des techniques de sample.

IMG_4301

Chrismas on Earth Continued

Thriller psychédélique
Chrismas on Earth (1963) est l’unique film achevé de la figure légendaire de l’underground américain, Barbara Rubin, inspirée du recueil de poèmes Une saison en enfer d’Arthur Rimbaud. Une ode à la jeunesse et à ses tourments, au sexe et au Rock’n roll… Dans son installation, Maxime Rossi évoque cet événement qu’il  juxtapose avec le festival Chrismas on Earth continued qui eut lieu en 1967, au cours duquel Pink Floyd reprit le fameux morceau Louie Louie.

« J’ai cherché à faire des connexions entre ces deux événements au coeur de la contre culture des années 60, explique Maxime Rossi, si le festival resta dans les mémoires comme un naufrage commercial, financier, et artistique avec la déchéance physique de Syd Barret et d’Hendrix, il fut aussi l’objet de manipulations politiques. Dans un moment d’intense paranoïa aux Etats-unis, lié au contexte de la guerre froide,  les paroles de la chanson Louie Louie étaient vécues par le FBI comme un vecteur de pornographie. Ce qui n’était pas le cas, mais les agents du FBI ont passé des mois à chercher et retourner le texte de la chanson dans tous les sens pour y trouver un sens obscène. Tant et si bien que face à leur insuccès ils ont fini par inventer des paroles violentes

L’installation invite à une immersion corporelle dans un vaste espace sombre, où se mêlent faits réels, rumeurs colportées et faits alternatifs. Le visiteur pénètre dans un monde hallucinatoire qui reste cependant très référencé. La musique et les images sont mixées dans un système de rotation aléatoire sans fin et sans répétition. L’artiste ayant confié l’écriture spatiale et de sa partition à un ingénieur chargé de la finaliser avec la création d’un algorithme. « Quand on évoque l’époque psychédéliques, on pense souvent à des personnes défoncées mais c’est aussi une esthétique, une présence vague, une chose qui module sans cesse…»

IMG_4309

Simon Starling Photo Jmdi

Ghost stories
L’artiste anglais Simon Starling centre depuis vingt ans son oeuvre sur l’histoire dont il revisite les formes et la façon dont elles mutent à travers les époques et les cultures. Le MRAC propose quatre de ses derniers projets sous le titre A l’ombre du pin tordu.

Au XVIII e siècle l’inventeur Joseph Marie met au point les premières cartes perforées pour les métiers à tisser technique reprise au milieu du XIX par Charles Babbage pour la conception des premiers ordinateurs. Simon Starling qui a du nez, découvre à Turin dans une fabrique de textile un piano et une partition en hommage au son produit par les machines à tisser. De là naîtra  Red Green Blue, Loom music en 2015 à découvrir au 1er étage du MRAC.

Le deuxième projet présenté réinvestit la pièce At the Hawk’s Well montée par le poète dramaturge irlandais W.B Yeat au coeur des horreurs de la Grande guerre. Dans cette pièce se croisent le folklore Irlandais, le mouvement moderniste occidental et le Théâtre Nô. Cette fusion, issue de multiples collaborations inspire At Twilight (au crépuscule). Simon Starling rejoue la vive dramatisation du théâtre Nô en offrant une représentation saisissante des êtres présents qui infusent nos actes et nos pensées.

Avec El Eco, l’artiste nous entraîne au musée de Mexico City où une fresque murale réalisée en 1953 rend hommage à la fête des morts. Une réflexion sur le temps qui passe à travers un saisissant aller-retour entre passé et présent.

Le parcours se conclue en musique avec The Liminal Trio Plays the Golden Door, une installation qui imagine la rencontre possible entre trois musiciens migrants qui ont débarqué d’Europe à Elis Island aux Etats-Unis au début du XXe siècle. Un travail d’une grande force et d’une absolue poésie.

 Jean-Marie Dinh

Au MRAC Occitanie à Sérigan jusqu’au 18 mars 2018.
Rens : 04 67 32 33 05

Source : La Marseillaise 07/11/2017

Voir aussi : Actualité Locale, Rubrique Art, Art contemporain, La cosmologie Kiefer, Keith Haring, L’art on the beat, Leila Hida, Nicolas Fenouillat, rubrique Exposition,