Pour que vive l’esprit du 11 janvier

JamesAprès l’attentat contre « Charlie Hebdo » et l’exceptionnelle mobilisation du 11 janvier, il est difficile pour chacun d’entre nous de reprendre une vie normale. La réaction à de tels événements ne peut pas se limiter au seul sursaut citoyen, aussi fort et emblématique soit-il. La prise de conscience doit se poursuivre, pour redonner du sens au fameux vivre-ensemble. Une fois l’émotion retombée, il faut la transformer en actions de fond, durables et à la hauteur des enjeux. Le débat a besoin de s’engager au plus vite, tout le monde doit y participer. Et il y a urgence, afin que la période qui s’annonce n’attise pas les peurs, ne nourrisse pas les exclusions et ne fasse pas l’amalgame inacceptable entre terrorisme et islam.

L’art difficile du débat – Attention toutefois à ce que la réponse ne soit pas uniquement sécuritaire, même si ce volet est indispensable. Contrairement à l’Amérique post-11-Septembre, évitons le piège d’un « Patriot Act » à la française, qui doterait l’Etat de trop larges moyens de surveillance, sans transparence. D’autres leviers existent, qu’il nous faut mobiliser.

La réponse à la haine passe forcément par une lutte renforcée contre la radicalisation, en prison mais pas seulement. La première priorité est celle de l’école, avec la délicate tâche d’apprendre aux élèves l’art difficile du débat et du respect de l’autre. Les actions de prévention et de civisme, l’insertion et l’emploi, l’éducation populaire, les projets autour de la mémoire, la culture et le dialogue, la politique de la ville sont indispensables pour améliorer le vivre-ensemble.

Rôle des collectivités territoriales – Les collectivités sont en première ligne de ces différents combats. Dans une tribune publiée dans « La Gazette » , une fonctionnaire territoriale les appelle avec raison à s’interroger sur leur rôle au service de l’intérêt général et de la défense des principes républicains. « Oui, les politiques publiques mises en œuvre par les collectivités ont le pouvoir de faire évoluer les choses, lance-t-elle. Elles ont cette capacité d’amener les citoyens à se construire une identité et des opinions. »

Un constat d’autant plus vrai dans les quartiers, comme le souligne l’association Ville et banlieue, qui plaide notamment pour développer la participation des citoyens et donner les moyens de « faire ensemble ». La ville de Strasbourg va par exemple organiser une « conférence citoyenne » chargée d’élaborer des propositions concrètes pour éviter que la prise de conscience ne s’essouffle.

L’esprit du 11 janvier doit perdurer.

Source : La Gazette France 19/01/2015

Voir aussi : Actualité France, Rubrique Politique, Politique de l’éducation, rubrique Société, Citoyenneté, Education,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>