A propos admin

Author - Journalist

Fiest’A Sète. Une plongée dans l’histoire de la musique

Joe Bataan au Théâtre de la Mer, lundi. Photo JMDI

Joe Bataan au Théâtre de la Mer, lundi. Photo JMDI

Lundi, l’illustre Joe Bataan accompagné de Setenda et Orchestra Baobab, grands frères tout terrain de la musique sénégalaise, ont clôturé dans une  saisissante douceur,  l’édition 2017 de Fiest’A Sète.

On en redemande, mais il faudra attendre l’année prochaine. Fiest’A Sète est décidément un festival qui traverse les décennies en conservant les valeurs de sa ligne artistique. Une ligne qui  décèle les sources de la bonne musique partout dans le monde en s’intéressant aux hommes et à leurs histoires.

Joe Bataan était, au tournant des années 50 et 60, membre d’un gang portoricain du Spanish Harlem. Nourri d’influences black et latines, il a su trouver et partager son épanouissement dans la musique. Puissant dans ses racines latines soul, il a posé les jalons d’un style en combinant le chant doo-wop et les rythmes latins. Dans le cadre somptueux du Théâtre de la Mer, accompagné de Setenda, qui tourne comme une horloge suisse, Joe Bataan a mis ses 74 ans, à profit pour exposer la richesse de son répertoire, passant du latino crooner au rock gospel, en virant vers  la soul, le disco et le hip hop dont il fut aussi l’un des précurseurs, en toute simplicité évidemment.

Retour en Afrique de l’Ouest pour le second concert avec Orchestra Baobab. Spécialistes d’un style unique, délicieusement suranné, qui a fait danser des générations d’Africains avant de conquérir le monde. Baobab vient rappeler à la faveur d’une renaissance miraculeuse, la force des chants wolofs et sérères. Les envoûtantes harmonies casamançaises, dont le combo maîtrise le flux d’énergie à la perfection, nous transportent près du grand fleuve africain.

Inspiré de la rumba congolaise et des rythmes cubains, le son du Baobab continue de nous faire le plus grand bien. La tranquillité des musiciens, n’a d’égale que leur précision. Le public qui semble vivre un rêve éveillé,  ne s’y trompe pas, et finit la soirée le sourire fixé aux lèvres.

JMDH

Source La Marseillaise 09/08/2017

Voir aussi : Rubrique Afrique, Nigéria, rubrique Musique Mahmoud Ahmed rubrique, RencontreSeun Kuti : Libre petit prince de l’AfrobeatMory Kanté, rubrique Festival,

Deux psychologues seront jugés pour les méthodes de torture de la CIA après le 11-Septembre

128932_fr_image_26959James Mitchell et Bruce Jessen avaient encouragé l’utilisation de méthodes de torture comme la simulation de noyade, la faim ou le fait d’attacher les détenus dans des positions douloureuses.

Deux psychologues qui ont aidé à concevoir le programme d’interrogatoire de la CIA après le 11-Septembre seront jugés en septembre pour avoir encouragé l’utilisation de méthodes de torture comme la simulation de noyade (waterboarding), la faim ou le fait d’attacher les détenus dans des positions douloureuses. Un tribunal fédéral de l’Etat de Washington a autorisé lundi 7 août la tenue d’un procès au nom de trois anciens prisonniers, dont l’un est mort dans une prison de la CIA à la suite d’interrogatoires particulièrement violents.

Ce procès mené par l’ACLU, la grande organisation américaine de défense des libertés, sera le premier sur les méthodes de torture utilisées par les autorités américaines dans la « guerre contre la terreur ». Le tribunal a rejeté les tentatives du gouvernement américain d’obtenir un règlement négocié pour empêcher un procès public, arguant de la nécessité de protéger des renseignements classifiés.

80 millions de dollars

Les deux psychologues, James Mitchell et Bruce Jessen, avaient été recrutés par la CIA en 2002 pour concevoir et aider à mener des interrogatoires sur des suspects capturés en Afghanistan et ailleurs. Les deux hommes ont reçu un montant de 80 millions de dollars (68 millions d’euros) pour leur travail, notamment les interrogatoires de Khalid Cheikh Mohammed, le cerveau des attentats du 11-Septembre, et d’Abou Zoubaydah, un autre haut responsable d’Al-Qaida.

L’ACLU affirme que MM. Jessen et Mitchell sont responsables et ont profité financièrement de tortures illégales à l’encontre des trois plaignants : le Tanzanien Suleiman Abdullah Salim, le Libyen Mohamed Ahmed Ben Soud et l’Afghan Gul Rahman. Les deux premiers ont été libérés après plusieurs années de détention, alors que Gul Rahman est mort d’hypothermie dans une cellule de la CIA en novembre 2002, après ce que l’ACLU a décrit comme deux semaines de « torture brutale ».

« C’est un jour historique pour nos clients et tous ceux qui demandent que les responsables de la torture répondent de leurs actes », a déclaré l’avocat de l’ACLU, Dror Ladin, dans un communiqué.

« La décision du tribunal signifie que pour la première fois les personnes responsables du programme brutal et illégal de torture de la CIA seront confrontées aux conséquences judiciaires de leurs actes. Nos clients attendent justice depuis longtemps. »

Le tribunal a rejeté les arguments des psychologues selon lesquels ils n’étaient pas responsables de tous les interrogatoires de la CIA et n’avaient rien à voir avec les interrogatoires de deux des plaignants. Ils ont également affirmé ne pas être responsables de décisions spécifiques d’utiliser des « techniques d’interrogatoire renforcées » contre les plaignants, et s’être contentés de fournir à la CIA une liste de méthodes parmi lesquelles l’agence de renseignement américaine pouvait choisir.

Les deux psychologues ont appuyé leur argumentation sur le procès d’un technicien, après la seconde guerre mondiale, qui avait fourni du gaz Zyklon B pour les camps d’extermination, mais n’avait pas été tenu pour responsable des crimes de masse nazis. Ils ont également souligné que la décision d’utiliser ces méthodes de torture a été prise par la CIA et approuvée par le ministère de la justice et qu’ils ne pouvaient donc pas être tenus responsables.

Source : AFP Le Monde 8/08/2017

 

Voir aussi ;  Rubrique Etats-Unis,  rubrique HistoireQuand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu, rubrique Société, Justice, rubrique UE, L’Europe ne doit pas rester silencieuse après le meurtre de Giulio Regeni en Égypte, Rubrique Livre, Essais, Quand votre responsable vous ordonne de tourner le bouton…, Rubrique Rencontre Michel Terestchenko La torture une pratique institutionnelle,

On Line  rapport Sénat sur la torture à la CIA

Roman noir. Le feu nucléaire sous couveuse

 Catherine Fradier.  Photo dr


Catherine Fradier. Photo dr

Livre.  Dossier Kastor, éditions Au diable Vauvert 2017

Un thriller captivant et instructif qui rejoint la sombre actualité historique mais surtout contemporaine. A l’heure où nous commémorerons demain, l’explosion de la seconde bombe atomique tombée sur  Nagasaki, Catherine Fradier nous rappelle avec Dossier Kastor  que nous sommes loin d’en avoir fini avec la menace nucléaire.

En matière d’exploitation nucléaire, civile ou militaire, nous sommes tous plus ou moins conscients que les informations qui nous sont communiquées ont pour objet de nous rassurer.  Ce que confirme Catherine Fradier avec Dossier Kastor,  (Ed Au Diable Vauvert 2017) en plaçant au coeur de son intrigue la politique de l’Union Européenne face au terrorisme nucléaire. La romancière, scénariste lauréate du Grand prix de littérature policière pour La colère des enfants déchus, nous ouvre l’esprit sur des réalités totalement occultées par l’industrie du nucléaire.

Une fiction, certes mais provenant d’une auteure engagée qui s’est documentée plusieurs années avant d’écrire ce polar dont l’intrigue traverse le milieu ultra fermé du petit monde nucléaire. Invitée cette année au Festival international du roman noir de Frontignan (FIRN) elle y a évoqué sont long travail d’enquête.

« Je me suis intéressée de près au monde du nucléaire et j’en suis ressortie terrifiée, j’ai donc décidé d’écrire ce thriller pour expliquer aussi le péril que nous fait courir le nucléaire. La France est ultra nucléarisée, les citoyens ne l’ont pas décidé, c’est une volonté politique décidée par quelques X-mens, et nous, nous la subissons aujourd’hui. Les anti-nucléaires le sont justement parce qu’ils sont bien informés… Je me documente depuis huit ans et je peux dire que le nucléaire est une énergie extrêmement dangereuse. De l’avis quasi unanime des professionnels que j’ai rencontré, la question n’est pas de savoir s’il y aura un accident grave en Europe, mais quand celui-ci se produira. »

L’auteur casse l’image traditionnel dans laquelle se complet souvent le genre, en faisant évoluer l’enquête à travers les aptitudes de ses personnages, troquant au passage les flingues contre des doctorats d’économie ou d’énergie. On pénètre dans les arcanes bruxelloises de la Commission européenne sur les pas de Lauren la nouvelle commissaire à l’énergie et au climat qui a fort à faire pour se faire respecter face à l’état de guerre permanent qui règne entre les services, l’omniprésence des lobbyistes et le travail des taupes qui peuplent les étages. Au delà des sentences pertinentes dont elle fait preuve à bon escient, elle sera amenée à révéler sa vraie nature face à l’activisme écologiste et au terrorisme d’État de la mouvances radicales.

Une certitude nous vient à la lecture de ce très radioactif Dossier Kastor dont l’intrigue est conduite d’une main de maître. Nous commettons pour le moins une erreur d’appréciation en reléguant seulement les horreurs des bombes H dans les musées.  Mais dans nos démocraties, qui seraient inévitablement remises en cause en cas d’accident nucléaire, on aime tant danser sur le feu bercé par la propagande officielle. D’ailleurs, Catherine Fradier aime à se définir comme « une raconteuse d’histoire. »

JMDH

Source ; La Marseillaise 08/08/2017

Voir aussi : Rubrique Livre, Roman noirUn coeur noir de 20 ans au FIRN, rubrique Ecologie, rubrique DéfenseUn traité d’interdiction des armes nucléaires adopté à l’ONU, rubrique PolitiqueEdouard Philippe, un chef de gouvernement pas très « vert », Société civile, Face au lobby nucléaire, Ségolène Royal capituleUn accident nucléaire, c’est la fin de la démocratie, rubrique Rencontre

La chute de Macron dans les sondages, d’une ampleur quasi inédite sous la Ve République

170725-macron-cote-popularite-deligne

Deux mois après son arrivée aux affaires, Emmanuel Macron accuse une chute de popularité quasi inédite sous la Ve République, signe d’un profond hiatus entre la communication présidentielle et la « politique d’austérité » conduite par l’exécutif, analyse le politologue Jérôme Fourquet, de l’Ifop.

Q. Les enquêtes se suivent et se ressemblent, dix points de moins selon l’Ifop, huit selon Harris Interactive, sept selon YouGov, cinq selon Elabe…

R. C’est une baisse inégalée lors du premier été d’un mandat présidentiel sous toute la Ve République. A une exception près, celle de Jacques Chirac, élu en 1995 sur la réduction de la fracture sociale et qui avait annoncé un tour de vis sur la Sécu considéré comme un reniement de ses promesses électorales. Emmanuel Macron était à 54 % d’opinions favorables en juillet quand François Hollande était à 56 % en juillet 2012 et Nicolas Sarkozy à 66 % en 2007. La chute de popularité de Hollande était intervenue très rapidement mais avait été plus lente. Quant à Nicolas Sarkozy, il marchait toujours sur l’eau à la même période de son mandat.

Q. Comment expliquer ce soudain dévissage ?

R. C’est la résultante de mécontentements et de griefs divers qui émanent de catégories de la population très différentes. La baisse est particulièrement marquée dans la fonction publique, 18 points contre 10 en moyenne. Elle témoigne ici d’un mécontentement catégoriel et salarial : gel du point d’indice, retour du jour de carence vécu comme une mesure vexatoire, coupes budgétaires… Le deuxième foyer de mécontentement important, ce sont les retraités qui s’inquiètent vivement de la hausse annoncée de la CSG. Les critiques portent aussi sur l’attitude d’Emmanuel Macron à l’égard du général de Villiers. Beaucoup y voient un excès d’autoritarisme conjugué au reniement de la parole donnée sur le budget de la défense. A cela, s’ajoutent, plutôt dans l’électorat de gauche, des critiques sur la réception en grande pompe à Paris de Vladimir Poutine et Donald Trump. D’une manière générale, Emmanuel Macron sort de l’état de grâce pour rentrer dans l’atmosphère et assumer le coût politique de ses arbitrages.

C’est très clair sur un sujet phare de sa campagne, la suppression de la taxe d’habitation. A la suite du discours de politique générale d’Edouard Philippe, le trouble s’est installé parmi les électeurs les plus modestes qui pourraient en bénéficier mais ont compris qu’elle ne serait finalement appliquée que progressivement. Quant aux catégories les plus aisées, elles redoutent d’être une nouvelle fois les dindons de la farce et de payer pour tous les autres.

Q. Un clair avertissement pour l’avenir ?

R. Dans une partie de l’opinion commence à s’installer le sentiment d’avoir affaire à un grand séducteur et un communicant hors pair mais dont la communication hyper hollywoodienne et léchée est un instrument au service d’une politique d’austérité. Précisons que notre sondage a été réalisé avant l’annonce d’une baisse de cinq euros mensuels des APL et le coup de rabot de 300 millions d’euros pour les collectivités locales. Les Français mécontents ont l’impression qu’Emmanuel Macron poursuit exactement la politique antérieure, ce qui est d’autant plus paradoxal qu’il n’a de cesse de vouloir se démarquer des erreurs de son prédécesseur et entend incarner une « nouvelle politique ». Or c’est dans les premiers mois du mandat présidentiel que se figent l’image et la grille de lecture des Français. Et une fois que le pli est pris, il est très difficile de le défaire. Le risque qui guette aujourd’hui le président, c’est que les Français passent progressivement du « il est brillant et réussit tout ce qu’il entreprend » à « en fait, tout ça, c’est de la com’ ».

Source AFP 03/08/2017

Voir aussi :  Actualité France, rubrique Politique, Politique économique, Politique internationale, citoyenneté, Politique locale, Les collectivités au régime sec, rubrique Société opinion,

Disparition de Jean-Paul Curnier

© Marie Herbreteau

« La nuit n’est jamais complète. « Paul Eluard. © Marie Herbreteau

JEAN-PAUL CURNIER

Philosophe, écrivain, né à Arles en 1951.

C’est dans cette ville douce et orgueilleuse où se séparent les eaux du Rhône, au confluent de la chaîne des Alpilles et des déserts de la Crau et de la Camargue que le tourisme de masse n’avait pas encore transfigurées en parc à thème, qu’ont pris forme en lui les quatre vocations qui ne l’ont jamais quitté : la philosophie, l’anthropologie, la musique et l’écriture. Puis, il y eut des études à Montpellier et à Paris, et le reste du temps passé à questionner le raisonnement et à tenter de comprendre ce qui fait la force des évidences qui s’imposent à nous.

Le goût de l’exploration et de l’irrévérence dans le travail de la pensée et celui d’une liberté intellectuelle totale et inconditionnelle, l’ont poussé après plus d’une dizaine d’années d’enseignement à l’université à prendre le large et à préférer la solitude et l’amitié à toute forme d’adhésion, d’appartenance ou d’affiliation.

Auteur de nombreux articles – sur l’actualité, l’image, l’art, les media –, de films, de pièces pour le théâtre, d’ouvrages littéraires et d’essais philosophiques, il est également membre du comité de rédaction de la revue Lignes depuis 1989.

Il a été successivement :

  • assistant d’enseignement et chercheur à l’Université de Provence,
  • conseiller pour le développement culturel au Ministre de la Culture et auprès de la délégation française de l’UNESCO,
  • conseiller artistique pour la Grande Halle de La Villette,
  • puis enseignant dans les écoles d’art de Caen, d’Aix en Provence et de La Réunion.

Co-fondateur en 2000 des Éditions Léo Scheer, il créera et dirigera par la suite la collection «Manifeste» aux Éditions Lignes-Manifeste.

Après s’être réinstallé à Arles, en 2005, il se consacre plus particulièrement à l’écriture et intervient comme conférencier sur l’invitation d’établissements culturels ou d’enseignement supérieur.

Source Jean-paul Curnier.com

Voir aussi : Actualité France, rubrique Livre, EssaisProspérités du désastre, Philosophie, rubrique Politique citoyenneté, Politique économique, Société civile, rubrique  Débat, rubrique Société, Mouvements sociaux, rubrique Sciences Sciences Humaines,