Les stars de la techno in the room au Parc expo

blu-rayI Love Techno Europe reçoit les plus grands DJs de la scène internationale samedi 10 au Parc expo de Montpellier.

Né en 1995, I Love Techno est devenu au fil des éditions une institution dans le monde de l’électro. Ce festival a toujours été précurseur. Il a accueilli les plus grands DJs tel Richie Hawtin, The Prodigy, Justice ou encore Daft Punk. Développé en Belgique, il pose ses enceintes à Montpellier en 2011 en atteignant une fréquentation de 10 000 personne qui n’a cessé de croître pour atteindre 36 000 personnes en 2014 année où, victime de son succès, le festival est annulé pour des raisons de sécurité.
Bien que n’ayant pas rattrapé tous les déçus, le redémarrage en 2015, reste encourageant avec 20 000 personnes. Qu’en sera-t-il cette année ?

« Difficile de le savoir, indique le président de Live Nation France Festivals Armel Campagna, auparavant on avait 70% des réservations 7 jours avant l’événement, aujourd’hui nous n’avons plus de visibilité avant que les portes ne s’ouvrent. »
Côté logistique et notamment technique, tout est calé. La place du show, comme les créations lumières et les scénographies, distinguent par leur qualité cette manifestation. Un travail de terrain en lien avec les artistes du territoire est aussi apprécié. Il a bénéficié du soutien de la Métropole de Montpellier qui s’est impliquée en organisant un contest associant différents lieux de la ville pour valoriser les jeunes DJs du territoire qui se produiront samedi en warm up sur la Green Room.
Côté sécu et prévention aucun problème assure Armel Campagna : « Il faut éviter la stigmatisation en associant systématiquement les drogues à la techno. Sinon c’est un véritable hôpital de campagne. Si on est malade, mieux vaut venir à I love techno qu’au urgence. »

Mais l’argument majeur demeure la concentration des plus grandes stars  du genre dans le périmètre : Ben Klock, Marcel Dettmann, Dave Clarke, Laurent Garnier pour ne citer qu’eux.

JMDH

Service de tram et navette renforcé toute la nuit.

Source : La Marseillaise 09/12/2016

Voir aussi : Rubrique Musique,rubrique FestivalDernier cri, le festival qui laisse sans voixDernier cri. État de la culture techno, rubrique Montpellier, La Métropole berce la musique électro,

 

Centre d’Art Contemporain Montpellier : En attendant le Moco

Nicolas Bourriaud et Philippe Saurel déjà dans l’univers Lynchien de Mulholland Drive, . Photo JMDI

Nicolas Bourriaud et Philippe Saurel déjà dans l’univers Lynchien de Mulholland Drive, . Photo JMDI

Dès janvier, la Panacée, centre de culture contemporaine, va prendre une nouvelle orientation pour assurer la transition et donner la tonalité du futur Centre d’Art Contemporain. Philippe Saurel et Nicolas Bourriaud, en charge de la conduite du projet, en ont tracé la vocation.

 

Le projet de Centre d’art contemporain de Montpellier qui ouvrira en juin 2019 enfin dévoilé. Il s’appellera Moco, combinaison des deux premières lettres de “Montpellier” et de “contemporain”. « On vise la planète. C’est un projet public d’envergure, innovant, qui s’inscrit dans un modèle de ville durable en recyclant deux bâtiments historiques. Nous avons pris en compte dans la réflexion à la fois la proximité et l’international » s’enthousiasme le maire de Montpellier aux côtés de Nicolas Bourriaud, cofondateur du Palais de Tokyo et ancien directeur de l’école des Beaux-Arts de Paris.

« La France n’a pas connu de projet public de cette ampleur depuis le début des années 2000 », assure l’historien de l’art et éminent critique qui assure la direction de la Panacée, depuis février. Et le maire d’ajouter : « L’espace public est notre partenaire pour l’art contemporain. Les artistes y ont encore leur place. »

Il n’y aurait pas d’espace collectif sans artistes et pas d’artistes sans art… Ces propos relevant de l’argumentaire essentiel à l’art contemporain, soulèvent d’emblée un certain scepticisme. N’avons-nous pas assez vécu et abusé de la « tradition du nouveau » en politique comme en marketing ? Mais l’idée de décloisonnement qui préside au projet et s’inscrit véritablement dans la transversalité en fonctionnant sur la mise en réseau et la synergie des acteurs locaux, apparaît dans sa nature et son intention novatrice.

Défi de l’esprit et de l’ouverture

Rien de commun avec la précédente programmation de la Panacée qui a offert quelques propositions intéressantes sous le concept très générique des écritures numériques. On ne compte plus aujourd’hui les artistes emprisonnés dans cette manie de l’innovation numérique à tout prix, ni les hordes sauvageonnes se revendiquant du street art en peine de reconnaissance institutionnelle.

« Je crois à la singularité du regard, indique Nicolas Bourriaud, une pensée novatrice peut s’exprimer avec un stylo. Il n’y a pas de lien entre l’outil dont on use et ce qu’on exprime. » Localement l’ambition consiste à rattraper le retard. Montpellier n’a jamais décollé en matière d’arts plastiques.

Le projet contourne une partie de la problématique financière. Il n’y aura pas de collection mais de multiples connexions avec le monde. Il contourne aussi le paradoxe inhérent à l’idée de politique en faveur de l’art contemporain. A l’instar des FRAC qui devaient être gouvernés par un principe d’éclectisme et qui ont finalement adopté la logique de collection régie par un principe de cohérence en opposition avec l’idée même d’éclectisme.

Ces instruments de la décentralisation de l’art sont devenus les partenaires, voire les acteurs du marché de l’art. Avec comme corollaire la politique de commande publique qui néglige la création au profit de l’art d’Etat.

Rien de tout cela dans le futur Moco, pôle d’un réseau dont l’objet sera de répondre à la masse d’informations et d’assumer ses choix en provenance de toute la planète. Mais aussi de revenir dans le passé pour désigner les tendances esthétiques importantes dans ce qui forge notre sensibilité.

En janvier la première expo constituera une rêverie inspirée de l’oeuvre de David Lynch. La démarche citoyenne et ouverte de ce centre d’art du XXIe siècle apparaît bien en cohérence avec le monde d’aujourd’hui.

JMDH

Compléter et consolider la place de Montpellier dans l’art

IMG_2533

Le Centre d’Art Contemporain tient  de longue date une bonne place dans la boîte à outils culturelle de Philippe Saurel dont le diplôme en histoire de l’art et l’expérience en urbanisme le rendent plus sensible aux arts plastiques qu’au spectacle vivant. Adjoint d’Hélène Mandroux en charge de la culture, le futur maire et Président de la Métropole de Montpellier évoquait déjà l’idée d’implanter un Centre d’Art dans les locaux de l’ancienne mairie.Trois jours après son élection, il transforme le Musée de l’histoire de France et de l’Algérie, lancé par son mentor Georges Frêche,  en Centre d’art contemporain. Dans l’ancienne résidence militaire de l’hôtel Montcalm, les travaux sont réorientés pour accueillir cette nouvelle institution qui aura pour nom Moco.  Le projet de Centre d’art contemporain tendra à consolider la place croissante qu’occupe Montpellier dans le secteur culturel, et plus particulièrement dans le domaine de l’art. Il complète les « outils » publics déjà existants, tels que le musée Fabre (Beaux-arts), le Pavillon populaire (photographie), le Carré Sainte-Anne (art contemporain), le Pavillon Bagouet (artistes régionaux), la galerie St Ravy (nouveaux talents). Le Moco constituera avec la Panacée et l’Ecole des Beaux-arts un trio dédié à l’art contemporain.

Source : La Marseillaise 07/12/2016

Voir aussi : Actualité Locale, Rubrique ArtArt contemporain. Chambres à dessin à la PanacéeLe Centre d’art contemporain à l’heure du scénario, Le Crac livre le paysage aux artistes, Le Mrac pousse ses murs avec  Bruno Peinado, Le dessin dans le champ de l’art, rubrique Exposition, rubrique Montpellier Politique, Politique culturelle,

 

Israël : dans les Territoires, la spoliation s’accélère

Un Palestinien protestant contre la colonisation, près du village de Deir Qaddis (Cisjordanie), le 13 juillet.? Photo Mohamad Torokman. Reuters

Un Palestinien protestant contre la colonisation, près du village de Deir Qaddis (Cisjordanie), le 13 juillet.? Photo Mohamad Torokman. Reuters

Après dix ans de procédure, des Palestiniens expulsés par des colons à Amona ont obtenu gain de cause. Mais l’extrême droite entend faire voter une loi qui légaliserait les expropriations.

Imaginons que des gens s’installent sur un terrain ne leur appartenant pas en exhibant de faux titres de propriété, qu’ils y construisent des maisons et qu’ils refusent de s’en aller malgré une décision de Cour suprême leur enjoignant de le faire. Tout ça, avec l’accord d’un gouvernement qui ­déploie une énergie folle pour les aider à contourner la décision judiciaire. Incroyable?? Pas en Israël. Du moins, pas dans les territoires ­occupés par ce pays puisque c’est bien en Cisjordanie, sur des terres privées appartenant à des villageois ­palestiniens de Silwad, de Taybeh et d’Ein Yabroud, qu’a été créée en 1995 la ­petite colonie d’Amona comptant aujourd’hui une quarantaine de famille (200 personnes).

Soutenus par l’ONG israélienne de défense des droits de l’homme Yesh Din, une ­dizaine de propriétaires ­palestiniens qui réclamait la restitution de leur patrimoine ont, au terme de dix ans de procédure, obtenu gain de cause devant la ­justice de l’Etat hébreu.

Dépouillés

Mais les ­colons n’en ont cure?: ils refusent d’appliquer l’arrêt de la Cour suprême leur ­ordonnant d’évacuer avant le 25 décembre. C’est pour ­contourner cet arrêt que le parti ­d’extrême droite «Foyer juif», ainsi que la plupart des députés du Likoud (le parti de Binyamin ­Nétanyahou) promeuvent un projet de «loi de régularisation» permettant de «blanchir» la ­spoliation des terres privées palestiniennes par les colons.

Le texte, dont l’examen par la Knesset a débuté mercredi, a été adopté en première lecture. Il prévoit en substance que les Palestiniens spoliés ne pourront plus s’adresser à la justice ­israélienne pour récupérer les ­terres dont ils ont été dépouillés. Celles-ci seront ­considérées comme expropriées, moyennant une indemnité pouvant atteindre 125?% de la valeur du bien ou un lopin équivalent.

Certes, la nouvelle loi ne «blanchira» pas Amona ­puisque le cas de cette colonie a déjà été jugé et que la régularisation ne peut être ­rétroactive. En revanche, elle ­protégera les nombreuses autres colonies de Cisjordanie, ainsi que des parties de colonies érigées dans les m­êmes circonstances. Soit, 55 «avant-postes» (des petites colonies créées sans l’accord de l’Etat hébreu) et 4?000 logements.

Paradoxalement, Nétanyahou n’est pas très favorable à la «loi de régularisation». Parce qu’elle lui a été ­extorquée par le Foyer juif et par la frange la plus extrémiste des députés du Likoud, mais également parce que le procureur général de l’Etat, ainsi que le conseiller juridique de la Knesset, ­estiment que ce texte est «contraire au droit». Donc, qu’il risque d’être retoqué par la Cour suprême. En outre, ­Nétanyahou redoute les suites diplomatiques et les ­condamnations internationales que le vote de la nouvelle loi pourrait entraîner. Il n’exclut pas non plus que l’Autorité palestinienne saisisse la Cour pénale ­internationale et que lui et ses ministres soient ­contraints de lui rendre des comptes.

Bobard

Mais les colons et le Foyer juif n’en n’ont cure. Pour l’heure, ils jubilent. «Certes, notre victoire n’est pas complète puisque nos ­frères d’Amona devrons s’installer ailleurs mais, dans l’ensemble, cette loi de régularisation change le visage de la colonisation tel que nous le connaissions depuis cinquante ans, fanfaronne Bezalel Smotrich, un colon de Beit El qui est également le député le plus actif du Foyer juif. Ce texte est important parce qu’il supprime des obstacles au retour du peuple juif sur la terre que Dieu lui a donnée. En fait, il pave la voie à l’annexion d’une partie de la Judée-Samarie [la Cisjordanie, occupée, ndlr]. C’est notre prochaine étape.» Contacté par téléphone, Smotrich semble en tout cas se moquer des réactions internationales à cette «régularisation». «Ce n’est pas le sujet», tranche-t-il. Quant au fait que des Palestiniens soient spoliés, il affirme qu’il s’agit d’un bobard?: «Ces terres n’ont jamais été occupées par personne, qu’est-ce qui prouve que ces gens-là en sont propriétaires ?? Tout ça, c’est bidon. Il s’agit d’une fausse affaire montée artificiellement en épingle par des ONG gauchistes afin de nous discréditer.»

De leur côté, les colons d’Amona, appuyés par des centaines de sympathisants d’extrême droite venus de tous les coins d’Israël, promettent d’accueillir «comme il se doit» les 3?000 policiers, gardes-frontières et agents du Shabak (Sûreté générale) chargés de les déloger avant la fin du mois.

 

Source : Libération 07/12/2016

En quittant Matignon, Manuel Valls a laissé une mauvaise surprise à Bernard Cazeneuve

En partant, Manuel Valls a laissé un dossier brûlant à Bernard Cazeneuve et Jean-Jacques Urvoas. Photo  Jacky Naegelen / Reuters

En partant, Manuel Valls a laissé un dossier brûlant à Bernard Cazeneuve et Jean-Jacques Urvoas. Photo Jacky Naegelen / Reuters

Un décret signé par l’ex-premier ministre la veille de son départ provoque la colère de la Cour de cassation qui craint pour son indépendance.

POLITIQUE – Il ne devait pas s’attendre à un tel dossier. En arrivant à Matignon, Bernard Cazeneuve va devoir assumer le dernier décret signé par son prédécesseur Manuel Valls. Il concerne l’autorité judiciaire et inquiète passablement la Cour de cassation. La plus haute juridiction du pays s’est émue de ce texte au point d’interpeller directement le nouveau premier ministre par une lettre relayée sur les réseaux sociaux.

Le premier président et le procureur général près la Cour de cassation demandent à être reçus en urgence par Bernard Cazeneuve pour obtenir des informations que le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas ne leur a pas donné après la publication du décret en date du 5 décembre.

De quoi s’agit-il? La Cour de cassation redoute une nouvelle brèche dans l’indépendance de la justice. Depuis 1958, un décret établit une inspection générale des services judiciaires qui contrôle les tribunaux et cours d’appel et a une fonction d’audit sur les tribunaux, cours d’appel et sur la Cour de cassation. Or, le nouveau décret signé par Manuel Valls et Jean-Jacques Urvoas ne fait plus de distinction entre les juridictions et fait entrer la Cour de cassation dans ce champ de compétence.

Une cassure depuis le début de l’état d’urgence

Les magistrats ne redoutent pas une emprise du pouvoir exécutif sur les décisions de justice mais ils pointent le souci symbolique causé par le décret. Jusqu’à présent, le contrôle de la Cour de Cassation est assuré par elle-même puisqu’elle fait une fois par an un rapport sur son fonctionnement à l’occasion de sa rentrée solennelle. La Cour des comptes peut aussi scruter l’organisation et le fonctionnement de l’institution judiciaire; mais il s’agit d’une instance indépendante pas d’un organe sous le contrôle direct du ministère de la Justice, donc du pouvoir exécutif.

Et quand on demande aux magistrats, s’ils soupçonnent une erreur administrative ou une volonté politique de reprendre la main, ils sont explicites. A la Cour de cassation, on note que depuis le début de l’état d’urgence en novembre 2015, le pouvoir exécutif n’a eu de cesse de grignoter ce fondement de l’état de droit qu’est l’indépendance de la justice. La décision de confier le contrôle de l’état d’urgence au Conseil d’Etat et non à la Cour de cassation a déjà créé beaucoup de remous.

Sans compter les déclarations de François Hollande dans son livre Un président ne devrait pas dire ça qui avait conduit le président de la République à recevoir les plus hauts magistrats du pays. Se sentant humiliés, les magistrats de la Cour de cassation avaient conduit le chef de l’Etat à adresser une lettre d’excuses à tous les juges.

Alexandre Boudet

Source Huffington Post 07/12/2016

Voir aussi :  Actualité France, rubrique Politique, Le nouveau Gouvernement Cazeneuve, rubrique Société, Justice, Citoyenneté,

On Line Courrier du Premier président de la Cour de cassation et du Procureur général au Premier ministre @BCazeneuve https://t.co/PivyAo8vfc pic.twitter.com/OryQUaEtzr Cour de cassation (@Courdecassation) 7 décembre 2016

Kléber Mequida : « Nous maintenons l’orientation et le budget culturel en 2017″

Kléber Mesquida : "«?Nous reconduirons l’actuel directeur de sortieOuest dans ses fonctions dans le cadre de l’Epic Hérault Culture?»

Kléber Mesquida : « « Nous reconduirons l’actuel directeur de sortieOuest dans ses fonctions dans le cadre de l’Epic Hérault Culture »

Le président du Conseil départemental de l’Hérault Kléber Mesquida (PS) revient sur le volet culture du transfert de compétences entre le Département et la Métropole de Montpellier ainsi que sur les incidences de l’accord qui devrait être scellé jeudi 8 décembre lors de la dernière rencontre à la Chambre régionale des comptes.

 

Les négociations difficiles que vous avez entreprises avec Philippe Saurel autour de la compétence culturelle sont à l’origine de profondes inquiétudes notamment autour de l’avenir de sortieOuest. Pouvez-vous éclaircir la situation ?

Je constate une certaine agitation dont le dessein m’apparaît assez politique. J’ai répondu par courrier au Collectif des spectateurs de sortieOuest pour leur préciser l’attachement que le Conseil départemental porte à la culture. Il n’est pas question d’abandonner sortieOuest. J’en veux pour preuve le budget constant pour 2017 que nous maintenons sur la base de 2016 ; soit 810 000 euros. Cela dans un contexte, c’est important de le préciser, où le Département de l’Hérault se doit de réduire son budget de 54 millions d’euros en 2017. Le budget culturel global est maintenu autour de 12 M.

L’association sortieOuest sera-t-elle dissoute ?

Oui, l’association laissera place à l’EPIC Hérault Culture dans lequel s’intégreront les activités culturelles du Domaine de Bayssan, et probablement d’autres structures ayant la même vocation comme la Cigalière à Sérignan…

Que va-t-il advenir du personnel de l’association ?

L’EPIC Hérault Culture, permet la gestion d’une activité de service public de nature industrielle et commerciale. Il intégrera tous les personnels qui dépendront de la comptabilité publique. Ce type d’établissement ne permet pas les déficits.

Cela pourrait avoir pour conséquence de faire perdre à sortieOuest son label de scène conventionnée attribué par l’Etat à un projet spécifique ?

Dans le cadre des négociations nous sommes également en contact avec l’Etat et la Région Occitanie qui pourraient renforcer leur participation notamment financière.

Cela ne présume pas nécessairement de la reconduite du projet mené actuellement ?

Il n’y a aucune raison de modifier ce projet qui répond bien à la politique culturelle conduite par le département et garantit un service public de la culture sur le territoire. Nous avons l’intention de reconduire les fonctions de l’actuel directeur dans le cadre de la nouvelle structure.

Concernant les programmations de saisons du Domaine d’O à Montpellier, que va-t-il se passer ?

A défaut d’accord, la Métropole de Montpellier devrait hériter de la compétence culturelle sur le haut du Domaine. C’est-à-dire du Théâtre Jean-Claude Carrière et de l’Amphithéâtre d’O.

Quid du Théâtre d’O ?

La salle du Théâtre D’O deviendra une salle de réunion et de réception ce qui constitue déjà une partie de sa vocation.

Quel avenir pour les festivals ?

Nous avons proposé à la Métropole de conserver trois mois de programmation pour assurer leur pérennité, la négociation n’est pas totalement terminée.

Là encore que devient le personnel ?

Dans le cadre du transfert de compétences le personnel sera affecté à des tâches équivalentes. Nous allons lancer un appel au volontariat et nous nous tiendrons à l’écoute en prenant en compte les critères d’ancienneté, la situation familiale… Nous mettrons en application le droit du travail.

Le travail de communication n’a-t-il pas fait défaut justement, pour accompagner les changements ?

C’est possible. Cela a sans doute favorisé les crispations.

Il semble que le transfert concernera 8 compétences. Les agents concernés dans le secteur social craignent un recul de la qualité du service rendu…

Dans un premier temps il peut y avoir un manque de visibilité pour savoir à quel guichet s’adresser mais l’usager bénéficiera des mêmes services et la gestion de l’APA (NDLR Allocation personnalisée d’autonomie) demeurera dans sa totalité départementale.

Recueilli par J-M Dinh

Source : La Marseillaise 06/12/2016

Voir aussi : Rubrique Politique, Politique culturelleDernière saison d’hiver au Domaine d’O ?, Politique Locale, rubrique ThéâtresortieOuest un théâtre de toile et d’étoiles reconnu et défendu, Dossier. Théâtre en péril, fin d’un modèle à Montpellier et dans l’Hérault, SortieOuest archives, Rubrique Rencontre, Béziers, le débat déconstruit la mystification,  rubrique Montpellier,