Matière Bouysse de coffrage naturel

004004534

Comme si le décor prenait possession des êtres vivants Photo dr

Roman
Avec «Glaise», Franck Bouysse signe un nouveau roman lyrique et intimiste qui pose un pied dans l’histoire pour se crotter les bottes sur le chemin boueux de la grande guerre.  L’auteur de « Grossir le ciel » s’impose comme un écrivain majeur du polar rural français. On pourra le rencontrer ce soir à Montpellier où il est l’invité de la librairie Sauramps

Franck Bouysse partage son temps entre un petit hameaux en Corrèze et Limoge où il enseigne la biologie, science du vivant qui recouvre une partie des sciences de la nature et de l’histoire naturelle et celle des hommes et de leur environnement. Cela, il a particulièrement su le mettre à profit dans son travail d’écrivain, tout comme ses origines rurales.

Son oeuvre compte plus d’une dizaine de romans. Le premier, paru en 2004 avait pour titre La paix du désespoir. Trois ans plus tard sort son premier roman noir L’entomologiste chez un éditeur limougeaud Lucien Souny. Ce titre, entame une trilogie qui revisite les grands mythes du romans noir autour de la figure énigmatique du personnage de H.

Franck Bouysse voue une passion pour le roman noir mais c’est avant tout un amoureux de la littérature anglo-saxonne. Irvin, Melville, Joyce… marquent ses lectures de jeunesse comme Faulkner et Steinbeck. Le fait d’avoir été  classé auteur de roman noir importe peu pour lui. Il peut se sentir proche de Cormac McCarthy, Jim Harrison ou de Ron Rash pour le rapport à la nature :  « On a passé une soirée ensemble avec Ron, et nous en sommes venu à la conclusion qu’il était un auteur de l’eau et moi d’un auteur de la terre » ,  mais pour le reste : « l’étiquetage c’est très français, ce sont des histoires de marketing éditorial, moi j’écris des histoires

CVT_Grossir-le-Ciel_7634Le style Bouysse se révèle avec Grossir le ciel « l’histoire de deux types dans les Cévennes en plein hiver avec un chien », (La manufacture des livres 2014), prix polar SNCF, plus de 100 000 exemplaires vendus. D’un point vue formel, ce court roman n’a pas grand chose du roman noir, même si l’histoire mêle énigme familiale et suspens permanent. Ce sont la puissance des personnages, leur espace intérieur, et la langue de Franck Bouysse, atmosphérique, sèche, précise et poétique qui nous emporte.

L’auteur juxtapose deux solitudes paysannes dans un monde qui menace leur condition de vie. L’émotion et la violence humaine surgit des personnages avec une portée dramatique qui offre aux lecteurs  des  moments de lecture exceptionnels.

Tragédie de la solitude
arton5674Avec Glaise son dernier roman, toujours à La Manufacture de Livres, Bouysse charrie des images puissantes qui traversent l’histoire. Dans un village des monts du Cantal, les hommes partent pour la Grande Guerre.

Une nouvelle fois, l’auteur ne décrit pas la nature comme un décor, mais comme un environnement qui prend possession des êtres vivants, avec cette fois la guerre pour concurrente.

Comme dans le roman de Giono Le grand troupeau, qui orchestrait le chant rural des femmes avides à la chair esseulée, on ne sait rien ou presque de ce qui se passe au front. Bouysse pose son cadre à l’arrière.

Autour de trois fermes, la première est celle des Valette, le fils est parti à la guerre, le père un infirme brutal et sa femme accueillent leur nièce et sa mère qui ont fui la ville. Dans la seconde résident le vieux Léonard et la Lucie, soucieux de transmettre les valeurs en perditions que la guerre étouffe. Dans la troisième, il ne sont plus que deux, la mère et le fils après le départ du père suivi du décès de la grand-mère.

Entre ces personnages et leurs désirs qui se heurtent au piège de l’existence, l’écrivain dessine avec maîtrise un éveil des sens, à travers une cohabitation de la violence et de l’humanité.

JMDH

Rencontre avec F. Bouysse autour de Glaise, à Montpellier le 20 octobre Librairie Sauramps, à 19h, entrée libre.

Source La Marseillaise 17/10:2017

Voir aussi : Rubrique Festival  Livre, rubrique  Roman noir, Rubrique Littérature,

Les pièces Vénitiennes. L’étranger utile doit bien tenir sa place

Julien Guill : «  Nous avons choisi de croire en la révolte de Shylock et d’Othello. »  Photo dr

Julien Guill : « Nous avons choisi de croire en la révolte de Shylock et d’Othello. » Photo dr

Montpellier Théatre
Avec « Les pièces Vénitiennes » sous titrées « Le procès », la compagnie Provisoire se saisit de deux pièces de Shakespeare pour aborder le sort de l’étranger.

La singularité de recherche de la Cie provisoire est d’inventer des spectacles désencombrés de toute la machinerie théâtrale pour préserver la relation entre les acteurs et les spectateurs ; pour les faire se rencontrer autour d’un texte, d’une forme, d’une idée ou d’une thématique. Il s’agit ici du procès de l’étranger mais peut être aussi du nôtre.

L’usurier Shylock qui, dans Le Marchand de Venise, demande à être remboursé de l’argent qu’il a prêté ? Condamné ! Le général Othello qui, dans Othello, épouse la femme vénitienne qu’il aime ? Condamné ! Et pourquoi ? « Je suis juif », affirme le premier quand le second s’interroge : « Parce que je suis noir ? »

L’antisémitisme et le racisme se lisent dans ces deux pièces shakespeariennes où piège et machination sont le sort réservé à l’étranger utile qui ne sait pas rester à sa place. Celle que la société lui a assignée et peut lui confisquer tout en lui arrachant plus encore, pour peu qu’un Antonio ou un Iago se donne pour mission de le rappeler à l’ordre.

La mise en scène de Julien Guill se concentre dans Les pièces vénitiennes sur les violents affrontements qui éclatent entre le juif-Shylock et le chrétien-Antonio d’une part, le Maure-Othello et le Vénitien-Iago de l’autre. Il fait des idées son épicentre, et pour ne pas atténuer leurs secousses, écarte le réalisme favorable à l’identification. Ainsi donc, deux femmes traversent Le Marchand de Venise et un homme blanc, Othello. Il s’agit moins de mettre en scène des personnes que les points de vue qu’elles véhiculent. Un propos sur le sort des migrants au coeur du défi, des tensions et soubresauts dramatique s qui interpellent notre société et dérangent les politiques.

Ce soir à 20h, mercredi à 19h15 au Théâtre La Vignette à Montpellier.

Voir aussi : Rubrique Théâtre,Sur les traces de Rithy Panh, Otage de sang, rubrique Danse, rubrique Montpellier,

Retour à la vie civile après la boucherie

Le jeu du masque  maquille la vérité comme il peut la dévoiler. Photo dr

Le jeu du masque maquille la vérité comme il peut la dévoiler. Photo dr

 

Cinéma


Au revoir la-haut, l’adaptation du roman de Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013 raconte l’histoire d’amitié entre deux poilus sortis traumatisés de la Grande Guerre. Avec Laurent Lafitte et Nahuel Perez Biscayart, réalisation signée Albert Dupontel. Donné en avant première en présence du réalisateur au Gaumont Multiplexe de Montpellier.

L’intrigue suit celle du livre,  Édouard Péricourt et d’Albert Maillard, deux poilus qui, quelques jours avant l’Armistice de 1918, échappent de peu à la mort à la suite de l’excès de zèle mortifère du lieutenant Pradelle qui déclenche un dernier assaut aussi meurtrier qu’inutile. L’un se retrouve défiguré, l’autre, paranoïaque. Sur les ruines du carnage de la Première Guerre mondiale, chacun va tâcher de survivre : Pradelle va construire sa fortune sur le dos des morts tandis qu’Albert et Édouard, condamnés à vivre, vont tenter de monter une arnaque monumentale.

Dans le roman de Pierre Lemaître, la mise en scène était remarquable. Dans sa valeur documentaire comme dans son engagement, le livre pose la question du devenir des vétérans qui rentrent chez eux amoindris physiquement et psychiquement, comme celle du profit matériel et politique offert par les conflits guerriers à la perversité des spéculateurs. Si elle paraissait tout indiquée l’adaptation cinématographique de cette oeuvre n’en était pas moins risquée.

Une belle histoire sur l’Histoire
On pénètre d’entrée dans un  contraste saisissant entre la détresse du front et les salons de l’aristocratie parisienne d’où est issue Edouard Péricourt (Nahuel Perez Biscayart). Dupontel opère des coupes qui réduisent la profondeur des personnages mais il parvient à restituer ce moment insaisissable de la mémoire et de la sensibilité commun aux combattants. La reconstitution historique est léchée, les décors et les costumes, un véritable plaisir pour les yeux.

Dans le rôle du très méchant lieutenant arriviste Pradelle (Laurent Lafitte) frise la caricature tandis que Nahuel Perez, tire partie de sa gueule cassée pour se déployer, morphine aidant, dans un univers féerique.  On pense à Jean Marais dans LaBelle et la bête de Cocteau. L’acteur argentin éclaire l’irréel en opposition au monde du pouvoir pragmatique de son père très bien campé par Niels Arestrup.

Au revoir la-haut, est une belle histoire sur l’histoire. Il fait planer l’ombre du passé et ses atrocités sous un angle qu’on aurait préféré plus critique – le film nivelle quelque peu l’esprit de roublardise des deux poilus avec le calcul froid de la classe possédante et de ses laquais politiques. Il demeure cependant de bonne augure, à l’heure où les va-t-en-guerre sans mémoire ressurgissent aux quatre coins du globe.

JMDH

Sortie en salle le 25 octobre.

Source ; La Marseillaise 28/09/2017

Bande annonce

Voir aussi : Rubrique Cinéma, rubrique Livre, Littérature,

Pour les mots qui nous font grandir

La Baignoire, un espace vert qui fait respirer la création. Photo dr

La Baignoire, un espace vert qui fait respirer la création. Photo dr

Theâtre, auteurs, lectures
La Baignoire, le  laboratoire  des écritures contemporaines, livre ses bourgeons aux trois saisons.

Le projet est vaste et chaque année reconduit. Béla Czuppon et la petite équipe de la Baignoire jardinent avec passion et humanité pour le fleurissement des écritures dramatiques. Au 7 rue Brueys à Montpellier, beaucoup passent leur chemin les yeux sur le bitume. C’est à peine si l’on tourne la tête dans cette rue sans commerce. La Baignoire y brasse pourtant un lot d’auteurs, de comédiens, de programmateurs, d’artistes et de publics dans un petit espace, une cinquantaine de places, parfaitement atypique.

Quel serait la place de la recherche,  de la foi dans la création, du goût pour l’essai, si la vertu des textes contemporains était juste de transformer le réel brut ? A peu près celle d’une Baignoire élément essentiel d’un écosystème pour la rareté de son planton dont tout le monde s’empare sans se soucier de préserver la source.

Vingt auteurs programmés

« Bonne nouvelle ! La Baignoire continue contre vent et marées, toujours avec des moyens dérisoires à promouvoir les écritures contemporaines !, écrit le capitaine du lieu sans déconcerter grand monde.

Cette année plus de vingt auteurs feront entendre leur voix portées par des équipes artistiques d’ici. La saison s’ouvre les 7 et 8 octobre avec Sweetie de l’écrivain photographe Philippe Malone qui aborde la question de la fermeture aux mutations du monde et à l’autre, le jeune ou l’étranger pour préserver des certitudes en péril. Lecture du comédien  Alex Selmane sous le regard de Stéphanie Marc.

Les 24 et 25 novembre les spectateurs pourront suivre le dyptique Mémoire et Résistance proposé par la compagnie montpelliéraine Le cri Dévot qui mène une recherche  théâtrale autour de textes documentaires, de témoignages et de récits. 146 298 et En ce temps-là, l’amour… sont des récits introspectifs où s’entremêlent les notions de devoir de mémoire et de transmission. Un jeune ados recompose le passé de sa grand-mère à travers les chiffres de son tatouage. Un père enseigne les valeurs humaines à son fils dans le wagon qui le mène à Auschwitz. Mise en scène Camille Daloz, avec les comédiens Emmanuelle Bertrand et Alexandre Carafelli.

Les 8 et 9 décembre, on pourra retrouver L’Origine du Monde version Nicolas Heredia avec la complicité de Marion Coutarel. Une réflexion sur la valeur des choses, de l’argent, de l’aventure, à partir d’une copie d’assez mauvaise facture du tableau de Courbet.

« Mon grand-père amenait ses maîtresses chez lui et faisait l’amour avec elles en couchant ma mère dans le même lit. Ma grand-mère, dont c’était le deuxième mari, demanda le divorce. Après avoir fait mine de vouloir se tuer avec un couteau de cuisine, il accepta gentiment. Ma grand-mère se remaria avec un gigolo, et mon grand-père épousa sa secrétaire qui avait trente ans de moins que lui.» On touchera aux conditions du vrai témoignage avec Mon Grand Père de Valérie Mréjen mis en scène par Dag Jeanneret du 14 au 16 décembre.

La saison se poursuit jusqu’en  mai, avec notamment les intégrales de la Baignoire, des déjeuners lecture entre midi et 13h, proposés par Hélène de Bissy, où l’on découvre des nouvelles d’auteurs féminins. A souligner également, le travail croisé entre l’Université Montpellier 3 et l’ENSAD autour de la traduction et la découverte d’auteur avec la Maison Antoine Vitez, sous la direction de Béla Czuppon.

Bref, en suivant de prêt la programmation de la Baignoire, on réalise que les écritures contemporaines, ne supposent pas une concentration de connaissances de l’auditeur. Elles ne font pas d’ellipses trop raides, d’associations d’idées trop rapides, et relèvent davantage de l’ouverture curieuse que  d’une culture spécialisée.

L’entreprise Baignoire est un prétexte pour s’interroger sur la littérature contemporaine, son statut, sa place, son influence dans notre vie. Vaste projet aujourd’hui un peu trop à l’étroit !

JMDH


Programme complet : www.labaignoire.fr

Source La Marseillaise 28/09/2017

Voir aussi Actualité locale: Rubrique  Théâtre, rubrique, rubrique Montpellier, rubrique Littérature, Lecture,

Brian Aldiss, fin de l’escale

L'écrivain Brian Aldiss est mort le 19 août, à l'âge de 92 ans. Photo DR

L’écrivain Brian Aldiss est mort le 19 août, à l’âge de 92 ans. Photo DR

L’écrivain et essayiste britannique, légende de la science-fiction, est mort le 19 août à 92 ans.

Une de ses nouvelles avait tellement fasciné Stanley Kubrick que le réalisateur avait rêvé pendant vingt ans de l’adapter. Ce fut fait par Steven Spielberg sous le titre d’Intelligence artificielle (IA, 2001). Brian Aldiss avait écrit cette histoire d’enfant androïde qui désespère de toucher le cœur de sa mère adoptive en 1969 pour la revue Harper’s Bazaar. L’écrivain britannique, grand maître de la science-fiction, récusait cette seule étiquette. «Je ne suis pas qu’un auteur de SF, disait-il à Libération lors d’une rencontre à Paris en 2001, devant un whisky dans un café du quartier de Saint-Germain qu’il affectionnait tous deux. Je suis un écrivain avant tout.» Ce grand homme tenait alors avec classe ses 75 ans et publiait en français chez Métailié un crépusculaire roman de genre, Mars la blanche, en même temps qu’une fiction crétoise facétieuse, la Mamelle de Némésis.

(…)

Ses sujets rejoignent alors les préoccupations sociales et expérimentales du courant de la SF anglaise, la New wave, apparu dans les années 60, dont il sera une des figures avec J.G. Ballard et John Brunner. Comme eux, il collabore à la revue qui l’incarne, New Worlds, dirigée à partir de 1964 par Michael Moorcock. Son roman Croisière sans escale (1958) raconte la rencontre de Roy Complain avec un vaisseau naviguant depuis tant de générations de Terriens que ses passagers en ont oublié pourquoi ils sont là. «L’histoire que voici est celle d’une idée sublime», souligne le prologue. Ce roman mal reçu à l’époque est désormais un classique. Son expérience à Sumatra et en Birmanie lui inspire un recueil de nouvelles post-apocalyptiques (le Monde vert, 1962, prix Hugo). En 1968, il imagine une tour implantée en Inde au début du XXIe siècle qui permet l’observation d’une population enfermée subissant sa surcroissance. La Tour des damnés, réédité en 2013 aux éditions du Passager clandestin, fait alors écho à des préoccupations de l’époque explorées aussi dans des dystopies de Harry Harrison (Soleil Vert, 1966) ou de John Brunner (Tous à Zanzibar, 1968).

Frédérique Roussel

article complet

Source : Libération 21/08/2017

Voir aussi : Rubrique Littérature, Littérature Anglo-saxone,