« Venir malade au bureau est un acte héroïque »

XVM337a98ae-c111-11e6-a909-05ab8ac13ad0

INTERVIEW – Les Français adeptes du présentéisme ne reculent devant rien. Pas même devant la maladie. La sociologue du Travail Danièle Linhart décrypte ce phénomène pour Le Figaro.

«Qui ne sent point son mal est d’autant plus malade», dit Antiochus dans la tragédie «Rodogune» de Pierre Corneille. Cette réplique devrait être méditée par un grand nombre de Français… Si l’on en croit une récente étude publiée par le site Monster.fr, pas moins de 35% des salariés se rendent à leur travail même lorsqu’ils sont malades! Une abominable bêtise en matière d’hygiène, de santé, et de bien-être au travail. Toutefois, ne nous arrêtons pas à la première lecture. Ce chiffre cache un mal que ne sentent pas – pour en revenir à la citation précédente – les salariés français, même s’ils sont bel et bien malades.

Ce mal, c’est le présentéisme. Un mal contre lequel il est difficile – voire impossible pour certains – de lutter. La preuve: à cause de ce phénomène, l’acte de venir au travail même lorsqu’on est malade est transformé en un acte héroïque. Celui d’un héros cornélien? La sociologue du travail Danièle Linhart explique ce que cache ce phénomène, qui encourage le proverbe selon lequel les absents ont toujours tort.

LE FIGARO. – Depuis quand les Français se rendent-ils au travail alors qu’ils devraient rester au lit?

Danièle Linhart. - C’est un phénomène que l’on observe depuis une dizaine d’années environ… Pourquoi? Parce que, même si l’on est malade, être absent est très mal vu. Le management moderne est ainsi fait: la gratitude et les primes sont pour les présents! Quelqu’un qui n’est pas là ne peut pas être digne de confiance. Au-delà de cela, l’individualisation de la gestion des salariés fait qu’aujourd’hui, chacun a ses propres tâches à accomplir… Et si l’on n’est pas là, il est naturellement impossible de réaliser ses tâches! On observe également une dernière tendance qui s’accentue: la suspicion quant à la légitimité d’une absence…

Lire aussi: L’art d’être présent au bureau même lorsqu’on est absent!

On ne croit plus les salariés qui se disent malades?

Disons plutôt que le doute subsistera toujours! Être malade est devenu quelque chose de difficilement avouable… Aujourd’hui, il y a un discours omniprésent – également véhiculé par le monde du travail – de la santé, du bien-être et de l’hygiène qui implique que si un employé est malade, il en est forcément le responsable! Les gens n’ont jamais été aussi responsables de leur santé. Être en forme est devenu une obligation, et l’on ne peut faire confiance qu’à quelqu’un qui néglige son hygiène de vie. D’un côté, il faudrait se rendre au travail afin de prouver que l’on est un bon soldat, et de l’autre se soucier de sa santé – et de celle de ses collègues en restant chez soi!

Un choix cornélien qui penche vers le présentéisme… Un bon salarié est donc un salarié qui vient malade au bureau?

C’est la réponse qui est le plus souvent plébiscitée en effet… Il y a une certaine fierté dans l’acte de venir malade sur son lieu de travail. Évidemment, les gens qui sont malades sont très remarqués: ils toussent, éternuent… et disent qu’ils sont malades.

Ils se targuent donc d’être malades auprès de leurs collègues?

C’est un acte courageux que l’on met avant, effectivement! On constate une héroïsation du salarié qui a le courage de venir travailler alors qu’il est diminué physiquement. C’est un accomplissement !

Quentin Périnel

Source : Le Figaro 14/12/2016

Voir aussi : Actualité France Rubrique Société, Emploi,  Santé, Travail,  rubrique Economie,

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>