En Inde, les intouchables se rebellent et font grève

Le leader des dalits, Jignesh Mewani,  septembre 2016. © Sam Panthaky/AFP

Le leader des dalits, Jignesh Mewani, septembre 2016. © Sam Panthaky/AFP

Selon la Constitution de 1950, le régime des castes a été supprimé en Inde. Or, la ségrégation est toujours de mise notamment dans les métiers. Ceux qui sont hors caste, les dalits, pauvres parmi les pauvres, nettoient le pays des cadavres et des excréments. Suite à une énième humiliation, ils se sont mis en grève dans l’Etat du Gujarat, celui du Premier ministre Narendra Modi.

On les appelle «intouchables», eux utilisent le terme de Dalit, ce qui signifie «brisé» ou «opprimé». L’Inde compte 200 millions de dalits sur 1,2 milliard d’habitants. Malgré la Constitution, la discrimination de caste est toujours aussi vive en Inde. Les dalits n’ont droit à rien. Ni dans les campagnes, ni dans l’Inde moderne qui envoie ses enfants à l’université et des fusées dans l’espace.

Le dalit reste cantonné aux tâches ingrates. Equarisseur de vaches sacrées ou nettoyeur de latrines. Qui plus est, les dalits sont des boucs émissaires faciles, subissant la haine de la société pour un rien. En quatre ans, les crimes contre les dalits ont augmenté de 40%. Ainsi fin juillet dans la ville d’Una au Gujarat, des miliciens se proclamant défenseurs des vaches sacrées, s’en sont pris à quatre dalits, les accusant d’avoir tué un de ces bovins.

Sur le reportage de l’AFP, on peut voir les quatre malheureux passés à tabac à coup de barres de fer. Une humiliation de trop pour les dalits qui ont multiplié les manifestations souvent violentes dans l’Etat du Gujarat. Un policier y a même trouvé la mort.

Parallèlement, ils ont cessé leur travail depuis deux mois, refusant de ramasser les cadavres de vaches dans les rues. Selon le leader du mouvement, Jignesh Mevani, la communauté dalit se réveille et refuse désormais toute discrimination. Plus récemment, une femme enceinte et sa famille, qui participaient au mouvement de grève des dalits, ont été attaquées à coup de bâtons par des membres de la haute caste des darbars.

Que cela se déroule dans l’Etat du Premier ministre Narendra Modi n’est sûrement pas le fruit du hasard. Nationaliste et conservateur, il a souvent été accusé de faire le jeu du fondamentalisme hindou avant son élection en 2014. Les «ultras» fleurissent un peu partout dans le pays, réclamant notamment de remettre à l’honneur le régime des castes.

Jacques Deveaux

Source : Geopolis 04/10/2016

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Asie, Inde, Rassemblement d’Intouchables contre les violences et les discriminations, rubrique Politique, rubrique Société, Mouvements sociaux, Religion, rubrique Brics,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>