Tsipras, Poutine et l’ Europe : une partie d’échec d’enfer !

920227951Quand deux joueurs d’échec comme Tsipras et Poutine se rencontrent, cela donne des boutons aux joueurs de monopoly de l’Union européenne. Les coups sont précis, efficaces, à long terme. Le premier ministre grec a rencontré mercredi son puissant homologue russe. Cela ressemble à la mise en place d’un Plan B pour la Grèce sur l’échiquier russo-européen. Les caciques des institutions germano-européennes s’en étranglent de rage, voyant dans la Grèce de Tsipras le cheval de Troie de la Russie en Europe ! Un vrai bonheur.

Le président russe a insisté sur la reprise des relations économiques entre les deux pays, dont les échanges ont diminué quasiment de moitié en 2014, expliquant : « Nous devons analyser ce que nous pourrions faire ensemble pour rétablir ces échanges ». Et un cavalier prêt à bouffer des pions européens !

Alors que des points de blocage subsistent entre la Grèce et ses créanciers (Union européenne et Fonds monétaire international) en vue du déblocage d’une tranche vitale d’aide financière, cette visite suscite l’inquiétude de ses partenaires européens. Bien qu’aucune demande officielle pour un prêt de la Russie à la Grèce n’est été faite, cela reste une possibilité ouverte. Par contre, le ministre russe de l’Économie, Alexeï Oulioukaïev, a évoqué la possibilité d’assouplir pour la Grèce l’embargo alimentaire décidé l’été dernier contre l’Union européenne en raison de la crise ukrainienne ! Un sacré débouché pour l’agroalimentaire grec. Voilà qui fait gonfler les aliboffis des technocrates de l’U.E. qui s’égosillent à rappeler « que les questions commerciales relèvent de la compétence exclusive de la Commission ». Tè, fumes ! qu’il leur répond Tsipras.

Pourquoi quand la Grèce s’occupe de ses propres intérêts c’est une violation de la solidarité européenne ? Pourtant la Grèce n’a jamais caché qu’elle était opposée aux sanctions économiques contre la Russie. Elle est donc cohérente avec elle-même. Et d’autres pays européens pourraient lui emboîter le pas. Les producteurs agroalimentaires français en seraient les premiers bénéficiaires. Et un fou qui menace la tour européenne.

On peut raisonnablement penser que Tsipras et Poutine ont dû aborder la possibilité de prolonger jusqu’à la Grèce le projet de gazoduc « Turkish stream » entre la Russie et la Turquie, ou encore la possibilité d’ouvrir la recherche pétrolière sous-marine prometteuse dans les eaux grecques aux compagnies russes. Et un fou qui prend position.

La Grèce de Tsipras n’a pas que l’allié russe (orthodoxe comme elle) dans son jeu. Il a donné aussi quelques gages de bonne volonté aux Chinois en acceptant la poursuite de la privatisation du port du Pirée. Ceux-ci sauront s’en souvenir en espèces sonnantes et trébuchantes au cas où l’U.E. serait assez stupide pour pousser la Grèce hors de la zone euro… Et une avancée de pion efficace.

Et ce n’est pas tout. Alors que M.Tsipras faisait ses bagages pour aller à Moscou, son sémillant ministre des finances, M.Varoufakis était…aux Etats-Unis. Rappelons que dans le programme de Syriza, il y avait une sortie immédiate de la Grèce de l’Otan et la remise en cause des droits accordés à l’alliance qui font de la Crète une de ses principales bases navales en Méditerranée. Alexandre Tsipras a mis en attente ces exigences, juste avant les élections. Voilà qui pourrait expliquer la position d’Obama trouvant inopportune « l’austérité » imposée à la Grèce par l’U.E. ! Encore quelques pions judicieusement placés.

Et puis, Poutine a dû être sensible aux positions de la Grèce non seulement contre les sanctions de l’U.E. à l’encontre de la Russie, mais encore contre le gouvernement ukrainien, contre l’austérité, contre les diktats de l’Allemagne, contre la politique d’isolement de la Russie. Le président russe a dû aussi être sensible aux remerciements de son homologue grec « pour s’être porté au secours de nos frères orthodoxes en Crimée » !

Les têtes d’œufs de l’Union européenne doivent attraper une sacré migraine. Cruel dilemme pour ces apprentis sorciers pleins de morgue et de mépris pour cette Grèce, le pire des « pigs » comme ils disent avec l’élégance qui caractérise les germano-européens du Nord. Tenir la ligne dure, et c’est à court terme l’éclatement de la construction européenne. Céder à presque tout ce que demande Tsipras, c’est-à-dire abandonner les politiques d’austérité imposées par l’Allemagne et c’est voir l’Espagne, le Portugal, l’Italie voire la France se ranger du côté des thèses grecques. Avec comme conséquence le renvoi aux calendes…grecques de la politique d’austérité établie et imposée par l’Allemagne à son seul profit, libérant ainsi l’Europe de ce nouveau joug allemand. Là, c’est la reine Merkel qui est directement sous la menace de la tour grecque 

On pourrait continuer comme ça cette belle partie d’échec. Tsipras avance ses pièces sur tout l’échiquier : avec la Russie évidemment, avec la Chine, avec les autres pays des BRICS. Mais aussi avec les États-Unis qui tremblent de se voir virer de leurs positions navales en Crête. Là, c’est carrément le roi qui est sous la menace…

Passionnante la partie. Non ?

Victorayoli

Blog Médiapart 09 avril 2015 |  victorayoli

Voir aussi : Rubrique UE, Grèce, Syriza « La volonté d’un nouvel équilibre politique », Russie,

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>