Enfin une histoire du plaisir féminin qui tient

Jean-Claude Piquard, sexologue clinicien, signe chez H&O « La fabuleuse histoire du clitoris » objet de luttes idéologiques. Incontournable !

Campagne de Osez le féminisme pour le plaisir sexuel féminin

Campagne de Osez le féminisme pour le plaisir sexuel féminin

La pornographie accessible aujourd’hui en un clic ne saurait remplacer le manque criant d’éducation à la sexualité et moins encore nous éclairer sur les mystères clitoridiens. Même Pierre Perret qui a su nous décrire l’engin de sa passion en long et en court est passé à côté. Par manque de documentation sans doute, puisque l’organe érectile  du plaisir féminin est représenté au mieux comme un petit point sur les planches anatomiques  des cours de SVT quand il n’en n’est pas le grand absent.

« Le clito  demeure cet inconnu impensé, invisible, réduit à une sorte d’ersatz de pénis atrophié », appuie Julie Muret d’Osez le féminisme. Un bien piètre destin pour cet organe surdoué du plaisir féminin, qui cumule plus de 10 000 terminaisons nerveuses, mesure 11 cm de long au repos et se déploie dans tout le bassin féminin. Le clito est toujours objet d’ignorance, voire de dénigrement et de mutilations.

En France la recherche  est quasi inexistante, et les fonds manquent pour approfondir l’étude. « Les représentations en matière de sexualité féminine n’ont pas évolué depuis Freud. Les femmes seraient séparées en deux catégories : celles bloquées au plaisir clitoridien,  à un stade infantile, et les autres, accédant au plaisir vaginal, considéré comme supérieur et adulte » analyse encore Muret qui signe la préface de La fabuleuse histoire du Clitoris (Editions H&O 2013).

«Vous en saurez plus sur le clitoris en lisant les magazines féminins qu’en fréquentant la sexologie médicale », témoigne l’auteur du bouquin, Jean Claude Piquard qui nous convie à un voyage dans l’histoire sexuelle de l’Occident, qu’il conviendrait mal de qualifier de nouvelle quête du Graal.

images

Le clito découvert au XVIIe
Le parcours historique illustré nous rappelle que dans l’antiquité, la sexualité était considérée comme une source de plaisir naturelle sans limite. Le plaisir actif de l’homme était alors la règle et justifiait toutes les pulsions de la puissance virile y compris dans les pratiques pédophiles. Le viol de femmes et d’hommes des castes inférieures était autorisé. Bref, c’était le culte du phallus à tout va.

L’auteur confie ne pas avoir mis la main sur la moindre représentation antique du clitoris. On sait en revanche que l’excision était largement pratiquée en Egypte. Au Moyen-Age, émus par les pratiques impudiques, ce furent les barbares germaniques (rapidement singés par le clergé) qui firent casser ou cacher le sexe des statuts. Les femmes ne disposent d’aucun droit jusqu’à l’émergence du culte de la Vierge qui leurs donne un nouveau statut confirmé par le mariage sacré au concile de Latran en 1250. La sexualité est libre dans ce cadre mais rythmée par de nombreuses périodes d’abstinences.

A la Renaissance, les moeurs des riches tendent à un retour vers le modèle antique. Ce n’est qu’au XVIIe que la médecine découvre le clitoris. L’organe associé à la volupté est reconnu comme un facteur positif pour être lié à la fertilité. Ce qui ne dissuade pas le chirurgien de Louis XIV de préconiser l’excision comme « remède à la lascivité féminine ».

Au fil des découvertes et des progrès de l’imprimerie, la médecine progresse. Au siècle des Lumières, le clitoris trouve place dans le dictionnaire. A cette époque que Dr Tissot affirme que la masturbation rend sourd. Les femmes dotées d’un grand clitoris inquiètent les hommes de sciences et la bourgeoisie cherche à économiser le plaisir pour privilégier la force de travail.

Au XIXe on réprime la masturbation avec des clitoridectomies punitives pour les récalcitrantes. Dans les années 1880, l’ensemble du corps médical et de l’église reconnaît le processus de procréation et le terrible verdict tombe : le clitoris n’y participe pas. Pour le clitoris commence  une longue descente aux enfers !

On sait aujourd’hui que le clitoris est un organe indispensable au plaisir et donc à la liberté des femmes officiellement plus mis en cause.

Jean-Marie Dinh

La fabuleuse histoire du Clitoris H&O éditions, 16 €

Source L’Hérault du Jour14/11/2013

Voir aussi : Rubrique Livre, rubrique Société, Droit des femmes, Religion, rubrique Histoire,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>