Crise et budgets culturels : l’effet domino

1-france-s-culture-minister-albanel-speaks-with-villa-medici-director-mitterrand-at-the-french-academy-in-rome_320

Les ministres

Financement. Dans un contexte de forte houle où la culture se trouve dans la tempête, la Région et le Département de l’Hérault engagent un bras de fer aux effets dévastateurs.

Après avoir engagé les vagues de décentralisation permettant aux collectivités territoriales d’assurer le développement de politiques culturelles, l’Etat y porte un coup cinglant à travers la réforme des collectivités et la suppression de la taxe professionnelle. Ce qui est présenté dans la nova langue du gouvernement comme une mesure de cohérence revient sur le terrain politique à la prise en compte des enjeux de pouvoir qui s’exercent sur les territoires régionaux pour en prendre le contrôle ou y exercer son influence.

Le contexte national

On l’aura compris, l’Etat n’a désormais plus les moyens de financer seul de grandes infrastructures. Face à cela et au-delà de l’opportune vitrine que pouvait leur offrir la culture, les collectivités territoriales se sont saisies de missions culturelles pour donner du sens à leur politique, pour exprimer ce qu’elles entendaient faire sur leur territoire, et pour tisser du lien avec les populations. Parallèlement, les financements croisés associant l’Etat et les collectivités se sont développés présentant l’avantage de dépasser les logiques souverainistes. L’arrivée de la crise va-t-elle revenir sur le chemin parcouru?? On peut le craindre dans notre région où les dernières échéances électorales ont laissé traces et rancunes.

La situation locale

freche

Le seigneur

Acteurs culturels et artistes s’interrogent, et chacun à son niveau peut témoigner de l’inquiétude qui règne. Au climat de récession générale, vient en effet s’ajouter un conflit ouvert entre le Département de L’Hérault et la Région. La suppression d’une subvention régionale de 200 000 euros au Printemps des Comédiens dans le cadre des financements croisés semble être à l’origine* du transfert des hostilités sur le terrain culturel.  » Nous avons appris cette décision par courrier en avril dernier, explique Daniel Bedos, cela a impacté la programmation. Alors qu’il faudrait que le rassemblement autour de l’art et de l’imaginaire accompagne la crise, on est dans la situation inverse. « 

La création payera l’addition

dede

Le président du CG

La suppression de cette enveloppe dont une partie devait revenir au soutien des compagnies régionales s’est traduite dans les faits. Le nombre de troupes soutenu est passé de quatre à une entre l’édition 2009 et 2010.La vitrine culturelle du Conseil général ne semble pas pour autant remise en cause.  » Le Printemps des Comédiens devrait dépasser son objectif d’autofinancement qui était cette année de 25%, assure le vice-président du Conseil général Jacques Atlan, nous subviendrons au désistement de la Région par un rééquilibrage de notre participation sur des projets culturels régionaux. Je précise cependant que contrairement à ce qui a été dit concernant le festival de Radio France, nous avons maintenu notre participation à hauteur de 100 000 euros pour les concerts gratuits de Jazz dans l’Amphithéâtre D’O. C’est une décision politique, Frêche a fait pression sur Koering pour que le transfert ait lieu aux Ursulines.« 

Le cofinancement menacé

l'artiste

l'artiste

Le budget culturel 2011 (10M à 11M d’euros) du Département n’est officiellement pas bouclé. Mais des coupes pourraient s’opérer dans la participation du Conseil général en direction de l’Orchestre et de l’Opéra ainsi que pour le Festival Montpellier Danse… » Nous sommes très attachés à ce que les financements croisés se poursuivent notamment dans les centres nationaux, indique François Duval, en charge du spectacle vivant à la Drac LR. Il n’est pas souhaitable que L’Etat se trouve dans un rapport bilatéral avec une collectivité. Au-delà des apports financiers, la lecture que peut avoir telle ou telle collectivité garantit une pluralité et la pérennité de la structure. »

Mais le principe de cofinancement qui vaut pour le CDN et le CCN ne pèsera pas de la même manière pour les structures culturelles de tailles moyenne. Et a fortiori pour les petites compagnies et le monde artistique en général qui redoutent que le fossé ne se creuse et qui savent d’ores et déjà qu’ils seront les premières victimes. Vous avez dit dégâts collatéraux ?

 * La Région Languedoc-Roussillon n’a pas donné suite à notre demande d’information.

Voir aussi : Rubrique politique culturelle, Garder des forces pour aller à l’efficace, Régionales : visions croisées sur l’enjeu de la culture , le modèle français,

Billet

La culture au coeur du politique

La saison de la culture brille actuellement de ses mille feux comme une cigale peu soucieuse de la bise future. Mais au contact des acteurs culturels et artistiques, l’inquiétude est prégnante. Car la crise s’abat aveuglément sur tout le secteur. De la réduction des budgets d’Etat aux contraintes des collectivités, on taille au sabre et le pire reste sans doute à venir. Dans les réunions de couloir, on prétexte que la culture ne fait pas partie des priorités, que l’urgence est ailleurs… en oubliant les retombées indirectes dont les études démontrent qu’un euro investi dans la culture en génère six. La récession culturelle qui se dessine concerne les artistes, les responsables culturels, les personnels techniques, administratifs et d’accueil mais aussi le secteur du tourisme le commerce local, les transports… Trop vite oubliés, les commerçants d’Avignon descendus dans la rue au cœur du conflit des intermittents en 2003 pour qu’on « leur rende leur festival ».

L’argument n’est pas seulement économique. La culture est bien évidemment au cœur du politique, au même titre que l’éducation. On a vu à raison dans le projet de réforme territoriale une volonté de laisser dans l’ombre la liberté des collectivité d’agir. La culture contribue à leur projet politique et en porte les valeurs.

 

Jean-Marie Dinh

Voir aussi : Rubrique Politique culturelle,

Une réflexion au sujet de « Crise et budgets culturels : l’effet domino »

  1. Ping : Décentralisation : le projet de loi adopté à l’Assemblée nationale | Le vent se lève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>