Opéra Orchestre de Montpellier. Nouvelle saison, nouveau chef, nouvelles économies

Montpellier, France - The Opéra ComédieL’;Opéra Comédie de Montpellier .

2015/2016. La prochaine saison de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon dévoilée par Valérie Chevalier se veut accessible à tous. La structure reste fragile et le budget contraint.

« La musique n’est-elle qu’une réjouissante « sucrerie » ou un besoin fondamental ?» Cette question posée par Philippe Saurel dans le programme de l’Opéra Orchestre semblait tendue en toile de fond de la présentation de la saison 2015/2016 qui s’est tenue cette semaine.

La réponse qui concerne l’avenir même de l’Orchestre national, n’est pas donnée dans le texte. Elle reste suspendue. Peut-être à l’analyse du président de l’association OONMLR, Didier Deschamps, qui fait dépendre les possibilités de navigation du grand vaisseau au « maintien de la participation financière des collectivités et au rôle des personnels et de leurs représentants. »

La crise de novembre dernier liée à un différend entre les partenaires institutionnels reste dans les mémoires. Elle avait conduit la structure au bord de la liquidation et noué son destin à un plan de restructuration actuellement en négociation. L’autre côté du miroir concerne le rôle de la Métropole en matière de compétence culturelle et les économies d’échelle réalisables dans le secteur avec la grande région LR/Midi-Pyrénées.

Ces considérations sont apparues au coeur des bouleversements qui ont traversé le monde culturel local. Comme si la qualité des hommes des programmes, des structures et la nature des clivages politiques perdaient raison d’être pour entrer dans une sphère d’incertitude. La problématique d’aménagement de la grande région pose certes un nouveau défi aux responsables des politiques publiques mais elle ne doit pas pour autant faire reculer le niveau d’exigence culturelle.

« La culture est un des piliers sur lesquels nous travaillons avec nos interlocuteurs en Midi-Pyrénées, a indiqué Philippe Saurel, Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que l’Orchestre de Montpellier garde son statut national. » Sans les sacraliser, ce statut et les pratiques qui y contribuent, doivent en effet être défendus pour la simple raison qu’elles contribuent à l’intelligence collective nécessaire au développement social et économique.

Pour l’heure le budget 2015 se maintient à 21,7?M d’euros avec un budget artistique restreint contre 38 M d’euros pour l’Orchestre national du Capitole de Toulouse. Le nouveau chef Michael Schonwandt a reçu l’assurance que le périmètre de l’Orchestre permettrait de « faire la musique telle qu’elle a été écrite par les compositeurs » ce qui nécessite 90 musiciens pour les oeuvres programmées cette année…

Jean-Marie Dinh

Programme Lyrique symphonique 2015/2016

Les belles surprises de la nouvelle directrice Valérie Chevalier

La conférence de presse de mercredi matin a permis de voir les différences que souhaite imprimer Valérie Chevalier, la nouvelle directrice de l’Orchestre opéra national de Montpellier, a la programmation des deux maisons. Les différents types d’œuvres sont respectés, opéra, symphonique, musique de chambre, musique baroque, musique contemporaine, mais la volonté d’ouvrir la découverte à tous est manifeste.

La saison lyrique s’ouvre avec un opéra de Massenet rarement joué, Chérubin, suite du Mariage de Figaro, c’est un Chérubin qui coure après toutes les femmes sur une musique ravissante du compositeur. Puis une soirée double avec L’Hirondelle inattendue de Simon Laks (1901-1983) et L’enfant et les sortilèges de Ravel, une soirée pour les petits et les grands. Ensuite en février un des grands opéras de Puccini Turandot avec deux grandes voix dans les deux personnages principaux, Rudy Park et Katrin Kapplusch. Après la tragédie, c’est Offenbach qui prendra la suite du programme avec un opéra comique délirant Geneviève de Brabant mis en scène par Carlos Wagner qui avait mis en scène à Montpellier Salomé. Pour terminer la partie lyrique c’est une soirée double avec un court opéra de Kurt Weill Royal Palace, et un des opéras de poche du triptyque de Giacomo Puccini Il tabaro.

Les concerts symphoniques vont parcourir l’ensemble du répertoire, de Haendel aux compositeurs contemporains. On pourra entendre entre autres Les planètes de Gustav Holst en partenariat avec le planetarium. On trouvera également deux soirées consacrées à Rossini avec Patrizia Cioffi et Marie Nicole Lemieux.

L’orchestre sera dirigé par de grands chefs, que ce soit le nouveau chef principal Michael Schonwandt ou Laurence Equilbey avec son chœur Accentus, mais aussi de jeunes dont le nouveau chef assistant David Niemann. Cette année les divers concerts porteront des titres qu’ils soient symphoniques ou de musique de chambre.

Les concerts de musique de chambre débutent par un week-end consacré à la pianiste Vanesa Wagner, Ensuite les divers concerts seront principalement donnés le samedi à 17h. Pour les concerts baroques on retrouvera l’Ensemble les Ombres en résidence à Montpellier ou les Arie antiche répertoire redouté de tous les jeunes chanteurs donnés par la grande Nathalie Stutzmann et son ensemble Orfeo.

Alain Breton

Certains concerts raccourcis à 1 heure seront donnés le jeudi à 19h.

Source : La Marseillaise 06/06/2015

Voir aussi : Rubrique Politique Culturelle, rubrique Musique, OONM:le vaisseau fantôme sort de la tempête, rubrique Montpellier,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>