Anne-Marie Métailié : «Je joue comme je l’entends »

Anne-Marie Métailié

Anne-Marie Métailié

Rencontre. Les éditions Métailié fêtent leur 35 ans, à la Comédie du livre. La
maison d’édition sera accueillie sur le stand de la librairie Le Grain des Mots.

Cette année, les éditions Métailié célébreront leur 35 années lors de la 29e Comédie du Livre. En présence de leur fondatrice Anne-Marie Métailié, de nombreux écrivains seront présents afin de représenter toute la diversité d’un catalogue de littératures étrangères exigeant et prestigieux.

Vous fondez la maison en 1979 avec un capital pour faire trois livres. Quelle était votre idée directrice à l’époque ?
Je voulais publier avant tout, cette idée me tenait à cœur, et plus particulièrement dans le domaine des sciences-humaines. Diplômée de science po, je n’avais pas de formation spécifique. C’était le début de la perte de vitesse dans ce secteur. Pour moi les sciences-humaines correspondaient à ce que nous vivions. Mais tout cela s’effondrait, et les livres ne se vendaient pas…

Qu’avez vous fait ?
Au bout de trois ans, j’ai renoncé et réorienté l’optique sur la littérature que j’aimais en commençant par publier des inconnus brésiliens comme Machado de Assis et Carlos Drummond de Andrade, et Portugais, comme Antonio Lobo Antunes, José Saramago…

Comment avez-vous rencontré Antunes ?
C’est assez drôle. En 1983, je me trouvais un verre à la main au salon du livre de Frankfort, soudain un garçon que je connaissais pas trébuche et tombe dans mes bras. C’était Antonio. C’est ainsi que nous avons fait connaissance. Quelques temps plus tard, je publiais Le Cul de Judas. Nous faisions tous les efforts pour que nos auteurs se sentent bien, nous n’avions pas de moyens, on offrait notre travail.

Comment décririez-vous vos relations avec les auteurs ?
Ce qui est important dans une maison d’édition ce sont les auteurs. J’y consacre l’essentiel de mon temps. J’aime découvrir. Je suis très curieuse, notre catalogue se compose de plus de 80% d’auteurs inconnus. Les livres arrivent de façon étrange. Les livres vous cherchent. Après c’est à nous à les faire arriver dans les mains des lecteurs.

Vous n’avez pas de comité de lecture ?
Non je lis tout, généralement dans la langue. Je choisis de façon dictatoriale et j’ai le goût du risque. Un ami m’a dit un jour : écoutez, vous n’en avez peut-être pas conscience mais vous êtes une joueuse. Lorsqu’on se trouve à une table de roulette, on ne choisit pas ses numéros à six ou sept. C’est comme ça, j’ai choisi de donner mon nom à la maison, et je joue comme je l’entends.

C’est ainsi que vous avez signé Luis Sepulveda ?
Oui il était totalement inconnu, je me souviens nous venions de changer de distributeur en passant au Seuil. Avec Le Vieux qui lisait des romans d’amour nous avons vendu 85 000 livres en six mois, et depuis plus de deux millions en France, ça vous rend crédible. J’ai pu payer mes dettes… Avec Luis on est comme un vieux mariage. On s’aime, on partage tous deux le sens de l’amitié et de la loyauté mais avant toute chose l’amour de l’écriture.

Quel regard portez-vous sur cette édition de La Comédie du livre ?
Je suis très heureuse de venir souffler nos trente cinq bougies à Montpellier. Avec beaucoup de nos auteurs. Il y a des représentants illustres des littératures nordiques comme Bragi, Thorarinsson,  Indridason, Olivier Truc mais aussi des écrivains venus quatre coins du monde avec Giancarlo de Catalo, Jenni Fagan, Santiago Gamboa, Lidia Jorge, Rosa Montero, Luis Sepulveda. Je suis ravie.

 

propos Recueillis par Jean-Marie Dinh

Voir aussi : rubrique Edition, rubrique Lecture, rubrique Littérature, rubrique Livres, rubrique Montpellier,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>