Débats Fnac : Des auteurs décryptent les enjeux politiques

Commentaire

par Jean-Marie Dinh

Le besoin de débat se fait sentir

S’il venait à l’idée de mesurer l’opinion des électeurs sur  l’intérêt qu’ils portent à la campagne présidentielle, on saurait que la polémique n’intéresse que ceux qui s’y adonnent. A savoir, la partie très minoritaire ayant affaire de près ou de loin à la classe politique. Rapporté aux élections du président de la République, ce rapport de désadhésion ne se traduit pas réellement dans les chiffres de l’abstention (16% pour les présidentielles de 2007 contre 59% au 1er tour des européennes de 2009) en raison du statut particulier que revêt cette  échéance électorale.

Il n’en demeure pas moins que les Français ne manifestent guère d’enthousiasme pour la campagne actuelle. L’idée de progrès qui a galvanisé les peuples depuis les Lumières,  a du plomb dans l’aile. Les discours et les projets des deux candidats favoris ne font pas rêver. Marqués par une absence de perspective, ils ne répondent pas aux préoccupations légitimes d’un peuple en proie à l’angoisse du lendemain. Le débat fait défaut sur des questions essentielles comme celle de l’emploi, de l’insécurité sociale, de la stratégie économique pour sortir de la crise ou de la politique internationale. Dans ce contexte les débats de fond s’appuyant sur l’actualité éditoriale en rapport avec les grandes questions du moment sont évidemment bienvenues.

Première à Montpellier

Citoyenneté. La Fnac organise un cycle de débats pour mieux appréhender les propositions des candidats aux présidentielles. Montpellier inaugure cette initiative aujourd’hui sur le thème :  » La France doit-elle sacrifier son modèle social au nom de l’Europe ?  »

C’est un peu comme si on jouait le match des élections présidentielles en changeant les acteurs. La Fnac initie un cycle de débats à partir d’auteurs d’ouvrages ayant trait à la crise en Europe, aux enjeux sociétaux, ou à l’engagement citoyen. De quoi trouver matière à répondre au questionnement profond des Français qui cherchent à fonder leur jugement dans une période de grande incertitude. Cette initiative qui se veut sans parti pris débute aujourd’hui à Montpellier  avec un débat sur le thème « La France peut-elle sacrifier son modèle social au nom de l’Europe ? » *

En présence du journaliste David d’Equainville, connu pour sa  réédition du texte de Mirabeau, Essai sur le despotisme et son plaidoyer en faveur de la proscrastination (l’art de reconduire ce que l’on a à faire au lendemain). Il évoquera la position des candidats aux élections présidentielles à propos de l’Argent ; l’un de ses quatre ouvrages thématiques parus aux éditions Autrement proposant une sélection dans les différents programmes et/ou discours des candidats autour d’un thème précis.

Egalement présent autour de la table, Benjamin Masse-Stamberger, grand reporter au service économie de L’Express, couvre le secteur financier et l’économie internationale depuis 2007. Il vient de cosigner avec ses confrères Franck Dedieu de L’Expansion et Adrien de Tricornot du Monde, Inévitable protectionnisme (éd. Le Débat, Gallimard). Un livre dans lequel, les auteurs réintroduisent la possibilité d’un protectionnisme positif, européen, social et écologique, à l’opposé du nationalisme et du repli sur soi. Pour y parvenir, ils préconisent la mise en place de barrières douanières à l’échelle européenne, avec indexation du droit de douane sur le différentiel d’augmentation de la productivité et des salaires.

Désarmer les marchés
Troisième participant au débat, Henri Sterdyniak, dirige le département économie de la mondialisation de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Il est membre des Economistes atterrés avec qui il vient de signer Changer d’économie ! (éd LLL), une contribution du mouvement au débat électoral pour sortir du modèle de l’idéologie libérale. Après Le Manifeste, cet ouvrage collectif réunit une douzaine d’économistes qui exposent leurs idées et propositions de manière plus détaillée pour la mise en œuvre d’une politique économique alternative.

Concernant le modèle de protection sociale français qui continue dans les médias d’être présenté comme un puits sans fond, à partir d’une analyse des comptes sociaux, les auteurs font la démonstration  que depuis 25 ans, la progression des dépenses sociales s’est considérablement ralentie. Ce qui réaffirme que contrairement aux idées reçues, le déficit relève davantage d’un manque de recettes que d’une augmentation des dépenses. Dans le même ordre d’idée, on apprend que le recours aux assurances privées qui prélèvent plus de 20% de frais de gestion en incluant les profits, s’avère plus coûteux que l’assurance sociale dont les frais de gestion s’élèvent à 4%.

Situé au cœur d’une ardente actualité, ce premier débat sera animé par le journaliste Eduardo Castillo.

* Aujourd’hui au Forum Fnac à 17h30.

Eclairages

David d’Equainville : « Si l’argent est un pivot de l’action politique, la politique, elle, reste imprévisible. Aux citoyens de veiller et de se mobiliser sur les engagements financiers pris au nom des français. »

B. Masse Stamberger : « Il faudra quarante ans d’après une étude de Natixis pour parvenir à un Smic mondial et, donc, que l’ouvrier français n’ait plus peur de voir son emploi délocalisé en Chine. L’idée d’un protectionnisme temporaire ne vise qu’à réduire la durée de ce rattrapage afin que notre désindustrialisation n’atteigne un stade irrémédiable. »

Les Economistes atterrés :« La stigmatisation des dépenses sociales a redoublé avec la crise financière et la mise sur la sellette de la dette publique. Or il faut le répéter : la dette publique est essentiellement (à 80%) une dette d’Etat. Les administrations de Sécurité sociale (qui sont pourtant le premier poste de dépense publique) y contribuent pour moins de 10%. Ce n’est donc pas  en sabrant dans les dépenses sociales que l’on réduira la dette publique. L’amalgame entre dette publique et « déficits sociaux » n’a pour but que de faire payer au salariés – par une baisse de la couverture sociale –  les effets de la crise et d’ouvrir de nouveaux marchés aux assurance privées. »

Henri Sterdyniak : « Une économie plus sobre est une chance pour l’Europe »

Henri Sterdyniak, dirige le département Economie de la mondialisation de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Il est membre des Economistes atterrés avec qui il vient de signer Changer d’économie ! (éd LLL). Il est notamment l’auteur d’un article intitulé « Quelle politique économique ? Mort et renaissance du keynésianisme ». Entretien.

Dans les années 1970, on observe que les gouvernements de droite se vivaient comme des keynésiens tandis qu’aujourd’hui à l’exception d’une petite entorse ayant servi à renflouer les banques, l’UMP comme le PS s’accordent sur un mode de gestion d’inspiration libérale ?

C’est le paradoxe de la situation actuelle. On a le sentiment d’être obligés de faire comme les autres. Dans ce contexte, les forces syndicales et les partis de gauche peinent à proposer des alternatives. Ils se retrouvent coincés entre une stratégie nationale qui ne peut pas se concevoir indépendamment et l’Union Européenne, qui impose une vision antidémocratique que les peuples refusent. La crise de la dette est un outil pour poursuivre la stratégie qui nous a conduit là où nous sommes. Les libéraux refusent toute idée de régulation macroéconomique à l’échelle mondiale.

Face au retour en force du néolibéralisme en Europe, Sarkozy et Hollande portent tous deux des stratégies et les récusent. Sarkozy a dénoncé les paradis fiscaux et la spéculation des marchés mais il s’est finalement rallié à la stratégie allemande. Hollande annonce qu’il veut renégocier le traité européen s’il est élu, mais c’est la simple abstention qui l’emporte dans ses propres rangs lorsque le MES (Mécanisme européen de stabilité) est examiné à l’Assemblée. Le PS reste ambigu sur le sujet et renonce à la stratégie de rupture.

Comment observez vous la proposition d’un protectionnisme positif européen ?

Le capital est le grand vainqueur de la mondialisation. Bruxelles pratique depuis trente ans une politique de désindustrialisation qui se révèle désastreuse à la lumière de la crise. On doit repenser la croissance mondiale pas nécessairement en instaurant des barrières douanières. Il faut que chaque pays, chaque région base sa croissance sur sa demande intérieure. Je crois que la construction d’une économie plus écologique, plus sobre, plus économe est une chance pour l’Europe.

Les propositions que l’on trouve dans votre ouvrage impliquent un basculement général de la politique économique de l’UE et des Etats membres. Sur ce modèle, ne peut-on envisager des solutions applicables à l’échelle des collectivités territoriales ?

Nous aurions pu en effet réfléchir dans ce sens. En matière de politique industrielle, de l’emploi ou des transports collectifs, on peut envisager des transitions efficaces au niveau local. La création de banques régionales de développement local pourrait se révéler utile pour financer le tissu économique régional et les collectivités à des taux réduits. Ce qui leur éviterait de souscrire à des emprunts toxiques. Cela implique de modifier les esprits. Ils faut sortir de l’idée qu’avec la finance on gagne en bourse.

Recueilli par JMDH

Voir aussi : Rubrique, Economie, La finance devenue une pensée de vie, rubrique Politique, rubrique UE, rubrique CitoyennetéOn Line, La fin du modèle social européen est déclarée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>