Le jeu spectral du spectateur

spectateurs-lapins

Le théâtre est-il toujours le miroir de la vie ? Voilà une des questions qui affleure le lecteur qui parcourt le petit livre de Florence March consacré à la relation qui se tisse entre artistes et spectateurs.   Le retour du théâtre bourgeois qui caractérise l’ère de la droite décomplexée  n’est pas plus mis en cause ici que la performance contemporaine éphémère kleenex  « de gauche » à consommer sur place. Ce dont il est question, c’est du statut du spectateur.

Où en est le théâtre ? A l’heure où le traitement télévisé de la violence ou de l’amour ne procure plus aux spectateurs qu’un sentiment d’indifférence, la déliquescence générale du lien social alimente le débat sur une participation active à l’événement théâtrale.  Mais à quel point le lien entre regardé et regardant devenu totalement fictif impacte la relation acteur – spectateur ? Tout cela donne à réfléchir. Rompant avec le pacte  de la représentation classique, nombre d’artistes ont choisi de s’engager sur des voies subjectives pour restituer la notion de communauté et de liberté propre au théâtre. Le livre de Florence March ne cherche pas à clarifier leurs démarches mais à rendre compte de ces expériences individuelles et collectives.

Le spectateur à l’épreuve
En 2009, compagnies, auteurs et spectateurs se retrouvent au Centre national des écritures du spectacle de la Chartreuse pour explorer les liens entre théâtre et nouvelles technologies à travers le prisme d’un « théâtre d’information ». L’ambition affichée de Sonde était de réinterroger de façon ludique, le rapport du théâtre à l’actualité. Une proposition plutôt pertinente dans le monde d’aujourd’hui qui est, comme l’on dit, le théâtre de nombreuses crises et de tensions. Cette manifestation trouva son prolongement à Montpellier dans le cadre du Festival Hybrides.

L’idée que le spectateur doit dans une certaine mesure être mis à l’épreuve émerge. Il est venu pour se distraire, pour évaluer et c’est finalement lui que l’on évalue comme dans la pièce Naître d’Edward Bond, mis en scène par Alain Françon au Festival d’Avignon 2006 qui vida la cours de ses spectateurs. Toujours à Avignon, Le groupe Miroir qui se compose d’une trentaine de spectateurs, revendique l’inversion des rôles en s’affirmant comme le miroir de la scène et du processus de création. Avec la déconstruction du cadre de représentation, on pense à Marie-José Malis qui vient de présenter On ne sait comment de Pirandello au théâtre de La Vignette en jouant sur le partage des espaces.

Composer avec l’imprévu
A partir d’exemples concrets, Florence March interroge ce que recouvre l’espace théâtral. En tant que lieu carrefour où les forces s’affrontent en une lutte puissante, voire fatale, dans le cas de la tragédie. Mais surtout en tant que lieu d’expériences.  Le délicat passage de l’ignorance à la connaissance, qui procure des émotions aux spectateurs implique de composer avec l’imprévu. Émotions dont au final ceux-ci tireront des enseignements pour leur vie réelle. On retrouve ici l’effet cathartique du théâtre. De nos jours, la crise réelle, quelque soit son domaine, devrait aussi permettre à toutes les institutions ou partie prenante culturelle d’en tirer des enseignements. A court ou moyen termes, le théâtre demeure un lieu privilégié du devenir citoyen. Qui a dit qu’il devait remplir les salles ?

Jean-Marie Dinh

Relations théâtrales, éditions de l’Entretemps, 8 euros.

Voir aussi : Rubrique  Théâtre, Le théâtre de mensonge et de vérité, rubrique Essai, rubrique Politique culturelle, Crise et budgets culturels: l’effet domino, Mainstream la pensée unique,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>