Les Irlandais sanctionnent leur gouvernement libéral

Les Irlandais sanctionnent le gouvernement

Le parti conservateur Fine Gael a remporté vendredi les élections législatives irlandaises et formera vraisemblablement une coalition avec le Labour. Le parti libéral actuellement au gouvernement, le Fianna Fáil, a perdu plus des deux tiers de ses députés. Les commentateurs appellent le Premier ministre désigné Enda Kenny à renégocier le programme de sauvetage de l’UE et voient le pays au-devant de profonds bouleversements.

De Volkskrant – Pays-Bas

Règlement de comptes avec l’élite

Lors des élections législatives, les Irlandais ont réglé leurs comptes avec une politique qui a mené le pays à une grave crise économique, commente le quotidien De Volkskrant : « Ces élections ont notamment montré le profond mécontentement des Irlandais envers leur élite politique, voire envers l’ensemble de leur système politique, qui a fermé les yeux devant les dangers de la croissance démesurée que le pays connaissait depuis les années 1990. Les illusions se sont évanouies en 2008 lorsque le secteur de la construction s’est effondré, menaçant d’entraîner les banques dans sa chute. … L’Irlande n’a pu être sauvée que grâce à un crédit international d’urgence de 85 milliards d’euros, obligeant à des coupes rigoureuses dans les dépenses publiques. … Mais la mission du [nouveau] gouvernement ne changera pas de manière radicale : il doit ouvrir la voie à une reprise économique qui ne sera possible que lorsque le pays aura payé pour avoir vécu au-dessus de ses moyens. » (28.02.2011)

The Independent – Royaume-Uni

Renégocier le programme de sauvetage

Après sa victoire aux élections législatives, le Premier ministre irlandais désigné Enda Kenny a annoncé vouloir renégocier aussi vite que possible les conditions du programme de sauvetage de l’UE. Une bonne décision, estime le quotidien libéral The Independent : « Enda Kenny … a promis hier de placer l’Irlande sur de nouveaux rails financiers, radicalement différents de ceux de ses prédécesseurs du Fianna Fail. … Les Irlandais semblent résignés à devoir affronter une longue période d’austérité économique. Mais ils ne sont pas résignés à un esclavage à vie, à juste titre. Le programme de sauvetage actuel n’est pas dans l’intérêt des Irlandais. Il n’est pas non plus dans l’intérêt de l’Europe d’imposer des exigences aussi dures à l’Irlande. Kenny a reçu un mandat démocratique pour instaurer un programme plus juste pour l’ensemble de la population irlandaise que celui de ses prédécesseurs. Il ne doit pas craindre d’utiliser ce pouvoir. » (28.02.2011)

El País – Espagne

Mort du tigre celtique

Après la sévère défaite infligée au Fianna Fáil lors des élections législatives en Irlande, le quotidien de centre-gauche El País voit un bouleversement du système politique sclérosé du pays : « La crise économique a renforcé le mécontentement, déjà palpable au cours des dernières années, face à un clientélisme quasi atavique. Dans ce système hérité du passé, l’Eglise catholique, empêtrée dans de graves scandales d’abus sexuels sur des mineurs, refuse d’abandonner ses privilèges, gagnés grâce au patriotisme issu de l’opposition à la dominance séculière de Londres. Il est encore trop tôt pour parler d’un renouvellement du cadre dans lequel évolue la politique irlandaise. Mais la fin amère du miracle économique, dans un pays autrefois qualifié de tigre celtique, et le difficile redressement qui l’attend indiquent en tout cas la fin d’un cycle historique. » (28.02.2011)

Neue Zürcher Zeitung – Suisse

Les conservateurs profitent de la crise

Il est surprenant qu’à l’occasion des élections législatives en Irlande, le Labour social-démocrate n’ait pas profité davantage de l’échec politico-financier du parti précédemment au pouvoir, le Fianna Fáil, écrit le quotidien libéral-conservateur Neue Zürcher Zeitung : « Malgré tous les coups subis par le Fianna Fáil, il est étonnant que le Labour social-démocrate, et la gauche en général, ne soit pas parvenu à profiter davantage de la colère des électeurs envers l’échec politico-financier du parti au gouvernement. … C’est comme si l’électorat irlandais s’était résolu à ce que la crise de l’endettement ne puisse être surmontée sans une participation importante du centre-droit. Le manque de surveillance des banques et leur attitude irresponsable dans l’octroi des crédits ne peuvent être attribués uniquement au camp de centre-droit, mais à une erreur du système que même le Labour n’a pas clairement identifiée ni combattue. Il se peut que cela ait joué un rôle dans le vote clairement favorable au Fine Gael dans certains endroits. » (28.02.2011)

Voir aussi : Rubrique Irlande, Rubrique UE Le vote Irlandais deuxième, rubrique Finance Les contribuables européens au secours des banques irlandaises , La crise de la zone Euro mode d’emploi,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>