Trafic d’influence : garde à vue prolongée pour Squarcini, Flaesch convoqué chez le juge

Christian Flaesch, ex-directeur de la PJ parisienne, et Bernard Squarcini, ex-directeur central du renseignement intérieur (photos de 2013). Crédits photo : Briquet Nicolas/Lemouton Stephane/ABACA

Christian Flaesch, ex-directeur de la PJ parisienne, et Bernard Squarcini, ex-directeur central du renseignement intérieur (photos de 2013). Crédits photo : Briquet Nicolas/Lemouton Stephane/ABACA

La garde à vue de l’ancien patron de la PJ parisienne, Christian Flaesch, a été levée mardi soir. l’ex-directeur central du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, était quant à lui toujours entendu dans les locaux de l’IGPN pour une affaire de trafic d’influence.

Une chape de plomb, plus lourde encore que celle pouvant couvrir une opération antiterroriste, pèse sur les gardes à vue entourant une trouble affaire de trafic d’influence présumé au cœur de laquelle se trouverait Bernard Squarcini. Depuis lundi, l’ex-directeur central du renseignement intérieur, réputé proche de Nicolas Sarkozy et évincé de ses fonctions après l’arrivée des socialistes au pouvoir en 2012, est inquiété sur la base d’interceptions téléphoniques remontant, semble-t-il, à plus de trois ans. Effectuées plus exactement en mars et avril 2013, comme le relate Le Monde, elles ont été exhumées des archives judiciaires où elles sommeillaient en perspective d’un procès pour manquement aux obligations déclaratives visant l’homme d’affaires Ziad Takieddine, qui s’ouvre à Paris en mai prochain.

Une note établie à l’époque par l’ancienne Division nationale d’investigations financières et fiscales détaillerait les contacts de l’ex-cador du renseignement, aussi connu sous le pseudo «le Squale» et reconverti dans le privé, où il a fondé une société d’intelligence économique et de conseil en sécurité, Kyrnos. C’est dans ce contexte que Bernard Squarcini a travaillé pour LVMH. Il est notamment soupçonné d’avoir demandé en 2013 à Christian Flaesch, alors à la tête de la police judiciaire parisienne, des éléments sur une enquête conduite par la brigade financière sous l’autorité du parquet de Paris après une plainte d’Hermès accusant, toujours selon Le Monde, LVMH d’avoir manœuvré en secret pour monter à son capital.

Christian Flaesch a été interpellé à son domicile

Entendu tout comme Bernard Squarcini par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la «police des polices», Christian Flaesch a été interpellé à son domicile. «Il est anormal qu’un ancien grand flic de cette valeur, qui a trente ans de services et qui aurait pu répondre à une convocation, soit traité comme un vulgaire voyou. La seule chose qu’on pouvait lui reprocher était un sens aigu de la rigueur…», s’insurge un policier de haut rang qui a travaillé à ses côtés. Sa garde à vue a été levée mardi soir, a indiqué une source proche de l’enquête à l’AFP. Il a été convoqué à une date ultérieure devant le juge d’instruction «aux fins de mise en examen», ajoute cette source. Il pourra ressortir de cette audition avec le statut de témoin assisté.

Fin 2013, Christian Flaesch avait été évincé de son poste de patron du Quai des Orfèvres après une mise en garde du parquet général de la cour d’appel de Paris à propos d’un appel passé à son ancien ministre de tutelle, Brice Hortefeux. Lors de ce coup de fil, il semblait lui indiquer comment préparer une audition dans un dossier judiciaire concernant Nicolas Sarkozy.

L’enquête dans laquelle Bernard Squarcini est en garde à vue se nourrirait également d’écoutes téléphoniques ordonnées dans un autre dossier. Dans certaines conversations, en avril 2013, l’ancien numéro un de la DCRI semble rechercher des informations sur l’enquête pour fraude fiscale visant Jérôme Cahuzac pour les transmettre à ses interlocuteurs, dont l’ancien préfet de police de Paris, Michel Gaudin. Directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, ce dernier a été interrogé lundi dans le cadre d’une audition libre. Épluchant les contacts du Squale, l’IGPN aurait aussi placé en garde à vue un analyste de la DGSI, soi-disant «consulté»par son ancien mentor sur certaines histoires corses, comme celle de la bande du Petit Bar citée dans la mort de l’avocat Me Antoine Sollacaro.

Christophe Cornevin

Source Le Figaro 27/09/2016

Voir aussi ; Actualité France, rubrique Politique, Affaires, rubrique Société, Justice,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>