Bouillon cube dans l’air du temps

mixture-culturelle2Projet culturel. Dans un beau cadre perdu dans la garrigue, l’association poursuit sa 9e saison avec une belle énergie.

Quand la bande de potes a lancé en 2007 son projet associatif sur la terre rocailleuse du Causse de la Selle, avec l’idée de faire vivre une action culturelle de qualité en milieu rural, les prédictions bienveillantes n’ont pas dû manquer de jouer les Cassandre. Le temps de l’irrigation culturelle des territoires se tarissait, la philosophie d’éducation populaire qui sous-tend le projet perdait ses soutiens politiques et le crac financier de 2008 se profilait.

Neuf ans plus tard, « dans un petit coin improbable, là où même les cailloux sentent bon la garrigue », l’association Bouillon Cube réunit 5 000 spectateurs par an avec ses soirées culturelles et propose un bouillonnement d’activités à l’année pour tout public et tout âge. « On prépare notre 10e saison », indique Claire Pitot, une des deux salariés de la structure, « avec l’aide précieuse de notre équipe de bénévoles nous travaillons sur le volet culturel avec les mixtures spectacles concerts en juillet et août mais aussi les résidences d’artistes et La route des Voix, une série de concerts acoustiques montés en association avec l’artiste Piers Faccini pour faire vivre en musique des lieux exceptionnels du patrimoine régional ».

L’activité de Bouillon Cube s’organise également autour de deux autres axes : celui de la jeunesse, avec des interventions en milieu scolaire, un centre aéré ouvert tous les mercredis et durant les vacances, et celui des échanges européens, à travers l’accueil de jeunes volontaires européens et des projets thématiques d’échanges.

L’association fonctionne avec un budget de 150 000 euros. « Nous assurons un tiers de notre budget en auto-financement, explique Claire Pitot. La Région et la Communauté de Communes du Pic-Saint-Loup sont nos principaux partenaires mais la solidité du projet tient à un mode de gestion qui fait appel à une multitude de lignes budgétaires sans être conventionné. »

Dans la valse des robinets qui se ferment à la culture, beaucoup de structures qui dépendaient de gros partenaires n’ont pu survivre. Bouillon Cube s’adapte et envisage l’avenir avec plein de perspectives. Si le mode de gestion lié aux projets nécessite beaucoup d’implication et d’inventivité, il apparaît au final, plus solide.

« Depuis le début nous avons maintenu le fil conducteur de nos convictions, explique Claire, Ce qui a changé depuis dix ans, c’est la manière de faire et les outils. L’adaptabilité, l’ouverture et la connaissance du territoire sont des paramètres essentiels. Aujourd’hui le public nous fait confiance et pas seulement pour les concerts festifs. Durant les spectacles, les gens ne restent plus au bar. Il y a une vraie écoute. 50% des gens viennent de Montpellier. »

A une petite heure de Nîmes et de Montpellier, les urbains disposent d’un lieu à découvrir où la programmation est de qualité et le bon air au rendez-vous.

JMDH

Ce soir Soirée Groove avec Let’s fuck, le talentueux Neil Conti and the Lazy Sundaze et DJ Charly Cut, de 20h à 2h entrée 5 euros.

Source : La Marseillaise 14/08/2015

Voir aussi : Rubrique Politique Culturelle, Musique, Théâtre,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>