Portugal : Crise de la dette démission de José Sócrates

Le 23 mars, le Premier ministre portugais José Socrates, leader du Parti Socialiste, a démissionné. Des élections législatives anticipées sont annoncées pour le 29 mai ou le 5 juin. Mais la spéculation sur la dette portugaise, qui a provoqué cette démission, continue de plus belle et alimente les tractations au sein des partis portugais et de l’Union européenne.

Le jour de sa démission José Socrates présentait au Parlement, où il était minoritaire, un nouveau plan d’austérité. C’était le quatrième en moins d’un an, appelé comme ses prédécesseurs Programme de stabilité et de croissance (PEC). Sous prétexte toujours de réduire le déficit budgétaire et la dette de l’État, il proposait de nouvelles économies sur les retraites, les écoles, les urgences hospitalières et tous les services publics, assaisonnées de privatisations et de gains sur la TVA. Le leader du Parti Communiste portugais a dénoncé à juste titre ce plan qui s’attaquait « toujours aux mêmes » et voulait « chercher de l’argent là où il n’y en a plus ». Les fois précédentes, ce plan d’austérité était passé grâce à l’abstention des députés du Parti Social-Démocrate, principal parti de droite. Cette fois-ci il a voté contre, le plan a été rejeté et José Socrates a démissionné. 

La droite portugaise ne refuse pas les mesures d’austérité contre les couches populaires, répète même qu’elle y est favorable. Mais elle veut maintenant revenir au pouvoir et les sondages lui sont favorables.

Le Parti Social-Démocrate est favorable au prêt de 75 milliards d’euros que l’Union européenne propose avec insistance aux autorités portugaises, alors que José Socrates refusait les milliards de l’Europe, qui auraient selon lui pour conséquence d’augmenter encore l’endettement du pays. Les « marchés financiers », c’est-à-dire les grandes banques internationales, étaient d’un autre avis. C’est leur avis qui l’a emporté, soutenu par les dirigeants européens et par la droite portugaise.

Les travailleurs portugais avaient participé massivement à la grève générale du 24 novembre dernier, exprimant leur refus de l’austérité imposée par le gouvernement socialiste de José Socrates. Ils en ont assez du chômage, des bas salaires, de la précarité qui frappent plus d’un jeune sur deux, des retraites misérables et de l’abandon des services publics, la santé en particulier. Rien d’étonnant à ce que ce gouvernement se soit discrédité auprès de la population. Mais la droite lui réserve le même sort, car elle est autant que le PS au service des capitalistes nationaux et internationaux.

Face à la crise, gouvernements de gauche et de droite sont bonnet blanc et blanc bonnet.

Vincent Gelas (Indymedia)

 

Le Portugal débat sur les possibilités du gouvernement de demander une aide

La pression accrue sur le Portugal, qui semble inévitablement pousser chaque jour un peu plus le pays vers un plan de sauvetage, donne lieu actuellement à un débat sur la légitimité du gouvernement démissionnaire à demander une telle aide.

Depuis la démission la semaine dernière du Premier ministre socialiste José Socrates, la pression sur le Portugal monte: les principales agences de notation ont dégradé de plusieurs crans leurs notes du pays et les marchés exigent des taux historiquement élevés pour le financer.

Dans ce contexte, qui a la « légitimité » pour demander un plan de sauvetage? Le gouvernement démissionnaire? Le président? Le parlement? La question divise. Cette discussion a pris de l’ampleur après les déclarations jeudi du ministre des Finances Fernando Teixeira dos Santos, selon lesquelles un gouvernement démissionnaire n’avait pas la « légitimité pour négocier » les modalités d’un tel plan. « La seule entité qui peut prendre des engagements, c’est le président », avait-il dit.

Le chef de l’Etat conservateur Anibal Cavaco Silva, qui représente une autorité morale mais qui n’a pas de pouvoir exécutif, a aussitôt rappelé qu’il n’incombait « pas au président de gouverner ». Le président, qui a annoncé jeudi la dissolution du parlement et convoqué des élections législatives pour le 5 juin, a indiqué à cette occasion qu’il soutiendrait le gouvernement, dont les pouvoirs sont limités à la gestion des affaires courantes, dans les mesures à adopter « pour assurer les moyens de financement nécessaires » du pays.

D’après les journaux Expresso et Publico , l’une des hypothèses envisagées par le président et l’opposition de centre-droit, serait la possibilité de recourir à « un prêt d’urgence du FMI » qui permettrait au pays de se financer jusqu’à l’entrée en fonction d’un nouveau gouvernement. Pedro Passos Coelho, le chef de l’opposition et futur premier ministre pressenti, s’est déjà dit prêt à soutenir un « prêt spécial » pour garantir la solvabilité du pays.

Interrogé samedi par des journalistes, lors d’une manifestation publique, sur une possible intervention du FMI, M. Cavaco Silva s’est limité à répondre avec humour: « Je crois que vous devriez arrêter de parler de FMI. C’est erroné. Il faut parler de Fonds européen de stabilité financière (FESF) ». Le FESF, qui jouit des garanties de tous les pays de la zone euro, a été créé au printemps 2010 au lendemain de la crise de la dette grecque, pour doter la zone euro d’un fonds apte à venir en aide aux pays en difficulté.

Une autre solution, également évoquée par plusieurs spécialistes de la constitution portugaise, passerait par le parlement qui pourrait autoriser le gouvernement démissionnaire à demander une aide. Face à cette situation, le gouvernement a fait le choix pour l’instant de continuer de se financer sur les marchés avec des émissions à court terme, dont les taux sont moins élevés.

Vendredi, le Portugal a levé 1,6 milliard d’euros de dette à un peu plus d’an, à un taux plus élevé que lors de précédentes émissions comparables, mais en deçà des prévisions, et prévoit de retourner sur les marchés dès mercredi.  Le ministre des Finances, qui a écarté cette semaine le risque d’un défaut de paiement, avait toutefois observé que le pays devrait être « plus créatif » dorénavant pour se financer.

Selon les médias portugais, le gouvernement aurait déjà négocié avec certains pays, comme la Chine ou le Brésil, l’achat de dette pour les prochaines émissions.

Levi Fernandes (AFP)

 

Démission de José Sócrates

Le Premier ministre portugais José Sócrates a annoncé le 23 mars dernier sa démission car le programme d’austérité de son gouvernement minoritaire a été refusé au Parlement. Cela a provoqué une augmentation record des intérêts pour les emprunts publics portugais et la chute de l’euro. La presse s’insurge sans interroger les finalités politiques de l’Europe néolibérale.

El País – Espagne
Nouvelle menace pour la zone euro

La démission du chef du gouvernement portugais a déstabilisé le pays, ce qui doit pousser l’UE à aider le pays le plus vite possible, exige le quotidien de centre-gauche El País : « La zone euro est menacée depuis hier par un nouveau facteur de risque important. … Face à la grave situation que rencontre le Portugal, le sommet de l’UE a le devoir de réagir rapidement. Tout d’abord les détails de l’élargissement du fonds de sauvetage devraient être clarifiés dès que possible afin que la capacité d’emprunt soit élargie à 500 milliards d’euros. Il faudrait dans l’idéal que ces changements soient décidés rapidement pour permettre au Portugal d’en profiter. Dans ce sens tout retard dans la prise de décision serait inquiétant. Le gouvernement espagnol a réagi de manière trop optimiste en assurant que la crise portugaise ne se répercuterait pas sur l’Espagne. » (24.03.2011)

Público – Portugal
Tant d’efforts pour rien

La démission du Premier ministre portugais José Sócrates a déclenché une crise politique sévère, estime le quotidien Público : « Le Portugal ne voulait pas endurer le même destin que la Grèce mais cela semble être devenu inévitable. Nos partenaires à Bruxelles et à Berlin penseront désormais de nous : ‘Ces gens sont fous. Nous faisons tous les efforts pour trouver une solution qui corresponde à leurs besoins et ils se tirent eux-mêmes une balle dans la tête.’ … Ils voient un pays suicidaire et désorienté qui provoque une crise politique au moment le moins opportun. … Nous ignorons encore comment nos partenaires réagiront face au nouveau statut de notre Premier ministre lorsqu’il arrivera à Bruxelles. Nous ne connaissons pas non plus les répercussions que cela aura sur les négociations au Conseil européen. Mais une chose est sûre, la crise politique a anéanti d’un coup tous les efforts réalisés jusqu’alors. » (23.03.2011)

 

Voir aussi : UE sous pression, L’europe répond au marché, crise de la zone euro mode d’emploi , rubrique Portugal, rubrique Grèce Plan d’austérité inefficace et dangereux, rubrique Livre Kerviel dénonce sa banque , Susan Georges de l’évaporation à la régulation, Aux éditions la Découverte La monnaie et ses mécanismes, Les taux de change,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>