Pour les mots qui nous font grandir

La Baignoire, un espace vert qui fait respirer la création. Photo dr

La Baignoire, un espace vert qui fait respirer la création. Photo dr

Theâtre, auteurs, lectures
La Baignoire, le  laboratoire  des écritures contemporaines, livre ses bourgeons aux trois saisons.

Le projet est vaste et chaque année reconduit. Béla Czuppon et la petite équipe de la Baignoire jardinent avec passion et humanité pour le fleurissement des écritures dramatiques. Au 7 rue Brueys à Montpellier, beaucoup passent leur chemin les yeux sur le bitume. C’est à peine si l’on tourne la tête dans cette rue sans commerce. La Baignoire y brasse pourtant un lot d’auteurs, de comédiens, de programmateurs, d’artistes et de publics dans un petit espace, une cinquantaine de places, parfaitement atypique.

Quel serait la place de la recherche,  de la foi dans la création, du goût pour l’essai, si la vertu des textes contemporains était juste de transformer le réel brut ? A peu près celle d’une Baignoire élément essentiel d’un écosystème pour la rareté de son planton dont tout le monde s’empare sans se soucier de préserver la source.

Vingt auteurs programmés

« Bonne nouvelle ! La Baignoire continue contre vent et marées, toujours avec des moyens dérisoires à promouvoir les écritures contemporaines !, écrit le capitaine du lieu sans déconcerter grand monde.

Cette année plus de vingt auteurs feront entendre leur voix portées par des équipes artistiques d’ici. La saison s’ouvre les 7 et 8 octobre avec Sweetie de l’écrivain photographe Philippe Malone qui aborde la question de la fermeture aux mutations du monde et à l’autre, le jeune ou l’étranger pour préserver des certitudes en péril. Lecture du comédien  Alex Selmane sous le regard de Stéphanie Marc.

Les 24 et 25 novembre les spectateurs pourront suivre le dyptique Mémoire et Résistance proposé par la compagnie montpelliéraine Le cri Dévot qui mène une recherche  théâtrale autour de textes documentaires, de témoignages et de récits. 146 298 et En ce temps-là, l’amour… sont des récits introspectifs où s’entremêlent les notions de devoir de mémoire et de transmission. Un jeune ados recompose le passé de sa grand-mère à travers les chiffres de son tatouage. Un père enseigne les valeurs humaines à son fils dans le wagon qui le mène à Auschwitz. Mise en scène Camille Daloz, avec les comédiens Emmanuelle Bertrand et Alexandre Carafelli.

Les 8 et 9 décembre, on pourra retrouver L’Origine du Monde version Nicolas Heredia avec la complicité de Marion Coutarel. Une réflexion sur la valeur des choses, de l’argent, de l’aventure, à partir d’une copie d’assez mauvaise facture du tableau de Courbet.

« Mon grand-père amenait ses maîtresses chez lui et faisait l’amour avec elles en couchant ma mère dans le même lit. Ma grand-mère, dont c’était le deuxième mari, demanda le divorce. Après avoir fait mine de vouloir se tuer avec un couteau de cuisine, il accepta gentiment. Ma grand-mère se remaria avec un gigolo, et mon grand-père épousa sa secrétaire qui avait trente ans de moins que lui.» On touchera aux conditions du vrai témoignage avec Mon Grand Père de Valérie Mréjen mis en scène par Dag Jeanneret du 14 au 16 décembre.

La saison se poursuit jusqu’en  mai, avec notamment les intégrales de la Baignoire, des déjeuners lecture entre midi et 13h, proposés par Hélène de Bissy, où l’on découvre des nouvelles d’auteurs féminins. A souligner également, le travail croisé entre l’Université Montpellier 3 et l’ENSAD autour de la traduction et la découverte d’auteur avec la Maison Antoine Vitez, sous la direction de Béla Czuppon.

Bref, en suivant de prêt la programmation de la Baignoire, on réalise que les écritures contemporaines, ne supposent pas une concentration de connaissances de l’auditeur. Elles ne font pas d’ellipses trop raides, d’associations d’idées trop rapides, et relèvent davantage de l’ouverture curieuse que  d’une culture spécialisée.

L’entreprise Baignoire est un prétexte pour s’interroger sur la littérature contemporaine, son statut, sa place, son influence dans notre vie. Vaste projet aujourd’hui un peu trop à l’étroit !

JMDH


Programme complet : www.labaignoire.fr

Source La Marseillaise 28/09/2017

Voir aussi Actualité locale: Rubrique  Théâtre, rubrique, rubrique Montpellier, rubrique Littérature, Lecture,

Une réflexion au sujet de « Pour les mots qui nous font grandir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>