Printemps des Comédiens 2014. De Molière à Marx, de Bergman à Pasolini

persona_12_13©_Jan_Versweyveld-5

Jan Versweyveld met en scène Persona d’après Bergman

Festival. La 28 ème édition du Printemps des Comédiens s’annonce accessible et exigeante. Elle se tiendra du 3 au 29 juin au Domaine d’O, vitrine culturelle départementale (34) située à Montpellier.

Il faudrait écouter ce que se disent les arbres la nuit. Depuis presque trois décennies au Domaine d’O, la flore s’épanouit sur 31 hectares au rythme des oiseaux et des comédiens de passage. Elle communique secrètement et attend, comme nous, avec impatience les belles nuits théâtrales de juin. Le magnifique parc, où l’on vient de redonner vie aux jardins à la française, trompe un peu son monde car l’heure n’est plus aux Folies aristocratiques du XVIIIe siècle.

Sur les pas d’un Vitez, Jean Varela prône « l’élitisme pour tous » et il y travaille avec acharnement en transportant au début de ce XXI e siècle, le questionnement de Victor Hugo : « Comment allumer le flambeaux dans les esprits ? »

Cette programmation, sa troisième, y répond « de variations en variations » avec intelligence. Il est toujours question du théâtre. C’est-à-dire de la compréhension de l’autre, du contexte contemporain européen, des positions d’un art qui tente d’accorder les idées, les procédés et les structures qui les véhiculent. De la relecture des oeuvres majeures comme celle de Molière, Pasolini ou encore celle proposée par Brett Bailey avec un Macbeth qui permet de contourner les tabous pour évoquer le désastreux coût humain de l’exploitation en Afrique subsaharienne.

Cherchez les fils rouges si cela vous est utile. L’un pourrait tourner autour de la famille avec la projection d’un film autour des règles du savoir-vivre dans la société moderne de Lagarce, en hommage à Richard Mitou à qui le directeur dédie l’édition. Vision familiale encore que celle du chorégraphe Franck Chartier qui cosigne avec Gabriela Carrizo et la cie Belge Peeping Tom, Vader (Père), première pièce d’une trilogie sur la famille qui sera donnée en ouverture. Tout commence au milieu d’une étrange maison de retraite…

Un autre fil se distingue autour du rôle de l’argent dans la société avec le projet fou de Sylvain Creuzevault d’adaptation du Capital de Marx, la reprise de Marx Matériau de Jacques Allaire et Luc Sabot et Golgota Picnic de Rodrigo Garcia qui fustige la société de consommation.

Entre beauté esthétique et engagement politique, Jean Varela espère cette année « passer un palier » dans la relation de confiance qu’il entretient avec le public. Mais ce que se disent les arbres, ça c’est à vous de l’imaginer…

Jean-Marie Dinh

 

Des nuages sur le budget culturel

Fidèle au rendez-vous de présentation du Printemps des comédiens André Vezinhet, a évoqué hier, les arbitrages budgétaires qu’il s’est vu contraint d’imposer au budget culturel du Département (-6% sur le budget 2014).

« Les plus importants réalisés depuis 17 ans », confie le président du Conseil général de l’Hérault qui s’est toujours refusé à considérer la culture comme une variable d’ajustement. « J’espère qu’on ne nous contraindra pas à faire à nouveau cet exercice l’année prochaine », a-t-il émis sous l’oeil attentif du directeur compréhensif du festival Jean Varela.

Le vœu peut sembler pieux si on se reporte au 50 Md d’économie que doit réaliser l’Etat pour rester dans les clous de « la règle d’or » budgétaire bruxelloise. Marylise Lebranchu, qui conserve le ministère de la Décentralisation, était restée dans le vague avant les Municipales, mais les collectivités territoriales devraient contribuer à l’effort national à hauteur de 20% soit une dizaine de milliards d’euros d’ici à 2017.

Les projections d’une défaite quasi programmée pour le PS lors des élections cantonales et régionales qui se tiendront en 2015 ne portent évidemment pas à l’optimisme. Autre sujet d’inquiétude soulevé par André Vézinhet, la question des compétences générales toujours en débat, qui pourrait priver les départements de la compétence culturelle, « la culture donne du sens à nos actions et nous permet d’atteindre toute une série d’objectifs ».

Enfin, les fameuses inconnues liées aux Métropoles : « Si les Départements perdent leurs compétences sur le territoire des métropoles nous consacrerons nos efforts à leurs frontières », menace le patron du Département. Mais les résultats des municipales ne devraient pas pousser le gouvernement à aller de l’avant sur ce dossier.

Source : La Marseillaise : 04/04/2014

Voir aussi : Rubrique Festival,  Le Printemps des Comédiens, édition 2013, rubrique Théâtre, rubrique Politique, Décentralisation, Politique culturelle, On line Le site du festival,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>