L’émotion complexe des vrais mensonges

Le 32e Cinemed est déclaré ouvert a lancé sa marraine Carmen Maura vendredi dans un Corum plein d’effervescence.

Photo David Maugendre.

Nathalie Bayle. Photo David Maugendre.

Le contraste apparaît saisissant entre les deux films de cette première soirée : le court métrage de Serge Avedekian « Chienne de Vie » qui a décroché cette année La Palme d’or à Cannes, et la comédie de Pierre Salvadori De vrais Mensonges projetée en avant première en présence du réalisateur de Nathalie Baye et Audrey Tautou. Deux films en relation avec le Languedoc-Roussillon puisque le premier est Co-Produit par La Fabrique basée dans les Cévennes et le second a été tourné à Sète. Deux films réussis qui portent tant dans la forme que dans le fond, la diversité d’expression que nous donne à voir jusqu’au 30 octobre à Montpellier ce fantastique rendez-vous du cinéma.

Le mensonge mène parfois à la vérité

Salle Berlioz, on a pu mesurer vendredi la première réaction « du vrai public« , selon les mots d’Audrey Tautou, lors de la projection du film de Pierre Savaldori. Les rires durant le film et l’acclamation finale augurent plutôt d’un bel avenir à cette subtile comédie. « C’est une histoire d’amour où l’on accède à la vérité par le mensonge explique Pierre Savaldori qui co-signe un scénario à la fois fin et rigoureux avec Benoît Graffin. Emilie reçoit une belle lettre d’amour anonyme qu’elle jette, avant d’y voir le moyen de sauver sa mère, qui a sombré dans la déprime depuis le départ de son mari.

Pierre Salvadori. Photo DM

Pierre Salvadori. Photo DM

« Dans le film, le personnage d’Emilie (Audrey Tautou) incarne un peu la dictature du bonheur. Elle ne laisse aucun libre arbitre aux autres. Elle est persuadée qu’elle sait ce qui va faire leur bonheur. C’est elle qui introduit la contagion des sentiments par le mensonge. Avec cette question : peut-on aimer quelqu’un et le trahir dans un même élan ? Après de multiples rebondissements, elle prend une leçon. » souligne le réalisateur. Avec ses quiproquos sentimentaux, l’intrigue emprunte au théâtre de Marivaux et de Musset.  » Ce sont des auteurs qui me paraissent inatteignables mais qui nous ont stimulé dans la manière exaltante qu’ils ont de vouloir combler le spectateur « , confie Pierre Savaldori.

Un scénario béton

Dans le rôle de Maddy, Nathalie Baye, interprète le rôle de la mère d’Emilie. Une femme déprimée qui a dédié sa vie à l’art et à la beauté et qui devient manipulatrice.  » Ce qui me plait dans ce personnage, c’est qu’elle est complètement barrée, explique l’actrice, Le fait qu’elle puisse se sentir désirable produit un déclic qui révèle une autre facette de sa personnalité. Ce rôle était très intéressant pour la richesse et la diversité des sentiments auxquels il fait appel, la mélancolie, la colère, la folie, le plaisir, la vengeance, l’épanouissement… Tous les personnages sont travaillés en profondeur, le jeux semble juste, sans être appuyé. C’est la situation qui prime.  » Souvent dans le cinéma, les producteurs ne mettent pas assez d’argent en amont pour rémunérer les scénaristes. Dans ce film le travail est exemplaire. « 

Pierre Salvadori, aborde cette comédie avec beaucoup de sérieux. On rit beaucoup mais pas à n’importe quel prix.

Jean-Marie Dinh

Voir aussi : Rubrique Festival, Cinemed 2010 Ligne éditoriale, Cinemed 2009 , Cinemed 2008, Rencontre Pierre Pitiot « sont méditerranéens ceux qui ont envie de l’être, Cinéma , Languedoc-Roussillon Cinéma,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>