Cinemed 32e :  » Un léger glissement de la ligne éditoriale  »

cinemed-10Depuis son premier cri, poussé en 1979 dans le cadre du ciné-club Jean-Vigo, le Cinemed a poursuivi sa ligne éditoriale ouverte sur la civilisation méditerranéenne. En partant de la succulente et inventive cinématographie italienne, avant de s’étendre aux ports de la mer noire pour finalement concerner l’expression cinématographique de pas moins de vingt-trois nationalités.

Le plaisir de cette ouverture géographique va de paire avec l’intérêt que l’on porte à ce qu’un film peut transmettre de proprement culturel. Comme il marque une certaine appartenance de notre région aux rives de la Méditerranée. Cette 32e édition marque « un léger glissement de la ligne éditoriale » qui s’opère à la faveur d’un cinéma plus accessible et moins cinéphile pointu, a signalé Le directeur du Cinemed, Jean-François Bourgeot.

Pas sûr que les cinéphiles qui constituent une bonne partie du public du festival, n’entrent dans ce costard d’intellectuel pointu. Donner à voir des films dans un vrai festival de cinéma suppose une certaine qualité de production, mais celle-ci ne se mesure évidemment pas seulement à l’aune d’Avatar ou des comédies sentimentales françaises qui envahissent le petit écran et peinent à passer nos frontières. Bref, ce que l’on retient de ce « léger glissement », c’est le mot léger qui permet à tous les amoureux du cinéma de retrouver un espace géographique singulier où l’histoire du cinéma côtoie des cinématographies méconnues.

Les productions tournées dans la région s’affirment comme un volet à part entière de la programmation. Dans ce cadre on pourra revoir Merci la vie de Bertrand Blier ou 37°2 le matin en présence de Beineix. Deux géants du cinéma italiens sont à l’honneur cette année, avec une rétrospective consacrée à l’avant-gardiste et subversif Marco Ferreri et à son scénariste fétiche Rafael Azcona (le 27 oct Brak up, érotisme et ballon rouges, 29 oct La Grande bouffe en présence d’Andréa Ferréol) et un hommage à Dario Argento à nous glacer le sang.

Jean-Marie Dinh

Voir aussi : Rubrique Festival Cinemed 2010, Soirée d’ouverture, Cinemed 2009 , Cinemed 2008, Rencontre Pierre Pitiot “sont méditerranéens ceux qui ont envie de l’être, Cinéma , Languedoc-Roussillon Cinéma,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>