Pessoa et les mystères de la création

15476981Rencontre littéraire. 4ème rendez-vous pour réviser ses classiques à l’occasion de la 30e Comédie du Livre, autour des auteurs ibériques, à Montpellier du 29 au 31 mai. La Marseillaise est partenaire.

Le voyage au cœur des littératures ibériques se poursuit avec les rencontres littéraires initiées par l’association Cœur de livres. Le débat s’est ouvert jeudi 30 avril autour d’un monument de la littérature mondiale Fernando Pessoa, écrivain portugais à l’imagination débridée, ayant écrit sous 72 hétéronymes.

Né en 1888 à Lisbonne, Pessoa a laissé à la postérité près de trente mille pages de textes, touchant à tous les genres (excepté le roman), dont certaines ne paraîtront que plusieurs années après sa disparition en 1935. Cette gloire posthume qui en fait un des précurseurs du modernisme portugais, l’auteur semble l’avoir pressentie : « Chaque nation aura ses grandes œuvres fondamentales et une ou deux anthologies de tout le reste. La compétition entre les morts est plus féroce qu’entre les vivants ; ils sont plus nombreux », souligne-t-il dans son essai Erostrate rédigé vers 1925.

Il n’aura pourtant été que peu publié de son vivant et n’aura signé de son nom que des articles de journaux. L’œuvre de cet écrivain protéiforme se compose de milliers de pages dont les langues s’exercent aussi bien en vers qu’en prose dans un environnement singulier, proche du somnambulisme où s’opère une contamination active du réel par le rêve.

Invention poétique

Sa renommée mondiale il la doit pour beaucoup aux hétéronymes, ces poètes « survenus » en lui-même lors d’une expérience singulière de création qu’il dit avoir vécue le 8 mars 1914 et qu’il a rapportée en détails dans une lettre adressée à son ami Casais Monteiro. Ce « jour triomphal » marque l’entrée en scène de quatre poètes : Alberto Caiero, Alvaro de Campos, Ricardo Reis et Fernando Pessoa lui-même, qui naît « en réaction » à ces « hétéronymes ». Quatre personnalités littéraires aussi différentes les unes des autres que le sont leurs oeuvres respectives. Ainsi, le poète portugais a créé non seulement des poésies mais aussi des poètes.

Rêves lucides

L’enfance de l’auteur sera marquée par la perte de son père à l’âge de cinq ans puis d’un jeune frère et d’une jeune sœur. Après avoir suivi sa mère en Afrique du Sud, en 1905, il part, à l’âge de dix-sept ans, pour Lisbonne où il vivra auprès de sa grand-mère paternelle atteinte de démence à éclipses. Pessoa a souffert de névrose mais il ne faut pas réduire son expérience poétique à un dédoublement de la personnalité. Sa vie a été une quête incessante pour rester lucide.

« Nous avons tous deux vies écrit Alvaro de Campos. La vraie, qui est celle que nous avons rêvée dans notre enfance… La fausse, qui est celle que nous vivons dans le commerce des autres…» En 1913, il entame en la « personne de Bernardo Soares, la rédaction décousue d’un journal intime qu’il poursuivra jusqu’à sa mort. Les textes seront réunis cinquante ans plus tard et publiés sous le titre Le Livre de l’intranquillité. Soares, son auteur, est, au même titre que celle des autres écrivains inventés par Pessoa mais c’est avec lui que la similitude avec le créateur de l’oeuvre est la plus grande…

Des masques de poètes qui cachent une personnalité trouble. Qu’est-ce que ces masques nous révèlent sur l’auteur et sa création ? En quoi les hétéronymes participent-ils d’une « sorte de drame » selon l’expression de Pessoa et font de celui-ci un « dramaturge » comme il le revendique par ailleurs ? La question a été débattue jeudi avec Stanislas Grassian, artiste interprète metteur en scène et auteur de la pièce Mystère Pessoa, mort d’un hétéronyme.

Les réflexions de Pessoa résonnent toujours aujourd’hui et demeurent ultra-contemporaine comme en témoignent ces citations : « La démocratie moderne est une orgie de traîtres. » Ou encore, « La vitesse de nos véhicules a retiré la vitesse à nos âmes. »

JMDH

Source La Marseillaise 30/04/2015

Voir aussi : Rubrique Littérature, Littérature Espagnole, Rubrique Rencontre, rubrique Montpellier, rubrique Portugal,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>