« Pas de confiance sans coopération »

Michela Marzanno, Oct 2010, Photo Rédouane Anfoussi

Michela Marzanno, Oct 2010, Photo Rédouane Anfoussi

Philosophie politique. Rencontre avec Michela Marzano autour de son essai Le contrat de défiance qui construit et déconstruit notre rapport à la confiance.

Ancrée dans un champ de recherche contemporain, la philosophe italienne Michela Marzano signe un essai accessible et exigeant en posant la question fondamentale de la confiance et de sa perte dans le modèle idéalisé de la société néolibérale aujourd’hui dans l’impasse.

Le titre de votre essai renvoie à la notion de confiance. Peut-on toujours faire confiance à l’autre ?

La confiance ne donne jamais de garantie. On se livre à l’autre pour le meilleur et pour le pire, cela implique une vulnérabilité. Selon le modèle du don conceptualisé par Mauss et Derrida, un modèle d’ouverture à l’autre qui veut que l’on donne quelque chose sans prétendre à un retour qui corresponde à ce que l’on a donné. Cela relève de l’asymétrie. On quitte l’échange purement économique du donnant donnant mais on reste dans une dynamique de mouvement qui nous sort de la fermeture individualiste. Aujourd’hui, l’application de ce modèle gagnant gagnant réduit tous nos rapports subjectifs, l’amitié, l’amour, ou encore la relation médecin patient, à un échange marchand.

Cette crise de la confiance se révèle également dans le cadre du volontariste économique ?

La confiance ne peut reposer sur un modèle volontariste. La crise des subprimes en 1998 l’a bien démontré. Il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir. Cette attitude met entre parenthèses la possibilité de l’échec et de l’erreur, l’existence des limites matérielles et la contrainte de la réalité. Le rétablissement de la confiance suppose que l’on revienne à un discours de vérité qui nomme les difficultés telles qu’elles sont pour bâtir un projet réaliste.

Dans « Extension du domaine de la manipulation », vous déconstruisiez déjà la posture du management qui participe à une grande illusion ?

Le langage du management et de la confiance en soi pousse à vous faire dépasser toute sorte de problèmes. Il tend à envisager une indépendance totale vis-à-vis des autres. C’est l’idéologie du tout seul je peux devenir un winner et conquérir le monde. Un modèle directement remis en question par la crise. Aujourd’hui les managers ont bien compris que s’il n’y a pas un véritable esprit d’équipe au sein de l’entreprise lié à la coopération, tout le modèle s’effrite. Mais là encore le retour de la confiance exige de revenir aux bases et d’avoir le courage d’un discours de vérité. Avec une remise en question des objectifs notamment la vision à court terme, une reconnaissance des difficultés, et la capacité d’admettre l’impossibilité d’être dans la perfection. Les erreurs et les échecs font partie de la conduite humaine y compris sur les lieux de travail.

La crise économique semble déboucher sur une crise sans précédent de la crédibilité politique ?

On a promis et on continue de promettre des choses qui se situent au-delà des possibilités, des choses dont on était sûr qu’elles ne pourraient avoir lieu. Les gens attendent un rapport de vérité. C’est cela qui fait défaut. Mais une autre impasse serait de confondre vérité et transparence. Une tendance fréquente dans le milieu politique qui nous assomme avec cette idée. Le souci de transparence nous pousse à tout dire même ce que l’on ne connaît pas.

Avec l’effet paradoxal qui veut que plus les politiques maintiennent les gens dans le flou plus ils ont des chances de convaincre…

En effet, d’une part on continue à promettre des choses que l’on ne peut pas tenir et d’autre part, on est incapable de bâtir un programme qui prenne en compte les problèmes de la réalité. Il faut chercher ensemble des solutions envisageables, parce qu’il n’y a pas de confiance sans coopération. La population attend un retour sur le terrain et dans la réalité. En France comme en Italie, on manque de figures capables d’incarner ce qu’un homme ou une femme politique devrait faire aujourd’hui. C’est-à-dire avoir l’humilité de regarder en face la réalité et parfois de dire, il y a des choses que je ne peux pas changer mais je m’engage à prendre la mesure du possible pour pouvoir changer ce qui peut l’être.

L’humilité est-elle nécessaire dans la mesure ou comme vous le soulignez les hommes politiques produisent de plus en plus leurs propres normes d’action. Ce qui permet par exemple à Sarkozy de se présenter comme le président du pouvoir d’achat ?

Sarkozy s’est bien inspiré du modèle italien où l’on promet des choses que l’on ne tient jamais, parce qu’après, on change les règles de fonctionnement du système. Ce qui nous oriente vers la fin même du modèle de la démocratie. Je pense qu’il faut garder cela à l’esprit.

Les mensonges de Berlusconi ne l’ont pas empêché de sortir victorieux des élections régionales…

Là, on est en plein dans la manipulation de l’opinion publique qui est poussée très loin en Italie avec un contrôle très fort des médias. On n’en est pas encore là en France même si cette tendance s’affirme de plus en plus. Ce qui nous pousse à y résister en gardant une forme de défiance vis-à-vis du pouvoir. Cette défiance participe au fonctionnement démocratique tant qu’elle ne bascule pas dans la théorie du complot. Une posture où l’on pense construire une niche à l’abri du mensonge d’Etat, en se retrouvant finalement dans un mode de vie à part.

En quoi la confiance peut-elle nous permettre de renouer avec ce rôle d’acteur ?

Le problème de nos sociétés, c’est le manque de capacité à s’impliquer directement dans la vie. On attend un salut d’en haut sans jamais croire que la situation pourra être résolue. Pour sortir de cette paralysie chacun doit s’impliquer à son niveau. Les enseignants dans l’éducation, les parents avec leurs enfants… La confiance est quelque chose que l’on découvre dès l’enfance. Le changement sera progressif, il est lié à l’implication de chacun.

Vous opposez la confiance de Montesquieu à la défiance pessimiste d’Hobbes ?

Hobbes est le dernier penseur politique qui reste à l’intérieur de la pensée théologico-politique dans le sens où il construit le rapport entre le citoyen et l’Etat sur la base du rapport entre le croyant et Dieu. Il faut, selon lui, avoir une confiance absolue dans l’autorité politique et s’y soumettre en dépit des problèmes qui peuvent surgir. Aujourd’hui ce modèle ne peut plus fonctionner. La situation appelle plutôt un modèle à la Locke qui nécessite une confiance de la part du citoyen vis-à-vis de l’Etat, avec une capacité de vigilance. Capacité que Montesquieu formalise par la séparation des pouvoirs qui est mise à mal. Alors que ce système de contrôle, permet à la démocratie de rester en place sans tomber dans la méfiance absolue qui reste en retrait par rapport à la participation active dans la vie d’une cité.

Recueilli par Jean-Marie Dinh

Le contrat de défiance, Grasset, 19 euros

Voir aussi : Rubrique Philosophie Deleuze et les nouveaux philosophes, rubrique Politique rubrique Rencontres, Jean-Claude Milner, Michela Marzano: de la peur, Daniel Bensaïd, Bernard Noël, Dominique Shnapper, rubrique Italie, Berlusconi passe l’épreuve de force, L’Italie à l’avant garde de la xénophobie, Cinéma Le système berlusconnien, Portrait d’Italie,

Une réflexion au sujet de « « Pas de confiance sans coopération » »

  1. Ping : Cynthia Fleury: «Il y a du Narcisse blessé dans le pessimisme français» | Le vent se lève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>