L’Italie : l’avant-garde de la xénophobie

Suite aux actes xénophobes de Rosarno, le quotidien progressiste de gauche El País estime que l’Italie fait, une fois de plus, figure de précurseur : « Cela a souvent été positif, avec la Renaissance par exemple. Mais aussi négatif, avec le fascisme. Ou désormais, avec l’expulsion violente des immigrés de Rosarno après les altercations entre les autochtones et les saisonniers africains. Le rejet de l’autre, la peur de l’étranger ou le racisme n’existent pas uniquement là ou ailleurs. Les partis pro-fascistes, les initiatives xénophobes ou la législation répressive s’étendent de Vic [près de Barcelone] à Copenhague. Mais l’avant-garde italienne, nourrie par un mélange d’affairisme froid et d’idéologies passionnées sur l’exclusion, a produit l’une des législations sur l’immigration les plus restrictives d’Europe, et un manque de protection de l’Etat pour les étrangers. Le pire, c’est justement que l’Etat se retire et laisse un vide qui ne puisse être comblé que par la criminalité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>