Berlusconi passe l’épreuve de force

berlusconi

Le Parlement italien a rejeté mercredi une motion de censure de l’opposition à l’encontre du secrétaire d’Etat à la Justice soupçonné de corruption, Giacomo Caliendo. Malgré la pression accrue sur Silvio Berlusconi et son gouvernement, la presse juge improbable la tenue d’élections anticipées.

The Irish Times – Irlande

Une longévité atypique

Avec l’échec de la motion de censure initiée par l’opposition au Parlement italien contre le secrétaire d’Etat controversé Giacomo Caliendo, le Premier ministre Silvio Berlusconi a de nouveau conjuré une défaite, écrit le quotidien The Irish Times : « Silvio Berlusconi a peut-être survécu à la motion de censure d’hier au Parlement italien, mais les turpitudes d’un Premier ministre en difficultés et infiniment résistant sont loin d’être terminées. La perte la semaine dernière de la majorité absolue du gouvernement consécutive au divorce entre Berlusconi et son ancien allié et président du Parlement Gianfranco Fini, ainsi que l’émergence mardi d’un nouveau scandale de meurs impliquant un ménage à quatre, renforcent la réputation de comedia dell’arte de la politique italienne. … Mais Berlusconi, menacé d’élections anticipées en cas de réussite de la motion, a démontré une longévité politique des plus atypiques pour son pays. … En réalité, les adversaires de Berlusconi ne sont pas plus enthousiastes que lui à l’idée de nouvelles élections organisées maintenant. » (05.08.2010)

Delo – Slovénie

Les choses se compliquent pour le Premier ministre italien

Malgré le rejet de la motion de censure déposée à l’encontre du secrétaire d’Etat à la Justice Giacomo Caliendo, l’étau se resserre sur le Premier ministre italien Silvio Berlusconi : « Si Berlusconi ne parvient pas à débaucher une kyrielle de députés de l’autre camp d’ici l’automne, il pourra chuter au moindre vote d’importance. Il n’osera probablement plus reposer la question de la confiance, car cela signifierait sa fin. 36 votes de confiance ont été menés en deux ans afin que Berlusconi puisse contourner les débats de l’opposition. Et il n’y a pas si longtemps de ça, le Cavaliere pouvait encore se targuer d’un soutien des deux tiers de ses citoyens. » (05.08.2010)

Corriere della Sera – Italie

Le gouvernement doit inclure tout le monde

Même après l’échec de la motion de censure contre le secrétaire d’Etat à la Justice Giacomo Caliendo, il n’y aura probablement pas d’élections anticipées, écrit le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera, aucun des partis n’ayant vraiment intérêt à la tenue d’un scrutin : « Après Berlusconi et sans lui, il ne restera … plus de réelle distinction, plus d’appartenance liée au passé, plus d’identité politique solide, plus de réel lien aux référents sociaux. Aujourd’hui, sans Berlusconi, il n’y a plus de partis en Italie, il n’y a plus rien. Il y seulement un grand cloaque parlementaire. C’est pourquoi le seul gouvernement auquel on peut penser, c’est celui qui comme aujourd’hui inclut tout le monde ou presque. La société italienne retrouve alors l’une de ses caractéristiques originales des temps normaux : la propension à établir un système parlementaire dans lequel la tendance à l’amalgame est bien plus forte que la tendance à la division pour des partis nettement opposés. » (05.08.2010)

Voir aussi : Rubrique Italie l’Italie lève l’îmmunité de Berlusconi,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>