L’impasse britannique est due à la crise

Friands d’excentricité, les Britanniques sont servis. Habitués des alternances politiques paisibles et régulières, héritage du mode de scrutin uninominal à un tour, les voilà sans majorité de gouvernement évidente au lendemain des élections législatives du 6 mai. Les conservateurs (les tories) sont en tête (36 % des suffrages, environ), mais pas suffisamment pour disposer seuls de la majorité à la Chambre des communes. Prétendument usés par treize années de pouvoir ininterrompues, les travaillistes (le Labour) arrivent en deuxième position (un peu moins de 30 % des voix).

Malgré les pertes du Labour aux élections législatives britanniques, le Premier ministre Gordon Brown s’efforce de former une coalition. L’issue serrée de ce scrutin est due aux programmes similaires des partis qui ont à leur tour réagi à la crise, estime le quotidien Le Monde : « Ce n’est pas une tragédie shakespearienne ni même une crise politique. C’est, en général, la situation qui prévaut au lendemain des élections dans la plus grande partie de l’Europe : les majorités gouvernementales y sont le fait de coalitions. … Pourtant, le cas britannique est particulièrement intéressant, et ces élections peuvent constituer un précédent. Elles préfigurent ce que va être le débat politique sur le Vieux Continent en cette période de crise économico-financière. … Car si le score est si serré entre Gordon Brown et David Cameron, c’est aussi que les programmes n’étaient guère différents. … Un seul thème a dominé la campagne : comment réduire un déficit budgétaire historique … hérité de la crise financière 2008-2009. »

Le programme gouvernemental britannique encourage la transparence

Le nouveau gouvernement de coalition britannique a présenté cette semaine son programme pour les cinq ans à venir. Le quotidien conservateur The Times est optimiste : « Dans le document de coalition est intégré un levier qui favorisera largement l’octroi du pouvoir aux citoyens. Il s’agit d’un engagement en faveur de la transparence. Les autorités publiques devront publier en ligne les informations relatives aux postes des fonctionnaires … et mentionner les salaires et les dépenses des hauts fonctionnaires. En outre, le gouvernement central rendra public toutes les dépenses et les contrats supérieurs à 25.000 livres [environ 29.000 euros] et les municipalités seront tenues de publier les contrats et de mettre à disposition la totalité des documents. Cela devrait faciliter la prise de contact des nouveaux entrepreneurs avec les autorités. La publication automatique des informations est un moyen pratiquement gratuit de donner du pouvoir au peuple. »

The Times - (conservateur) 21/05/10

Première crise pour la coalition

Le gouvernement de coalition britannique dirigé par le conservateur David Cameron a été confronté dimanche à sa première crise depuis son entrée en fonction il y a moins de trois semaines, déclenchée par la démission d’un ministre libéral-démocrate mis en cause pour ses notes de frais. Le secrétaire d’Etat au Trésor David Laws, numéro deux au ministère des Finances avec rang de ministre, a présenté sa démission samedi soir, au lendemain de révélations par le quotidien Daily Telegraph indiquant qu’il a indûment perçu plus de 40 000 livres (47 100 euros) en notes de frais, entre 2001 et 2009.

Ce départ est un coup dur pour le gouvernement, 18 jours seulement après sa prise de fonction. David Laws, 44 ans, avait impressionné les milieux financiers par sa volonté d’appliquer sans concession le programme de réduction des dépenses publiques, priorité absolue du nouveau gouvernement. Positionné à la droite du parti libéral-démocrate (centre-gauche), il avait aussi été l’un des architectes de l’accord de coalition. Hautement considéré par les conservateurs, il constituait à leurs yeux une garantie de la viabilité de cette alliance.

Un premier échec pour David Cameron

Enfin, les circonstances de cette démission sonnent comme un premier échec pour David Cameron et le vice-Premier ministre libéral-démocrate Nick Clegg, qui ont promis d’assainir les moeurs politiques après le vaste scandale de l’été dernier sur les défraiements réclamés indûment par des parlementaires.

RTBF Info (Belgique) 30/05/10

Voir aussi : Rubrique Rencontre David Peace , Rubrique Grande Bretagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>