Une série d’attentats marque l’ouverture du scrutin à Bagdad

irakelections1Plusieurs obus de mortier ont été tirés et au moins sept bombes ont explosé à Bagdad et Baqouba, dimanche 7 mars, à l’ouverture des bureaux de vote pour les deuxièmes élections législatives de l’après Saddam. Un premier bilan fait état de 12 morts. Le scrutin est entouré de mesures de sécurité exceptionnelles pour empêcher des attentats d’Al-Qaida, qui a menacé de tout faire pour troubler la tenue d’un scrutin jugé crucial pour l’avenir du pays. Dix obus de mortier ont été tirés à Bagdad, dont quatre contre la zone qui abrite les institutions gouvernementales et les ambassades américaine et britannique, a précisé cette source, sans faire état de victime. Deux bombes ont également explosé dans deux autres quartiers de la capitale alors que cinq autres ont retenti quasi-simultanément à proximité de bureaux de vote sans faire de victimes, selon des sources policière et militaire.

Environ 19 millions d’Irakiens doivent se rendre dans les centres de vote des 18 provinces, qui constituent autant de circonscriptions, pour élire les 325 députés de leur parlement lors d’un scrutin jugé crucial pour l’avenir du pays. Les bureaux de vote fermeront à 17 heures (15 heures à Paris). Ces élections interviennent à six mois du retrait des troupes de combat américaines, en août, qui ouvrira la voie au désengagement total de l’armée fin 2011 après neuf ans d’occupation. Contrairement au premières élections législatives de 2005, les troupes américaines ne participent pas à la protections des urnes.

Le Premier ministre chiite sortant Nouri al-Maliki et son rival laïc Iyad Allawi font figure de favoris mais devront affronter une coalition de partis religieux chiites particulièrement puissante dans le sud du pays. Au nord, dans le Kurdistan autonome* irakien, les deux partis historiques -le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani et l’Union patriotique du Kurdistan de Jalal Talabani- sont pour la première fois concurrencés dans un scrutin national par un parti de dissidents, Goran (changement en kurde). Pour tenter de parer aux violences, un dispositif de sécurité exceptionnel a été mis en place. Uniquement à Bagdad, 200.000 policiers et soldats seront déployés, alors que la circulation automobile sera interdite dans l’ensemble des villes.

AFP

* Repères Kurdistan irakien : Mai 1992 Premières élections législatives au Kurdistan irakien, qui a obtenu une autonomie partielle après la guerre du Golfe de 1991. Le Parti démocratique du Kurdistan et l’Union patriotique du Kurdistan se partagent le pouvoir. Mars 2003 Invasion de l’Irak par l’armée américaine. La loi sur la période de transition entre en vigueur le 28 juin 2004 et reconnaît officiellement l’autonomie du gouvernement régional du Kurdistan. La Constitution irakienne en fait autant en 2005. Janvier 2005 L’Alliance démocratique et patriotique du Kurdistan de Jalal Talabani et Massoud Barzani remportent 104 des 111 sièges de l’Assemblée nationale kurde. M. Barzani est désigné président pour quatre ans.

Voir aussi : Rubrique actualité internationale Irak :  Pétrole contre nourriture L’Irak demande des réclamations, Le président Jalal Talabani à Paris, Paris et Bagdad renouent leurs liens militaires,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>