Le président irakien Jalal Talabani à Paris pour conclure une normalisation politique et des contrats

jalal-talabaniLe président irakien Jalal Talabani était attendu lundi à Paris pour une visite d »Etat de quatre jours, destinée à couronner la normalisation des relations entre les deux pays après l »opposition de Paris à l »invasion américaine de l »Irak en 2003 et conclure de nouveaux contrats. Il s »agit de la première visite d »Etat jamais réalisée par un chef d »Etat irakien en France, Saddam Hussein n »y ayant effectué que des visites officielles ou de travail. Pour le Kurde Jalal Talabani, l »avenue des Champs-Elysées et les bâtiments publics ont été pavoisés de drapeaux irakiens rouge-blanc-noir, portant l »inscription « Allah Akbar » (Dieu est le plus grand).

De premiers entretiens à l »Elysée avec le président Nicolas Sarkozy étaient prévus à 17H00, avant un dîner avec les épouses, Hero Ibrahim Ahmad et Carla Bruni-Sarkozy. « La France bénéficie en Irak d »une très belle image sur laquelle nous essayons de capitaliser« , a résumé lundi l »ambassadeur de France à Bagdad, Boris Boillon. « Les Américains sont sur une logique de départ (…) les Irakiens dans une logique de diversification, cela fait les affaires de la France », a-t-il ajouté sur Europe 1.

Le retour de la France en Irak, partenaire privilégié dans les années 70 et 80, se fait avec la bénédiction des Etats-Unis qui cherchent à montrer que Bagdad a repris toute son indépendance et sa place sur la scène internationale. Depuis le début de l »année, les visites de responsables irakiens et français se sont multipliées de part et d »autre. Nicolas Sarkozy était à Bagdad en février, son Premier ministre François Fillon en juillet.

Alors que le coût de la reconstruction de l »Irak est estimé à 600 milliards de dollars, plusieurs contrats ont déjà été signés en matière de sécurité intérieure et militaire, comme la vente de 24 hélicoptères. Cette semaine, d »autres accords seront conclus, « qui renouvellent complètement la relation bilatérale » dans les domaines de la défense, de la sécurité intérieure, de l »économie, du secteur aérien, culturel et agricole, a précisé Boris Boillon.
Deux accords économiques vont permettre « à l »Agence française de développement (AFD) de venir en Irak » et concerner aussi « la Coface (assureur-crédit français pour le real online pokies commerce extérieur) qui permet de garantir les risques », a ajouté le diplomate. Jalal Talabani aura mercredi des entretiens avec le Medef.

Selon Denis Bauchard de l »Institut français des relations internationales (IFRI), « la France est bien placée pour revenir en force sur le plan économique en Irak », alors que « les Allemands et les Russes restent encore discrets« . Parmi les plus grosses perspectives, le groupe français Total pourrait se voir octroyer l »exploitation de champs pétroliers. Récemment, Aéroports de Paris International (ADPI) a remporté un contrat de 28 millions d »euros pour des études sur un futur aéroport Moyen Euphrate visant à desservir les villes de Kerbala et Najaf. Thales va numériser de son côté les données de l »état civil irakien, un contrat de 12,4 millions de dollars.

Pour la France, la question de la sécurité en Irak, même si elle reste importante, ne doit pas freiner les investisseurs. Il y a en Irak « une véritable amélioration sécuritaire« , a assuré l »ambassadeur français, tout en reconnaissant qu »à Bagdad l »édification de multiples murs pour améliorer la protection avait modifié le visage de la capitale.

Voir aussi : Rubrique Irak :  Pétrole contre nourriture L’Irak demande des réclamations,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>