La révolte aux sources du mento des Jolly Boys

JollyBoys

2009 marque le retour du groupe revigoré avec un son révolutionnaire. Photo dr

Festival. Fiest’A Sète c’est aussi une dizaine de concerts gratuits qui valent le
déplacement dans les communes du bassin de Thau et à Sète.

Avant l’ouverture du Théâtre de la mer le 2 août prochain Fiest’A Sète, répand le meilleur des musiques du monde avec une dizaine de concerts gratuits autour du bassin de Thau en partenariat avec les municipalités qui sont parties prenantes de cette ouverture culturelle. Cela a commencé samedi dernier, à Balaruc-les-Bains qui a basculé dans la culture celtique le temps d’un concert des Ballyshannons, une formation franco-Irlandaise qui revisite le répertoire Irish folk avant de rejoindre le climat saharien avec la malienne Mamani Keita.

Le brassage culturel s’est poursuivi le lendemain à Marseillan, avec l’improbable filiation Belge et brésilienne du groupe Anavantou qui associe un quatuor wallon à un ensemble de percussions du Nordeste brésilien (Membrana). Une rencontre étonnante qui démontre que l’on peut partager le goût de la fête à des latitudes différentes.

Concert historique The Jolly boys à Marseillan

Ce même soir, le port de Marseillan a vécu sans conteste un moment historique avec le concert exceptionnel de The Jolly Boys. Un groupe jamaïquain légendaire qui a vu le jour en 1945. Il y a près de soixante ans que les compères présents à Marseillan distillent les ingrédients du Mento. Ancêtre du Ska, du rocksteady et du reggae, le Mento était la musique que l’on dansait dans les boîtes jamaïquaines.

Apparue à la fin du XIXe, elle était jouée dans les campagnes avec des instruments acoustiques faits maison et des paroles familières souvent à double sens qui abordaient les questions sociales. Originaires de Port Antonio sur la côte Nord de la Jamaïque, The Jolly Boys, sont considérés comme les maîtres du Mento. Musique traditionnelle transmise durant plusieurs décennies aux touristes de passage qui l’ont souvent confondu avec le Calypso antillais.

A la fin des années 80, le groupe mené par Errol Flynn, est redécouvert par les amateurs de musique roots, ce qui lui permet de partir en tournée à l’étranger. Plus récemment Jon Baker, ex leader d’Island Records et fondateur de Gee Street Records leur a fait reprendre le chemin des studios pour un retour aux sources. Il a alors la louable idée de capter dans la musique des Jolly Boys, les traces de révolte ayant inspiré des groupes punk comme The Clash, The Stranglers ou les Stooges.

C’est dire si ces vieux briscards jamaïquains que l’on a pu voir sur le port sous un jour bien tranquille sont plus subversifs qu’il ne le laissent paraître. A l’image de la reprise qu’ils ont faite d’Iggy Pop, ce sont des passagers qui se promènent à travers  la ville le soir pour y voir la face déchirée de ce qui s’y passe. Et nous, on se réjouit d’avoir pu voir ces monstres.

JMDH

Dream Machine
Les Escales musicales
Convaincus que la fête populaire, telle qu’elle se vit dans nos villes et villages languedociens, est parfaitement compatible avec la plus grande exigence musicale, le festival le démontre chaque année. Pour faire rêver sans galvauder la marchandise il faut savoir aller aux racines. Une spécialité du festival Fiest’A Sète ! Depuis le 26 juillet, des artistes venus de tous les horizons convergent vers Sète et le pourtour du bassin de Thau pour jouer avec le public la carte de la découverte, de la diversité et de la fête populaire (et gratuite !). Poussan, Marseillan et Balaruc-les-Bains ont vibré ou vibreront sur des sonorités créoles, brésiliennes, africaines, celtiques !

Poussan Jeudi 31 juillet Debademba

Debademba-3Le Mali et le Burkina Faso réunis au sein du groupe Debademba. Ce soir avec le groupe Zoréol.  Cette formation issue de la diaspora africaine de Paris redonne à la ville lumière ses lettres de noblesse de « capitale de la sono mondiale », joyeux chaudron où se mêlent les saveurs musicales les plus épicées de l’Afrique de l’Ouest. Mbalax et afrobeat sauce mandingue pour fiesta explosive ! Ancienne cave coopérative de Poussan à 20h30.

Zoréol à Fiest’A Sète.
300x300Ce soir à 20h30 concerts gratuits avec le quintet célèbre de la créolité (Réunion) le groupe Zoreol. Contraction de « zoreil » et « créole », Zoreol est l’ambassadeur du maloya et du séga réunionnais dans le sud de la France où il s’est enrichi de nouvelles influences. Ainsi naissent les métissages, et le leur n’a qu’un but : vous faire danser. Une dimension festive et de chaleureux moments de  partage garantis. Rendez-vous est donné Chemin de la cave coopérative, devant l’ancienne cave coopérative, 34560 Poussan. Le concert est programmé en partenariat avec le Comité des Fêtes le Carré d’As et la Mairie de Poussan. Concerts gratuits

Vendredi 1 août Sète plage la Ola
DJ RKK / Maga BO

F1000004Le rendez-vous annuel on ze beach de Fiest’A Sète : ça se passe à la Ola, avec DJ RKK, résident (annuel) d’un jour, platineur de tous les grooves et artificier des tempos chauds, avec un set EleKtropiK épicé. Un mot pour résumer ses activités : conneXionneur. On le connaît animateur radio, sur Radio Nova depuis 1988. Mais dès 1973, il a participé à la création du journal Libération et a été un des journalistes pionniers de la rubrique « Musique » de 75 à 86. Il a conçu divers projets unissant la France et le Brésil, programmé de grands festivals (dont Nice Jazz Festival 1994/96) et a été durant 7 ans le créateur et MC des mardis salsa de La Coupole. Il est l’auteur de nombreuses compilations Brésil et Latines.

91+maga+Oriana+ElicabeEn guest, Maga Bo, DJ globe-trotter originaire de Seattle, il a quitté son pays en 1999 pour parcourir la planète avec son studio d’enregistrement. Réalisé depuis sa base sud-américaine, son dernier album opère une collision entre le patrimoine afro-brésilien et la culture des soundsystems. Dernier album : Elektropik – RKK (Naive, 2010) Quilombo Do Futuro -Maga Bo (Mis, 2014). http://www.rkkcom.com/ http://www.magabo.com/. Vendredi 1 août plage de la Ola à Sète dès 19h. Entrée libre

Du boulot des pêcheurs de perles

Coup d’oeil. Fiest’A Sète Part One : concerts suivis par un José Bel heureux.

image_unes« On est hyper content de la première semaine à Sète et dans le bassin de Thau, confie le directeur du festival José Bel, mercredi, on a eu un concert mémorable des Jolly Boys à Marseillan qui a rivalisé en terme de fréquentation avec l’incontournable fête de l’huître locale. Jeudi encore les Réunionnais de Zoréol ont emporté le public avec leur interprétation très musique actuelle qui mêle maloya et jazz fusion. A leur suite, Debademba a mis le feu, tout le monde dansait ». Près de 12 000 personnes se sont retrouvées à dans la cave coopérative de Gigean malgré l’incendie (le vrai) qui a perturbé la circulation pour rejoindre le village héraultais.

Un plébiscite pour la programmation du festival qui fait dans le sur mesure. « Debademba, on les connaissait mais on a signé après les avoir vus au Womex 2013 à Cardiff, explique José Bel, Ce grand rendez-vous des musiques du monde qui tourne dans différentes villes d’Europe nous permet de découvrir de nouveaux talents comme de suivre l’évolution des esthétiques.» Les musiques du monde se fondent progressivement dans le grand mixer de la sono mondiale. « De plus en plus d’artistes font des rencontres, et l’offre se multiplie. Internet favorise évidemment ce mouvement, constate le fondateur du festival. Ce grand brassage aboutit à d’innombrables queues de poisson mais dans le lot on découvre immanquablement des pépites. »

C’est depuis longtemps le parti pris de Fiest’A Sète, de favoriser des rencontres et parfois de les provoquer. Celle de Bassekou Kouayate et Taj Mahal programmée lors de la dernière édition a été reprise cette année par plusieurs grands festivals en Europe. « Cette année on aura par exemple la rencontre de l’electro des ex Gotan Project avec l’expression tango – rock de Catherine Ringer ou encore celle de Nino Josele et Aziz Sahmaoui, ex membre de l’Orchestre National de Barbès avec le célèbre gitan Juan Carmona qui a joué avec Al di Meola ». Ca va chauffer, parole d’un grand homme de l’alchimie !

Source L’Hérault du Jour : 02/08/14

Voir aussi : Rubrique Actualité Locale, Rubrique Musique, rubrique Festival, 2014 : les notes métisses débarquent en forceDes esthétiques et des déferlantes qui embarquent le publicFiest’A Sète archives, On Line Site Officiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>