Le président chinois en visite d’Etat à Washington

1268105_3_aa3e_barack-obama-et-hu-jintao-le-17-novembre-2009

Le président chinois Hu Jintao a entamé  mardi une visite de quatre jours aux Etats-Unis. A l’ordre du jour des discussions avec le président américain Barack Obama, des questions telles que la suprématie du dollar et l’importance croissante de la puissance militaire chinoise.

Dr. Obama and Mr. Hu

Basketteur de 2,30 mètres, Yao Ming, vedette des Houston Rockets, a été choisi par Shanghai Lintas Advertising pour être la guest star d’une campagne de publicité lancée aux Etats-Unis, mardi 18 janvier, au moment où le président chinois Hu Jintao devait y commencer sa première visite d’Etat. Objectif : « Promouvoir vigoureusement le développement et la prospérité de la culture socialiste et de notre soft power national », selon les propos d’un employé du Bureau d’information du Conseil d’Etat chinois, commanditaire de l’opération.

Il n’est pas certain que les Américains, quelle que soit la qualité du spot, seront sensibles à ses appâts. Pas seulement parce que, en choisissant Yao Ming, les Chinois montrent combien ils restent éloignés de leur quotidien : star absolue dans l’empire du Milieu, ce basketteur régulièrement blessé voit sa notoriété fondre aux Etats-Unis. Surtout, en ces temps difficiles, cette campagne a peu de chances d’enrayer une sinophobie de basse intensité alimentée par un sentiment diffus du déclin de leur pays associé, dans beaucoup d’esprits américains, à un irrésistible ascendant de la Chine qui suscite de multiples débats et… des fantasmes irrationnels.

Le centre de recherches Pew a ainsi diffusé, mercredi 12 janvier, la dernière version d’un sondage annuel. A la question : « Quelle est la première puissance économique au monde ? », 47 % des sondés répondent « la Chine », 31 % seulement leur propre pays ! Avant l’effondrement financier de 2008, l’opinion plaçait les Etats-Unis nettement devant, à 41 %, contre 30 % seulement à la Chine. Ce basculement reflète les traces profondes laissées par la crise et la « wal-martisation » du pays : de plus en plus d’Américains paupérisés constatent que les produits les moins chers sont souvent étiquetés « made in China ». Ils concluent que celui qui leur permet si massivement de s’habiller et de se meubler est devenu le plus fort. Ils ont tort, évidemment : la Chine reste loin des Etats-Unis en termes de richesse. Mais en fantasmant une superpuissance économique chinoise, les Américains accréditent l’idée de leur propre déclin.

Les « anti-déclinistes » rappellent que ce n’est pas une première. Dans les années 1980, une blague parcourait le pays. Que ferait Washington si la troisième guerre mondiale éclatait ? Réponse : d’abord, bombarder Pearl Harbour ! A l’époque, en plus de Columbia et du Rockefeller Center, les Américains voyaient les Nippons acheter tout Hawaï. Leur économie paraissait invincible. Aujourd’hui, personne ne s’en souvient ; ni de la nippophobie qui l’accompagna. Les « anti-déclinistes » notent que, pareillement, la hantise de la Maison Blanche et du Congrès vis-à-vis du « yuan dévalorisé » est un faux débat. L’appréciation de la devise chinoise de 5 % aurait un impact sur le PIB américain de « 0,00 quelque chose », nous disait récemment Jan Hatzius, chef économiste de Goldman Sachs.

De même contestent-ils la réalité du déséquilibre commercial sino-américain. Les vieux critères de calculs, disent-ils, sont devenus inopérants. Un exemple : catalogué made in China, l’iPhone pèse officiellement pour 1,9 milliard de dollars dans le déficit commercial américano-chinois. Or des chercheurs de Palo Alto ont calculé qu’en réalité la Chine n’entre que pour 3,6 % dans sa valeur (elle ne fait que l’assembler). Certes, les Etats-Unis ne font pas beaucoup mieux (6 %), mais les entreprises japonaises y contribuent pour 34 %, les allemandes 17 %, les sud-coréennes 13 %, etc. Assimiler l’iPhone à un « produit chinois » est donc un leurre. La Chine, combien de prix Nobel scientifiques ? demandent-ils encore (la réponse est : zéro).

Ces voix notent avec satisfaction que le secrétaire au Trésor, Tim Geithner, dans son dernier discours, a minoré la question du yuan pour insister sur des thèmes plus importants : la fin des « pratiques qui violent les engagements internationaux » (vol de propriété intellectuelle, rétro-ingénierie et copiage des brevets systématique, protection de « l’innovation autochtone »…), et l’amélioration de la demande intérieure chinoise. Ces enjeux – avec le recul de la domination stratégique des Etats-Unis – alimentent aussi la vision « décliniste », que Gideon Rachman résume ainsi dans le dernier Foreign Policy : « Le déclin américain, on connaît la rengaine. Sauf que cette fois c’est différent. » L’argumentaire de ce camp apparaît à l’opinion plus convaincant parce que plus simple : alors que l’influence globale des Etats-Unis recule, celle de la Chine, même si elle en reste loin, progresse – et à un rythme plus rapide que prévu.

La sortie prochaine d’un avion de ligne et d’un porte-avions chinois est venue renforcer ces craintes. D’autant que le régime de Pékin instille chez les Américains un doute quasi identitaire. Liberté et initiative individuelle sont les mamelles de la prospérité, clame leur doxa officielle. Or le capitalisme rouge, dominé par un Etat planificateur et antidémocratique, s’avère économiquement plus efficace. Au sortir de la crise, alors que la Réserve fédérale prévoit 3,4 % de croissance aux Etats-Unis en 2011, à Pékin, l’agence de planification économique table sur 8 % (après 10,1 % officiels en 2010). L’agence de planification ? Brrr… C’est dans ce pays désorienté que débarque Mister Hu. Au docteur Obama, Henry Kissinger conseille dans le Washington Post de ne pas oublier ces évidences : « L’exceptionnalisme américain considère naturel de conditionner son attitude vis-à-vis d’autres sociétés à leur acceptation des valeurs américaines. (…) En situation de blocage, les négociateurs américains deviennent agités et impatients… » Avec les Chinois, ce n’est pas la bonne méthode, juge l’homme qui a procédé aux retrouvailles historiques avec la Chine de Mao.

Sylvain Cypel (Lettre de Wall Street Le Monde)

Le président Hu Jintao . Photo AP

Le président Hu Jintao . Photo AP

Le président Hu Jintao lance une proposition en cinq point

Le président chinois Hu Jintao, en visite d’Etat aux Etats-Unis, a lancé jeudi une proposition en cinq points pour promouvoir le développement des relations sino-américaines.

Le président Hu a exposé sa proposition durant un discours prononcé lors d’un déjeuner d’accueil offert en son honneur par des associations d’amitié aux Etats-Unis.

« Du fait de la situation internationale complexe et mouvante ainsi que des divers risques et enjeux, les peuples de nos deux pays devraient renforcer la coopération et oeuvrer de concert avec les peuples du monde entier pour partager les opportunités, relever les défis et construire un meilleur avenir pour l’humanité », a indiqué M. Hu.

Durant la première décennie de ce siècle, la Chine et les Etats-Unis ont accompli d’importants progrès dans l’établissement de relations positives, coopératives et globales pour le 21e siècle. Les relations sino-américaines ont atteint une ampleur et une profondeur sans précédent, selon le président chinois.

« Nous sommes totalement confiants sur les perspectives des relations sino-américaines. J’aimerais proposer les mesures suivantes pour renforcer la croissance solide et stable de nos relations », a dit le président chinois.

Premièrement, il faudrait garder à l’esprit les intérêts généraux, adopter une perspective de long terme et mener des efforts actifs pour promouvoir le partenariat de coopération sino-américain, a indiqué M. Hu.

Les deux parties devraient considérer et traiter les relations bilatérales d’un point de vue global en s’adaptant aux tendances de notre époque.

« Nous devons maintenir nos relations sur la voie de l’égalité, du respect et de la confiance mutuels, du bénéfice réciproque et du développement commun. A cette fin, nous devons accroître les échanges de haut niveau, approfondir et élargir les communications à tous les échelons, mieux comprendre les intentions stratégiques et les voies de développement de l’autre, et renforcer la confiance mutuelle, disperser les malentendus et construire un consensus », a-t-il ajouté.

Deuxièmement, il faudrait profiter des opportunités et prendre des mesures innovatrices pour établir un nouveau modèle de coopération économique mutuellement bénéfique. La Chine et les Etats-Unis procèdent tous deux à une restructuration économique, accroissent leurs investissements dans la protection environnementale, dans les énergies renouvelables et l’innovation technologique, et promeuvent le développement de la santé, de l’éducation et d’autres programmes sociaux, a indiqué le président chinois.

« Tout cela nous offre de nouvelles opportunités pour promouvoir de nouveaux domaines de coopération économique », a estimé M. Hu.

Troisièmement, il faudrait intensifier la communication et les consultations et approfondir la coordination et la coopération entre les deux parties pour traiter les défis globaux ainsi que les principales questions internationales et régionales, a-t-il continué.

La Chine et les Etats-Unis devraient poursuivre la coopération globale en tant que partenaires pour assumer les responsabilités communes et relever les défis communs, a ajouté M. Hu.

Quatrièmement, il faudrait approfondir l’amitié et promouvoir vigoureusement les échanges d’amitié entre les divers secteurs des deux pays. Le développement des relations sino-américaines repose sur le large soutien et la participation active des peuples des deux pays.

« Nous devons élaborer un bon programme d’échanges et de coopération dans les domaines de la culture, de l’éducation, de la science et de la technologie, entre autres, et encourager davantage de dialogue et d’échanges entre les institutions législatives, les autorités locales, les entreprises, les institutions universitaires, les médias et d’autres secteurs encore, pour que de plus en plus de personnes soutiennent une relation américaine solide et s’engagent de manière active dans cette grande cause », a déclaré le président Hu.

Cinquièmement, il faudrait se comporter l’un envers l’autre avec respect, en se traitant d’égal à égal, et régler les questions majeures et sensibles de manière appropriée.

« Les questions relatives à Taiwan et au Tibet touchent à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine, et elles représentent les intérêts fondamentaux de la Chine. Nous espérons que la partie américaine honorera ses engagements et travaillera avec nous pour préserver les progrès réalisés dans nos relations », a-t-il souligné.

« La Chine et les Etats-Unis diffèrent en matière d’histoire, de culture, de système social et de niveau de développement. Il est donc normal que nous rencontrions des désaccords et frictions », a ajouté M. Hu.

« Nous devons renforcer la confiance mutuelle, relever les obstacles existants et travailler de concert pour construire un partenariat de coopération sino-américain basé sur le respect mutuel et le bénéfice réciproque », a-t-il déclaré.

Le président chinois est arrivé mardi dernier à Washington pour une visite d’Etat de quatre jours aux Etats-Unis. La visite a pour objectif de renforcer les relations positives, coopératives et globales entre la Chine et les Etats-Unis.

Xinjua

Revue de presse européenne

La presse européenne estime que les Etats-Unis ont retrouvé un adversaire à leur niveau.

La Vanguardia – Espagne

Avant de se rendre à Washington, le président chinois Hu Jintao a critiqué la politique monétaire américaine. La Chine est en passe de devenir une puissance équivalente aux Etats-Unis, estime le quotidien La Vanguardia : « Hu Jintao ne vient pas seulement en tant que président d’une puissance émergente, mais aussi en tant que banquier non-négligeable qui a déjà pratiquement racheté un billion de dollars de titres de créance américains. La politique post-maoïste a été une réussite et représente un défi pour le statut actuel de superpuissance unique des Etats-Unis. … On peut résumer cette réussite à la capacité de la Chine à établir une situation de dépendance réciproque avec les Etats-Unis. Celle-ci  correspond à l’équilibre de la terreur pendant la guerre froide entre l’Union soviétique et les Etats-Unis. » (18.01.2011)

Süddeutsche Zeitung – Allemagne

Le président chinois Hu Jintao, avant sa visite aux Etats-Unis cette semaine, a critiqué la suprématie du dollar. Si la Chine privait le dollar de son statut de devise mondiale, cela serait un bienfait pour le monde, estime le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung : « Le monde n’a pas besoin de monnaie dominante pour s’assurer un ancrage solide, que celle-ci soit américaine ou chinoise. La crise financière a montré les risques encourus lorsqu’un Etat qui dispose d’une devise trop puissante s’enflamme. Les Etats-Unis ont pu s’endetter effrontément car le monde entier avait besoin du dollar pour payer. La bulle a désormais éclaté. La Chine sort renforcée de la crise et l’Europe va se ressaisir. L’économie mondiale est suffisamment grande pour plusieurs monnaies internationales. D’un point de vue historique, cela n’a rien d’original. Avant 1914, la livre britannique, le franc français et le mark allemand se partageaient le rôle de monnaie internationale. Le dollar, l’euro et le yuan pourraient se répartir cette tâche aujourd’hui. L’économie mondiale du XXIe siècle est dominée par plusieurs puissances. Il n’y a aucune raison que cela ne soit pas aussi le cas sur le marché des devises. » (18.01.2011)

Jornal de Negócios – Portugal

La visite d’Etat du président chinois aux Etats-Unis sera probablement l’occasion de porter un nouveau sujet à l’ordre du jour, écrit l’économiste Zhang Wei dans le journal économique Jornal de Negócios, à savoir « la puissance militaire croissante de la Chine et son influence sur l’espace Asie-Pacifique. … La position de la Chine à l’égard du dialogue militaire sino-américain reste confuse. Malgré ses réticences à mener un dialogue stratégique avec les Etats-Unis, la Chine semble vouloir appeler de ses vœux l’attention des Etats-Unis sur sa puissance militaire croissante. … L’histoire nous montre qu’une puissance militaire émergente entre inévitablement en conflit avec une puissance militaire existante s’il n’y a pas de dialogue régulier et efficace entre les deux. Dans ce cas, la revendication chinoise d’une ascension pacifique sonnerait creux. La Chine, l’espace Asie-Pacifique et le monde dans sa globalité auraient tout à y perdre. » (17.01.2011)

Voir aussi : rubrique Chine rubrique Finance, Le cours du Yuan en hausse, La Chine resserre ses taux hypotécaires, Si Pékin cessait d’acheter la dette américaine, La Chine traduit ses paroles en actes, Impact de la crise en Chine, rubrique Etats-Unis, La décision de la Fed suscite des critiques, Mian mian sort les cros rubrique Montpellier, Le jumelage Montpellier et Chengdu, Jumelage avec Louiseville Comédie du Livre dans le miroir étasuniens


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>