Oeuvres monde pour lâcher prise au MRAC

Per Barclay, Cahrine Portrait de l’artiste en jeune homme jusqu’au 29 novembre

Per Barclay, Cahrine Portrait de l’artiste en jeune homme jusqu’au 29 novembre

 

Musée. Tout était fictif et plein de mystère dans l’expo d’été du Mrac de Sérigan. Le Musée d’art contemporain propose un nouvel accrochage de sa collection et se prépare à son extension.

 Amis des cérémonies de passage, si vous souhaitez vous ouvrir les chakras donnant accès au vaste réservoir d’imaginaire de l’art d’aujourd’hui, un petit tour au Musée régional d’art contemporain (MRAC) de Sérignan s’impose.

Ce lieu d’envergure national situé dans une commune de 7 000 habitants a pris place en 2006, dans les murs de l’ancienne cave viticole. Les vitrages qui projettent la lumière à l’intérieur comme à l’extérieur du bâtiment de 2 700 m2 sont signés Daniel Buren.

Labellisé centre régional Languedoc-Roussillon en 2010, le MRAC  affirme des choix artistiques forts et invente de nouvelles formes de médiation à l’art. Ce travail s’est particulièrement développé sous la houlette d’Hélène Audiffren l’ex directrice du musée remplacée depuis un an par Sandra Patron qui reprend le flambeau avec de nouvelles perspectives.

L’exposition d’été qui vient de s’achever a été l’occasion de mettre en action le slogan « J’aime pas l’art contemporain mais je me soigne ». Elle présentait les oeuvres de quatre artistes fédérés par une approche ludique qui chacune à leur manière, interroge le  monde en allant chercher du sens, très loin dans les murmures de notre vie intérieure.

L’installation de l’artiste conceptuel mexicaine Mariana Castillo Deball associe l’archéologie et l’ethnographie pour jouer sur un aller-retour temporel qui génère une approche différente et ouverte sur la modernité. L’allemand Reto Pulfer investit le Cabinet d’art Graphique du musée avec une recherche autour des rituels et processus créatifs qui font se croiser l’art et la vie. Hicham Berrada fait émerger un monde chimérique fascinant en manipulant des produits chimiques.

Les travaux du portugais Francisco Tropa développent une géométrie propre. L’artiste questionne, à travers des représentations abstraites, l’imbrication de la vérité et de la fiction. Il joue sur la surprise en prélevant des éléments dans la nature qu’il restitue avec des répliques parfaites en bronze. Nous invite à envisager des hypothèses à partir de ses antipodes. Evoque des oeuvres philosophiques grecques, ironise sur l’économie de moyen des minimalistes américains… Autant de propositions qui ont interpellé les visiteurs.

A découvrir jusqu’au 29 novembre Portrait de l’artiste en jeune homme un nouvel accrochage des collections.

 

 

 

Un an après sa nomination la directrice du Mrac Sandra Patron envisage l’avenir avec enthousiasme

 

Sandra Patron directrice du MRAC dans l’univers de Tropa.

Sandra Patron directrice du MRAC dans l’univers de Tropa.

 

A 42 ans Sandra Patron a dirigé le Parc Saint Léger, Centre d’art contemporain en plaçant la production des artistes et la sensibilisation des publics au coeur du projet. De 1998 à 2007, elle a dirigé triangle France à la Friche de la Belle de Mai à Marseille. Elle s’est engagée dans le bureau de l’association de développement des centres d’art qu’elle a présidé jusqu’en 2014. Elle a également été  membre du Comité d’acquisition du Centre national des arts plastiques.

Dans quel état d’esprit vous trouvez-vous après un an à la tête du Mrac de Sérigan ?

Je suis très heureuse. Nous avons reçu cette année 20 000 visiteurs. Ce qui démontre l’intérêt que les gens portent au Mrac qui est éloigné de la capitale régionale. Nous sommes dans le chantier d’extension du musée qui va porter la superficie à 3 000 m2 et nous permettre de disposer de nouveaux espaces pour la collection et les expositions temporaires et d’améliorer l’accueil du public avec une nouvelle librairie.

Quelles ont été vos surprises depuis votre arrivée ?

Je viens de Bourgogne, où je suis restée sept ans. Ce qui m’a surprise c’est le foisonnement culturel dont bénéficie cette région. J’ai aussi été étonnée par l’état embryonnaire du réseau. C’est peut-être mon expérience de présidente des centres d’art qui me fait dire cela. Je pense que la synergie est importante pour anticiper et parfois répliquer aux politiques culturelles quand elles ne vont pas dans le bon sens. Il faudrait par exemple se préparer et être une force de proposition face à la redistribution qui découlera de la fusion des régions.

Comment dépasser les réticences du public à l’égard de l’art contemporain ?

Dans les faits, nous constatons une évolution très positive. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. 20 000 personnes à Sérignan c’est mieux que certaines Scènes Nationales. Nous bénéficions du travail de médiation de mon prédécesseur que nous allons poursuivre. La grosse difficulté, est de faire passer la porte. Il y a des stratégies à mettre en oeuvre. Certaines oeuvres sont immédiatement accessibles pour d’autres c’est plus compliqué. Il faut le dire, l’expliquer. On constate que les gens l’acceptent mais il faut les accompagner.

Vos projets pour le Mrac ?

Je travaille pour obtenir une partie du fond du Cnap une collection publique dotée de 95 000 oeuvres qui n’a pas d’espace d’exposition. Je voudrais étoffer le fond de dessin du cabinet graphique et les oeuvres d’artistes figurant dans la collection. Celle-ci commence dans les années 80, j’aimerais ouvrir sur les années 70.

C’est une chance pour moi d’arriver au moment de l’extension. J’ai le sentiment que la pensée peut se déployer. Elle suit l’espace.

Recueilli par JMDH

Source : La Marseillaise 06/09/2015

Voir aussi : Voir aussi : Rubrique Art, rubrique Exposition, rubrique Rencontre,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>