Hooman Sharifi. Souffle hypnotique d’un sacrifice libérateur

HOOMAN_SHARIFI_EVERY_ORDER_EVENTUALLY_LOOSES_ITS_TERROR_(C)_IMPURE_COMPANY_HOOMAN_SHARIFICréation. Every order enventually looses its terror de Hooman Sharifi. Le fil ondoyant d’une transcendance de la libération de l’individu à l’amour…

A travers les gouttes qui tombent par intermittence, entre les larmes des hommes et des femmes se donne la performance de Hooman Sharifi Every order enventually looses its terror ( tout ordre perd finalement de sa terreur) une création concoctée en résidence à l’Agora cet hiver. La pièce aborde les thèmes du sacrifice de soi, des rituels de deuil et de l’amour.

 » Ce n’est pas la première fois que je travaille sur le sacrifice , explique le chorégraphe d’origine iranienne qui vit à Oslo, avec ce travail nous avons approchés la notion des rituels mais nous nous sommes très vite aperçus que cela serait très long, alors nous avons opté pour une appropriation. Avec cette pièce, nous créons en quelque sorte notre propre rituel. »

Sur le plateau, les quatre danseurs sont accompagnés de deux musiciens, percussions et tanbûr iraniens. La pièce démarre dans un noir rythmé qui converge vers le corps des quatre danseurs. Individus singuliers en action, comme en lutte avec leur propre souffrance et pris dans le mouvement centrifuge d’un grand tout.

Ici le rite s’émancipe des représentations du progrès  qui le relaie un peu rapidement aux pratiques d’un autre âge. Le rite nous relie à notre humaine condition, autrement dit à  la liberté. C’est la voie qui nous permet d’y parvenir que semble nous indiquer Hooman Sharifi. Son travail ne s’inscrit pas dans une critique directe de l’ordre social, politique ou religieux. Il prend la distance nécessaire avec les systèmes et du même coup redonne du pouvoir à l’humain, notamment celui d’entrer en relation avec l’autre.

Le rituel du deuil iranien appelé Ashura, jour où les chiites commémorent le martyre du petit-fils du prophète, a servi d’inspiration à la performance qui transcende la dimension religieuse en conservant le caractère collectif.  » Ce rituel étonnant a marqué mon enfance, C’est ma première performance, si nous pouvions mettre la religion en dehors de ça, ce serait une superbe activité pour la société, veiller et faire publiquement un deuil ensemble.« 

Dans la pièce les danseurs se faufilent. Entre le tapis d’or et la rudesse des pierres. le rapport à l’espace se joue dans une conscience corporelle personnelle et collective aigüe. Il agissent, souffrent et vivent. Traversent le sacrifice et le deuil pour aborder la notion d’amour.

«  Il n’y a pas une grande différence entre la politique et l’amour, souligne Hooman Sharifi, ni entre l’art et la politique. Avec cette pièce, on fait de la politique interne. On réduit la hiérarchie pour reconstruire. » C’est dire si  cette pièce nous libère.

Jean-Marie Dinh

Source La Marseillaise le 27/06/2014

(A sa parution cet article a subi des coupes malheureuses)

Voir aussi : Rubrique Danse, rubrique Festival, Montpellier Danse 2014, rubrique Montpellier

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>