L’Arena sans fausse note

larena

Tout est parfaitement réglé comme sur du papier à musique. Un concert géant d’Indochine dans une salle high-tech impressionnante située au cœur du parc des expositions de Montpellier. Les 11 000 personnes présentent au concert vont certainement vivre un moment d’exception. Grâce à la Région et à l’Agglo de Montpellier, l’Arena est entrée dans l’histoire, lit-on sur les affiches. Tout se passe selon la volonté visionnaire d’un grand homme au service de l’aménagement du territoire.

On peut reprocher au président de région Georges Frêche d’aller un peu vite en investissant en pleine crise 68 millions d’euros dans cette infrastructure d’exception, mais pas d’être lucide. « Derrière le rideau qui va s’ouvrir sur ces spectacles, c’est d’abord d’économie dont il s’agit. » Les spectateurs qui vont débourser entre 47 et 52 euros pour voir Shakira de loin en novembre en savent quelque chose.

L’émergence de cette grande salle multifonction recouvre un très grand nombre de réalités, en termes de spectacles et d’événements sportifs dont il est encore trop tôt pour évaluer la rentabilité. Mais elle participe complètement à une organisation commerciale du divertissement où le spectacle s’insère dans la mise en place d’une économie libérale. Là encore, on peut décider de s’orienter vers cette nouvelle forme de spectacle où la logique économique et le progrès technique prédominent sur la proposition artistique, mais sans affirmer que c’est une évolution irrémédiable.

On sait depuis Debord en quoi le spectacle participe à la construction des imaginaires sociaux. Favoriser ce type de diffusion par rapport à un autre n’est pas un choix neutre, surtout quand on prévoit dans un même temps de réduire les moyens de la création artistique et des clubs sportifs.

Bref, tant que la culture visuelle de masse se développe, on pourra toujours surfer sur l’enthousiasme que l’on inspire aux foules. L’Arena a été conçue pour éblouir et drainer des dizaines de milliers de personnes autour de spectacles gigantesques. On est dans une dimension de la représentation où l’on migre d’un genre à l’autre tout en restant dans le domaine des loisirs un peu comme pour la clientèle des grands magasins. On peut y voir un nouvel espace de fascination ou un vaste capharnaüm. Mais n’oublions pas notre capacité à faire des choix.

Jean-Marie Dinh

Voir aussi : Rubrique politique culturelle, visions croisées sur l’enjeu de la culture, rubrique musique, Indochine fin prêt pour l’Arena live,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>