L’éducation , priorité numéro 1 des Français

 

Photo AFP.

Selon un sondage BVA pour France Info, ils sont 60% à considérer que l’éducation doit être la priorité des pouvoirs publics. Un résultat qui traduit un discours politique, également source d’une inquiétude croissante au sein de la population.

Ce n’est pas une nouveauté, mais presque. Après une première en juin 2008, l’éducation est pour la deuxième fois placée au rang de préoccupation n°1 des Français: en juin 2011, 60% d’entre eux la considéraient comme une priorité, contre 43% l’an dernier. C’est ce que l’on retient du baromètre des services publics en Europe, réalisé par BVA pour l’Institut Paul Delouvrier, publié dans Les Echos et diffusé ce mercredi sur France Info.

 

Alors que l’emploi tenait le premier rang depuis deux ans – pour 75% des Français en 2010 – ils ne sont plus que 58% à le voir comme une priorité. Soit une baisse d’intérêt de 17 points, en seulement un an. Côté éducation, on note également 17 points, mais il s’agit cette fois d’une augmentation. Pour Emmanuel Davidenkoff, directeur de la rédaction de L’Etudiant, cette hausse « remarquable » de l’importance accordée à l’éducation traduit un contexte politique particulier: « La singularité de la présidence de Nicolas Sarkozy est qu’il est beaucoup plus présent sur la question de l’école. Cela fait bien longtemps qu’on a pas vu un président s’impliquer autant dans les affaires scolaires. Résultat: cela a créé une vraie attente de l’opinion publique sur ce point ».

« Une bonne nouvelle » que l’emploi ne soit plus priorité n°1

Une attente qui résulte aussi de la crise économique des trois dernières années: « L’éducation est encore un lieu d’espoir, de projection possible pour les Français, malgré tout » analyse ce spécialiste de l’éducation: « En période de crise, les familles attendent plus sur la question de l’éducation ».

Alors que la conjoncture économique très difficile des années 2009 et 2010 avait reporté l’attention des Français sur l’emploi, « ces peurs se sont dissipées » note Gaël Sliman, directeur de BVA Opinion: « On sort d’une période anxiogène sur l’emploi, les gens sont moins inquiets. En parallèle, on parle de plus en plus de l’éducation, des rythmes scolaires notamment ». Moins d’inquiétude d’une part, plus de mécontentement de l’autre: l’écart d’importance entre emploi et éducation – de 32 points en 2010 – s’est nettement resséré, faisant de cette dernière la priorité n°1 des Français en 2011.

« On a ancré dans l’opinion publique l’idée que l’école va mal »

Aujourd’hui pourtant, seuls 24% des Français se disent satisfaits de leur système éducatif. Soit le taux d’appréciation le plus bas d’Europe. Selon Gaël Sliman, cela fait déjà cinq à six ans que la confiance envers la politique éducative de l’Etat recule: « C’est une baisse constante, sur le temps long. Le remplacement d’un fonctionnaire sur deux, notamment, a été très impopulaire auprès des Français » explique le directeur de BVA Opinion. « Résultat: l’inquiétude grandit ».

Un mécontentement à imputer aussi aux discours politiques autour de l’éducation: « Il y a un consensus chez les politiques, c’est de dire que l’éducation ne va pas ».

« Depuis des années, l’opinion publique est irriguée par un discours qui dit que l’école va mal » déplore de son côté Emmanuel Davidenkoff. « Avec les politiques éducatives des dix dernières années, l’Etat central s’est désengagé, la part du PIB consacrée à l’éducation a diminué. Les Français perçoivent un retrait de l’Etat, se sentent moins protégés ». Et pourtant, rappelle le directeur de publication de L’Etudiant, « l’image des enseignants reste bonne auprès du public. C’est vis-à-vis de l’éducation nationale dans son ensemble que la défiance des Français est croissante ».

Valentine Pasquesoone

Voir aussi : Rubrique Education

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>