Un regard prospectif et sans fard sur le Languedoc-Roussillon

carte-languedoc-roussillon1

Ses habitants le savent, parler du Languedoc-Roussillon c’est entrer en paradoxe. A commencer par la dimension bi-culturelle de l’espace territorial situé au Nord de la Méditerranée et au Sud de la France, dans la région, on se reconnaît davantage Languedocien ou Catalan. Georges Frêche en a fait l’amère expérience en accédant à la présidence du Conseil régional en 2004, souligne l’auteur, qui rappelle comment la population a rejeté le vocable « Septimanie » qu’on voulait lui imposer. Si le sentiment d’appartenance identitaire se situe au-delà des frontières administratives, on ne le trouve pas non plus dans une unité naturelle de l’espace en raison de forts contrastes géographiques qui traversent le territoire.

18,7% de la population régionale sous le seuil de pauvreté

L’élément socialement le plus reconnu et le plus valorisé, c’est la luminosité et la durée d’ensoleillement dans l’année.  Une qualité de vie très appréciée qui fait que la région connaît une des plus fortes croissances démographiques de France (+10,4%) derrière la Corse (+ 13%). « Au-delà de son image largement survalorisée par un véritable marketing médiatique, elle a de nombreux atouts mais pose aussi de nombreux problèmes. » C’est la région où se créent le plus d’entreprises mais où leur durée de vie est la plus courte. Première pour le taux de création d’emplois mais 14e pour le nombre d’emplois créés. Le PIB par habitant y est le plus faible de France. La pauvreté et la précarité se développent dans les zones urbaines et rurales où les difficultés de l’agriculture se répercutent avec une virulence particulière. Selon l’Insee 18,7% de la population régionale se trouvent sous le seuil de pauvreté.

La carte de l’innovation

La région joue son avenir dans l’innovation boostée par les pôles de compétitivité, soutient Roques. Mais beaucoup de projets se concentrent sur Montpellier dans l’agroalimentaire, la biologie-santé, l’environnement… Montpellier Agglomération veut devenir une référence pour les jeunes entreprises innovantes « un pari partiellement réussi » indique Georges Roques dont l’expérience européenne* lui fait dire aussi qu’il faut désormais travailler à une autre échelle  » a minima celle de la région, sinon de l’inter région « 

Déséquilibre de l’espace régional

Georges Roques démontre que l’occupation très inégale de l’espace régional est à l’origine de multiples fractures, entre l’urbain, le périurbain, le rurbain et le rural profond. L’hypertrophie de la capitale régionale dénote une croissance peu contrôlée qui conduit à des blocages y compris en terme de qualité de vie. « Montpellier a bien pris le pouvoir en région sur ses voisines, mais elle est trop petite en Europe et en Méditerranée. » On ne peut transférer à la région les recettes qui ont réussi à la ville de Montpellier tout comme on ne peut aborder les relations inter-régionales en considérant Toulouse et Marseille comme des « prédateurs » constate l’auteur en prenant de la distance.

Le livre de Georges Roques pourrait passer pour un pavé lancé dans la marre où se contemplent les acteurs publics de la région Languedoc-Roussillon. Il en dénonce l’image surfaite, évoque son dynamisme et pointe ses faiblesses. Mais l’intérêt de cet ouvrage n’est pas la polémique, il provient plutôt du regard synthétique que porte le géographe sur une multitudes d’indicateurs récents. Le travail de corrélation opéré par l’auteur permet de se faire une idée précise de la situation régionale et des défis qui s’offrent à elle pour les prochaines décennies.

Jean-Marie Dinh

Voir aussi : Rubrique Montpellier, rubrique On line, L’enquête de Montpellier journal, Les montants cachés des relations médias politiques,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>