Slovaquie :Victoire écrasante de la gauche de Robert Fico

Robert Fico, dont le parti de gauche Smer-SD a remporté haut la main les législatives en Slovaquie, s’est aussitôt déclaré solidaire avec l’Europe, aux prises avec la crise de la dette. »Notre programme est nettement pro-européen », a souligné dimanche à l’aube M. Fico qui entend faire payer les riches dans son pays pour en rééquilibrer les finances publiques. « Nous vivons au sein de l’UE, nous sommes pour la sauvegarde de la zone euro et pour la sauvegarde de l’euro en tant que monnaie européenne forte », a insisté M. Fico, 47 ans, naturellement pressenti au poste de Premier ministre.

Avec 44,41% des voix, son parti disposera d’une majorité absolue de 83 des 150 sièges au sein du Parlement monocaméral de la Slovaquie, membre de la zone euro depuis 2009. C’est la première fois depuis l’indépendance de ce pays de 5,4 millions d’habitants, né en 1993 de la partition à l’amiable de l’ex-Tchécoslovaquie, qu’un parti peut gouverner tout seul. La politique européenne du futur gouvernement de M. Fico sera « prévisible » et la Slovaquie aura sa place « dans le courant européen », a déclaré à l’AFP l’analyste Grigorij Meseznikov de l’Institut des Affaires publiques à Bratislava.

Cinq autres partis seront représentés au Parlement. Les chrétiens-démocrates KDH et le nouveau parti « Gens ordinaires » auront chacun 16 députés. Le parti de la minorité hongroise Most-Hid en aura 13, devant le SDKU-DS du Premier ministre sortant Mme Iveta Radicova et le parti libéral SaS avec 11 sièges chacun.

A l’exception des « Gens ordinaires », il s’agit des quatre partis de centre-droit qui formaient le gouvernement sortant d’Iveta Radicova, ébranlé par une affaire de corruption éclatée en décembre. En place depuis juillet 2010, ce cabinet avait été mis en échec au Parlement en octobre, suite à un vote négatif sur le renforcement du Fonds de secours de la zone euro (FESF), assimilé à un vote de confiance.

La Slovaquie était alors le dernier des 17 pays de la zone à se prononcer sur l’élargissement à 440 milliards d’euros de ce fonds de secours aux pays en difficulté financière. Elle l’a finalement approuvé grâce au soutien de Smer-SD, alors en opposition, qui exigeait en échange des élections anticipées.

Dans ce deuxième pays le plus pauvre de la zone euro, où le chômage atteint 13,7%, le Smer-SD a gagné des points en prônant de nouveaux impôts pour les riches et les sociétés faisant des profits. Se présentant comme défenseur des plus démunis, M. Fico souhaite notamment supprimer la « flat tax » de 19% appréciée des milieux d’affaires, pour augmenter le taux d’imposition à 25% pour ceux dont les revenus annuels dépassent 33.000 euros.

« Nous sommes pour la consolidation des finances publiques, mais pas au détriment des gens aux bas revenus », a déclaré M. Fico, déjà chef du gouvernement en 2006-2010. Son équipe respectera l’engagement du cabinet précédent de ramener le déficit public à 3% du PIB en 2013 pour respecter les critères de convergence européens, a-t-il assuré. « Il est possible d’assainir les finances publiques, d’encourager la croissance et de lutter contre le chômage, sans abaisser pour autant le niveau de vie des gens qui gagnent 200, 300 ou 400 euros par mois », a promis le chef du Smer-SD, à qui ses détracteurs attribuent des velléités populistes.

« La politique économique de M. Fico ne sera pas une politique libérale », selon M. Meseznikov. Les analystes s’interrogent aussi sur l’avenir des relations slovaco-hongroises, souvent tendues dans le passé. Avant les élections de 2010, M. Fico était allé jusqu’à qualifier la Hongrie de « pays extrémiste qui exporte sa peste brune ». Avec lui au pouvoir, « les relations slovaco-hongroises seront certes plus compliquées que celles entretenues par le gouvernement de centre-droit sortant », estime M. Meseznikov.

AFP

Voir aussi : Rubrique UE,  rubrique Slovaquie,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>